banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j’essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort, un peu médical également

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo, Trowa, Relena.

Bêta auditrice : Tenshimizu.

Lectrice 01 : Arlia Eien


Chapitre 49


Une main sur son épaule fait se retourner Maxwell, il tombe sur un œil émeraude.

-« Tu veux bien me donner un coup de main pour mon déménagement et le démontage du cirque ? » Demande Trowa quand il a l’attention de Duo.

Un sourire apparaît sur les lèvres du châtain.

-« Heero te l’a demandé ? » Questionne le natté en emboîtant les pas du brun-roux.

-« Oui, comme de te tenir compagnie les trois jours, je ne saurai pas le faire autant que lui, mais je passerai tous les jours. » Certifie Bloom.

-« Vous êtes des vrais amis. Quatre sur ma demande, attendra Heero à l’aéroport de L2, il passe la journée et la nuit avec lui et repart lundi matin. » Explique Duo un sourire sur les lèvres.

-« Et vous plein d’attentions pour l’autre. » Atteste Trowa en le guidant vers une voiture sur le parking.

Yuy et Maxwell sont venus au matin avec un taxi qui est reparti depuis belle lurette.

-« Alors tu déménages où ? » Interroge le natté en s’installant à la place passager.

-« Au palais, dans la caserne. » Rétorque le brun-roux en enclenchant la marche arrière.

-« Ca avance vous deux ? »

-« Tu es bien curieux. » Lâche le troubadour l’œil pétillant.

-« C’est parce que je m’intéresse à vous. » Argumente Maxwell en espérant avoir sa réponse, mais vu comme son ami a détourné la réponse, il a un doute.

-« Disons qu’Heero n’est pas facile à oublier pour elle. » Avoue Trowa après un long moment de silence.

-« Je peux le comprendre. » Murmure le natté.

-« Je suis content pour lui. » Sourit le brun-roux après avoir regardé le jeune homme assis à côté de lui.

Arrivé dans l’enceinte du cirque, Catherine vient accueillir chaleureusement Maxwell en le serrant dans ses bras.

-« Laisse-moi te regarder. » Dit la jeune femme en le tenant à bout de bras au niveau des biceps. « Il faudra te remplumer, tu es maigrichon, mais ça fait plaisir de te voir vivant. »

-« Merci Catherine, je préfère cet accueil que celui de la guerre. » Sourit nerveusement le natté.

-« Ne parlons plus de cette horrible période. » Rétorque sèchement la rousse.

-« Viens Duo, nous allons déjà rassembler mes affaires et les mettre dans l’auto. » Propose Trowa en se dirigeant vers sa caravane.

-« Elle le prend bien que tu t’en ailles en tout cas. » Constate Maxwell en emboîtant le pas à son ancien coéquipier.

-« Je suis heureux et je vais vers mon bonheur. » Affirme Trowa en ouvrant la porte de sa roulotte.

-« Tu es pareil à Ro’. Capable de tout quitter pour celle qui fait battre ton cœur. » Réalise le natté.

-« J’étais amoureux des deux durant la guerre, seulement Quatre m’a marqué de l’intérêt. » Avoue le brun-roux en sortant une valise en dessous de son lit pour la tendre au châtain qu’il la dépose sur la table.

Maxwell met sa main sur l’épaule de Bloom pour le soutenir.

-« Courage, elle finira par te remarquer, te voir. »

-« J’espère. » Soupire l’ex-03.

Trowa donne ses directives et ils continuent à préparer les bagages du saltimbanque.

-« Dis, il me semble que tu étais bleu de Quatre, là tu me dis que tu hésitais. » Réalise tout d’un coup l’ex-02 en mettant des pulls dans un carton.

Le brun-roux sourit et se redresse une valise pleine pour la porter jusqu’au coffre de sa voiture. Le châtain l’arrête.

-« Je t’ai un peu menti, il fallait que tu réalises l’amour que tu portais à Heero, il fallait te faire avancer. » Explique Trowa avant de repartir.

-« Il n’y a jamais rien eu entre toi et Quatre. » Duo reste la bouche ouverte sous l’étonnement.

-« Si ! Quatre est un gamin capricieux, très gentil et serviable, mais quand il veut quelque chose, il sait se montrer très persuasif. Le voir se faire remballer par Relena m’amusait parce que quelqu’un lui tenait tête et que tant que lui n’y arrivait pas, il me restait une chance. » Affirme Bloom en faisant un clin d’œil au natté.

-« Tu m’as quand même menti sur les sentiments que tu portais à Quatre. » S’indigne Maxwell.

-« On croyait qu’on allait mourir tous les jours, alors pourquoi ne pas céder et passer un bon moment ? La guerre finie, je ne l’intéressais plus. Il avait survécu, il se devait d’honorer son nom. » Explique posément Trowa avant de partir cette fois jusqu’à sa voiture.

Qu’est-ce que Duo a à ajouter à ça ? Il ne connaît pas tout de Quatre, ni des autres coéquipiers. Même sur Wufei, il ne sait presque rien de ce qui fait sa vie. Et là dans cette caravane, il se rend compte qu’il ne sait pas grand chose d’Heero et de son passé.

µµµ

Le reste de la journée se passe au démontage du chapiteau, s’occuper des animaux, les préparer pour la route. Quand tout sera prêt, le cirque prendra la direction de l’Espagne où il se présentera tout le mois d’août.

Peu avant 20 heures, Trowa conduit Duo chez Heero pour qu’il puisse fermer l’appartement. Puis il l’emmène à l’hôpital. L’ex-03 n’aura plus qu’à défaire ses valises dans la chambre de la caserne, ses vêtements seront rangés dans son casier, ça ne va pas lui prendre beaucoup de temps.

-« Je passe demain dans l’après-midi. » Dit Bloom au moment où Duo sort de la voiture.

-« Ce n’est pas une obligation mais ça me fera plaisir. » Répond Maxwell avant d’ouvrir la porte arrière de la voiture pour en sortir son sac.

Le pas lourd, le natté se rend vers le deuxième étage, il soupire en poussant sur le bouton. Elle va être pénible cette soirée, Trowa a son aménagement, Heero est occupé par Quatre, du coup le blond ne sera pas sur le net non plus et Hilde est toujours à l’hôpital avec son fils.

Maxwell monte jusqu’au deuxième, quelle que soit la raison de son hospitalisation, c’est toujours le même secteur qui l’accueille, à chaque fois, il a la même chambre. Est-ce un hasard ?

Le châtain arrive devant le poste des infirmières.

-« Monsieur Maxwell, votre chambre est libre. » Sourit Jessica.

-« Encore, ne me dites pas que vous en virez les autres patients quand j’arrive. »

-« Non, en réalité, c’est une des plus chères avec le plus d’avantages. Beaucoup de gens n’ont pas les moyens de se la payer. » Explique l’infirmière en guidant le natté jusqu’à la chambre 202. « Voilà, installez-vous, je vous amène les médicaments nécessaires pour vider vos intestins pour l’examen. »

-« Merci, je dois déjà passer le tenue d’hospitalisation ? » S’informe Duo en mettant sa main sur la poignée.

-« L’examen est prévu pour 10 heures. Vous devez être à jeun à partir de minuit, vous pouvez la passer à ce moment là. » Répond la jeune femme.

-« Merci Jessica. »

Le châtain pousse la porte de la chambre 202, il dépose sa valise sur le lit, son regard est attiré par un cadeau sur l’oreiller. Duo le prend, son nom est inscrit dessus et c’est l’écriture d’Heero. Un sourire apparaît sur les lèvres de Maxwell. Qu’est-ce qu’il lui a encore offert ? L’ex-02 comprend mieux également le sourire de la jeune infirmière.

Le jeune homme ouvre le paquet sans déchirer l’emballage pour faire durer le plaisir. Sous ses yeux, il y a un livre de jeux comprenant des mots fléchés, Sudoku, mots cachés ainsi que des blagues et des courtes histoires. Une carte accrochée à un mini plumier avec un bic à quatre couleurs, un crayon et une gomme. Sur le mot il y est inscrit.

Comme ça tu ne t’ennuieras pas trop sans moi.

Reviens-moi !

J’ai besoin de toi.

Maxwell écrase une larme, il doit bien reconnaître que si son cœur ne bat pas comme il a battu pour Wufei, ce qu’il ressent pour le métis est beaucoup plus fort. Leurs vies sont jumelées, il se sent bien avec son homme. Combien de fois avec le chinois n’a-t-il pas fait son travail en soirée pour ne pas s’ennuyer ? Ici, ça n’arrive jamais, ce qui le tue le couple, c’est l’ennui.

Heero l’amuse, le touche aussi bien physiquement que moralement. C’est aussi le seul à qui il a envie de se confier. Il n’a pas peur de lui montrer ses faiblesses, il les respecte et ne les utilise pas contre lui.

Oui, pour le châtain plus le temps passe, plus il se rend compte qu’il l’aime d’un amour bien plus fort que Wufei. Il a envie de rester toute sa vie avec lui. Sans lui, son existence est vide. Même à l’époque où il vivait avec Chang, il doit bien admettre que le moment où il s’est senti le mieux dans sa peau, c’est quand Heero partageait celle-ci. Il est une présence rassurante et apaisante. Il ne sait même pas comment il survivrait si Heero disparaissait de cette dernière. Ce serait pire que tout ce qu’il a déjà perdu.

Avec cette idée en tête, Maxwell compose le numéro de son amant, à la deuxième sonnerie, Heero décroche.

-« Merci pour la compagnie. C’est gentil d’avoir pensé à mon angoisse. » Commence le métis alors qu’il est en train de préparer une sauce spaghetti pour le souper et mettre le reste au congélateur.

Depuis qu’il est arrivé sur L2, il n’a pas encore arrêté de s’activer, Winner le suppléant et lui tenant compagnie.

-« Je dois te retourner le remerciement. Et merci pour le petit cadeau. »

-« Tu es dans quelle chambre ? Que je puisse demander des renseignements ? » Interroge le brun en continuant à tourner dans sa préparation.

-« Toujours la même, je vais bientôt pouvoir mettre mon nom sur la porte. » Rit le natté.

-« C’est bien, tu as toutes les commodités comme ça. Joé a bien travaillé. Rien n’a disparu. Le grillage n’est pas plus endommagé. » Explique Yuy croyant que son amant téléphonait aussi pour savoir ce genre de chose.

-« Je m’en fous du travail Ro’. Je te voudrais là avec moi. J’aurais dû y penser. » Soupire Maxwell.

-« Il y aura les joies des retrouvailles. C’est toi qui m’as appris à ne pas regretter mes choix. Ne regrette pas les tiens. Je sens déjà qu’il y a du positif à cette séparation. » Affirme Yuy un petit sourire dans la voix.

-« Je vais réfléchir. » Dit Maxwell alors qu’il sait très bien de ce que parle le métis.

Oui il sait l’importance de Yuy pour son cœur maintenant. Il ressent le vide de son absence.

-« Ma sauce est prête. On va manger avec Quatre, sonne-moi avant de te coucher si tu veux ? » Propose le brun alors que Winner égoutte les pâtes.

-« Tu coupes déjà ! » C’était le cri du cœur, Duo se mord la lèvre d’avoir dit ça sur son ton là surtout.

De l’autre côté, Heero sourit, même s’il va angoisser, Duo a eu raison de vouloir être hospitalisé sans lui. Tout comme lui d’avoir voulu travailler à mi-temps à Média Corporation. A être trop ensemble, ils ne se voyaient plus vraiment.

-« Ce n’est pas poli pour Quatre si je mange et que je discute avec toi. » Rappelle Yuy parce qu’au fond de lui-même il l’aurait bien fait. Mais Winner est là sur la demande de Maxwell, lui doit aussi penser à son ami.

-« Tu as raison, bon appétit. » Lâche le natté avant de raccrocher.

Au moment de se mettre au lit, le châtain envoie un message à son homme.

Sally te préviendra dès que je sors de salle de réveil.

Dors bien.

µµµ

Dès que tu peux appelle-moi ! Bonne nuit.

Reçoit rapidement en réponse Duo.

µµµ

Le lundi 8 août AC 199

A 13 heures, Maxwell est ramené dans sa chambre, son bonnet d’opération masquant les petits cheveux châtains se dressant sur son crâne, il a presque un centimètre maintenant.

Il a également un tuyau d’oxygène dans le nez, il se sent complètement dans le gaz. Il a la nausée, mal aux épaules, il se sent ballonné. Pourtant, au prix d’une certaine douleur, il prend son téléphone qu’il a demandé à Catherine en remontant. L’infirmière qui est venu le chercher, avait déposé dans la salle des infirmières son Gsm ainsi que son portable pour la durée de son opération.

-« Ro’, Vivant. » Arrive à articuler l’ex-02.

-« Ca n’a pas l’air d’être la forme. »

-« Mal partout. » Avoue Duo.

-« Repose-toi. Merci de m’avoir rassuré. Je te sonne quand j’ai fermé, tu iras mieux. » Assure Yuy d’une voix rassurante.

-« Espère. »

L’infirmière revient et injecte dans l’attache de la perfusion, le contenu d’une seringue.

-« C’est de l’ibubrofène contre la douleur. » Explique Catherine, parce qu’il est bien précisé dans le dossier du patient qu’on devait lui dire ce qu’on lui donne pour calmer les angoisses que la prise de médicament peut déclencher.

-« Merci. »

Avant de quitter la pièce, la jeune femme range le Gsm dans le tiroir de la table de nuit et met le bouton d’appel à portée de main.

-« N’hésitez pas, le docteur Po a fait au plus léger dans la prescription de l’antalgique afin que vous vous remettiez vite. Pas de sonde urinaire, cette fois, alors appelez. » Dit-elle en quittant la pièce.

-« Hm ! »

Au moment du café, Chloé entre dans la chambre pour voir s’il a besoin de quelque chose. Duo est couché dans le lit sur le côté, lisant les petites histoires qu’il y a dans le fascicule offert par son homme. Il a enlevé son chapeau d’opération et remis sa perruque qu’il avait préparée dans la table de nuit pour y avoir accès rapidement.

-« Vous voulez du café ? » Interroge-t-elle en s’approchant du lit.

-« Je vais essayer. Je peux me lever, j’ai besoin. » Avoue le natté en cornant la page.

-« Bien sûr. Attendez, je vais vous aider. » Répond l’infirmière en redressant déjà le lit pour faciliter la tâche de son patient.

Chloé le soutient et le laisse devant le cabinet de toilette après lui avoir accroché la perfusion à l’appareil sur roulette.

Quand elle revient avec le café, Duo retourne à son lit en se soutenant au porte-perfusion en titubant un peu.

-« Vous avez su faire ? » Demande l’infirmière en déposant le café sur la table de nuit.

-« Oui. » Répond-il en rougissant gêné par la question.

-« Tant mieux, parfois le gaz envoyé dans le ventre pour l’examen comprime le canal, alors on doit le déboucher. » Explique Chloé pour justifier sa question.

-« On a injecté du gaz dans mon ventre ! » S’étonne le natté en arrivant enfin au lit.

-« Oui pour faciliter le passage de la caméra. » Développe la jeune femme en l’aidant à se réinstaller convenablement dans le lit.

-« Voilà pourquoi je me sens ballonné. »

-« Peut-être. On est là pour vous rendre service. N’hésitez pas. » Dit l’infirmière en le bordant.

-« Vous avez les résultats ? » S’informe le natté, c’est ce qui l’intéresse le plus, savoir si on n’a pas encore détecté quelque chose.

-« Le docteur Po passera demain matin, ici elle a dû partir en urgence. » Avoue la jeune femme en arrivant à la porte pour continuer son travail.

-« Il faudra bien attendre alors. » Soupire Maxwell.

Se sentant beaucoup mieux, une fois le café bu, il sort son ordinateur pour voir ses mails. Hilde lui a envoyé la première photo de An, un petit bout avec énormément de cheveux noirs de geai, le visage plus rouge qu’autre chose. « Je suis à la maison, on t’attend avec impatience. » Disait le petit mot accompagnant la photo.

C’est le seul message qu’il a, après avoir rangé son portable, il prend son livret de jeux et commence un sudoku mais ça ne l’amuse pas vraiment. Le temps ne passe pas. Heero a dit qu’il téléphonerait à la fermeture, il ne peut pas l’appeler avant, même s’il en meurt d’envie.

La porte s’ouvre sur Chloé après des heures, du moins Duo le ressent comme ça. Elle lui dépose son plateau repas. Maxwell s’attaque directement au couvercle pour voir ce qu’il a, manger va l’occuper. Pourtant il n’a pas vraiment faim.

Duo cligne des yeux de surprise, la porte s’ouvre de nouveau, il n’attend cependant personne. Son Gsm sonne au même moment.

-« Je repasse ? » Demande le visiteur.

-« Allô ! Non entre Trowa ! » Rétorque le natté en lui faisant signe de s’avancer.

-« Je ne vais pas te retenir longtemps. Tu as eu tes résultats ? » Demande Heero de l’autre côté du téléphone.

-« Non, Sally est partie en urgence. » Répond Maxwell en souriant à Bloom.

-« Tu n’as plus rien même pas une tâche, tu ne dois pas reprendre la chimio. Deuxième chose : le lave-linge fuit. » Réplique d’un ton rapide Yuy comme si les deux informations avaient la même importance.

-« C’est vrai, je suis sauvé ! » S’exclame le natté en se laissant retomber sur son oreiller de soulagement.

-« Oui. » Sourit le brun. « Et le lave-linge ? » Insiste-t-il.

-« Je regarderai en rentrant. La soudure doit avoir lâché. Si tu as trop de linge, demande à Bertrand si sa femme ne peut pas le faire moyennant finance. » Propose le châtain.

-« C’est un appareil de récupération ? » S’étonne le brun, le regard rivé sur le dit appareil. Il a l’air neuf.

-« Ro’ tout ce qui est chez moi est de seconde main ou transformé. » Rit Duo.

-« On peut faire venir le mien. » Tente le métis.

-« Il est utile quand on est à Sank et tu peux louer ton appartement plus cher avec ça. » Rétorque Maxwell toujours la tête sur les épaules voyant l’avantage d’une situation.

-« On en discutera après, je vais te laisser avec Trowa. Je vais aménager ma pièce pour ne pas sentir le manque de toi. » Murmure Heero en raccrochant.

-« Ro ! »

Mais c’est trop tard, le brun n’est plus en ligne. Il sonnera à son homme quand Bloom partira. Maintenant il va profiter de sa présence. Ce dernier s’est assis dans le fauteuil et il le regarde un petit sourire en coin.

-« Ca te gêne si je prends mon repas ? Tu en veux ? Je n’ai pas fort faim. » Avoue le châtain en commençant à beurrer sa première tartine.

L’ex-03 se lève et vient s’asseoir sur le lit.

-« Tu es sauvé, ce n’est pas encore la bonne. » Sourit Trowa en prenant une tranche de pain dans le plateau.

-« Pourquoi dis-tu ça ? Tu as des vues sur Ro’. » Répond en souriant Maxwell.

-« C’est sûrement ce que va me dire Relena. » Admet en soulevant les épaules Bloom.

-« Je te plains Tro’. »

-« On pensait la même chose pour Heero, Quatre et moi. » Avoue le français en mordant dans la tartine qu’il s’est préparée.

Maxwell rougit légèrement.

-« C’est pour ça que tu es si prévenant avec la demoiselle ? » Questionne le natté.

-« Mon comportement ne changera pas. Le comportement de Heero a changé ? » Interroge le brun-roux.

-« Non, il reste le même pour moi. Une présence constante et rassurante. » Avoue le châtain en buvant un peu de son café.

Après une tartine, il se sent repu au moins les nausées ont cessé mais par rapport à celles de la chimio ce n’était rien. Il se sent bien dans sa peau.

-« Tiens l’adresse mail de Catherine, elle m’a demandé que tu lui donnes de tes nouvelles de temps en temps. Puisqu’elle n’aura plus aussi souvent de tes nouvelles de mon côté. Elle va s’arranger pour que le cirque retourne sur L2. Tu iras la voir ? » Interroge le brun-roux en se refaisant une seconde tartine.

-« Oui, si j’avais la place, je l’hébergerai avec le cirque. Mais pour ça il aurait fallu que ma décharge soit vide. » Soupire Maxwell.

-« Va la voir, elle sera heureuse. » Affirme Trowa.

-« Et elle te plait ta chambre à la caserne ? » Interroge le natté en touillant un peu dans son café.

-« Un casier, un lit dans un dortoir de cinq personnes. On ne peut pas dire que ce soit le luxe. J’aurais dû garder ma roulotte. » Dit Bloom en lui faisant un clin d’œil.

-« C’est provisoire. » Rassure le natté sachant pertinemment que son ami est voué à une autre profession après sa formation.

-« Oui le temps de sortir du lot. »

Les deux jeunes gens discutent jusqu’à 20 heures, puis l’ex 03 s’en va pour être disponible pour la promenade quotidienne de Relena.

Duo lui prend son portable pour rappeler son amant.

-« Salut toi ! » Dit-il en s’appuyant sur le coussin.

-« Trowa est parti ? » S’informe Yuy.

-« Hm. Qu’est-ce que tu as fait ? »

-« Je remonte mes bibliothèques et mon bureau, tout à été livré cette après-midi dans la pièce aux commandes. C’était plus facile pour le livreur. J’ai utilisé les ouvriers pour monter les caisses, je te paierai les heures. J’ai noté le temps qu’on a utilisé à faire ça ! » Explique le brun en rangeant des fascicules dans une étagère déjà montée.

-« Je te les offre, c’est ma participation à ton aménagement chez nous. » Sourit le natté.

-« Je te rembourserai en tendresse. » Rétorque Heero.

-« Je ne préfère pas tu vois, si je pense que tu me rembourses, je ne te croirais pas sincère. » Avoue le châtain en lâchant un léger soupir.

Yuy s’assied sur le sol et commence à trier une caisse de papiers ne sachant plus monter ses meubles d’une main.

-« Tes douleurs ont cessé ? » Interroge le brun pour en savoir plus sur l’état de santé de son homme.

-« J’ai encore mal au ventre et aux épaules. Le reste ça va. » Admet Duo.

-« Dans trois jours tu es à la maison, ça va vite passer. »

-« Ro’ ne fais pas mes papiers à moins qu’il n’y en ait de trop. Je ne crois pas pouvoir forcer rapidement. » Soupire Maxwell.

-« Je n’ai pas encore eu le temps de regarder, je te les laisserai alors. On n’a pas fait grand chose aujourd’hui. » Dit d’une voix neutre le brun.

-« C’est normal, le premier jour. Et toi à Média Corporation ? » Demande le natté.

-« Même chose qu’ici. »

-« Je te dérange ? » Questionne le châtain se rendant compte que la voix de son homme manque de fermeté.

-« Non Duo, tu ne me déranges jamais. » Rétorque le brun en lâchant la farde qu’il épluchait.

-« Je vais te laisser et essayer de dormir. Ca fera passer le temps. » Dit Duo d’une petite voix.

-« Tu t’ennuies ? C’est rare ! » S’étonne Yuy en se levant pour ne pas être tenté de continuer à arracher les pages qu’il n’a plus besoin.

-« Oui, je sais mais… Je regrette mon choix, tu me manques. » Finit par dire Maxwell d’une petite voix honteuse.

-« Je m’occupe pour ne pas penser que tu n’es pas là. Quand je serai épuisé, je saurai dormir enfin j’espère. » Avoue sur le même ton le brun.

-« Ro’ ça n’arrivera plus, c’est ici que je te voudrais. » Affirme le natté.

-« Duo, il n’y a que trois jours. Tu as tenu plus sans Wufei ! » Rappelle le métis.

Cependant, ça lui réchauffe le cœur de l’entendre.

-« Tu étais là ! Pourquoi je n’ai pas vu tout ça plus tôt ? » Lâche le châtain en secouant la tête.

-« L’important c’est que tu le vois et tout ce que tu viens de me dire me prouve que tu n’avais pas tellement tort de vouloir cette séparation. » Lui dit tendrement Heero.

-« Oui, je sais. »

-« Allez essaie de dormir, il faut que je m’abrutisse. » Affirme Yuy.

-« A demain après le travail. »

-« Sonne-moi quand tu es libre. » Dit en guise d’au revoir le brun.

Maxwell reprend son livret de jeux, ça l’occupe mais sans y trouver du plaisir. Autant dormir.

µµµ

Le mardi 7 août AC 199

Catherine vient réveiller le natté pour prendre ses constantes et voir s’il veut de l’aide pour faire sa toilette, afin de l’incorporer dans le listing.

-« Je peux prendre une douche ? » Interroge le châtain parce qu’il a envie d’une, il se sent sale.

-« Il faut attendre que votre médecin soit passé. Vous pouvez mettre un pyjama après votre toilette pas besoin de garder votre tenue d’opération. » Précise l’infirmière en rangeant son tensiomètre.

-« Il n’y a pas besoin d’aide en pédiatrie ? » Demande Duo plein d’espoir, au moins il aurait de l’occupation intéressante.

-« Monsieur Yuy ne vient pas vous tenir compagnie ? » Questionne Catherine.

-« Non pas cette fois. Il est sur L2. »

-« Vous le séquestrez on dirait ! Vous pourrez aller voir au service quand votre médecin sera passé. N’oubliez pas de lui demander un badge, on ne laisse pas n’importe qui y circuler. » Affirme l’infirmière en partant.

-« Merci. »

µµµ

Maxwell essaie de s’occuper comme il peut. Mais le début de matinée ne passe pas. Sally arrive vers 10h30.

-« Je vais regarder les deux cicatrices que tu as. Voir si elles se referment comme il faut déjà. Tu n’as pas fait de fièvre, c’est de bonne augure ! » Dit Po tout en détachant les boutons du pyjama. « C’est bon, je te garde encore demain et puis tu pourras rentrer chez toi. »

-« Et les résultats ? » Interroge anxieux le natté.

-« Heero ne t’a rien dit ! » S’étonne Sally. « Il a pourtant insisté pour que je lui donne quand je l’ai prévenu que je ne pourrais pas continuer à lui donner tes constantes. »

-« Si, mais c’est certain ? »

-« Oui, Duo ! » Rassure le médecin en mettant sa main sur l’épaule un petit sourire aux lèvres. « Tu continues à me faire des contrôles tous les six mois. Les fils tu iras les faire enlever au dispensaire dans dix jours. »

-« Tu ne passes plus ? » S’étonne Maxwell.

Il trouve ça très étrange qu’elle lui donne déjà toutes ses consignes.

-« Je pars en vacances, j’ai repoussé pour toi ! » Sourit la jeune femme.

-« Décidément, j’aurai été bien égoïste sur ce coup. » Se démoralise le châtain.

-« Tu voulais des vacances, je ne peux pas t’en vouloir. » Admet Sally en s’asseyant sur le lit près du jeune homme.

-« Non, mais Ro’ voulait être là, toi en vacances. »

Il laisse échapper un nouveau soupir de découragement.

-« Allez, je me sauve. » Dit Po en se levant.

-« Je peux avoir un badge pour me rendre en pédiatrie ? » Demande Duo en lui attrapant la main pour la retenir.

-« Oui, ça va te faire du bien. »

µµµ

Au moins en pédiatrie, le temps passe plus vite. Maxwell s’y rend durant 1h30 le matin et 1h30 l’après-midi. Il raconte des histoires, invente des jeux. Il utilise pour se faire le panneau offert à Malika pour reproduire des jeux inventés pour elle. Il apprend aux plus grands à faire des cocottes en papier.

Tous les soirs, Trowa passe pour lui tenir compagnie pendant deux heures avant de rejoindre Relena pour la promenade de Wing.

Juste après Duo téléphone pendant une bonne heure à son homme.

µµµ

Le jeudi 9 août AC 199

Au matin, c’est avec un réel plaisir qu’il dit au revoir aux enfants et aux infirmières. Malgré ses activités de trois heures sur la journée, le temps s’est écoulé lentement.

Son homme lui manque de plus en plus. S’il n’avait pas promis à Hilde de venir voir sa petite merveille, c’est vers L2 qu’il se précipiterait tellement il a envie de se retrouver dans les bras du métis, de le voir et non simplement l’entendre.

Dans trois heures, il sera sur le satellite Preventer. Duo hésite sur la marche à suivre, appeler Wufei ou y aller en bus. En arrivant sur le satellite, il regarde les départs pour L2, sa navette est prévue pour 19 heures. Il aura quatre heures à passer près de Hilde, An et le chinois.

Le voyage l’ayant un peu fatigué, Maxwell décide d’appeler Wufei. Il ne veut pas s’épuiser et créer des complications à son opération.

-« Je suis là dans dix minutes. » Lui dit l’ex 05.

Pour gagner du temps, l’ex 02 va se mettre à la sortie de l’aéroport.

C’est un chinois radieux qui vient se parquer devant lui. Il le trouve beau, mais c’est aussi une des premières fois qu’il n’éprouve rien au niveau de son cœur en le voyant, ni amour, ni haine.

-« Tu as eu les résultats de tes derniers examens ? » Interroge Chang quand Duo s’installe à côté de lui.

-« Bien sûr ! Je l’ai dit à Hilde que je lui dirai de vive voix. » S’étonne le natté.

-« Elle me l’a dit. Je ne savais pas quoi te dire. » Avoue le chinois en regardant le route.

-« Si ce n’est que pour lancer la conversation, il y avait aussi. Tu as fait un bon voyage ? » Sourit le châtain.

-« Moque-toi de moi. » Rétorque Wufei en prenant la direction de son pâté d’immeubles.

-« Un peu, mais te voir heureux me fait plaisir surtout que je suis heureux également. » Avoue Maxwell.

-« Heero serait ma Hilde ? » Demande Chang rassuré de voir que son ex-amant est plus sympathique avec lui et surtout moins agressif.

Par contre la question de l’ex 05 perturbe le châtain. Comment y répondre sans en dire de trop ? Parce que oui, Heero est devenu pour lui presque plus important que sa société.

-« En tout cas, il me convient mieux. Notre relation est plus équilibrée que celle que j’avais avec toi. Je ne sais pas ce que t’apporte Hilde pour les comparer. » Finit par dire Duo en espérant que Wufei ne l’utilisera jamais comme une arme contre lui.

-« Le bonheur. » Rétorque simplement Chang en se parquant devant son immeuble. « Et puis la vie de L2 ne me convenait pas : faire attention à tout, se sentir épié, manquer de beaucoup de choses, aussi bien en nourriture qu’en amusement. »

Maxwell ravale un soupir. Le chinois n’a pas l’air de se rendre compte qu’ils étaient dans la case des privilégiés de L2. Qu’il y a bien pire que de ne pas trouver le dernier best-seller à la bibliothèque, que de ne pas trouver un chateaubriand chez le boucher ou son thé aromatisé préféré à la supérette du coin.

Eux mangeaient tous les jours, plusieurs fois par jour. Ils avaient accès aux soins médicaux de toutes sortes, ils avaient un toit sur la tête, un emploi, le chauffage et de quoi se laver. Pour le châtain sa vie actuelle est presque luxuriante par rapport à son passé.

Duo ouvre la portière pour sortir et rejoindre Wufei qui l’attend devant son immeuble. Hilde les attend à l’intérieur de l’appartement, le bébé dans les bras. Il est déjà beaucoup moins rouge que sur la photo. C’est un beau nourrisson de cinquante centimètres, 3kg500 qui regarde son parrain en plissant des yeux. La brune a attendu que son ami soit installé dans le fauteuil pour y déposer son fils. Pour l’instant le bébé a des yeux très bridés d’un bleu acier et un peu vitreux, il a toujours autant de cheveux noirs sur la tête, presque cinq centimètres. Duo reste en émerveillement devant cette petite miniature.

-« Il est magnifique Hildie. »

-« Merci, mais je ne suis pas la seule responsable. » Remercie la brune un sourire sur les lèvres.

-« Si, c’est toi qui l’as couvé pendant neuf mois pour le faire. » Affirme le natté sans quitter le bébé des yeux.

La jeune femme sourit et vient embrasser son ami sur la joue.

-« Je voudrais que tu me rendes encore un service pour l’avenir de An. » Commence en rougissant la brune.

-« Demande, je te dirai si je suis capable de le faire. » Dit le châtain en caressant tendrement la joue du petit colis qu’il a dans les bras.

-« Est-ce que tu veux bien venir avec nous chez le notaire pour signer un papier de tutelle pour s’ils nous arrivaient quelque chose que An ait de la famille reconnue ? » Propose Hilde en se mordant un peu la lèvre intérieure, dans l’attente de la réponse de son ami.

-« Je ne vous survivrai peut-être pas. » Avoue Duo en pensant à ses multiples cancers.

-« Je sais. » Dit la brune en mettant sa main sur l’épaule du natté.

-« Les résultats sont bons, je n’ai plus rien. Mais… Tu es malade ? » S’inquiète Maxwell en regardant son amie dans les yeux de la panique clairement inscrite dedans.

-« Non, Duo, nous sommes tous les deux orphelins. Wufei a parfois des missions à risque. Et nul n’est à l’abri d’un accident. On veut le meilleur pour An et donc prévoir l’imprévisible. » Explique posément la jeune femme.

-« Tu es sûr que s’il vous arrive quelque chose, tu veux que ce soit moi qui élève ton fils ? » Demande le natté en regardant Chang assis dans le fauteuil en face de lui.

-« Je crois qu’il ne pourrait pas avoir un meilleur tuteur que toi. » Avoue le chinois.

-« Il faut que je demande à Heero auparavant. » Finit par dire Maxwell après un moment de réflexion.

Il sort directement son Gsm.

Wufei hausse un sourcil, ce n’est pas habituel que le châtain ne prenne pas une décision seul. Quand il vivait avec lui, ce n’est jamais arrivé. Il faisait les choix seul en réfléchissant au mieux. C’était une des raisons de cette tension entre eux, Chang ne supportant pas cette façon d’être traité.

-« Wufei, si je dois élever ton fils, Heero a son mot à dire, il fait partie de ma vie, je ne peux pas lui imposer un enfant comme ça, même un enfant hypothétique que nous n’aurons jamais à l’élever. » Conclut-il avec un sourire.

-« Oui, téléphone-lui, tu as raison. » Rétorque Hilde.

Maxwell se lève pour avoir un peu d’intimité. La jeune mère continue de sourire en voyant son ami bercer imperceptiblement An sans s’en rendre compte alors qu’il circule dans la salle à manger.

-« Salut toi ! Si je te dis qu’un jour, j’aurai peut-être à élever un enfant, tu serais contre ? » Demande le châtain quand son homme décroche.

-« L’enfant de qui ? Tu as une de tes ex qui est réapparue ? » Interroge Yuy intrigué par la question qui sort complètement de l’ordinaire.

-« Non, Ro’ je parle de An. » Répond Duo en clignant des yeux.

Une ex, son propre enfant, il ne l’aurait pas présenté comme ça, en plus il n’a jamais eu d’ex au féminin.

-« Sois précis Duo. » S’impatiente le métis parce qu’il ne comprenait rien à la demande de son homme, surtout qu’il est préoccupé par un autre problème. « Bertrand, il n’y en a pas dans le stock. » Crie-t-il avant de redire dans le cornet. « Je suis à toi. »

-« Des problèmes ? »

-« Non, une grosse commande qui est arrivée. Alors ton problème avec An ? » Questionne à nouveau le métis.

-« Wufei aimerait ainsi que Hilde qu’on passe chez le notaire et que je sois inscrit comme tuteur suppléant. » Explique le natté.

-« Tu n’as pas envie et tu veux que je dise non à Chang ? » Demande de plus en plus perturbé Heero.

Ca ne ressemble pas à son amant de ne pas savoir envoyer les gens sur les roses.

-« Non, j’ai envie de le faire pour Hilde, mais toi, si ça devait arriver, tu le prendrais comment ? » Insiste Maxwell.

Yuy comprend la manœuvre de son amant. Un droit de regard sur sa vie. C’était ce qu’il avait demandé. Mais en réalité, il s’attendait à devoir batailler, lui rappeler plusieurs fois avant que ça ne devienne naturel pour Duo.

-« Je n’ai jamais envisagé élever un enfant. Mais si ça devait arriver, nous assumerions à deux. » Répond en souriant le métis. Heureux de savoir que le natté puisse tenir compte de ses remarques et les appliquer rapidement.

-« Heero, je ne veux pas que tu acceptes pour moi. » S’indigne le châtain.

-« J’aime les enfants et je ne lui souhaite pas de perdre ses parents. Mais s’il avait cette épreuve à passer, je comprends la démarche de ceux-ci. »

-« Mais ce serait une corvée. » Souligne Maxwell pour bien comprendre et être sûr de ne pas le mettre mal à l’aise.

-« Duo, qui a passé des heures en pédiatrie ? Je ne souhaite pas l’élever avec toi, mais si ça arrivait, j’en serai ravi. »

-« Je préfère être sûr. » Avoue le natté.

-« Tu peux y aller serein. Merci de m’avoir prévenu avant de le faire. » Ajoute Yuy avant de couper la communication.

La société est en effervescence, Bertrand a pris une commande par téléphone ce matin et prévenu le client qu’il pourrait passer en fin de journée qu’elle serait prête. Seulement Vansbider n’a pas réalisé que si les pièces sont courantes, le diamètre l’est beaucoup moins, ils n’ont plus que trois heures pour l’honorer.

Maxwell relève un sourcil, ce n’est pas la première fois que son homme lui raccroche au nez. Enfin, il a mieux à penser que ça, surtout qu’il doit bien admettre que ce n’est arrivé que pendant les horaires de travail.

-« Tu avais prévu le rendez-vous chez le notaire à quelle heure ? » Demande Duo en rangeant son Gsm dans sa poche.

-« D’ici une demi-heure. » Répond Wufei.

-« Tu me rends An que je le prépare pour cette sortie. » Dit la brune en tendant les bras vers son fils.

-« Tu veux boire quelque chose ? » Demande Chang quand sa femme est partie avec l’enfant pour changer le lange et lui passer son manteau.

-« Un café si tu as. »

Maxwell sirote sa boisson tout en discutant avec le chinois. Très vite, il est temps de partir chez le notaire. Ce dernier montre le document à Duo.

-« Voilà, vous devez signer là et là et parafer les trois pages. »

-« Je dois le lire auparavant. » Dit le châtain en prenant les papiers pour les consulter.

-« Enfin Duo, le notaire vient de t’expliquer en quoi ça consistait ! » S’indigne Wufei.

-« Si tu veux que j’appose ma signature sur un document officiel, il faut que je le lise. » Explique l’ex-02 avant de se plonger dans la lecture.

Chang laisse échapper un sifflement de mépris que son ex amant ne relève pas.

-« Vous avez tout à fait raison Monsieur Maxwell. » Dit le notaire. « On ne signe pas un document à la légère. S’il y a des mots que vous ne comprenez pas faites-moi signe. »

Au bout d’une demi-heure, le châtain prend le bic pour parafer les feuilles avant de les signer.

-« Ce n’est pas trop tôt. An doit bientôt manger. » Râle Chang en se levant.

-« Wufei ! » S’indigne Hilde en secouant la tête.

Par contre Duo sourit.

-« Tu ne changeras jamais, Wufei. »

Après être aller chez le notaire. Les trois jeunes gens rentrent à l’appartement du Chinois. Hilde nourrit son fils pendant que Chang réchauffe ce que sa femme a préparé au matin pour le repas : du hachis Parmentier aux épinards. Ils mangent relativement tôt pour que Wufei puisse reconduire Maxwell avant sa navette de 19 heures.

A Suivre… 

Chap 48 - Chap 50 

Si ça vous a plu, il y a l'option 

Commentaires