banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Hurt/confort/Amitié, tranche de vie.

Acteurs : Quatre, Duo, Trowa, Heero, Relena.

Début d'écriture 25 juillet 2013


Changement

Chapitre six


Duo décide de changer le plan de table et de mettre Maria-Louisa entre lui et Wufei. Trowa se placera à côté de son amant et de Wufei. Vu les circonstances de ce repas, il n'avait pas du tout envie de se passer de la présence rassurante d'Heero. Et puis, il tient à pouvoir calmer son compagnon qui a l'air de très mal prendre la réaction de Trowa à la découverte de l'identité de sa copine.

Il a bien constaté qu'Heero provoque de plus en plus souvent Trowa. Le reste s'est passé en regard et non-dit que Duo a appris à décrypter depuis des années. Pour Yuy, c'est un nouveau coup de canif dans le respect qu'il avait pour Trowa et l'affection qui était née durant les soins que Barton lui avait prodigués après son autodestruction.

Le regard que pose Trowa sur Maria-Louisa lui rappelle trop celui qu'il a posé sur lui pendant un moment quand il a prévenu son meilleur ami qu'il se mettait en couple avec Duo. Ils ne sont pas des monstres écœurants, ils sont des humains, c'est tout.

Duo a prévu une pierrade et une raclette que tout le monde puisse préparer son repas à sa convenance. Il y a des champignons, des poivrons en morceaux ou lanières, des tranches de fromage, du jambon, du grison, des multitudes de charcuteries, du pain, des pommes de terre pour ceux qui préfèrent. Il y a même un bol avec des œufs battus pour ceux qui veulent, des petits morceaux de plusieurs viandes.

-« C'est une très bonne idée ! » S'extasie Maria-Louisa en voyant la table dans l'autre pièce.

-« Ce n'est pas nouveau, chaque année, Maxwell nous refait le coup. » Explique Wufei en tenant la chaise de la jeune femme.

-« Au moins, je ne suis pas bloqué en cuisine avant et pendant. » Intervient Duo.

-« C'est toujours toi qui cuisines ? » Demande-t-elle.

-« Quand on se retrouve ? » Questionne Maxwell en tirant sa chaise.

Il met sa main sur l'avant-bras de son homme en s'excusant du regard.

-« On ne peut vraiment pas échanger ? » Supplie Heero.

Maxwell lui sourit, l'embrasse tendrement et le pousse là où il voulait s'installer.

-« Tu feras le service des boissons alors ! » Taquine Duo en se mettant entre Trowa et son amant.

-« Non, en général. » Insiste-t-elle.

-« En général, oui. J n'a pas mis cette option en lui. Mais, je l'aime comme ça. Il fait par contre de merveilleux sandwichs. » Répond Maxwell.

Si Maria-Louisa avait un rien regretté que Duo ne se mette pas à côté d'elle, elle peut constater que Heero est de compagnie très agréable, pas très bavard, mais courtois et serviable.

Wufei lui passe les plats dès qu'elle en demande un. Heero lui propose des jus de fruits pour varier de son eau. L'ambiance est bonne enfant, les discussions se font par petits groupes.

À dix-huit heures, alors que Duo propose de repasser au salon pour prendre une tasse de café avec un morceau de tarte afin de clôturer cette belle journée. Trowa se lève en disant :

-« Il est l'heure pour moi. Merci pour le repas. »

Il serre la main de Heero et s'en va s'en proposer à sa copine de la raccompagner. Elle sent les larmes venir à ses yeux. Son amant ne lui a pas adressé la parole depuis qu'il sait.

La main de Wufei se pose sur son épaule.

-« Je te raccompagnerai au port spatial. Tu sais à quelle heure est ton vol ? »

-« Non, je ne savais même pas où on allait. Je n'ai même pas un ticket, il avait tout organisé. » Explique-t-elle en ravalant ses larmes.

-« Je crois que l'année prochaine on sera à nouveau quatre. » Tranche Yuy en se levant.

Maria-Louisa sent son cœur se serrer dans sa poitrine. Il y a tellement de rancœur dans la voix d'Heero.

-« C'est Trowa qui ne sera pas là. » Rassure directement Duo.

-« Je ne veux pas que vous lui tourniez le dos à cause de moi ! » S'indigne-t-elle.

-« Je ne veux surtout plus autant de tension pour Heero. Trowa n'a jamais apprécié qu'on se mette ensemble. D'habitude, je n'ai aucun geste de tendresse pour Heero en la présence de Trowa pour ne pas raviver sa douleur. » Explique calmement Maxwell.

Dans les cinq minutes, Yuy revient avec un horaire et un ticket de vol imprimé.

-« Cadeau. Je suis heureux de te retrouver. Ceci, c'est notre carte avec adresse, Email et numéro de téléphone. »

Puis il s'installe sur les genoux de Duo et lui prend une main qu'il caresse tendrement. Même si les larmes reviennent aux yeux de Maria-Louisa, c'est de bonheur cette fois. Elle a un vol vers vingt et une heures trente.

-« Le vol de Trowa est à dix-neuf heures trente. Tu ne risques pas de tomber dessus. » Conclut Heero en se laissant aller sur le torse de son amant.

Maria-Louisa peut constater que Heero est différent depuis le départ de son copain. Il est plus chaleureux avec elle, et plus tendre avec son compagnon aussi. Il participe plus à la conversation.

Comme promis, Wufei l'accompagne jusqu'au port spatial. Il attend le vol avec elle.

-« Je peux rester en contact ? » Demande le Chinois.

-« Bien sûr pourquoi ne pourrais-tu pas ? » S'étonne-t-elle.

-« Que ma présence ravive des douleurs du passé. »

-« Pas plus que Trowa et les deux autres. » Sourit-elle bravement.

Penser à Trowa lui déchire le cœur, elle s'est complètement trompée sur lui. Elle fouille son sac pour donner sa carte du magasin à Wufei. Il lui souhaite un bon voyage et la regarde partir.

C'est une fois installée dans la navette qu'elle peut laisser libre cours à ses pensées. Avant, ses amis ont tout fait pour lui changer les idées et elle voulait faire bonne figure. Elle ne voulait surtout pas lui faire la joie de s'effondrer en sa présence également.

Dire qu'il disait l'aimer et qu'il n'avait pas su aller au-delà de son apparence et sa transformation. D'autant plus qu'avant de savoir cela ne le gênait pas du tout, il avait apprécié son nouveau corps, il lui avait dit assez durant leurs ébats. Il disait l'aimer au point de la présenter aux gens qu'il considérait comme sa famille.

Une chose est sûre, Wufei, Duo et Heero n'ont eu aucun geste de rejet une fois l'information enregistrée.

Elle est vraiment heureuse de voir que l'amour qu'elle avait commencé à percevoir entre Duo et Heero avait réussi à se concrétiser et qu'il tenait, qu'il avait l'air solide.

Elle ferme les yeux très forts pour ne pas laisser les larmes couler, elle avait vraiment cru avoir ce genre de relation avec Trowa. Faites de considérations, petits gestes et affections. Est-ce qu'elle aura encore des nouvelles du cirque ? Elle s'y était fait des amies pourtant.

Une idée saugrenue lui passe par la tête. Est-ce qu'il allait garder le costume ou le rejeter parce que c'était elle qui l'avait fait ? C'est vraiment un détail, seulement, elle n'aurait pas l'impression d'être rejetée en bloc s'il le gardait. Au moins, son travail serait reconnu pour ce qu'il était non venant d'elle.

Elle allait tourner la page, de toute façon ses transformations, elle les avait faites pour elle et non pour qu'il l'aime, cela aurait été la cerise sur le gâteau.

Au moins, elle était bien mieux dans sa vie, en harmonie dans sa tête et avec son corps.

Malgré ses bonnes résolutions, elle avait pleuré une partie de la nuit et c'est de fatigue qu'elle avait fini par s'endormir. Le matin, elle a les yeux gonflés et rougis.

Elle avait vraiment craqué quand elle avait constaté hier soir que Trowa ne lui sonnait pas comme d'habitude. Elle aurait tellement aimé pouvoir avoir une discussion franche avec lui. Seulement, elle devait bien admettre qu'il avait toujours plus fait parler les actes que sa bouche.

Au moins, maintenant, elle n'aurait plus de regrets dans la vie. Peut-être un peu celui de ne pas avoir été honnête dès le départ seulement vu sa réaction, il l'aurait rejetée directement sans lui donner une chance.

Mardi soir est encore plus pénible, cela faisait quand même six mois qu'elle avait un petit coup de fil à la fermeture et là rien. Les larmes reviennent à ses yeux. Elle grignote afin de pouvoir prendre ses médicaments.

Mercredi soir, quand le téléphone sonne son cœur s'emballe. Est-ce qu'il lui a pardonné ? Est-ce qu'il veut lui donner une autre chance ?

Son cœur s'arrête quand elle réalise que ce n'est pas Trowa. Cela aurait été trop beau.

-« Maria-Louisa, c'est Wufei. Je voulais savoir comment tu allais ? »

Elle s'en veut directement de ne pas être plus touchée par ce charmant geste.

-« Ça va. Il faut bien que je tourne la page. Je ne vais pas m'humilier à lui courir après. » Répond-elle.

-« Il n'a pas repris contact avec toi ? » S'informe Chang.

-« Non, j'ai cru que c'était lui mais je me berçais d'illusions. »

-« Je suis désolé de t'avoir donné de l'espoir. Nous non plus on n'a pas encore eu de ses nouvelles. Je ne sais pas si on en aura. Il a bien vu qu'on était plus de ton côté que du sien. »

-« C'est gentil, mais vous êtes sa famille, il ne faut pas lui tourner le dos à cause de moi. »

-« Toi aussi tu es notre famille. Ne l'oublie pas. Je dois te laisser mon client sort, je vais devoir le filer. »

-« Merci d'avoir sonné, ça m'a fait très plaisir. »

-« Peut-être, à bientôt. »

µµµ

Elle avait espéré un autre coup de téléphone sans succès. Elle avait échangé plusieurs mails avec Duo et était heureuse d'avoir repris le contact avec lui comme au bon vieux temps.

Elle croit bien que Wufei lui avait fait miroiter quelque chose qu'il n'allait pas tenir. Il y a déjà une semaine qu'il lui a sonné. Elle n'a pas pensé à lui demander son numéro de téléphone et ne peut pas lui sonner elle-même. Elle ne sait même pas le nom de sa société de détective privé pour le chercher, car elle n'a pas trouvé avec son nom. Elle pourrait demander à Duo.

C'est ce qu'elle va faire. Dès ce soir, elle n'a plus qu'une demi-heure à faire avant de fermer le magasin ce mercredi et elle pourra se concentrer sur sa vie privée et envoyer un mail à Duo pour lui demander les renseignements.

Tout d'un coup, Maria-Louisa écarquille les yeux en voyant entrer un client. Cela n'arrive pas souvent mais ce n'est pas n'importe quel client.

Elle quitte sa caisse après avoir appelé sa vendeuse et va à sa rencontre.

-« Ce n'est pas que cela ne me fait pas plaisir mais qu'est-ce que tu fais là ? »

-« J'avais envie de te revoir, alors j'ai accepté un travail sur L4. » Avoue-t-il. « Tu es bien installée, c'est un beau magasin et quartier. »

-« Quel genre de travail ? » Insiste-t-elle.

-« Un couple veut venir s'installer ici, je dois leur faire une étude aussi bien sécuritaire, immobilière et possibilité de travail. L'homme peut être muté, la femme ne sait pas si elle s'adapterait. »

-« Elle aurait pu faire cela elle-même. » Sourit Maria-Louisa.

-« Je ne vais pas m'en plaindre. J'en profite pour voir si un détective privé peut s'installer par ici. Je fais d'une pierre deux coups. »

-« Wufei, pourquoi voudrais-tu t'installer sur L4 ? »

-« Être la troisième roue du carrosse n'est jamais amusant. »

-« Cela me ferait plaisir de te montrer certains endroits. Je finis dans vingt minutes si tu as le temps. »

-« Je t'attends au café en face. Prends ton temps. »

Maria-Louisa le regarde sortir en souriant. Son attitude n'a pas changé et cela lui fait plaisir. Elle n'a pas de vrai ami, hier soir elle avait reçu un coup de fil de Duo pour savoir si elle se remettait, cela aussi lui avait réchauffé le cœur.

Elle regrettait d'avoir coupé les ponts à l'époque. Tout compte fait, ils auraient compris sa démarche, elle en est sûre maintenant.

Dès qu'elle a fini le travail, elle monte la caisse dans son petit coffre-fort, elle vérifie sa tenue et son maquillage avant de passer une veste assortie à ses vêtements et de traverser la rue.

Wufei l'attend une tasse à café devant lui et un livre en main. Cette sérénité qui émane de lui la rassure un peu. Voyant en arrivant à sa table que la tasse est vide, elle demande :

-« Tu en veux une autre ? »

-« Pas vraiment, j'en ai déjà bu des meilleurs. » Dit-il en sortant son portefeuille pour payer.

-« Qu'est-ce que tu veux voir en premier ? » Questionne-t-elle alors qu'ils sortent.

-« En tout cas, je ne renseignerais pas ce café. Il y a un quartier avec des restaurants ? »

-« Oui, je te signalerai ceux qui sont délicieux, viens c'est par là. »

Tout en marchant, elle lui montre les avantages de sa colonie, les parcs, les magasins intéressants, les restaurants où la nourriture est bonne et le service agréable.

-« Même si j'ai confiance en tes dires. Il faudra que j'en teste quelques-uns. Tu voudras bien venir avec moi ? » Propose Wufei.

-« Tu restes combien de temps ? »

-« Une semaine. Où est-ce que tu installerais un bureau de détective ? »

-« Tu veux vraiment t'installer sur L4, ton affaire ne marche pas sur L3 ? » S'informe Maria-Louisa.

-« Si très bien, même si je ne suis pas occupé tout le temps. Heero m'envoie beaucoup de personnes qui ont des dégâts à leur véhicule après un délit de fuite. » Explique Chang.

-« Si tu déménages, tu vas les priver d'un bon détective. »

-« Qui te dit que je suis bon ? » S'étonne Wufei.

-« En tout cas en période de guerre, tu as eu une meilleure vision de l'affaire Noventa que nous. Tu as repéré Marie-Meiya avant nous aussi puisque tu avais infiltré presque directement les rangs de son armée. »

-« Je me doutais que les colonies n'accepteraient pas si facilement la défaite, surtout qu'on avait détourné l'opération météore pour instaurer une paix commune et non une domination des colonies. »

-« C'est bien ce que je dis. On m'a qualifié de fin stratège pourtant je n'ai rien vu. » Avoue-t-elle en continuant de le guider.

-« Je crois qu'à la fin de la guerre, tu avais bien d'autres soucis en tête. Le fait que tu ne sois pas bien dans ton corps ne devait pas aider. »

Il y a déjà une heure qu'ils arpentent les rues alors Wufei lui demande :

-« Tu ne veux pas manger un morceau ? »

-« À quel hôtel es-tu descendu ? »

-« L'étoile d'Orient. »

-« Ce n'est pas le plus médiocre. » Sourit-elle. « Je veux bien t'accompagner pour le repas. Tu as un choix en particulier ? »

-« Ils aiment les restaurants italiens, tu en connais ? » Demande Chang.

-« Oui, viens en plus ce n'est pas loin de ton hôtel. »

-« Je te raccompagnerai de toute façon. Il faut bien que je teste la sécurité à la nuit tombante. » Sourit Wufei.

-« Ce n'est même pas de la galanterie ! » Fait mine de s'offusquer Maria-Louisa.

-« C'est surtout parce que je veux prolonger au maximum notre rencontre. »

-« Tu es de compagnie très agréable. »

-« Alors on pourrait remettre cela durant mon séjour ? » Demande Chang en ouvrant la porte du restaurant pour la jeune femme.

-« Cela sera avec un réel plaisir. »

Le repas est très agréable, les discussions s'enchaînent sans blanc. Le Chinois est très courtois, il n'a aucun geste déplacé mais pourquoi en aurait-il, réalise-t-elle.

Ils sont juste deux anciennes connaissances et elle l'aide à découvrir son satellite. Seulement, il y a des paroles de Wufei qui attisent sa curiosité. Elle se trouve frivole d'imaginer que le jeune homme pourrait être intéressé par elle.

Ce n'est pas parce qu'on vient de la repousser qu'elle doit se jeter dans d'autres bras. Elle sait qu'elle a de la valeur pour elle-même. Elle finira par trouver l'homme qui lui faut.

Alors, elle relègue ces signes et elle finit par croire qu'elle les a inventés tellement ils sont subtils.

Comme il l'a promis, Wufei reconduit Maria-Louisa à son commerce. Une fois seule, elle sent à nouveau la tristesse l'envahir. Elle pleure dans son lit avant de se coucher sur le gâchis qu'est devenue sa vie en si peu de temps.

À Suivre…

Chap 5 - Chap 7

Si ça vous a plu,vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de signaler pour quelle histoire vous m'écrivez