banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Bêta auditrice : Tenshimizu

Lectrice 01 : Arlia Eien.

Acteurs : Heero, Duo, Relena.


Chapitre 3


Relena n'avait jamais été patiente surtout quand ça touchait au privé. Quand elle désirait quelque chose, elle aimait le recevoir rapidement, pour ça elle n'avait pas changé depuis l'adolescence. C'était cette mauvaise habitude qui lui avait déjà fait courir le monde derrière Heero durant la guerre.

Il y avait une semaine qu'elle avait commencé son régime basse calorie et elle ne voyait pas vraiment le résultat de ses efforts. Elle avait envie de grignoter. À tout bout de champ sa main cherchait le paquet de marshmallow. Elle avait l'impression d'avoir faim également, son esprit lui réclamait du sucre. Et toutes ses privations pour avoir seulement perdu deux kilos. Pourtant dans les magasins féminins, ils parlaient souvent de régime à la semaine pour perdre de cinq à dix kilos.

Heero lui avait proposé de la coacher la semaine dernière, autant lui demander de le faire. Elle voulait voir des résultats rapidement et seule, elle n'arriverait pas à maintenir ses efforts surtout que le sport ça n'avait jamais été sa tasse de thé. Le sport était plus amusant à plusieurs, on pouvait se motiver l'un l'autre, même si elle se doutait qu'elle aurait besoin d'être poussée pour courir tous les jours.

Tant qu'elle était dans de bonnes dispositions, elle décroche son téléphone pour composer le numéro de son ami.

-« Heero. »

-« Oui Relena ? » Interroge-t-il en voyant le numéro affiché.

-« Tu es toujours partant pour courir avec moi ? » Demande-t-elle pleine d'espoir.

D'un autre côté s'il dit non, elle sent qu'elle aurait de plus en plus dur de maintenir son régime. Encore une chance qu'elle avait dit à la cuisinière de ne plus préparer autant à manger, elle serait limitée sans vraiment le vouloir.

-« Bien sûr, on peut se donner rendez-vous chez toi à quinze heures, je suis sûr d'être rentré. »

-« Je t'y attendrai. »

Dès le lendemain, à quinze heures tapantes Heero apparaît en short noir et tee-shirt bleu foncé, baskets aux pieds. Il lui explique directement ce qu'il a mis au point avec son amant.

-« Je vais venir la première semaine. La deuxième semaine, c'est Duo qui viendra. Il fait le matin et il n'aura pas eu le temps de faire son footing et j'aimerai pouvoir avoir un peu de temps seul pour peindre surtout que je suis le rythme de mon homme. La troisième semaine, nous viendrons tous les deux. Avant que je ne reprenne le tour seul. Ça te convient ? »

-« Très bien, je trouve que vous êtes vraiment adorables. »

-« On y va alors. »

Au petit trot ils partent, Relena en jogging bleu pâle trottine à côté d'Heero. Il essaye de ne pas courir trop vite, il se rend vite compte que sa partenaire s'essouffle rapidement dès les premiers cent mètres. Pour ne pas lui faire faire une crise cardiaque, il décide de ne pas courir plus qu'un kilomètre. Dès qu'elle aura moins de poids, pour lui à vu d'œil, Relena devait friser les cent kilos maintenant, il serait toujours tant d'augmenter le temps de course.

Chaque jour, Yuy part dans une autre direction autant qu'il puisse profiter de la beauté du parc de la jeune femme pour s'inspirer pour d'autres tableaux. À la fin de la première semaine, elle commence à découvrir un jeune homme charmant qu'elle n'aurait même pas soupçonné. Cependant il est totalement différent de l'image qu'elle avait de lui.

Pendant la guerre, elle avait admiré sa détermination à aller au bout des choses, son abnégation. En le côtoyant, elle se rend compte qu'il a tendance à se laisser vivre. Il lui arrive souvent quand ils courent de s'arrêter pour regarder un oiseau dans un arbre ou les reflets du soleil sur l'étang. La première fois, elle s'était arrêtée aussi et lui avait demandé.

-« Qu'est-ce que tu fais ? »

-« Regarde c'est beau ! Suivant les nuages qui passent dans le ciel, l'eau change de couleur. Ça va de bleu foncé à bleu azur, regarde là, elle est grise. » Répond-t-il en montrant le centre de l'étang.

Il avait levé les yeux au ciel pour essayer de trouver le nuage qui se dessinait dans la mare. Il était resté à sourire en regardant les formes que prenaient ceux-ci.

Dès la troisième semaine, Yuy réalise que Relena s'épuise déjà moins vite. Ce n'est pas qu'elle a beaucoup perdu du poids. Néanmoins, l'activité constante, l'entraînement quotidien lui permet de faire presque deux kilomètres de course avant qu'elle ne devienne rouge comme une pivoine.

-« Tu dois bien t'hydrater quand tu as fini de courir. » Rappelle-t-il en partant alors que Duo est déjà dans la voiture.

-« Mais je vais reprendre toute l'eau que je viens d'éliminer. » Proteste-t-elle.

-« Non, l'eau va t'aider à éliminer les toxines et t'aider à perdre du poids également. » Sourit Heero avant de lui faire un dernier signe de la main et de grimper près de son amant.

µµµ

Relena avait déjà effectué deux cycles complets, Yuy revenait pour la troisième fois tout seul. Il pouvait constater que la jeune femme maigrissait petit à petit. Ça lui faisait plaisir qu'elle puisse constater le résultat de ses efforts. Il était fier d'elle, de sa persévérance, de réaliser qu'elle pouvait courir de plus en plus loin dans la propriété.

Cependant Relena trouvait que les choses n'allaient pas assez vite, en six semaines, elle n'avait perdu qu'une dizaine kilos. Elle voulait encore en perdre au moins une vingtaine pour atteindre le poids de soixante kilos. Elle en aurait cinq de plus qu'auparavant mais tout le monde s'accordait pour dire que ça lui allait bien avant son opération de la poitrine.

Un soir alors que la télévision marchait en bruit de fond pendant qu'elle préparait sa réunion pour le lendemain, elle entend.

-« Venez gagner une remise en forme. Vous n'avez pas le moral ? Vous ne vous sentez pas belle ? Venez participer à Mademoiselle Liberty, nous nous occupons de tout, chirurgie, gymnastique, thalasso, tout ce qu'il faut pour redevenir éblouissante. Inscrivez-vous via le site. »

Relena le note vite sur un bout de papier et vient regarder l'épisode de la semaine. Elle a un petit sourire sur le coin des lèvres. Elle ne tient pas à participer. Elle n'a pas besoin du lot de dix milles crédits offert pour la plus belle transformation. Elle a besoin du talent des chirurgiens qu'elle payera rubis sur l'ongle. Elle ne tient pas à passer à l'émission, ça lui ferait trop de mauvaise publicité.

Mais elle demandera une remise en forme sans la chirurgie du visage. Elle se plaisait comme elle était justement, peut-être ôter le double menton. Au moins en regardant l'émission, elle sait à quoi s'en tenir. Quand le générique de fin défile, elle se lève pour regarder dans son planning où elle aurait quatre semaines de libres. Elle n'aura pas besoin de six semaines comme les jeunes femmes qui participent. Elle allait en faire beaucoup moins, une liposuccion et faire plus d'exercices physiques pour tonifier le tout et surtout suivre le régime de l'institut.

Satisfaite de son idée qui allait lui faire gagner du temps sur son programme, et d'avoir trouvé la période, Relena se remet au travail.

µµµ

Malgré son projet, elle ne relâche pas ses efforts, elle continue de courir avec Heero ou Duo ou encore les deux et ça lui procure également du bien-être.

Avec Duo, elle courrait sans discontinuer, mais elle en apprenait moins sur son coach. Cependant, il lui donnait des conseils pour être moins essoufflée ou pour faire des exercices comme courir en ciseaux sur le côté pendant une minute puis l'autre pour raffermir les cuisses. Quand Heero s'arrêtait pour regarder un peu la nature, elle suivait maintenant le conseil de Maxwell. Elle faisait des étirements, des ciseaux ou bien des exercices d'assouplissement qu'il lui avait montrés pour ne pas se refroidir en attendant que Heero réalise que la jeune femme l'attendait pour reprendre la course. Il lui avait dit aussi d'insister auprès de Yuy après cinq minutes pour le ramener à ce qu'il doit faire.

Heero venait de s'arrêter une fois de plus pour regarder un arc-en-ciel apparaître. Relena stoppe sa course et commence à faire ses exercices. Debout les jambes écartées, elle se tient les mains à la hauteur de la poitrine et elle fait des rotations de son buste. Elle compte jusqu'à cinquante, puis elle change d'exercices avec la main gauche elle va toucher son pied droit et vis-versa. Arrivé à cinquante, elle regarde si Yuy est sorti de sa contemplation. Ce n'est pas le cas, alors elle s'avance vers lui.

-« Heero ! »

-« Hn ? »

-« On peut y aller ? »

-« Où ? » Demande-t-il surpris.

-« Finir de courir. »

-« Pardon. » Lâche-t-il en reprenant sa course.

Si ça arrive quand ils courraient à trois, Duo l'entraîne faire un large tour puis ils repassent houspiller son amant pour qu'il finisse le footing avec eux.

-« Heero, on t'attend. » Dit-il en passant à côté de lui.

Ce dernier lui sourit et vient se mettre à la hauteur de son amoureux. Amoureux du moins, c'est ce que Heero lui avait dit parce qu'elle n'avait jamais vu un seul geste de tendresse entre eux. Même si elle voyait le regard de Duo briller de tendresse quand il partait en laissant Heero regarder la nature. Du moins, elle le constatait maintenant qu'elle savait qu'ils étaient ensemble.

En fin de compte, elle progressait plus avec Maxwell et en arrivait à préférer courir avec lui qu'avec celui qui avait fait battre son cœur pendant si longtemps.

µµµ

Cette semaine, elle courait seule avec Heero. La semaine prochaine, elle rentrait en institut, elle devait le prévenir. Alors qu'il allait partir, et que son amant prendrait la relève pour la semaine à venir, elle l'arrête.

-« Ne venez pas pendant un mois, j'ai pris des arrangements pour faire une cure dans un centre. »

-« D'accord, préviens quand tu reviens. » Dit-il en montant dans la voiture de son amant.

Au moins avec le métis il n'y avait pas de longue explication à donner. Pagan avait été un peu réticent à la conduire, mais il avait fini par accepter, de toute façon, il savait qu'elle y serait allée par un autre moyen.

Avant de partir, Relena veut aussi organiser un thé pour dire au revoir à ses amies. On ne sait jamais qu'il lui arrive quelque chose durant l'opération. Elle sait très bien qu'elle prend un risque, même si elle estime qu'elle a plus à gagner qu'à perdre dans l'histoire.

Elle avait demandé à la femme de Pagan de faire une série de petits sablés qu'elle affectionnait particulièrement et elle avait demandé à Dorothy d'envoyer une invitation à toutes les anciennes filles de l'école la semaine dernière, vu qu'à son dernier thé ses trois meilleures amies n'étaient pas venues. Ici, elle fait les choses en grand espérant comme ça avoir moins de désistements.

-« Dorothy pour samedi vous savez qui sera présente que je puisse commander les biscuits ? » Demande-t-elle à l'interphone.

-« Personne Mademoiselle, je n'ai reçu que des cartes réponses négatives. Si vous voulez, je peux annuler mon rendez-vous. » Propose-t-elle.

Relena soupire légèrement avant de pousser à nouveau sur le bouton et de dire.

-« Non, vous êtes gentille, n'annulez pas, ce n'est pas si important que ça. »

Elle pouvait aussi considérer la jeune femme comme faisant partie de ses amis. Elle ne disait jamais rien, parfois dans son regard, elle lisait la désapprobation. Cependant, pas une fois, il n'y avait eu de la critique, son travail ne changeant pas, Dorothy estimait ne pas devoir la juger sur ce qu'elle faisait dans le privé.

µµµ

La première chose que Relena fait en arrivant au centre, c'est un check-up complet avant même qu'on ne l'installe dans une chambre privée avec vue sur le jardin comme elle l'avait demandé lors de son coup de téléphone.

Elle dépose ses deux valises à roulettes dans un coin du bureau et va se déshabiller dans la petite cabine prévue à cet effet.

-« Pas de problème lors de votre autre opération ? » Demande le médecin après l'avoir examinée.

Il avait vu les cicatrices, pas encore résorbées de son opération mammaire. La prise de poids, puis le régime, lui avait donné également pas mal de vergetures, qu'il essayerait de résorber avec des petites incisions et points de suture internes.

-« Non. » Dit-elle.

C'était ça aussi qui l'avait décidée pour finir de ne pas contacter à nouveau son ancien chirurgien pour lui faire un liposuccion quand elle avait vu l'émission, lui il n'aurait jamais accepté de lui faire une troisième anesthésie en toute connaissance de cause.

-« Bien, nous allons faire une prise de sang et un électrocardiogramme. Vu toutes les zones que vous voulez traiter. Le cou, le ventre, les cuisses, les bras, les mollets, nous allons faire une anesthésie générale, ça ira plus vite que plusieurs petites anesthésies locales sur plusieurs jours. »

-« D'accord, je préfère ça que vous entendre parler et avoir l'impression d'être un morceau de viande entre vos mains. »

L'homme d'une quarantaine d'années sourit avant de reprendre.

-« Nous vous avons installée dans la partie où les caméras ne tournent pas. Faites attention de respecter le planning pour ne pas tomber sur les journalistes qui couvrent l'émission de Mademoiselle Liberty. »

-« J'y prendrai garde, ce n'est pas mieux pour moi, si on me voit ici. » Rassure-t-elle.

-« Nous ferons ça demain dans l'avant midi. » Dit-il après avoir regardé le planning de l'émission.

-« Bien, ça me va. » Autant que les choses aillent vite.

-« Les exercices de remise en forme commenceront dans cinq jours. » Dit-il en se levant et en lui tendant la main.

Elle la saisit, la secoue légèrement avant de suivre l'infirmière qui la mène à sa chambre de manière à ce qu'elle puisse s'installer convenablement et se préparer pour l'opération le lendemain.

µµµ

Relena ouvre péniblement les yeux, elle se rappelait avoir pris le cachet avant l'anesthésie puis plus rien.

-« Enfin mademoiselle. » Dit l'infirmière soulagée en se levant pour appuyer sur un bouton sur le mur.

Elle cligne plusieurs fois des paupières pour essayer de stabiliser sa vue. La jeune femme en tenue blanche tourne en rond dans l'espace, ce n'est pas très normal, les gens ne flottent pas dans les airs.

Elle veut refermer les yeux, elle se sent si fatiguée.

-« Non, non, il faut rester éveillée. » Dit l'infirmière en la secouant légèrement au niveau de l'épaule.

-« Sommeil… mal gorge. » Arrive à baragouineur Relena.

-« C'est normal, on a dû vous entuber pour vous mettre sous respirateur artificiel durant une courte période. »

La porte s'ouvre à toute volée. Le médecin apparaît dans son champ de vision, il a l'air furieux.

-« Trois jours de coma. Je crois que vous auriez dû me prévenir des risques que vous encouriez. » Gronde l'homme. « Et ne me dites pas que vous ne le saviez pas. Je suis fautif aussi j'aurai dû faire venir votre dossier médical avant l'intervention et non après. »

-« Vous… auriez refusé… l'opération. » Affirme-t-elle péniblement en essayant de garder les yeux ouverts.

Elle savait bien qu'elle avait joué avec sa vie, mais paraître belle aux yeux du monde était bien plus important à ses yeux à ce moment-là. Et puis les autres fois son cœur n'avait jamais fait que s'emballer, ce n'était pas dramatique non plus.

-« Certainement, surtout que vous perdez bien avec de la patience vous seriez arrivé à cette silhouette sans risque. » Accuse le médecin.

-« L'opération ? Vous avez pu la faire ? » S'inquiète-t-elle qu'elle n'ait pas fait tout ça pour rien.

-« Oui vos problèmes cardiaques ont eu lieu au milieu de l'intervention. Une fois dans le coma, on l'a finie. Autant le faire parce qu'on n'aurait pas pu vous endormir une nouvelle fois pour finir. J'espère pour vous qu'on ne devra jamais vous opérer. » Dit-il avant de partir pour s'occuper des impératifs de l'émission TV.

Relena essaye de bouger un peu pour voir à quoi elle ressemble. Sa main est attachée au montant du lit pour que la perfusion ne soit pas arrachée.

-« J'aimerai me voir. » Dit-elle voyant que ça ne servait à rien.

-« Quand vous pourrez vous lever, ici on a mis également des Lipopanty sur toutes les zones traitées. Vous avez aussi des drains lymphatiques à plusieurs endroits. Comment vous sentez-vous ? »

-« Vaseuse, j'ai froid aussi. »

-« Vous avez froid ! » Panique l'infirmière.

Elle se lève et vient mettre sa main sur le front de sa patiente. Elle se mord la lèvre avant de sortir de la chambre en toute hâte. Son patron était déjà fou de rage pour la mauvaise publicité que ça pourrait lui apporter. Alors si en plus, elle développait une embolie graisseuse ou la septicémie, ce serait le bouquet.

-« Docteur, mademoiselle fait de la fièvre. » Murmure-t-elle quand elle arrive à sa hauteur.

-« Mince, j'espère qu'elle ne va pas me mentir cette fois. » Dit-il en rebroussant chemin.

Il entre dans la chambre pour l'ausculter, chose qu'il aurait dû faire au moment de son autre visite, mais il était tellement en colère et ses gestes n'auraient pas été emprunt de douceur comme il aurait dû pour manipuler une patiente sortant d'un coma et d'une telle opération.

-« Vous n'êtes pas allergique aux antibiotiques qu'on vous a donné l'autre fois ? » Demande l'homme après avoir fait un rapide bilan et vérifier le dossier qui pend au pied du lit maintenant.

-« Non l'anesthésie c'est la seule chose qui me fait réagir. » Avoue Relena mais le rouge aux joues n'est pas dû à la honte, mais à la fièvre, elle a plus de 39 degrés de fièvre.

-« Mettez là sous antibiotiques par intraveineuse. Maintenant on va lui ôter les lipopanty pour regarder l'état des points d'infiltration. »

-« Bien docteur, je vais chercher le médicament et une consœur. »

En voyant que la peau n'est pas rouge, ni ne commence à se délabrer, le médecin ne sait pas s'il doit être soulagé ou pas. La septicémie ce n'est pas mieux, mais l'esthétique sera sauve. Si la patiente ne souffre pas trop longtemps d'une forte fièvre.

µµµ

Durant une semaine Relena doit rester alitée parce qu'elle est trop faible. Le médecin finit par demander qu'on maintienne la sonde urinaire qu'on lui a mis durant son coma. Trois jours après l'opération, la jeune femme peut s'asseoir et faire autre chose qu'écouter la radio quand elle ne dort pas.

C'est un peu déprimée que Relena peut enfin se lever au matin du septième jour, la fièvre ayant complètement disparu depuis deux jours. Elle s'en veut d'avoir voulu faire cette opération à tout prix.

Si elle est arrivée aux soixante kilos qu'elle voulait absolument, elle a aussi de nouvelles cicatrices. Elle les a vues en prenant sa première douche avec une infirmière à ses côtés en cas où elle aurait un malaise.

Elle ne supporte plus toutes ces gaines et de devoir faire des exercices avec elles. Dans deux jours on enlèvera les drains. En plus elle se sent mal dans sa peau d'être ici toute seule, elle n'a prévenu personne pour faire un retour en fanfare. Elle aurait mieux fait d'être raisonnable.

En reprenant un nouvel exercice avec des poids qu'elle doit faire venir vers elle juste avec les bras, elle pense à tout ça et se dit qu'elle doit encore supporter ses gaines de jour durant un mois. En se voyant travailler devant le miroir, elle regrette son entraîneur particulier. Elle se rend compte que Duo a une méthode bien à lui, mais qui donne envie de travailler. Il fait les exercices avec elle, ici seule avec les machines, elle n'a pas très envie de faire des efforts. Néanmoins, il faut que son histoire porte ses fruits, elle ne peut pas s'arrêter si près du but. Dans deux semaines, elle pourra sortir.

µµµ

Aujourd'hui, il y a un mois qu'elle est entrée dans ce centre. Elle doit encore effectuer sa visite médicale et elle pourra sortir. Elle est fière de sa silhouette, mais ce qui l'énerve un rien c'est qu'elle va devoir faire les boutiques. Quand elle avait pris du poids, elle avait voulu faire un geste pour des œuvres et elle avait donné son M qui lui aurait été bien utile maintenant.

Elle avait les moyens de faire les magazins, mais ça lui prenait du temps, elle n'aimait pas ça. En y réfléchissant, elle s'en voulait du gaspillage qu'elle avait fait. Elle aurait pu mieux utiliser cet argent là ainsi que le temps qu'elle allait passer dans un centre commercial. Elle aurait pu l'utiliser aussi pour faire d'autres choses, rattraper le retard dans son travail qui devait s'être accumulé en un mois. Au début de son hospitalisation, elle avait demandé au médecin si elle pouvait se faire envoyé une partie de son travail au centre, mais les horaires d'exercices ne lui laissaient pas le temps, elle dormait dès qu'elle revenait de la salle de sport.

Elle arrive au cabinet du médecin et frappe à la porte.

-« Entrez, bonjour mademoiselle Peacecraft, j'espère que vous êtes satisfaite de nos services. » Dit-il en lui montrant une chaise devant son pupitre.

-« Oui, je n'ai pas eu à me plaindre. »

-« Donc nous avons aspiré la cellule graisseuse qui est en nombre fixe après la puberté. Ça signifie qu'elle ne va pas repousser, c'est définitif. Vous n'allez plus grossir dans les zones où je suis passé. »

Voyant le sourire se faire sur le visage de Relena, il complète rapidement.

-« Il faut faire attention à son régime pour ne pas prendre des kilos ailleurs. Ils s'y mettraient de façon pas harmonieuse du tout. »

-« Merci pour ces explications. »

-« Déshabillez-vous, nous allons vérifier le reste des petites cicatrices, mais je vois que celles du cou restent visibles. » Soupire légèrement l'homme.

-« Oui, je l'ai constaté lors de la pose mammaire. Je garde des cicatrices très visibles longtemps. On voit encore beaucoup celles de la poitrine. »

Tout en l'auscultant, le médecin lui demande.

-« On ne vous a pas conseillé d'hydrater la peau avec des pommades régénératrices ? »

-« Non. »

-« Je vais vous en prescrire, ça ne peut pas vous faire de tort. Vous allez pouvoir enlever les panty et les gaines pour la nuit, garder les encore pour la journée pendant un mois. Matin et soir de la crème sur le corps pour l'hydrater, vous êtes jeune, ça devrait se reconstruire. »

-« Merci docteur. »

-« Vous devez venir vous remontrer dans deux mois. » Rappelle le docteur quand elle arrive à la porte.

-« Je viendrai. »

µµµ

En début de matinée, Relena avait contacté Pagan pour lui donner l'heure de sortie. Il l'attendait avec la limousine devant le centre.

-« Vous êtes ravissante Mademoiselle. » Lui dit-il en lui ouvrant la porte.

-« Merci Pagan. Pouvons-nous aller faire quelques courses ? »

-« Sans problème, je suis à votre service. »

Quand elle arrive au magasin, elle soupire légèrement. Elle se sentait un peu mal dans sa peau dans ses vêtements trop larges qu'elle faisait tenir grâce à une ceinture. Il faut y aller, elle espère trouver cette fois des ensembles qui lui conviennent et dans les coloris qu'elle aime. Il faut dire que sa dernière sortie pour faire les boutiques l'avaient assez déprimée. Tout ce qui lui plaisait, elle ne rentrait pas dedans. Ça s'arrêtait au XL et elle avait fini par devoir acheter des choses qui lui plaisaient moins pour s'habiller parce qu'elle ne pouvait pas décemment se présenter devant les caméras en pyjama ou robe de chambre, seule chose dans lesquelles elle se sentait à l'aise.

Dès qu'elle commence à passer des tenues, Relena sourit en constatant qu'elle peut rentrer dans tous les vêtements qui lui font envie, qu'elle se sent à l'aise dans les couleurs pâles. Elle achète un stock de tailleurs, de jupes, pantalons et blouses. Cette fois, elle sait que c'est pour longtemps.

Sur le chemin du retour, elle regarde sa montre. Il est quatorze heures, peut-être que Heero a fini de travailler. Elle lui sonne, il décroche à la troisième sonnerie.

-« J'aimerai te voir. »

-« Je peux être à ta propriété dans une heure et demi. »

-« Merci. »

Relena avait besoin de savoir ce qu'il pensait de sa transformation. Pas de son approbation, elle sait qu'il ne l'aurait jamais peinte il y a trois mois. Est-ce qu'elle était devenue assez mince et belle pour lui redonner envie de faire un tableau ?

En arrivant à la maison, elle confie ses achats à Pagan pour qu'il les range à leur place. De la fenêtre de son salon, Relena voit la voiture de Duo remonter l'allée. Elle se renfrogne un peu, elle a juste envie de voir son ami, pas les deux jeunes gens. Elle sourit en voyant que c'est Heero qui est au volant. Oui, elle devait l'admettre c'est un vrai ami, il était avec son amant puisqu'il a sa voiture et pourtant il n'a pas hésité une fraction de seconde à répondre à son appel.

Elle se dirige vers les portes-fenêtres pour les ouvrir et l'accueillir.

-« Tu es très en beauté, tu as eu raison de t'inscrire dans ce centre. » Voyant la petite cicatrice près de la mâchoire, il a ajoute. « Même si ce n'est pas naturel. »

-« Je me sens mieux dans ma peau aussi comme ça, un peu plus de poids qu'avant, mais bien moins qu'il y a six mois. »

-« Ça se ressent dans ta façon de te tenir. »

Elle lui prend la main et le tire vers le parc en disant.

-« Viens avec moi, j'ai une surprise pour toi. »

Heero la suit volontiers, il préfère marcher dans le parc que rester enfermé dans un salon. L'un à côté de l'autre, ils se dirigent vers l'étang.

-« Tu te rappelles quand tu m'as dit que ce serait magnifique de pouvoir y voir nager des poissons rouges ? »

-« Oui, je trouve qu'il manque de vie ton étang, les truites ont ne les voit pas bien, même si c'est mieux de savoir d'où proviennent les poissons dans ton assiette. »

Ils arrivent devant l'étang où un grand sac est enfoncé dans l'eau pour que les poissons s'habituent à la température de l'eau.

Heero s'abaisse et les observe, ce sont des koïs orange avec des tâches blanches et noires. Il y en a une dizaine. Il tourne son visage radieux vers son amie.

-« Tu peux les libérer, il y a assez longtemps qu'ils sont là. Tu peux venir aussi souvent que tu le désires. Si tu veux, tu peux laisser du matériel pour peindre au château. »

Yuy prend un coin du sac pour le retourner, il suit du regard les poissons qui s'éloignent dans les eaux, avant de se relever et de répondre à la jeune femme.

-« Je préfère peindre dans mon atelier. Merci pour le reste mais ce n'était pas nécessaire te voir mieux dans ta peau était suffisant pour moi. »

-« Je ne me sens pas encore si bien, je vais devoir porter des blouses aux manches trois-quarts pour masquer mes cicatrices, des maillots une pièce, des jupes jusqu'aux genoux. J'ai le corps qui marque. » Soupire-t-elle.

-« Tu sais, l'important c'est ce que tu es dans ton cœur et dans ta tête, le reste c'est de l'apparence. Si les gens n'arrivent pas à voir le vrai toi, alors c'est qu'ils n'ont pas besoin de te fréquenter. Tu dois regarder qui est encore autour de toi dans l'épreuve, pas ceux qui sont là quand tout va bien. »

-« Merci, tu es un sage. »

-« Je ne crois pas. »

Ils reprennent la direction du palais, ils sont presque arrivés que Heero pose la question qui brûle les lèvres depuis qu'il l'a vue.

-« J'ai une connaissance qui aimerait passer, je peux lui dire que tu es rentrée ? »

-« Oui ! »

-« Je retourne rejoindre Duo, on va devoir partir vers son appartement, il fait les matins. »

-« Merci d'être passé Heero. »

µµµ

Le temps a filé, aujourd'hui ils sont une nouvelle fois au bal pour la Paix. Heero sourit en voyant Relena descendre les marches au bras de Kai, le jeune homme blond qui avait défendu l'honneur de la princesse durant la guerre. Ils allaient bien ensemble. Relena est magnifique dans sa robe de bal vert pale qui touche le sol, les manches trois-quarts qui bouffent un peu.

Yuy, au moment du centre de remise en forme de Relena, avait demandé à son compagnon de faire des recherches pour retrouver le jeune homme, mais en les voyant si heureux, il ne regrettait pas les infractions que son amant avait faites, de voir le couple si bien ensemble le réjouissait.

Lors de la première danse que Heero demande à la jeune femme, cette dernière lui dit au creux de l'oreille.

-« Quand on est ensemble Kai et moi, je n'ai pas honte de mon corps que je cache aux autres. Il n'a jamais eu un regard dégoûté, il n'y a que de l'amour dans ses yeux. Merci pour tout Heero. »

Dire qu'elle avait failli mourir pour trouver enfin le bonheur et qu'il était près d'elle. Kai lui avait avoué qu'il espérait depuis la guerre qu'elle le remarque, mais il ne se croyait pas assez bien pour elle. Heero l'avait un peu poussé à tenter sa chance et oser l'inviter plusieurs fois.

Durant la danse, elle avait dit à Yuy ce qu'elle ressentait quand elle était debout devant sa glace sans l'amour de Kai dans les yeux. À ce moment-là, elle regrettait ses choix. Ses cicatrices lui rappelaient qu'elle avait été stupide et qu'elle n'avait pas assez réfléchi avant d'essayer de se transformer pour attirer Heero qui lui ne l'aimerait jamais de cette façon. Ça ne sert à rien de vouloir changer pour les autres ou encore par amour, ce qui compte c'est ce qu'on est. Si on veut devenir différent pour de mauvaises raisons, on finit toujours par se perdre.

FIN 

Chap 2 - Accueil

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez