banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer. En tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Yaoi, hétéro.

Bêta auditrice : Tenshimizu.

Acteurs : Heero, Duo, Hilde, Trowa

Catégorie : Défi, pour toi, Arlia, puisque tu l'as demandé dans le défi, et hop un petit coup de pub.

Note de l'auteur : Les termes du défi seront mis à la fin de la fic.


Les chasseurs sont lâchés (2)


µµµ

De retour à l'appartement des deux jeunes gens, Heero s'étonne des aptitudes de Hilde. Il n'arrive pas à la prendre en défaut. Pourtant au début, il avait été clément avec elle. Rapidement, comme elle passait à travers les pièges qu'il tendait, il l'avait testé comme si c'était un garde qu'il allait mettre au service de Relena.

Duo les observait de loin et prenait beaucoup de plaisir à la voir déjouer les pièges de Yuy. Quand Hilde partit à la douche, Heero vient trouver son ami, il est en sueur.

-« Je n'aurais jamais cru ça. » Halète-t-il un sourire heureux sur les lèvres.

-« C'est quand même elle qui m'avait arrêté, pourchasser avant que je ne la rallie à notre cause. C'est elle, aussi, qui est passée à travers les mailles de la sécurité du White flag pour aller chercher les plans du Libra. Elle qui a commencé à combattre le Vayette et le Mercurius avec un simple Léo, alors qu'ils avaient vos méthodes de combat à toi et Trowa. Tu n'as pas affaire à de la gnognotte, mon pote. »

Heero approuve de la tête, reste dans ses pensées.

-« J'ai l'impression que je vais bientôt perdre ma colocataire. Et toi, tu vas gagner un agent hautement qualifié. » Sourit-il.

-« Ça te gênerait ? » Interroge Yuy après avoir regardé si la jeune femme revenait.

-« Si je te disais oui, ça t'empêcherait ? » Demande-t-il en tendant un verre d'eau à son ami.

-« Non, c'est vrai ! »

-« Heero, rends-la heureuse ou tu auras affaire à moi. » Menace Duo en quittant la pièce pour aller chercher le repas du soir.

µµµ

Le lendemain matin, Heero part avec Hilde pour la mission. Duo savait qu'il ne reverrait que de temps en temps son amie, qu'elle partait vers son destin. Yuy ne le savait pas encore lui-même, mais il était sous le charme de la jeune femme.

Maxwell avait accompagné les deux jeunes gens au port spatial. Là, il constate qu'il y a une affiche annonçant que le cirque Bloom est sur L3. Il a trois heures pour prendre la première navette pour cette colonie.

Il fait un rapide aller-retour à l'appartement pour le fermer et prendre quelques vêtements de rechange. Le métis lui a donné l'envie de revoir les autres, disons aussi qu'en le privant de son amie, il avait besoin de compagnie.

En arrivant au cirque, Maxwell tombe sur Catherine, avant même de voir Barton.

-« Ah non, pas toi ! Qu'est-ce que tu viens faire ici ? » Dit-elle en l'empêchant d'avancer plus loin.

-« Je viens voir Trowa, c'est tout. » Rétorque-t-il en haussant les épaules.

-« Oui, la dernière fois que tu as dit ça, Trowa est reparti se battre. Laisse-le en dehors de tes combines. » Gronde la jeune femme.

-« La guerre est finie Catherine. » Rappelle-t-il.

-« Wufei est passé il y a trois mois, il voulait l'enrouler dans une mission preventer. Maintenant, c'est toi qui débarque. » S'énerve-t-elle.

-« Il a peut-être besoin de pouvoir parler de cette époque aussi, avec quelqu'un qui le comprenne. Ce n'est pas en faisant comme s'il n'avait jamais fait ça qu'il va vivre l'après-guerre. » Sermonne-t-il.

-« Foutez-lui la paix, il a fait sa reconversion. » Hurle-t-elle en lui montrant l'extérieur du cirque.

-« A-t-il seulement vu Wufei ou as-tu fait barrage ? » Interroge Maxwell en restant sur place.

-« Qu'est-ce qui se passe ici ? Duo ! Ça fait plaisir de te voir, il n'y a jamais personne qui passe. Je trouve ça navrant. » Soupire Barton en arrivant d'une caravane.

Maxwell mine de rien a sa réponse. Il se tourne vers le nouvel arrivant et reste subjugué. Si lui à vingt ans atteignait le mètre septante-cinq, Trowa qui avait toujours été le plus grand, lui arrivait facilement au mètre nonante. Comme Heero et les deux autres avaient poussé de concert avec lui, il ne s'attendait pas à ça.

Trowa est en tenue de cirque, son torse fait un triangle renversé. Duo a presque envie de tâter les muscles pour voir si c'était du vrai ou de la gonflette. Si en poignant, on passait à travers. Ses cheveux bruns-roux masquent la moitié de son visage maintenant, le rendant encore plus insondable.

-« Pourquoi n'appelles-tu pas ? » Demande Maxwell un peu surpris qu'il n'y ait pas pensé tout seul à cette solution.

-« Je suis toujours tellement occupé que je n'ai pas le temps de faire des recherches pour vous trouver. Le seul, c'est Quatre par les revues. Que deviennent les autres ? » Interroge-t-il.

-« Trowa, il y a les lions qui… » Commence Catherine.

-« C'est fait. » Coupe Barton.

-« Carlos a dit que le camion des éléphants… » Tente à nouveau la rousse.

-« Encore en panne. Je lui ai montré comment le redémarrer. Tu restes après la représentation ? » Propose Trowa plein d'espoir, même si ça ne se voit pas sur son visage.

-« Oui, mais il faudra me dire où il y a un hôtel pour la nuit. Je dois ouvrir mercredi aussi. » Prévient-il et lui dire directement le temps qu'il peut rester.

-« Viens dans ma roulotte qu'on discute. » Offre le saltimbanque.

Catherine bouillait.

-« Tu as dit que tu voulais faire un nouveau numéro, qu'on allait le préparer après la représentation. » S'insurge-t-elle.

-« Ce n'est pas souvent que j'ai de la visite. » Rétorque calmement Trowa.

Barton part vers le chapiteau en faisant signe à Duo de le suivre. Quand ils sont suffisamment loin, Maxwell lui demande.

-« Elle est toujours comme ça ? »

-« C'est un vrai cerbère. Quatre est venu au début mais devant son attitude, il en a eu marre. Il n'avait pas le temps de jouer. » Raconte Trowa.

-« Wufei est passé, il y a trois mois pour te proposer une mission, tu savais ? » Interroge-t-il.

-« Non, ça m'aurait plu. » Affirme-t-il.

-« Je préfère pour toi que pour moi d'avoir une sœur pareille. »

-« Je préfère pas pour moi. » Rectifie le troubadour.

Duo éclate de rire. Trowa lui donne un morceau de treillis en tissus et lui montre une poutre. En voyant le crochet et l'attache sur le tissu, n'étant pas plus con qu'un autre, il le fait tenir à la poutre. Il voit Barton chercher l'autre attache et se diriger vers l'autre poutre, autant faire pareil. Quand il a fini, il se rend compte qu'il a installé le filet de protection pour les trapézistes.

µµµ

Pendant toute la représentation, Catherine monopolise son frère pour la maintenance du cirque et le bon déroulement des numéros. Duo finit par arriver près d'elle quand Trowa part ranger du matériel entre deux spectacles.

-« Lâche-lui la grappe. C'est comme ça qu'il va partir, tu l'étouffes. » Certifie-t-il avant de partir à sa place pour voir le numéro de clown.

Catherine ne le lâche pas du regard, Maxwell se dit qu'il a beaucoup de chance que son numéro de lancé de couteaux est passé, parce qu'elle aurait sûrement changé de cible et fait exprès de le blesser.

Après la représentation, Duo se rend près de Trowa.

-« Je range le matériel et je te montre ma roulotte. » Dit ce dernier en partant vers l'intérieur du chapiteau.

-« Tu veux un coup de main ? » Interroge-t-il en lui emboîtant le pas.

-« Pas de refus. »

À deux, ça va plus vite. En une petite heure, tout est remis en ordre. Duo récupère son sac à la billetterie et suit le saltimbanque. D'un regard appréciateur, il scrute la silhouette de Barton, il s'arrête au postérieur et il soupire.

« Il faudrait qu'il se renseigne sur de la musculation fessière. Il est plat comme une crêpe. Rien à palper pendant l'acte. Argh, mais à quoi, je pense, moi. Ça ne va pas la tête, ressaisis-toi Maxwell. »

Trowa arrive à sa roulotte, il l'ouvre. Un lit trône dans un coin, une petite table à côté. Il y avait également une table sur un pied repliable, un coffre de rangement qui fait office de banc. Duo s'y assied, Trowa s'installe sur le lit en face de lui en attendant que le café passe.

-« Le lit s'allonge, on ne sera pas serré. » Dit Barton pour lancer la discussion.

-« Je dors avec toi ? » S'estomaque-t-il.

-« Ce n'est pas la première fois. »

-« Oui, mais on était des ados. » Rappelle Duo un rien mal à l'aise.

-« Tu es toujours avec Hilde ? » Interroge Trowa.

-« Nous vivons ensemble, mais je ne suis pas avec elle. Enfin sûrement pour plus trop longtemps, Heero est venu la chercher pour une mission. Vu comme il la regardait et qu'elle est ce qu'il recherche, à mon avis, j'ai perdu ma colocataire. » Lâche Duo en haussant les épaules.

-« Pas trop dure ? » Questionne Barton

-« Si elle est heureuse, non. »

-« Je parlais d'Heero. »

-« Quoi avec lui ? Je ne te suis pas Man. » Dit-il en plissant le front.

-« Ça je sais, tu ne l'as jamais pu. » Murmure-t-il en partant chercher le café qui a fini de passer.

Barton revient vers Duo avec un café dans lequel il y a un nuage minime de lait, non mélangé comme il l'aime depuis ado. Celui-ci est étonné, tout est bizarre dans le comportement du saltimbanque. Maxwell relève la tête pour tomber sur un mur inexpressif avec un micro sourire.

-« Explique-moi ce que tu voulais dire avec Heero ? » Demande Duo.

-« Pourquoi ? Ce n'est pas drôle, sinon. »

Maxwell reporte son regard sur le café.

-« J'espère que tes goûts non pas changés ? » Demande Trowa.

-« Non, mais comment sais-tu ? » Interroge-t-il en portant sa tasse à la bouche.

-« J'en ai passé du temps à t'observer. »

Maxwell relève la tête. Trowa à ses deux mains sur le menton. Les deux coudes de ce dernier sont de part et d'autre de son bol. Il a le tronc en avant. Pourtant Duo n'arrive pas à savoir ce que veux Barton. Il est insondable. Voilà le mot.

-« Parle-moi des autres ? » Dit Barton après un long silence.

-« Quatre va se marier avec la fille qui lui était promise. Ça ne te gêne pas ? »

-« Je le considère comme un petit frère. Le premier à m'avoir considéré autrement qu'une machine à tuer. »

-« Je croirais entendre Ro' » Sourit Maxwell

-« On se ressemble beaucoup. » Avoue-t-il. « J'ai tout fait pour lui ressembler mais tu n'avais de yeux que pour lui. »Pense-t-il.

Le silence se réinstalle. Il n'est pas gênant. Néanmoins, c'est Barton qui le brise.

-« Comment ça se fait qu'Heero vienne chercher Hilde pour une mission ? »

-« Au départ, c'est moi qu'il voulait. Mais je n'avais pas trop envie de me relooker en femme pour les beaux yeux de perfect soldier. Encore moins pour sa boss. Comme Hilde s'emmerde dans sa supérette, elle s'est proposée. Ro' a testé et pris. Tu as un vidéophone que je lui demande demain comment va la préparation et sa rencontre avec la boss ? » Interroge-t-il.

-« Non, mais le directeur oui. »

-« Tant pis, je me contenterai du téléphone. Wu, je n'ai pas de news depuis l'épisode de Marie-Meiya. Ça ne fait que deux ans quoi ! » Sourit-il.

-« Les missions ça ne t'intéresse plus ? » Questionne Barton après un silence où les deux jeunes gens en ont profité pour boire leur café.

-« Non, plus du tout, j'en ai soupé et toi ? »

-« Je ne dirais pas non, l'action me manque. » Avoue-t-il un peu de tristesse dans la voix.

-« Tu ne dois pas en manquer pour passer entre les mailles du cerbère. »

Barton ramasse les deux tasses vides, les dépose dans l'évier et dit en revenant vers son ami.

-« On va dormir, je me lève tôt. Côté mur ou bord ? »

-« Le mur, tu te lèveras avant moi ! »

µµµ

Après être passé, l'un après l'autre derrière le paravent qui faisait office de salle de bain afin de se préparer pour la nuit. Trowa sourit de voir Duo se coller contre le mur pour lui laisser de l'espace. Des yeux, il parcoure le corps allongé dans son lit et ce dit que ça va être dur de ne pas le toucher, le sentir, en profiter depuis le temps qu'il le désire.

Duo sent le matelas s'enfoncer quand le saltimbanque se met au lit. Il ne veut surtout pas penser au canon qu'il a dans le lit à côté de lui. Comme il est difficile dans son choix de ses partenaires, ça fait un long moment qu'il vit de plaisirs solitaires. Deux mots qui parfois ne sont pas si bien assortis que ça. Cependant, il ne se retrouve pas dans les plans culs. En plus il a des principes. Même si Trowa n'est pas un ami, comme il l'entend, ce n'est pas non plus une simple connaissance. Elle allait lui manquer Hilde. Fini pour lui de pouvoir parler de tout à cœur ouvert, parce que le téléphone, il y aurait toujours le doute qu'Heero soit là à écouter.

De ce que Quatre lui avait dit, Trowa ne bougeait pas la nuit. Ce n'était pas comme lui. Alors il mettait déjà la distance pour ne pas l'effleurer par accident.

µµµ

Au petit matin, quand le réveil sonne à cinq heures trente, Trowa se retrouve avec Duo étendu à moitié sur lui. Il est tout heureux de la situation.

-« Duo » lui dit-il doucement en lui caressant la joue. « Je dois me lever, tu auras tout le lit après. »

-« Hilde, j'ai encore sommeil. » Baragouine-t-il d'une voix ensommeillée.

-« C'est Trowa pas Hilde. Elle te réveille comme ça ? Vous dormez souvent ensemble ? » Demande doucement le saltimbanque un petit pincement au cœur.

En une seconde Maxwell est redressé sur les avants bras, les yeux dans l'œil vert de Trowa qui sourit de la situation.

-« Je suis désolé. » Lâche Duo en s'éloignant rapidement.

-« Heero m'avait dit que tu bougeais beaucoup en dormant et que tu avais tendance à te retrouver dans ses bras au matin. » Affirme Barton.

-« Et je volais sur le sol au réveil. » Sourit-il un rien décoiffé par son sommeil agité.

-« Je t'amène le déjeuner quand j'ai fini la maintenance. Tu peux te rendormir. » Dit le saltimbanque en sortant du lit.

-« Merci Tro. » Bâille Maxwell.

µµµ

Tout en s'occupant des animaux et en leur donnant la pitance, Barton réfléchit. Il n'a pas envie de voir partir le jeune homme. Il sait qu'un des principaux clients de son usine de recyclage, c'est Quatre. Un moyen détourné de leur ami pour donner un coup de main à Maxwell. Mais pour trouver un plan plus concret, il devait déjà trouver quelque chose qui pourrait intéresser Duo dans le cirque. Il a toujours été doué avec les couteaux. Est-ce qu'un numéro de double avec Catherine pourrait lui plaire ? Ça serait très visuel, mais il doute que Catherine apprécie.

S'il n'arrivait pas à intéresser Maxwell au cirque. Est-ce qu'il pourrait arrêter de bouger et vivre sur place avec Duo dans son entreprise ? Parce que même s'il aime le jeune homme depuis l'opération météore. Qu'il avait été traumatisé de devoir détruire DeathScythe. Il savait très bien qu'il touchait et anéantissait ce à quoi tenait le plus le Shinigami.(1)

Cependant, l'amour n'est pas tout dans une relation. Il faut plus que ça pour rendre un homme heureux que de vivre près de l'être aimé. Il faut avoir son équilibre propre et être bien dans sa vie, pas que bien avec l'autre.

Le saltimbanque se trouve dans un cercle sans fin. Il veut que ça s'arrête et trouver la sortie de ce casse-tête. Mais il ne voit pas comment, ça le rend nerveux !

Trowa revient vers sa roulotte avec des croissants. Il frappe et ouvre la porte, Duo est au téléphone. Son regard fait le tour de la pièce, Maxwell a replié le lit, remis la roulotte en ordre. En lui faisant un clin d'œil, l'ex-02 passe devant lui pour sortir. Barton regarde à nouveau la pièce. Leurs tasses sont lavées sur l'évier, le sac de Duo dans un coin, dire qu'il fut un temps où le désordre régnait où l'ex-02 était.

Dehors, ce dernier est en grande discussion avec Hilde.

-« Alors, baby. »

-« Tu sais qu'elle se rappelait de moi. Elle a voulu savoir qui était le pilote de Gundam que je connaissais à l'époque. Elle n'a pas trop apprécié que je sois là. Dis, tu ne m'avais jamais raconté que tu avais tiré sur Heero à votre rencontre ! » Énumère d'un débit rapide la jeune femme.

-« Comme je ne t'ai jamais dit qu'il a failli m'abattre en prison. » Rigole-t-il.

-« Elle commençait fort votre amitié ! » Rit Hilde d'entendre la bonne humeur de son ami.

Surtout qu'elle était très bien dans sa peau également.

-« Comme tu dis ! Et sinon ça te plait ? » Interroge-t-il.

-« Oh ! Duo, tu ne peux pas savoir comme ça me plait, comme je suis aux anges, si tu voyais la robe que je dois mettre, on dirait Cendrillon. » S'exclame-t-elle.

-« Demande à Ro' de faire une photo. »

-« Dis, Heero m'a dit que si je voulais, tu étais d'accord que je prolonge. Depuis quand j'ai besoin de ton autorisation pour faire quelque chose ? » Fait semblant de se fâcher Hilde.

Duo éclate de rire, qu'est-ce qu'il aurait aimé avoir le vidéophone pour voir sa tête à ce moment précis.

-« Qui va payer la moitié du loyer ? » Arrive-t-il à dire.

-« Je te hais. »

-« Oui, baby. Allez, je te laisse, je vois Trowa qui m'attend pour déjeuner. »

-« Oh ! »

-« Oui, baby. »

Il sourit, rien qu'en pensant à la tête qu'elle doit faire. Son « oh » est assez explicite.

Dans le fond il entend.

-« C'est Duo ? Ne raccroche pas. »

Un blanc s'installe. Pourtant, il entend qu'on se déplace.

-« J'ai pas cent quinze ans Ro'. » Peste légèrement Maxwell qui est impatient de rejoindre Trowa.

-« Seul à seul. »

-« Tu le feras quand tu viendras reprendre les affaires de Hilde. Je commence à les préparer. » Dit-il pour lui faire comprendre qu'il a bien compris ce qu'il voulait lui dire.

Plus qu'il ne l'entend, il sait que le métis s'est arrêté net.

-« Tu me connais trop. » Soupire Heero après une dizaine de secondes.

-« Je sais, on m'attend pour déjeuner. » Sourit-il.

-« Coup d'une nuit ? » Interroge Yuy.

-« Non, pilote de Gundam. » Précise Duo en se dirigeant vers la roulotte.

-« 04 ? » Questionne le métis en plissant le front.

-« 03. Arrête de sourire bêtement. » Râle Maxwell la main sur la poignée.

Le rire d'Heero s'élève, lui prouvant qu'il a encore eu raison. Il est si rare ce rire, Duo adore l'entendre et il joue avec le soldat parfait pour l'obtenir. Un sourire aux lèvres Maxwell coupe son GSM pour déjeuner avec Trowa qui a préparé la table et l'attend.


À Suivre…

Chap 1 - Chap 3

Si ça vous à plu, il y a l'option

Commentaires

(1) Explication de la grande phrase culte de Trowa, 'serait-ce mes larmes en suspension' c'est à ce moment là qu'il s'est rendu compte qu'il aimait Duo. On fait vraiment du n'importe quoi parfois avec l'anime, sorti du contexte, on peut tout y voir.