banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclamer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort.

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo.

Début d'écriture : 26/10/2019
du chapitre le 20/11/2019


Lie-moi à toi.
chapitre 3


Duo doit d'abord s'inscrire sur le même site qu'Heero. Il sait ce qu'il doit mettre pour avoir une chance qu'on lui attribue son colocataire. Il refusera les autres propositions, c'est avec lui qu'il veut tenter l'expérience, pas avec n'importe qui.

C'était la première question qu'il avait posée, savoir s'il pouvait refuser quelqu'un. La deuxième, s'il pouvait demander quelqu'un parce qu'une connaissance lui avait parlé d'un profil qui lui convenait. On lui avait répondu par l'affirmative aux deux questions avant qu'il ne paie sa cotisation. Mais on lui avait bien spécifié également que la personne aussi avait ce droit de rétractation pour de nouvelles personnes ou même des anciennes, si les choses ne s'étaient pas bien passées.

Maintenant, Duo espérait qu'Heero n'allait pas le faire. Le plus gros problème que rencontre Maxwell durant l'inscription reste de trouver un pseudo qui ne le représente pas trop et qui ne fera pas peur à son colocataire. Un sourire se dessine sur ses lèvres. Il peut finir sa fiche d'inscription et payer sa cotisation de cent crédits.

Il demande à avoir sa première expérience avec Wing02, le profil qui lui correspond le mieux dans ceux qu'il a lus, écrit-il. Ça aussi, il avait été ravi de voir qu'il n'y avait pas de photo de profil même si eux devaient renseigner des photos à l'inscription et pas qu'une seule. Et une dans une position spécifique, avec un fond obligatoire pour prouver que c'était bien eux et non des photos prises sur le net.

Il doit attendre maintenant, et il n'aime pas ça.

µµµ

Heero avait mis dans son profil qu'il était disponible à la demande. On lui avait expliqué qu'il risquait d'avoir souvent de nouvelles personnes. Or, depuis les six mois qu'il était inscrit, il tournait avec les quatre mêmes personnes, ça lui convenait. Du coup, quand on lui propose Pierrot le soumis, il hésite à refuser. Il avait horreur des premières fois, c'était la peur au ventre qu'il s'y rendait. D'un autre côté, sa profession, ses entraînements lui permettaient de lutter sans trop de difficultés face à une personne seule.

Voyant qu'il venait d'arriver sur le site, Heero finit par accepter et préciser que dorénavant, il ne tournerait plus qu'avec ces cinq membres-là, si l'expérience était concluante.

Comme chaque première fois, il est tendu en arrivant à l'hôtel. L'autre a été convoqué quinze minutes plus tôt avec pour consigne d'ouvrir la porte à son pseudo quand lui aurait donné le sien. Le nouveau membre ne pourrait pas le toucher ni l'approcher sans son consentement. Lui devra faire une sorte de rapport après la rencontre comme à chaque fois. Ainsi il a la possibilité de préciser si on n'a pas respecté les consignes et faire virer le membre ou futur membre. Il avait déjà usé de ce droit et aimait ce site pour ses règles strictes et la façon dont c'était tenu. Tout ce dont il avait besoin pour pouvoir se détendre et apprécier le moment présent.

Mais pour l'instant, c'est une brique qu'il a dans l'estomac au moment de frapper à la chambre 215, il avait souvent la même. D'une voix claire, il donne le mot de passe :

— Pierrot le soumis.

— Wing02, entend-il de l'autre côté de la porte.

— Oui, ouvrez.

Heero respire mieux, c'est le bon code. La porte s'ouvre et il entre. Ce n'est pas la première fois que l'autre reste caché, il y a trois personnes mariées dans ses partenaires, c'est leur problème, s'ils trompent leur conjoint, lui est libre.

Il dépose son sac et se retourne. Il reste en arrêt devant la personne devant la porte. Il voit bien que son colocataire est mal dans sa peau et rouge de honte, c'est même d'une petite voix qu'il commence ses explications.

— Excuse-moi, je voulais savoir pourquoi tu ne voulais pas de moi. Je t'ai suivi une fois.

— Duo, je ne sais pas faire l'amour autrement que comme ça ! clame-t-il.

— Et moi je t'aime et pour savoir si je peux accepter de faire l'amour ainsi, il faut que j'essaye.

— Tu m'aimes ?

— Oui, mais si tu ne sais faire l'amour qu'avec des étrangers…

— Quand ils reviennent, ce ne sont plus des étrangers, sourit Heero.

— Oui, c'est vrai, réalise Maxwell.

Il reste une tension qu'aucun des deux ne sait comment diminuer. Heero à côté de son sac et Duo devant sa porte.

Yuy soupire, quitte son colocataire du regard pour faire le point de tout ce qu'il vient d'apprendre. Il soupire légèrement avant de dire comme il aurait dit à un nouveau participant :

— Pierrot le soumis, tu as dû lire mes instructions. Si tu dois essayer, il faut te déshabiller.

— Tout ?

— C'est plus pratique.

Cette fois, c'est Maxwell qui soupire avant de partir vers la petite salle de bain. Il revient sans un vêtement les deux mains sur son intimité. Il n'a jamais été prude, mais quand il a ouvert la porte et qu'il a vu qu'Heero n'avait ôté que sa veste et qu'il était toujours près de la porte, il a été refroidi.

— Couche-toi sur le lit, sur le côté.

Yuy regarde son colocataire s'installer avant de s'avancer vers le lit. Il ramasse une corde qu'il a attachée au montant du lit pendant que Duo se déshabillait.

Il aime cette chambre pour les barreaux à la tête et aux pieds du lit. Même si on peut toujours attacher les cordes à un autre endroit, c'est même pour ça qu'il les avait faites si grandes.

Bien plus délicatement qu'il ne l'aurait fait en temps normal, il prend la main droite de Duo pour la fixer au-dessus de sa tête, puis il y attache la main gauche à la même corde. Il fait de même avec les deux pieds de Maxwell, mais avec deux liens cette fois. Seulement, quand Duo est bien attaché, il se déshabille en silence.

Il revient vers la tête du lit et s'accroupit. Doucement, il caresse la joue de son futur amant.

— Tu es bien mis ?

Duo hoche de la tête.

— Tu peux me parler.

— Dans tes instructions…

— Je sais, mais je doute que tu puisses me faire du mal en paroles. Les autres sont bâillonnés.

Maxwell lui sourit, il croit bien qu'il n'aurait pas pu le supporter.

Yuy s'avance vers les lèvres de son vis-à-vis et l'embrasse délicatement. Duo n'ose pas ouvrir la bouche pourtant il en rêve. Il préfère attendre les instructions plutôt que de faire peur à son colocataire.

Heero se redresse et Maxwell voit que ce simple geste a bien excité son futur amant. Lui reste complètement bloqué par la situation.

Yuy s'installe derrière lui, après avoir mis un préservatif, il commence à le préparer. Duo essaye de se concentrer sur ses sensations, les mains d'Hero qui le caresse quand il s'introduit dans son intimité et non sa position qui le ramène aux tortures d'OZ.

Il sait qu'il n'y aura pas de coups de fouet. Il sait qu'on ne va pas l'interroger en le frappant. Pourtant il n'arrive pas à se laisser aller sous les caresses que lui prodiguent Heero sur le torse, sur le ventre, sur les cuisses, sans succès.

Le rythme ralentit.

— Tu veux que je m'arrête ?

— Non, Heero, continue.

Une main d'Heero vient suivre les zébrures du dos de son amant alors qu'il s'active lentement.

— Je ne savais pas, dit-il.

— On a tous nos secrets.

— Toi, cette position te bloque, alors qu'elle me libère.

— On peut l'analyser comme ça.

— Malgré ça, tu veux que je continue, s'étonne Yuy.

— Comme toi qui ne m'as pas bâillonné, je sais que je ne risque rien.

Heero resserre ses bras autour du torse de son amant, se colle à lui, l'embrasse dans le cou en reprenant un rythme plus rapide. Cette simple phrase l'a excité comme il ne l'a jamais été. Lui a gonflé le cœur et l'a rempli d'amour, l'amenant à l'extase.

Il ralentit, honteux de ne plus avoir pensé à Duo. De s'être laissé aller à ce plaisir solitaire avec le corps de son ami, d'avoir réalisé un fantasme, mais que justement l'objet de ses désirs n'y ait pas pris un gramme de plaisir.

— Heero, tu veux bien m'embrasser ?

— Sur la bouche ?

— Oui

Est-ce que c'est une façon de lui demander poliment de se retirer ? Est-ce qu'ils remettront ça ? Heero l'espère, il était encore plus en confiance avec Duo. Et faire l'amour à quelqu'un qu'on aime, c'est vraiment mieux, il a pu le constater.

À regret, il s'extrait du corps de son amant, il ôte le préservatif qu'il jette dans la poubelle près du lit. Il prend son temps, tellement il a peur de voir le dégoût dans les yeux de son colocataire.

Pendant ce temps, Duo s'est reculé le plus que les liens lui permettent pour laisser de la place à Heero devant lui. Il ne se rhabille pas, tout de même, qu'il met autant de temps à venir ? Et puis, il l'aurait fait, il se déshabillera à nouveau. C'est juste dommage, il aurait eu envie de sentir sa peau contre son corps. Il sourit en voyant enfin apparaître son amant. Ça lui fait bizarre de le penser, de le savoir.

— Tu veux que je te détache ?

— Non, j'ai juste envie de te voir et de t'embrasser. Je veux me relaxer un peu près de toi.

Gauchement, Heero s'installe devant Duo. Juste le voir et l'embrasser, c'est saugrenu comme idée. Quoiqu'il a pris plaisir à mettre ses lèvres sur celle de Maxwell, de sentir le souffle chaud sur son visage. Ç'a n'a rien des baisers dégoûtants qu'il voit parfois au cinéma, où ils se lèchent, se gobent. Rien que d'y penser, il frissonne un peu.

— Si ça te met mal à l'aise, ce n'est pas grave.

— Non, ce n'est pas ça, dit-il avant de déposer délicatement ses lèvres sur celles en face de lui.

Maxwell le laisse faire avant d'ouvrir légèrement la bouche et de la langue venir caresser doucement les lèvres d'Heero.

Celui-ci se recule directement surpris.

— Excuse-moi, je n'aurai pas dû. Je ne le ferai plus.

— J'aime bien, avoue-t-il en venant se coller un peu plus à Maxwell.

Duo se sent frustré, il voudrait tellement le serrer aussi dans ses bras, lui caresser le visage, sentir sa peau satinée sous ses doigts. Pourtant de voir qu'Heero se colle à lui, l'enchante également au plus haut point. Il y a six mois, son colocataire ne l'aurait certainement jamais fait.

Il sourit quand il voit Heero quémander un nouveau baiser tout doux. Maxwell se dit qu'il ne va pas aller trop vite, chaque jour son étape et s'ils ne doivent pas progresser plus, il faudra bien qu'il ronge son frein. Ne vaut-il pas mieux un peu d'amour que pas d'amour du tout ?

Heero en profite pour découvrir des doigts le corps de son amant, il les fait courir dans son dos jusqu'au fessier rebondi avant de remonter. Il embrasse de temps à autre Duo. Il est bien comme ça. Il n'a jamais eu envie de tendresse après avoir fini sa petite affaire. Il n'a jamais eu envie de tendresse tout court. Il commence à comprendre pourquoi Duo aime le toucher, c'est très agréable.

Maxwell se sent de plus en plus excité. Mais la question d'Heero lui donne une douche froide.

— Tu te fais enculer d'habitude ?

— J'ai toujours fait le deux. Je préfère le terme me faire prendre, enculé c'est tellement moche, ça manque d'amour, réplique-t-il.

— C'est ce que me disait mon instructeur. « On finit une journée de travail par une bonne enculade. » Je n'ai jamais trouvé ça bon.

— C'est lui qui t'a violé ? J ne l'a pas empêché ?

— Je ne lui ai jamais rien dit. Mon instructeur disait qu'il lui avait donné carte blanche pour faire de moi un bon petit soldat, une arme qui ne recule jamais devant rien. Si ça venait de lui et qu'on me remettait dans la rue, je n'y aurai pas survécu. Je n'ai pas ta force.

— Tu en as une autre.

— Pas très naturel. J s'est occupé de moi le temps de ma convalescence. Après, il avait d'autres choses à faire. Quand il revenait, c'était pour approuver mon évolution.

— Je suis désolé.

Dire qu'avant cette discussion, il avait eu envie de demander à Heero de lui faire l'amour, même son amant n'était plus excité d'avoir été contre son torse à se serrer contre lui.

— Quand je te prends, tu trouves ça bon ? demande d'une petite voix Heero.

L'instructeur avait créé une belle carapace, mais à l'intérieur tout était détruit, réalise Duo.

— En général, je trouve ça bon. Tout est allé un peu trop vite pour que je puisse me détendre, mais je suis sûr que ça sera meilleur la prochaine fois, j'aurai moins d'appréhension.

— Tu n'as pas aimé et tu veux recommencer ? s'étonne Yuy.

Si sa première expérience dans ce club s'était mal passée, jamais il n'aurait recommencé.

— Heero, je n'ai aucun mérite. Je sais que j'ai déjà pris mon pied, sourit-il avant de l'embrasser sur le menton qui est à sa portée.

— Je suis bien comme ça, je crois que je pourrais même dormir.

— Même à la maison, j'ai un doute que je puisse dormir ainsi.

Maxwell tire un peu sur ses liens pour décontracter ses muscles qui deviennent douloureux d'être dans une position pas très confortable. Directement, Heero est sur le qui-vive.

Puis, il se calme en voyant que les liens ont tenu. Instantanément, il s'en veut, Duo ne lui fera jamais du mal. Il le sait, alors pourquoi n'arrive-t-il pas à se décontracter et accepter de le libérer ? Il est encore plus surpris d'entendre son colocataire dire :

— Tu veux bien me libérer dix minutes ?

Heero se redresse, se met debout puis s'éloigne après avoir ôté les trois liens, en finissant par les mains. Maxwell s'assied sur le lit et fait bouger ses muscles douloureux. Comme Duo finit par se lever, Heero se recule encore plus près de la porte.

— Je vais juste à la toilette.

À part ne pas l'approcher et se laisser attacher, Duo ne voit pas ce qu'il peut faire pour rassurer son amant.

— On a la chambre pour une heure à partir de ton arrivée ou la mienne ? demande Maxwell en revenant.

— Je ne sais pas, je suis toujours parti avant la fin de mon temps ?

— Qui est ? s'informe-t-il en s'asseyant sur le lit.

Il se retient de sourire pour ne pas l'importuner.

— Quinze heures trente.

Maxwell regarde sa montre, il reste vingt minutes, c'est peu. Lui doit être parti dans cinq minutes.

— Si on rentrait, on ne va pas payer une chambre d'hôtel alors qu'on a un logement.

— Je te retrouve dans ta chambre, lâche Heero.

— D'accord, si tu es plus à l'aise que ça se fasse là. Je vais m'habiller et on y va.

Quand Duo ressort, il soupire, Heero est parti.

À Suivre…

Chap 2 - Chap 4

Si ça vous a plu, n'oubliez pas de signaler

l'histoire pour laquelle vous m'envoyer un MP