banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclamer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort.

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo.

Début d'écriture : 26/10/2019
du chapitre le 06/11/2019


Lie-moi à toi.
chapitre 2


Duo se lassait de ses coups d'un soir. Il en ressortait plus calme, mais pas heureux. Il n'arrivait pas à avoir des discussions enrichissantes comme il pouvait en avoir avec Heero, quand ils regardaient la télévision ensemble, son colocataire et lui. Ils partageaient bien plus, quand ils déjeunaient avant de partir au travail également.

Heero n'avait jamais repris sa gymnastique dans le salon. Un peignoir était venu s'ajouter à la porte de la salle de bain.

Maxwell avait pensé un moment déménager, il avait même cherché, seulement tout était hors de prix. Une autre colocation avec un autre Preventer ? Il n'avait pas assez d'affinité avec ses collègues.

Après trois mois de recherches, il avait baissé les bras. De toute façon, s'il partait, Heero serait dans les ennuis jusqu'au cou. Il n'aurait jamais assez pour payer l'appartement tout seul. Et avec son caractère, il aurait difficile de trouver quelqu'un d'autre. Heero lui ayant avoué au début de l'emménagement qu'il était bien le seul avec qui il tentait l'expérience.

Et puis, il devait bien admettre, il était amoureux d'Heero. Vivre près de lui sans le toucher lui faisait mal. Mais il était persuadé de vivre un enfer loin de lui, s'il ne peut plus l'observer.

Justement ces derniers temps, il trouvait qu'Heero resplendissait, comme s'il avait trouvé un équilibre. Il en était heureux pour lui. Même s'il décelait également une légère amertume et tristesse, le mélange l'enivrait encore plus.

Et où partait-il ainsi certains soirs avec son sac de sport ?

— Tu t'es inscrit dans une salle de fitness ? demande Duo en le regardant passer sa veste.

Le sac est déjà à ses pieds. Si c'est ça, il irait bien avec lui s'il voulait bien. Surpris par la question sur son programme, Heero cligne des paupières. Ils ne se préviennent jamais quand ils sortent. De temps en temps un « je suis parti », et encore.

— Non, répond-il.

— Oh et où vas-tu ?

— Je ne te demande jamais où tu pars, lâche Yuy en ramassant son sac.

Maxwell sourit, la réponse est tellement logique. C'est lui en plus qui avait instauré cette règle ne prévenant jamais son colocataire, surtout parce que ce dernier ne sortait jamais avant sauf pour aller au travail.

Mais pourquoi n'avait-il pas voulu dire où il se rendait ? Cela intriguait encore plus Duo. La curiosité est un vilain défaut, seulement, cela faisait partie de son caractère et aussi un moyen de survivre. C'était ancré depuis tellement d'années que c'était presque devenu inné chez lui.

Et à voir partir ainsi Heero toutes les deux, trois semaines, intrigue de plus en plus Duo. Il veut savoir, il veut comprendre pourquoi quand Heero revient, il a l'air plus serein. Ça le rend encore plus beau.

N'y tenant plus, la fois suivante où il le voit avec son sac, il le prend en filature. Chose qui n'est pas aisée. Il sait qu'Heero ne se méfie pas, seulement s'il se fait prendre, il ne donne pas cher de leur amitié. Il a plus à perdre qu'à gagner, alors pourquoi le fait-il ? Par curiosité ? Il n'y a pas que ça, il veut aussi savoir qui rend heureux son colocataire.

Après dix minutes de filature, Yuy entre dans un hôtel, intriguant encore plus Duo. Il court pour entendre le numéro de la chambre qu'il demande ou qu'on lui attribue. Encore une chance, c'est un hôtel de seconde zone sans portier, la chaleur fait qu'un vasistas est ouvert au-dessus de la porte.

— La mademoiselle est déjà arrivée, chambre 215. Je lui ai donné la clef.

— Merci.

Maxwell reste planté là à se demander comment il va entrer. Il y a déjà quinze minutes qu'il patiente quand un groupe de touristes se présente à la porte de l'hôtel. Duo s'infiltre à leur suite et profite de la cohue à l'accueil pour monter à l'étage. Il cherche la chambre 215. Une porte au milieu d'un couloir. Comme il n'y a personne et qu'il n'entend pas de bruit dans les escaliers, il colle son oreille à la porte.

Les sons qu'il entend lui brisent le cœur. Des gémissements caractéristiques d'une partie de jambes en l'air. Pourquoi lui avoir raconté de tels bobards ? Il n'avait qu'à lui dire qu'il ne voulait pas des hommes au lieu de jouer avec ses sentiments. Il aurait compris cela.

Il commence à partir, puis s'arrête. Il doit savoir ce qu'elle a de plus que lui pour attirer son colocataire parce qu'il lui a dit qu'il était bi. Oui, il veut le fin mot de cette histoire.

Il revient sur ses pas pour se cacher au coin du couloir. Il suivra sa partenaire pour l'interroger. Si lui fait peur à Heero, pourquoi n'a-t-il pas peur avec elle ?

Il se frappe le front de la main et si quelqu'un montait comment va-t-il justifier sa présence ? Il regarde sa montre, il y a dix minutes qu'il a réussi à entrer. Il doit y avoir plus de vingt-cinq minutes pour Heero. Il lui donne encore un quart d'heure avant de l'affronter à la maison face à face.

Au bout de dix minutes, Duo entend la porte s'ouvrir, il laisse un peu d'avance à son colocataire puisque c'est lui qui est sorti le premier, et il va frapper à la porte 215. Il a eu le temps d'élaborer un plan pour ici et même un pour chez eux dont il n'aura pas besoin.

— Wing02, tu as oublié quelque chose ?

Duo est surpris. Pourquoi utilise-t-il son matricule pendant la guerre s'il le déteste autant ? Seulement, il va rester sur son plan de base.

— Preventer Maxwell, dit-il en montrant sa plaque. Nous menons une enquête sur l'homme qui vient de sortir d'ici, que vous appelez Wing02.

— Mon Dieu, il est dangereux ? Parce que ce n'est pas la première fois que je le rencontre.

— Laissez-moi entrer, on va discuter.

Une fois la porte fermée, il reprend ses explications :

— Il a juste fait une demande pour faire partie de la garde rapprochée de Mademoiselle Peacecraft, on doit mener une enquête.

Si elle en parle à son amant, Duo n'est pas certain qu'Heero soit heureux de cette excuse. D'un autre côté, elle ne connaît même pas son nom, ils ne doivent pas être si intimes. Enfin, si, mais pas complices.

— Me voilà rassurée. Je croyais que les Preventers devaient toujours être en tenue ?

— Pour ce genre d'enquête, il vaut mieux être en civil.

— Oh oui, vous vous feriez repérer trop vite. Je ne le connais pas si bien, vous savez. On s'est rencontré par un site. Je suis mariée. Vous n'allez pas divulguer l'information ?

— Ne vous tracassez pas. Parlez-moi de ce site, c'est plus ça qui nous intéresse ?

Complètement rassurée, elle commence à tout expliquer, répondre aux questions de Duo. Celui-ci prend des notes, il doit bien faire croire qu'il réalise une enquête. Plus elle parle, plus Maxwell sent monter un malaise en lui. Il comprend que les viols que son colocataire a subis l'ont réellement cassé au plus profond de sa chair. Il comprend mieux ses peurs.

Au moment de partir, Duo lui fait une dernière recommandation :

— Bien sûr, vous ne parlez pas de cette enquête, à personne.

— Je suis mal placée pour en parler à quiconque. Je suis mariée, rappelle-t-elle. Je profite des déplacements de mon mari pour m'adonner à des jeux dont il ne comprend rien.

Maxwell en vient à compatir pour le pauvre mari.

Tout en rentrant chez lui, Duo réfléchit. Est-ce qu'il est prêt à faire ce genre de choses par amour ? Est-ce qu'il y trouvera son compte sans blesser celui qu'il aime ? Pour le savoir, il va bien falloir qu'il essaye, c'est comme ça qu'il fonctionne, en se construisant sur ses expériences. Après sa courte relation avec Hilde, il a su que ce n'était pas ce qu'il voulait, il appréciait l'ex-militaire d'OZ mais en amie, pas en amante.

Il a embrassé Heero aussi pour ça, savoir si son cœur s'emballerait, même s'il a dit autre chose. Et son cœur avait fait un tel bond dans sa poitrine qu'il avait su qu'il l'aimait. Seulement, il voulait savoir si avec lui les choses seraient différentes, mais Heero l'avait repoussé. Et là, cette femme lui donnait un moyen d'être avec Heero, alors oui, il allait essayer, pour être certain et ne pas rester avec des questions sans réponses. Il avait horreur de cela.

À Suivre…

Chap 1 - Chap 3

Si ça vous a plu, n'oubliez pas de signaler

l'histoire pour laquelle vous m'envoyer un MP