banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclamer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort.

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo.

Début d'écriture : 26/10/2019


Lie-moi à toi.
chapitre 4


C'est avec une certaine angoisse que Duo pousse la porte de l'appartement. Heero lui a dit qu'il le retrouverait dans sa chambre. Est-ce qu'il va arriver après lui ? Est-ce qu'il y est déjà ? Il aurait bien simplement discuté, regardé la télévision avant d'aller se coucher avec son petit ami.

Maxwell sourit en le pensant, puis le perd. Est-ce que Heero le considère aussi comme un petit ami ou juste comme un coup de plus ? Est-ce qu'il va radier son inscription ? En amour, il n'est jamais prêteur.

— Heero ?

La porte de la chambre de Maxwell s'ouvre sur Yuy en boxer.

— Tu aurais pu m'attendre ?

— Je ne suis jamais allé dans ta chambre, il fallait que je sache à quoi ressemblait le lit.

— Et il te convient ?

— Oui, j'ai déjà tout installé, dit-il avant de rentrer dans la pièce à coucher.

Duo va l'y rejoindre, une déferlante de questions dans la tête. Mais, il ne sait pas quand les énoncer. Et s'il les pose, qu'est-ce que ça va déclencher ? N'en pouvant plus, il lâche :

— Heero ! Tu vas rester inscrit dans ton site ?

— Non, si tu acceptes ma sexualité déviante.

— Ro', elle n'est pas déviante, arrête de te rabaisser ainsi. Elle se passe entre adultes consentants. Tu n'obliges personne, s'indigne-t-il.

— Si, toi.

— Ro', dit-il en avançant.

Il tend les bras pour le serrer contre lui, le calmer, le rassurer, mais en voyant la terreur dans son regard, Maxwell laisse retomber ses mains le long de son corps.

— Heero, j'ai fait seul le choix de tester et si ce n'est pas ce qui me met le plus à l'aise, j'ai décidé de continuer par amour.

— Pourquoi par amour, suis-je incapable de faire la même chose ? Je sais bien que tu ne vas pas me faire du mal. Je sais maintenant que c'est agréable la tendresse. Pourtant tu as vu directement que j'avais peur. Je voulais te laisser faire, mais…

— Heero, ça finira peut-être par arriver. Et sinon, ce n'est pas grave.

— Tu veux qu'on y retourne ?

— Tu ne veux pas d'abord une tasse de café ?

Voyant Heero se rembrunir, il regrette sa phrase. D'un autre côté, il ne peut pas tout accepter par amour non plus. Il ne veut pas d'une relation de soumission. Il veut bien l'accepter au lit, mais il ne doit pas se perdre pour être aimé.

— Je voulais juste discuter avant, ajoute Maxwell.

— J'étais bien dans tes bras pour discuter.

— On y retournera après. Je te le promets.

La tasse de café ne fait pas autant de bien à Duo qu'il l'espérait. De voir son amant assis en face de lui dans ce mutisme, le met légèrement mal à l'aise et lui coupe toutes ses envies aussi.

Lui a beau chercher des sujets de discussion, il n'en trouve pas. Sa tasse finie, il la met dans l'évier et tend la main vers Heero qui est toujours assis sur la chaise, il lui sourit.

Yuy se lève et se force à la prendre. Il se laisse tirer jusqu'à la chambre. Là, il reprend les choses en main. Il met Duo dos au lit en lui disant :

— Laisse-toi faire sans…

— Te toucher, je sais, coupe Maxwell.

À ce jeu, il ne veut pas perdre complètement le contrôle.

Lentement, Heero ôte le T-shirt de son amant, il aime la douceur de sa peau, alors il laisse traîner ses doigts dessus. Il détache le pantalon, les yeux dans les yeux de son vis-à-vis. Il veut donner du plaisir à Duo, cette fois, pour pouvoir recommencer une nouvelle fois. Mais d'un autre côté, ce sexe qu'il sent tendu sous le boxer lui fait peur. C'est un pareil qui lui a fait tant de mal, enfant et encore à l'adolescence.

Pourtant, il faudra bien qu'il enlève cette dernière protection. Rapidement, pour ne plus y penser, il passe ses pouces sous l'élastique, il sait maintenant qu'il ne renouvellera plus l'expérience et que Duo se déshabillera seul.

— Tu veux que je me couche ? demande tendrement Duo.

— Oui, que je puisse t'attacher.

Maxwell s'installe comme tout à l'heure. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas par amour !

Sans jamais que son regard ne descend vers le bas du corps de son amant, Heero l'attache avant de se mettre derrière lui.

Il essaye de penser à son colocataire, le caresser durant l'acte. Il l'entend plus gémir, à certains moments, ce dernier vient vers lui pour accélérer le rythme.

µµµ

Après s'être extrait de l'âtre chaud et d'avoir fait un nœud au préservatif, Yuy se lève.

— Tu n'as pas de poubelle dans ta chambre ? s'étonne Heero après avoir laissé son regard parcourir la pièce.

— Non, j'en mettrais une, lâche Maxwell.

Heero repasse son boxer, il est mieux dans cette tenue de toute façon. Il se rend dans la cuisine pour jeter le bout de caoutchouc.

Quand Yuy vient s'installer devant lui, Duo se dit qu'ils vont devoir avoir une discussion pas très plaisante. Lui ne pourra pas toujours faire l'amour ainsi en sentant encore le besoin de se satisfaire quand son amant vient quémander de la tendresse. Enfin, si, il pourrait, mais s'il peut arriver à l'extase en même temps que son homme se serait mieux pour leur couple qui se forme petit à petit.

Heero vient se serrer contre Duo, il passe ses mains dans le dos de son amant pour le caresser doucement. Il dépose ses lèvres sur celles de son vis-à-vis pour un baiser chaste et tout doux. C'est lui qui vient de la langue caresser celles de Maxwell.

Il finit par se reculer sentant une légère tension chez Duo. Pourtant, il était bien comme ça.

Maxwell soupire et se lance autant percer tous les abcès au début avant de se donner trop d'espoir.

— Pourquoi n'as-tu pas voulu me masturber ?

— Je ne veux pas toucher à ce truc !

— Pourtant, tu as le même que le mien ? s'étonne Duo.

— C'est le mien. Je ne touche pas à celui des autres.

— OK. Et me libérer une main. Elle ne servirait qu'à ça. Jamais, je ne te toucherai.

— Pourquoi ?

— Parce que mon plaisir serait complet.

— Non, pourquoi veux-tu changer des règles que j'ai établies ? dit-il en s'éloignant.

Duo n'était pas différent des autres, il aurait dû partir quand il a vu que c'était lui, Pierrot le soumis. Pas si soumis que ça pour finir. Mais c'est vrai que Duo avait toujours été un battant. C'était même ce qui l'attirait en lui, le besoin d'avoir quelqu'un pour le défendre et le protéger et ça Duo l'avait toujours fait même pendant l'opération Météore.

Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt, pour Duo ce n'était qu'un pseudo créé pour l'attirer, lui faire du mal, comme son instructeur. Il n'était plus aussi jeune et vulnérable, cette fois, il ne se laisserait pas faire juste pour être aimé.

Il est tiré de ses réflexions par la voix de Maxwell :

— Parce que je veux construire quelque chose avec toi et pas que sexuelle. Et j'ai besoin de plus pour jouir aussi. Tu n'es plus frustré, moi bien, même si j'ai eu beaucoup plus de plaisir, cette fois.

— Je ne peux pas, dit-il en se levant.

— OK, je me satisferai seul après, reviens.

Heero se retourne et le regarde ainsi attaché, nu comme un ver. Il le trouve beau, mais est-ce qu'il peut lui faire confiance ?

— Je ne te libérerai jamais une main.

— D'accord. On va laisser faire le temps, mais reviens ou libère-moi, là je suis vraiment mal dans ma peau comme ça.

Heero ramasse ses habits et les remet. Il vient de prendre une décision.

Duo est de plus en plus intrigué par le comportement de son amant. Taiseux comme à l'époque de la guerre, distant aussi, ce n'est pas normal.

Yuy s'avance vers son prisonnier. Il s'assied sur le lit et commence à ôter les liens aux pieds.

— On va arrêter l'expérience ici. Tu n'es pas ce dont j'ai besoin. Tu ne cherches qu'à me changer, obtenir plus que ce que je veux bien donner, dit-il en libérant la deuxième main de Maxwell.

Yuy se relève et quitte la chambre en refermant la porte.

À suivre…

Chap 3 - Chap 5

Si ça vous a plu, n'oubliez pas de signaler

l'histoire pour laquelle vous m'envoyer un MP