banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo.

Beta lectrice : Hahn tah Yhel

Début d'écriture le 11/07/2013


Suis-je transparent ?


Alors que Heero et Duo déjeunent en silence, Maxwell retient un soupir. Deux jours qu'il est en congé et qu'il s'ennuie. Heero a un gros dossier et ne fait pas attention à lui quand il rentre du boulot. Il a l'impression d'être transparent et il n'aime pas cela.

Il tourne en rond dans l'appartement une fois son amant parti au travail. Dire qu'il a encore trois jours de congé à prendre.

Normalement, il aurait dû être en congé avec son homme, seulement, Heero a trop de conscience professionnelle pour tout laisser tomber. Lady Une n'a pas voulu qu'il repousse les siennes pour les prendre avec son compagnon après la fin de son dossier.

En plus son homme part tôt et rentre tard. D'accord, ils n'avaient pas fait de réels projets, à part profiter de l'autre, voir une exposition, se faire un cinéma peut-être également.

Seulement, Duo n'avait pas imaginé ses vacances seul à se morfondre. Oui, il pourrait aller se recoucher seulement où est l'intérêt quand on n'a pas sommeil d'aller dans un grand lit froid.

Après avoir rangé la table du petit déjeuner, il s'affale devant la télévision un air morose sur le visage. Il commence à zapper. Il en veut aussi un peu à Heero. Il veut bien admettre que c'est un dossier délicat et épineux, seulement ce n'est pas une raison pour l'ignorer soir et matin.

Il aurait dû le savoir depuis le temps que ce genre d'attitude se retourne souvent contre lui.

Bien sûr, il en voulait encore plus à son supérieur de ne pas lui avoir permis de repousser ses congés et de s'ennuyer. Au bout d'un certain temps, Maxwell coupe le téléviseur, le regard mauvais.

µµµ

Heero est fatigué, il y a plusieurs jours qu'il fouille les bandes vidéo à la recherche de son trafiquant d'armes. Seulement, il n'y a pas moyen de tourner les caméras de surveillance pour l'observer tout le temps. Il est toujours dans l'angle mort pour faire ses magouilles.

Le reste du temps, il lui sourit et le nargue.

Bien sûr, il a un secteur à surveiller, il a un profil, seulement quand il intervient le bonhomme n'a pas la marchandise ou l'argent de la transaction. Heero est bien obligé de le relâcher.

Il voit bien aussi que Duo n'apprécie pas, il a essayé de lui consacrer un peu de temps, seulement après des journées de douze heures, il ne rêve que d'une douche et de son lit.

Ce n'est pas pour son plaisir qu'il n'est pas parti en vacances. Dieu sait si son bonhomme n'aurait pas fait des meurtres en une semaine ou changé de secteur paniqué de ne plus les sentir à ses trousses. Là, le malfrat se moque d'eux, il s'amuse, il le voit bien à chaque interpellation.

Même s'il ne le dirait certainement jamais, il en a fait une affaire personnelle.

Alors qu'il le surveille à distance, le combi caché dans le coin lui transmet toutes les images. Yuy fronce des sourcils, une voix ringarde et haute perchée est en train de l'appeler.

-« J'ai des informations pour Heero Yuy. Non, non, non, je ne parlerai qu'à lui… Ne ment pas mon chou, tu n'as pas le charisme du beau Heero Yuy, lui c'est un homme, un vrai, va le chercher mon chou. »

Le Capitaine finit par se lever pour se rendre compte par lui-même de la situation. Il charge Wufei de continuer à épier les conversations, il ne faudrait pas qu'il manque une transaction.

Il écarquille les yeux en voyant un homme du moins il en a les apparences, regarder dans les bureaux alors que le jeune chargé de la sécurité s'échine à l'arrêter.

L'homme est habillé d'une robe turquoise lui arrivant jusqu'aux genoux, elle est aussi échancrée sur le devant jusqu'à la moitié de sa poitrine. Ses longs cheveux châtains sont coiffés de façon sauvage qui tient à grand renfort de laque. Il a une écharpe à plumes dans les tons bleus clairs. Il porte des spartiates qui montent jusqu'à mi mollet avec des talons aiguilles d'au-moins dix centimètres. Il marche en ondulant des hanches tout en balançant son sac à paillettes.

Il est également maquillé à outrance avec des faux cils d'au-moins cinq centimètres et des longs ongles vernis turquoises se mariant à sa robe.

-« Hou, hou, où te caches-tu ? Si tu veux des renseignements sur ton trafiquant d'armes montre-toi mon chou. »

Yuy n'hésite plus, son homme est souvent déguisé en Drag Queen et agit au milieu de dizaines d'autres de son espèce qui racolent à la sortie de la ville.

-« Je suis là. »

-« On ne m'a pas menti, il est beau comme un Dieu. Qu'est-ce que j'en ai de la chance ! » Minaude l'homme en s'avançant vers Heero.

Le capitaine se dirige vers son bureau et s'y appuie alors que l'homme arrive à lui en ondulant. Wufei écarquille les yeux en voyant l'énergumène qui vient d'entrer et de refermer la porte.

-« Si vous voulez vos renseignements, il faudra être bien gentil avec moi, mon chou. »

L'homme dépose sa main sur la poitrine du métis, de ses longs ongles, il fait sauter un puis deux boutons de la chemise Preventer. Il y introduit la main par l'ouverture pour effleurer la peau basanée. L'homme se mord la lèvre inférieure de plaisir.

-« Oh oui, bien gentil. » Minaude-t-il de sa voix haute perchée

-« Et qu'est-ce que vous voulez ? » Demande Heero.

L'homme ôte sa main de la chemise et caresse la mâchoire du brun laissant courir un ongle le long de celle-ci.

-« Avec un corps pareil, une nuit ça doit être torride avec vous. »

-« Je suis en couple, demandez autre chose. » Rétorque Yuy sans le quitter du regard.

Il faut dire que l'homme se promène devant lui de gauche à droite en laissant courir ses doigts le long du cou.

Il entend Wufei hoqueter derrière lui, l'homme continue de le dévisager, il s'approche et vient se plaquer contre Heero.

-« Dommage pour nous. »

Il fait courir un ongle sur la lèvre de Yuy avant d'ajouter.

-« Et ces lèvres sont aussi chasse-gardée ? »

Le métis passe ses bras dans le dos de l'homme, le colle à lui et l'embrasse passionnément.

-« Yuy ! » S'indigne Chang.

-« Enfin, Wufei, c'est Duo, tu ne l'as pas reconnu ! » S'exclame-t-il.

-« Bin merde. » Lâche Maxwell. « Comment t'as-fait ? Je ne me suis même pas reconnu dans la glace quand Sonia a eu fini. »

-« Maxwell ? »

Chang a beau écarquiller les yeux, il ne retrouve pas son ami, sauf dans la façon de se tenir et la voix depuis qu'il est sorti de son rôle.

-« Je te reconnaîtrais toujours entre mille. » Sourit-il. « Par contre, tu viens de me donner une idée. »

-« Ah bon ! » S'étonne Maxwell.

Puis il s'avance à nouveau en jouant.

-« Je savais que tu aimais ce style. Tu n'en aurais pas eu aussi régulièrement dans ton bureau sans raison. » Minaude Duo en reprenant ses mimiques.

-« Reste dans ton rôle et va épier mon trafiquant. Je suis sûr qu'ainsi tu vas le coincer et je serai en congé. » Lâche professionnellement Heero.

-« Si tu me prends par les sentiments. »

Il y a l'échange des coordonnées, il lui montre une photo avec et sans tenue Drag Queen, on ne sait jamais.

Maxwell s'en va en ondulant, arrivé dans le couloir, il hurle d'une voix haute perchée.

-« Merci mon chou pour cette promesse. »

-« Les collègues vont encore se poser des questions. » Soupire Chang. « Mais comment l'as-tu reconnu ? »

-« Ses yeux, ne va pas lui dire. Il aurait mis des lentilles colorantes, je ne l'aurai pas laissé m'approcher. Il n'a toujours pas été contacté pour des armes ? » S'informe Yuy en s'installant derrière son bureau.

-« Non, mais cela va finir par arriver. Tu n'as pas donné de matériel pour prévenir Maxwell. » Réalise Chang.

-« Je n'aurai pas voulu qu'il le repère. » Avoue Heero.

µµµ

Maxwell a fini par arriver au bon endroit, il ne met pas longtemps à repérer l'homme dans les trois Drags Queen qui sont là. Ce dernier aussi, il vient lui demander des explications.

-« Qu'est-ce que tu fais sur mon territoire ? »

-« Te mines pas, mon chou, je viens seulement montrer ma marchandise pour faire crisser mon mec qui n'a pas voulu me faire une gâterie au matin. »

-« Me gênes pas dans mon bisness. »

-« Mais non, je lui ai laissé un mot, il va sûrement rappliquer pour se faire pardonner. Il faut bien les dresser un peu, tu ne crois pas mon chou ? »

Il y a maintenant trois-quarts d'heure que Duo déambule en secouant son petit sac en faisant des sourires enjôleurs. De temps en temps, il mouille son majeur pour lisser ses sourcils. Il est même en train de se demander si Heero ne s'est pas foutu de sa gueule pour retourner la situation à son avantage quand une voiture s'arrête à la hauteur du trafiquant. Il est déjà monté dans une ou l'autre voiture pour réaliser une gâterie, seulement le mec, là, n'a pas du tout la gueule de l'emploi.

Maxwell repart en ondulant, va jusqu'au bout de la rue à cinq mètres en se demandant où traîne son homme. Pas étonnant qu'il lui file entre les doigts si Heero est si long à intervenir ou les hommes qu'il a mis en faction.

Alors qu'il revient, Duo se rend bien compte que les types vont lui filer entre les doigts s'il ne fait pas quelque chose.

En plus, il a bien repéré qu'il y avait un complice dans l'histoire même s'ils ont été très discrets.

Il va tenter le tout pour le tout. Rapide comme il peut l'être, il se sert de son sac pour ligoter les mains du trafiquant et presque dans le même mouvement, il introduit le bras dans la voiture pour ôter les clefs du contact.

-« Preventer, on ne bouge plus. Mes collèges vont arriver. » Lâche Duo.

-« J'aurai dû m'en douter à la façon dont tu bougeais que tu n'en étais pas. » Gronde le trafiquant.

-« Nouvelle mauvaise analyse, j'en suis. »

-« Alors tu t'amuses bien ? » Demande Heero en arrivant.

-« Attache celui dans la voiture. Il y a un troisième qui fout le camp, l'homme au fauteuil roulant. »

-« Je comprends qu'il nous échappait, tu ne veux pas y aller toi-même ? » Demande sarcastique Yuy.

-« Ro' j'ai les pieds en compote, mal aux chevilles, je voudrais rentrer. »

-« Il restera la paperasse et on sera en congé. » Sourit Heero en attachant le type avec ses menottes.

L'homme est bien obligé de rester avec les deux mains en dehors de la voiture.

-« Et je te masserai les chevilles. » Promet le métis en partant silencieusement dans la foule.

En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, il appréhende l'homme. Le reste Heero veut bien que Wufei le règle, il a déjà rempli la plus part des papiers, et obtenu que la journée de son amant soit payée pour son intervention.

Ensemble, main dans la main, ils s'en vont. Duo est toujours en tenue d'infiltration alors il a envie d'en remettre une couche.

-« Je blaguais mon chou, mais comme tu n'as qu'une parole, chez toi ou chez moi. » Roucoule Maxwell.

-« Chez moi. » Réplique le métis.

Puis il passe son bras autour de la taille du Drag Queen sous les regards horrifiés des Preventers.

-« Tu te rends compte que je vais pouvoir te faire une scène de jalousie. » Murmure Duo.

-« Tu crois vraiment qu'on va venir te le dire ? Tu es censé être en congé et à la maison, c'est peut-être pour un plan à trois. » Lâche platement Yuy.

-« L'avenir nous le dira. » Réplique Maxwell.

Fin

Chap 5Chap 7

Si ça vous a plu, il y a l'option
  Commentaires


Fin d'écriture 15 juillet 2013