banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Policier/ Tranche de vie.

Lectrice 01 : Arlia Eien.

Acteurs : Heero, Duo, Wufei, Lady Une, Trowa, Catherine, Hilde, Quatre.

Note de l'auteur : Fic inspirée par la chanson de Florent Pagny du même titre.


Chapitre 2


Même si Heero ne l'avouerait jamais à Duo, son équipe avait eu largement le temps de rentrer dans ce bâtiment abandonné, de trouver le prisonnier et de sortir sans encombre, ils n'ont rencontré personne pour leur mettre des bâtons dans les roues.

Les missions se succèdent moins rapidement, elles sont mieux préparées, les hommes étant moins fatigués ils sont également plus performants.

Les deux jeunes gens continuent à vivre dans le même appartement sans vraiment se côtoyer. Au moins tous les trois jours, Duo téléphone à Hilde si elle ne l'a pas fait avant.

Le rire de Duo finit immanquablement par s'élever dans l'appartement, réchauffant le cœur du métis. Ce dernier apprécie, les dimanches où Maxwell fait son repassage en chantant en même temps que la musique ou quand il l'entend siffloter tout en nettoyant sa chambre.

Une semaine sur deux, les communs sont faits par l'un ou l'autre, avant que Maxwell ne propose de séparer les pièces en deux et d'inverser les tours, autant laver toutes les semaines un peu que de passer un dimanche sur deux à nettoyer à fond. La seule chose à laquelle Duo ne peut toucher c'est le philodendron de son colocataire. La plante est soignée avec amour par son propriétaire.

Maxwell a tenu les deux mois de cohabitation du pari, il entame même le troisième quand Heero rentre un soir pour lui annoncer.

-« Demain, je suis en congé et je pars en vacances. Je ne sais pas quand je reviens. »

Duo fronce des sourcils. Yuy en vacances ? Enfin il est humain et comme tout le monde il doit souffler.

-« Oh ! Et où vas-tu ? »

-« Ça ne te regarde pas. »

Déjà fini le colocataire bavard, pense-t-il directement.

En définitive, Duo est presque ému d'avoir été prévenu de son départ. C'est que sa présence n'est plus aussi insupportable au jeune homme qu'il pense à le prévenir de peur qu'il ne s'inquiète de son absence.

De toute façon, Maxwell savait que l'attitude froide du métis cachait un grand cœur et qu'il préférait éloigner les gens plutôt qu'on ne se servent d'eux comme moyen de pression durant une mission.

Frères d'armes, ce n'était pas une bête expression, surtout pour eux deux. Maxwell se dit qu'il profiterait de l'absence du métis pour inviter Quatre. Ce dernier préférait ne pas trop souper à l'extérieur où il devait se cacher pour ne pas s'attirer d'ennuis.

µµµ

Le lendemain soir, Duo regarde l'appartement et puis il soupire, même si Heero est silencieux, il est une présence, il est une odeur. Il n'est pas seul, même s'ils ne discutent pas beaucoup, ils ont une interactivité, ils se voient, ils ne s'ignorent pas. Yuy lui laisse prendre une douche de quinze minutes depuis qu'il a constaté qu'il était de bonne volonté. Ça les oblige à attendre que le boiler (1) réchauffe de l'eau pour faire la vaisselle.

Au moins, la visite de Quatre lui fait oublier le vide, ils ont discuté toute la soirée à bâton rompu. Ils ont cuisiner ensemble avant de manger. Winner est heureux de se retrouver dans une ambiance non surveillée et bonne enfant.

µµµ

Le samedi soir, Yuy réapparaît. Duo n'a pas été seul longtemps, à peine une semaine. Le métis a les traits tirés, il est un peu pâle, chaque fois qu'il fait certains mouvements en hauteur son visage se crispe.

-« Tu t'es fait mal ? » Vient s'informer Maxwell.

Un regard bleu glacial lui répond, même s'il est un peu voilé par la douleur. Duo lève les mains au-dessus de la tête.

-« Ok man, débrouille-toi, mais on ne peut pas dire que les vacances ça te profite. »

Un grognement lui répond parce que ce n'était même pas un de ses éternels onomatopées.

Dimanche, Heero reste inactif toute la journée, il s'est installé dans le divan avec un roman qu'il lit. Ça intrigue encore plus Duo. C'est vrai que le vacancier peut s'être blessé au début de son voyage et par l'occasion découvrir cette activité qui lui plait au point de continuer maintenant. Maxwell secoue la tête, il ne faut pas toujours se faire une montagne d'une taupinière.

Alors que Maxwell s'active à ranger et laver, Yuy reste là comme s'il lui disait « Je n'ai pas sali, je n'ai pas à laver. »

-« Tu veux que je nous fasse quelque chose de spécial pour ce soir ? » Demande Duo quand il passe pour la énième fois dans le salon.

-« Je ne suis pas impotent. » Gronde Heero en descendant son livre.

Maxwell vient s'asseoir sur le bord du divan pour lui parler.

-« Ça je le sais, mais il l'air tellement passionnant ton bouquin, comme ça tu ne serais pas obligé de l'abandonner. »

-« Et te devoir la préparation d'un repas, non merci. » Conclut Yuy en remontant son livre pour reprendre sa lecture.

Duo met sa main dessus pour le rabaisser et avoir l'attention du jeune homme, ce qui ne manque pas, un regard noir se pose sur l'améthyste.

-« C'est cadeau, tu ne devras pas me le rendre. »

-« Pas dans mon esprit. Tu m'interromps plus que si je devais cuisiner. » Lâche d'une voix neutre le métis.

-« Bonne lecture, je te laisse. » Dit Duo en se relevant pour partir vers la salle de bain récurer la douche et le lavabo qu'il a utilisés.

Le lendemain matin, ils partent tous les deux pour le QG. Chacun se dirige vers son bureau en entrant dans le bâtiment. Maxwell après avoir été prendre un de ses dossiers se rend dans le bureau de Lady Une.

Du bout du couloir, il voit sortir Heero de ce dernier. Qu'est-ce qu'il fait là ? C'est au retour de mission qu'on passe par là ! Lady Une y étant rarement tout se fait par courrier ou en direct via les ordinateurs.

Lui doit transmettre les conclusions de son rapport à la secrétaire particulière, Jennifer, une jeune femme blonde aux traits un peu rond mais d'une efficacité à toute épreuve, appréciée aussi pour savoir tenir les troupes avec une main de fer dans un gant de velours.

Duo frappe à la porte et entre dès qu'il a l'autorisation.

-« Voilà mon rapport à transmettre à la Générale. Toutes les dernières missions se sont bien passées ? » Demande-t-il comme à chaque fois.

Il s'assied sur le coin du bureau et lui sourit.

-« Elles se sont toutes déroulées sans perte humaine, il y a juste le dossier Oploski qui a posé problème, un blessé mais pas de mort. » Répond Jennifer.

De toute façon, c'était dans les ordres qu'elle avait reçus de Lady Une. Si le Sergent Maxwell ne voit pas les erreurs commises par les hommes en mission, il ne pourra pas y remédier sur une autre.

-« Je peux voir ? » Demande-t-il étonné que quelqu'un soit parti sur ce dossier.

Il avait demandé un troisième homme pour qu'elle soit faite. Il ne l'avait pas encore eu de retour pour le conclure avec un troisième soldat. À deux militaires, il ne l'avait pas cautionner, les risques étant trop grands. Déjà à trois, Duo savait que ce serait une mission à risques.

-« Lady Une n'a pas encore vu le rapport, mais ça ne doit pas poser de problèmes, le voilà. » Dit-elle en tendant une farde de carton coloré.

Maxwell se lève.

-« Je l'étudie et je vous le ramène. »

-« Avant dix heures trente. J'ai une communication avec la Générale à onze heures et je dois encore l'encoder. »

-« Une lecture rapide, si j'ai besoin de le compulser par après, j'aurai mes codes. » Sourit Duo en lui faisant un clin d'œil.

Revenu à son bureau, il dit à son second.

-« Louis va me chercher un café noir et un croissant, je n'ai pas eu le temps de déjeuner. »

-« Bien chef ! » Dit-il en se levant.

Maxwell sort le cd rom qu'il introduit dans son portable, il ouvre des grands yeux en constatant que Lady Une a envoyé Heero seul sur la mission Oploski, pas étonnant que son colocataire soit si calme, il a trois côtes cassées et deux fêlées. Il a eu également une commotion. C'était à prévoir, il a explosé avec le bâtiment comme il l'avait supposé, si on ne réalisait pas la mission autrement.

Ça n'aurait pas été Heero, l'homme serait mort. Maxwell rage intérieurement. À quoi sert son travail si elle n'en tient pas compte ? Yuy a fait deux jours d'hôpital au fin fond de la nouvelle Corée.

Duo sort le cd-rom de son portable en entendant la porte s'ouvrir sur son collègue.

-« Merci Louis, on va pouvoir se mettre au travail. Fais-moi une recherche géopolitique de la région du Kurdistan. »

-« Bien Sergent, si un jour on doit aller rechercher des hommes, je pourrais venir avec vous ? »

-« Oui Louis, mais n'espère pas que ça arrive, notre travail justement, c'est qu'on puisse rester bien au chaud à Sank. »

-« Non, ce n'est pas que j'aie envie d'action, c'est que je me sens aussi responsable que vous, vous vous basez souvent sur mes recherches. » Avoue-t-il.

Il écarquille des yeux en voyant Duo sortir de la pièce. 

-« J'arrive, juste un dossier à rendre. » Explique Maxwell.

-« Vous n'y êtes pas déjà allé ? » S'étonne Kay.

-« Si, mais j'ai oublié une partie, quand on ne l'a pas dans la tête il faut l'avoir dans les jambes. »

Tout en retournant vers le bureau de Lady Une, il n'a qu'une idée en tête, dire sa façon de penser au Général. Quelle serait la réaction de la vieille chouette si elle se rendait compte qu'il l'a percé à jour ? Mieux valait se la jouer au plus malin. Duo rageait aussi de ne pas avoir eu le temps de tout compulser mais d'un autre côté, il avait vu l'essentiel, la semaine prochaine il regarderait ce dossier de fond en comble en introduisant ses codes sécurisés.

Entre temps, il devait continuer à se comporter normalement vis à vis d'Heero, tout changement intriguerait le métis.

µµµ

La semaine s'écoule lentement, tous les jours qui passent, Heero se sent un peu mieux, il ne grimace plus en bougeant, il est plus actif. Pour Duo, il a l'impression que les journées ne fileront jamais. Il veut pouvoir compulser le dossier Oploski. Mercredi, il n'ouble pas de téléphoner à Hilde, elle arrive à lui faire oublier son impatience, dès qu'il l'a en ligne, le rire de Maxwell remplit l'appartement quand elle lui raconte ses frasques.

-« Tu as raison, il fallait l'attraper à la psychologie cette psychologue. J'aurai voulu être là pour le voir. Et ta boîte ça va toujours ? »

Heero écoute d'une oreille, il aimae entendre la voix chaude de Duo quand il téléphonait à la jeune femme, son timbre est si différent de celui qu'il utilise pour lui parler, si différent de celui quand il sonne à Quatre, Trowa ou Wufei, ce qui est plus rare.

µµµ

Lundi pendant que Louis cherche des renseignements sur la prochaine mission, Maxwell introduit ses codes sécurisés pour compulser d'anciens dossiers, comme il le fait souvent pour ne pas refaire deux fois la même erreur, combiner plusieurs méthodes, ce qu'il suggérait n'était pas toujours applicable sur le terrain. Il aimait s'inspirer de l'action des militaires. Mais cette fois ce qu'il voulait regarder, c'était une certaine mission suicide d'Heero, suicide parce qu'il n'y avait pas vraiment d'autres mots à part celui-là.

Les gestes de Maxwell deviennent de plus en plus nerveux.

-« Ça ne va pas Sergent ? » Demande Kay.

-« Je cherche le dossier Oploski. » Avoue-t-il.

-« Il n'est pas encore revenu de chez le Général, c'est vrai que c'est long cette fois ! C'était un dossier important pour la destruction d'un stock d'armes. J'ai un mail à lui faire pour des informations, je vais lui demander où il traîne. » Dit-il.

-« Dans d'autres termes, j'espère. » Sourit l'ex-02.

-« Avec les politesses d'usage, même si on n'en pense pas moins, hein Sergent ! » Rit Louis.

Maxwell lui sourit en se demandant ce que va répondre le Général, mais au moins il sera fixé sur la marche à suivre avec elle. Travailler dans ces conditions, il n'est pas sûr de le pouvoir.

µµµ

Dès le lendemain, Lady Une avait répondu au mail de Louis.

-« Voilà, Sergent, le dossier a été confié à la section asiatique parce que c'était sa zone. »

-« Au moins on sait où est passé ce dossier. Travaillons sur l'autre. »

Pour l'instant, il y avait une recrudescence dans la construction d'armes de contre-bande. Partout dans l'univers, renaissaient de leurs cendres tels des phénix des usines démantelées juste après la guerre.

Lady Une avait lâché ses hommes pour remonter les filières, ça mettait du temps pour y arriver, entre les militaires sur le terrain qui revenaient avec des informations, ceux qui travaillaient dans les bureaux pour regrouper ces renseignements et ceux qui préparaient les missions.  Il en fallait du temps pour ne pas se tromper de cible surtout.

Cependant à trop en perdre, des nouvelles usines repoussaient comme de la mauvaise herbe, ça devenait un cercle vicieux.

µµµ

Ça faisait trois semaines maintenant que Maxwell et Louis passaient tout leur temps sur le dossier Leviator, sauf s'il y a une urgence. Lady Une commence à les presser, c'est les racines qu'il faut exterminer cette fois avec cette mission.

-« Nous n'arriverons jamais à avoir le risque zéro. » Finit par lâcher Kay.

-« Si, mais pas avec ces méthodes-là. On y arriverait, en mission de longue haleine, en mettant un homme en infiltration qui repérerait les gens à tuer, les endroits à pirater, un lien avec les cellules. Tout se ferait sur l'ordre de l'homme à l'intérieur. Là, il n'y aurait pas mort d'homme. Si on y va en affront extérieur, il y aura du dégât dans nos troupes. Je vais lui rendre son dossier, seulement je ne le cautionne pas. » Explique Duo en montrant sur les plans, les dossiers étalés devant lui.

-« J'ai encore réussi à obtenir une semaine de délai. » Sourit Kay après avoir regardé dans sa boite mail.

-« C'est bien, mais je ne suis pas persuadé que ça change grand chose. Je ne descendrais jamais en dessous du risque septante pour cent d'y perdre les trois hommes de l'action. Hors elle veut à deux hommes au maximum, j'envoie deux hommes au massacre, ils n'auront aucune chance de revenir et certainement pas en un morceau. » Rage Maxwell.

-« On ne sait jamais Duo ! Une illumination comme pour le dossier Aron. »

-« Il était facile celui-là, c'était simplement aller chercher des documents dans un portable. Pourquoi le prendre dans la société alors qu'il suffisait de les prendre au domicile du propriétaire moins gardé ? » Sourit-il.

-« N'empêche qu'il fallait y penser. » Affirme Louis.

-« Ne pas rester braqué sur les données de base. Kay, je te l'ai déjà dit, il faut juste penser à l'objectif et oublier les instructions. »

-« Elle serait ravie Lady Une de savoir le peu d'intérêt que vous portez au travail des autres. »

-« Allez Kay, on s'y remet autant chercher à sauver ses pauvres hères. Je suis heureux de ne pas devoir désigner les hommes qui doivent partir. » Soupire-t-il.

Louis prend son téléphone pour appeler Bridget qu'elle aille chercher leur repas au Mess, ils mangeront encore au bureau comme depuis que le dossier Leviator a atterri sur leur pupitre.

Quand la jeune femme entre avec leur plateau, Duo avait détaché sa cravate, Louis remonté ses manches jusqu'au coude. Maxwell était persuadé qu'en détruisant cette usine, ça ne servirait à rien, le nœud du problème était ailleurs seulement Lady Une voulait que ça devienne un tas de ruine pour en faire un exemple.

Les heures passent, le repas est englouti depuis un bon moment. Dans l'après-midi, Duo expédie de rage le crayon qu'il mâchonnait de l'autre côté de la pièce, dans la seconde un nouveau entre dans son champ de vision.

-« Risque zéro, dix hommes aux points A,W, C, Z, Y, L, O, R, Q, S et on peut encore prendre des informations dans les bureaux au point G en déclenchant l'alarme cinq minutes avant l'explosion, tu peux le rédiger mon rapport, Kay. » Lâche Maxwell en prenant le crayon qu'il lui tend.

-« On ne cherche plus ? » S'étonne Louis.

-« Si, mais ça c'est ce qui ne bougera pas, c'est celui que je cautionne. Je descends cinq minutes à la machine à café, tu en veux un ? »

-« Oui, je veux bien. »

Arrivé devant la machine, il voit Yuy qui est adossé au mur juste à côté, ce dernier relève son regard acier sur son colocataire.

-« Sale mine. » Aborde Heero.

-« Sale dossier. » Répond-il en s'appuyant sur le mur à côté de son ami.

-« Je préfère mon rôle au tien. » Dit le métis en donnant un coup de rein pour se redresser.

-« Je ne voudrais pas choisir les hommes que j'envoie au massacre. » Rétorque sèchement Duo.

-« Je prends toujours la part la plus risquée. » Lâche Heero en se retournant pour fusiller Maxwell du regard.

-« Je ne parlais pas de toi ! » Rassure-t-il en souriant légèrement.

Heero sonde son colocataire avant de partir. Il ne va quand même pas lui proposer son aide, il devait rester sur ses positions, même s'il peut lui faire confiance. Il avait de moins en moins envie de faire des cachotteries, de se cacher. Duo n'avait pas l'air d'en profiter pour s'insinuer plus dans sa vie, ça le rassurait.

Maxwell le regarde partir en soupirant. Si seulement Heero n'était pas devenu militaire, il aurait pu mieux s'épanouir. Déjà qu'il constatait des légers changements, il le sentait plus vivre la musique qu'ils écoutaient. Il avait constaté que Yuy battait la mesure du pied depuis dix jours. Son roman que son colocataire avait commencé pendant sa convalescence avait été remplacé par un autre.

Il avait aussi réalisé que son livret de sport cérébral avait disparu pendant une journée et quand il l'avait retrouvé, il manquait la page centrale, qu'il avait retrouvée complétée avec l'écriture du métis dans la caisse aux vieux papiers. Heero avait certainement voulu essayer avant d'acheter le sien.

Un jour, si Yuy lui laissait l'occasion, il regarderait ce qu'il faisait sur son portable. Enfin pour l'instant, il devait penser à autre chose. Sa mission Leviator, il met une deuxième pièce dans la machine à café et prendre une boisson pour Louis.

Ils avaient cherché encore pendant cinq jours sans trouver de solution acceptable. Pour finir, Maxwell rentre son rapport au Général avec deux plans d'action, un qu'il cautionne et un qu'il rentre par obligation sans l'approuver.

µµµ

Il y a une semaine qu'il a remis son rapport, soit il va revenir approuvé, soit ils vont devoir faire d'autres recherches.

Pendant cette semaine, Maxwell n'est pas resté inactif, il est reparti à la recherche des dossiers qu'il n'a pas approuvés. Il n'y en a pas eu beaucoup seulement quatre en sept mois. Le dossier Oploski, il sait où il est. Mais le dossier Fenton, Brantal et Broca, Duo veut les retrouver et savoir ce qu'ils sont devenus. Pendant que Louis prépare les dossiers en suspends, il s'occupe de ça.

En faisant une recherche sur l'emplacement prévu des missions, il doit se rendre à l'évidence, elles ont été faites. Qu'il y ait eu des actions au même endroit, ça ne peut pas être un effet du hasard.

-« Vous faites des recherches sur quel dossier ? » Demande Kay en se penchant sur l'épaule du Sergent alors qu'il rédige un mail pour Wufei.

-« Des recherches personnelles. » Répond simplement Duo.

-« Personnelles sur le temps de travail. » Sourit-il.

-« Oui, parce que si mes soupçons sont fondés, ça touche au travail. » Avoue Maxwell en relisant son mail.

Peux-tu me dire qui a effectué ces missions en fichier ci-joint ?

Sinon, comment vas-tu ? Qu'est-ce qu'il y a de neuf dans ta vie depuis que je t'ai eu au téléphone il y a quinze jours ?

Dans l'heure, Chang lui sonne.

-« Tu te fous de ma gueule ? Maxwell, elles ont toutes été effectuées par ta section ! »

-« Tu sais me dire qui les a effectuées parce que du PC preventer et mes codes sécurisés, elles sont introuvables. »

-« J'ai demandé à Sally en gestion, elle les a eues directement dans la liste des missions effectuées par vos soins. Juste un listing, il n'y a rien de plus. Je lui demande, tu veux le contenu si elle les trouve ? »

-« Si elle ne doit pas faire la demande à Lady Une, sinon je vais m'en passer. » Soupire-t-il.

-« Maxwell qu'est-ce que tu suspectes ? » Demande légèrement paniqué Wufei.

-« Une section parallèle. Je te laisse, mon binôme revient. »

-« Je t'envoie ce que je trouve sur ton adresse privée qu'il n'y ait pas de traces. »

-« Merci, mon frère. »

Au soir, Maxwell trouvait un mail du Chinois.

Désolé, tout est classé top secret.

Tu dois avoir raison pour la double filière, tiens-moi au courant.

Un profond soupir s'échappe des lèvres de Duo, enfin ce n'était pas tout ça, il a du travail personnel à faire.

-« Heero, je suis à la buanderie pour mon linge. »

-« Hn »

Arrivé à la cave, Maxwell commence sa lessive et sort son livret de mots croisés. Si l'ascenseur n'était pas encore en panne, il serait remonté, mais c'est un programme court qu'il fait, il ne va pas se taper quatre fois quatorze étages en l'espace de trois quarts d'heures.

Autant le passer là et puis il fallait parfois mieux surveiller son linge. Pas qu'on le vole, mais c'était déjà arrivé qu'il retrouve son linge propre sur le sol avec le linge suivant dans la machine, et devoir relaver une partie ne lui avait pas fait plaisir.

Sa manne sous le bras, Maxwell s'attaque aux quatorze étages quand il rentre dans l'appartement, le salon est vide, le portable allumé sur la table basse.

Duo est tenté de regarder mais comme il ne sait pas où est le métis, il préfère se rendre directement dans sa chambre pour pendre son linge propre.

L'interphone se met en marche, il râle, il est justement en train d'étendre sa housse de couette sur le portique, il doit l'ôter sinon tout va se retrouver sur le sol. Le plus rapidement possible, il l'enlève pour la remettre dans son panier.

Quand ilouvre la porte, c'est pour voir Heero refermer celle de l'appartement. Bizarre et ce qui l'est encore plus c'est le portable qui est toujours allumé sur la table basse. Cette fois la curiosité est la plus forte, il fait le tour du fauteuil pour juste jeter un petit coup d'œil.

Un minuscule sourire sur les lèvres, Duo constate qu'Heero remplit une grille de mots croisés sur le portable, il y a bien des documents ouverts, comme un rapport et d'autres analyses mais il ne fait pas que travailler sur son portable. Il doit même constater en passant d'une page ouverte à l'autre que son bureau est personnalisé par une vue du Grand Canyon pour le rendre plus jovial.

Le bruit d'un mail qui arrive intrigue légèrement Maxwell, par curiosité il va sur la boite mail de manière à savoir s'il recevait également des mails privés. Il voit qu'il vient de Lady Une, normalement il ne l'aurait pas ouvert mais quand il voit l'objet « Leviator » Son sang ne fait qu'un tour, il ouvre le message.

Mission a très haut risque dix pour cent d'en revenir

C'est tout ce qu'il y avait d'inscrit.

Duo ne peut laisser faire ça, rapidement il s'envoie le mail sur sa boite personnelle et supprime toutes traces du mail aussi bien dans la boite de réception, des éléments envoyés et supprimés. Nerveusement, Maxwell se lève et retourne dans sa chambre. Dans les deux minutes, il entend la porte s'ouvrir, puis le pas silencieux de métis qui se rend vers sa chambre, avant de revenir vers le salon.

Quand Duo sort de sa chambre, Yuy fronce des sourcils surpris de le trouver dans l'appartement.

-« Qui est-ce qui a sonné ? » Demande Maxwell.

-« Un livreur. » Répond-il en jetant un regard vers son PC.

-« C'était pour toi ? » Questionne Duo.

-« Tu attendais quelque chose ? » Interroge le métis en haussant un sourcil.

-« Non, qu'est-ce que c'était ? »

-« Des vêtements achetés sur le net. Quand es-tu rentré ? »

C'était pour ça qu'il avait répondu à ses questions pour qu'il ne puisse pas se dérober, Maxwell regarde sa montre.

-« Je ne sais pas exactement, un peu avant qu'on ne sonne à la porte. Le salon était vide. » Précise-t-il.

-« Qu'est-ce que tu as fait ? » Relance Yuy.

-« J'ai pendu mon linge, je suis sorti pour voir qui sonnait et je t'ai vu partir alors j'ai fini de le pendre. »

-« Hn » Rétorque-t-il avant de se rendre à son ordinateur.

µµµ

Après le souper, Maxwell se rend dans sa chambre pour regarder plus en profondeur le mail qu'il a détourné. Avec tout ce qu'il a trouvé cette semaine, il commence à être dégoûté par la façon de procéder de son supérieur.

En voyant la mission qu'aurait dû faire Heero, il est écœuré, il a des nausées. Dix pour cent d'en revenir, il fallait le dire vite, lui faire mettre les dix bombes à lui tout seul avec un détonateur manuel couplé à la dernière charge. Sachant à combien de distance se trouve la sortie ainsi que le temps de programmation de ce genre de charge. Il n'avait aucune chance d'en sortir vivant, sauf peut-être grâce à son métabolisme résistant. Il lui faudrait au moins trois heures pour installer les charges avec les risques itinérants à ce genre de déplacement.

Duo pouvait calculer le risque à cinq pour cent de survie en se basant sur les capacités de l'ex-01. La mort pour un autre. Comment est-ce que Lady Une peut encore dormir la nuit ?

Lui ne pouvait plus continuer à travailler pour elle dans ces conditions là. Il savait ce qu'il devait faire. Maxwell prend son GSM et compose un numéro.

-« Hilde, je reviens vivre sur L2, j'ai toujours ma chambre chez toi ?… Merci. »

À Suivre… 

Chap 1 - Chap 3

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez


(1) Ballon à eau chaude.