banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j’essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort, un peu médical également

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo, Trowa, Relena.

Bêta auditrice : Tenshimizu.

Lectrice 01 : Arlia Eien


Chapitre 50


Il est 22 heures quand Maxwell arrive aux portes d’Allnonsense. Tout est dans le noir. Heero ne l’a pas attendu, on dirait. Après avoir déposé son sac dans la buanderie et son portable sur la table de la cuisine. Le natté monte les escaliers. Son homme doit sûrement être dans sa pièce. C’est donc dans cette direction qu’il s’oriente une fois arrivé sur le palier.

Duo ouvre la porte, la pièce est dans le noir. Il allume et reste le bouche bée devant ce qu’a fait le métis. Tous les meubles sont remontés, tous les ordinateurs sont rebranchés, les classeurs sont en place. Il n’y a plus de désordre dans la pièce, comme le natté se l’imaginait en allumant. Combien d’heures a-t-il passé ici pour que tout soit fini ?

-« Ca te plaît ? » Entend-il dans son dos.

Le châtain se retourne et perd le sourire qu’il avait eu en entendant sa voix chaude. Il passe la main sur la joue du métis qui a des cernes sous les yeux.

-« Ro’ ! »

-« Même après l’opération, je n’arrivais pas à dormir convenablement. » Avoue le brun en mettant sa main sur celle de son amant.

-« Va vite te remettre au lit. Je passe par la salle de bain et j’arrive. »

-« J’ai envie de toi, de te faire l’amour. »

Il y a du désespoir dans les yeux bleus ainsi que dans sa voix.

-« Ok, ok. » Rassure Maxwell la main toujours sur la joue basanée. « Va, je me prépare. »

C’est à regret qu’Heero fait demi-tour pour rentrer dans leur chambre. Le natté se mord la joue en le regardant partir. Il ne veut pas que Yuy soit si dépendant de lui, il faudra qu’il le rassure sur son amour. Il éteint la lumière de la pièce de son homme et se rend à la salle de bain pour faire une toilette rapide. Il revient vers la chambre en tenue d’Adam.

Duo sourit en voyant le brun dormir comme un bien heureux. C’est certain qu’il pourrait le réveiller, mais c’est de sommeil qu’il a besoin pour l’instant. Alors il fait le tour du lit et vient dormir en cuillère derrière son compagnon.

µµµ

Le vendredi 10 août AC 199

Ce n’est pas le réveil qui sort de sa torpeur le châtain. C’est les doigts qu’il connaît par cœur. Des doigts qui passent inlassablement sur sa tête ébouriffant de ce geste tendre, les petits cheveux qui poussent. Un sourire apparaît sur les lèvres de Duo, elles sont capturées par celles de son amant, tout en délicatesse, en tendresse. La langue de Yuy finit par venir parcourir les lèvres de Maxwell pour en demander le passage.

L’ex-02 recule un peu pour regarder le métis dans les yeux et passer ses doigts sur la joue basanée un peu piquante.

-« Je ne veux pas être ta raison d’exister. Je ne veux pas de cette responsabilité. » Affirme affectueusement le châtain.

-« Tu me manquais. Dans cette chambre, il y avait ton odeur mais pas ta présence. » Se justifie le brun.

-« Ro ! Il fallait dormir dans la chambre d’ami. »

-« Tu m’en veux ? » Interroge le métis en mettant la tête de côté.

-« C’est magnifique la façon dont tu m’aimes, mais ça me fait peur. » Admet Duo après l’avoir embrassé légèrement sur les lèvres pour le rassurer.

-« Ne t’inquiètes pas, je te survivrai. Du moins, je n’ai pas l’intention de te suivre dans la tombe, si tu meurs prématurément. » Assure Heero en passant sa main derrière la nuque de son homme pour l’embrasser à nouveau.

Duo le repousse tendrement après un court baiser.

-« En faisant quoi ? Tu es à moitié mort alors que je suis juste absent. » Se révolte Maxwell.

-« En quittant L2. » Lâche le métis.

De suite il voit l’ex-02 se refermer, perdre son sourire, avoir les traits qui se durcissent.

Duo repousse la couette et veut sortir du lit, Heero l’attrape par l’avant-bras pour le maintenir près de lui.

-« J’aime L2 parce que c’est toi, c’est ta vie, ta société. Je ne te l’ai jamais caché que toi mort, je n’y reste pas. Alors ne fait pas ta tête de cochon, celui qui tombe des nues. » Sermonne le brun sans le lâcher.

Le réveil sonne, Yuy se tourne pour le couper, Duo en profite pour s’esquiver et se lever. Le brun soupire. Décidément ces retrouvailles ne ressemblent en rien à ce qu’il avait imaginé, une longue nuit d’amour. Mais d’un autre côté, ils jouent leur avenir pour l’instant. Ils sont ensemble et tous les deux sont en bonne santé. Ca mélange un peu les dispositions de base et Heero préfère ça au train-train quotidien.

L’ex-01 se rappelle très bien que son homme lui a dit de lui laisser du temps quand il fuit la conversation. Néanmoins en sa faveur, ils ne sont pas en public, pas besoin d’attendre et laisser mariner une situation n’est pas des plus sains.

Yuy se lève, refait le lit et se rend à la salle de bain pour se préparer et se rendre à Média Corporation. Il croise son amant rafraîchi qui vient chercher un bleu de travail dans la chambre.

Heero estime que le déjeuner sera plus propice à continuer leur conversation. Autant lui laisser encore un peu de répit qu’il ne le prenne pas complètement en traître. Après un tour à la salle de bain, le brun vient s’asseoir devant Maxwell qui a repassé sa prothèse capillaire. Assis ce dernier regarde son café au lait sans vraiment déjeuner.

-« Je te l’ai déjà dit que je ferai tourner « Allnonsense » en ta mémoire et que je ne revendrai pas. Duo, nous en avons déjà discuté. » Attaque directement le brun en se servant une tasse de café.

-« Ce n’est pas ici que tu as envie d’être. Tu te sacrifies encore. Ce n’est plus pour la paix, c’est pour ma paix intérieure. » Rage Maxwell en fusillant son amant du regard.

-« Je me moque de l’endroit où je vis du moment que je puisse vivre près de toi ! » Affirme le brun.

Il en rage également de devoir encore une fois se justifier sur ce point là. Il croyait que c’était réglé une fois pour tout.

-« Tu n’aimes pas L2. »

-« Sans toi, elle manque de charme cette colonie. »

-« Arrêtes tes conneries Yuy. » Peste Maxwell, outré par l’humour mal placé de son homme.

-« Redescends sur L2 Maxwell. J’ai l’air d’une girouette ? Ce n’est pas parce qu’on a fait l’amour que ce que je pense change. Si ton but en me donnant ton cul c’était de m’attacher plus à L2 en ton absence, tu as utilisé une mauvaise carte. » Gronde le brun.

Il n'est pas décidé pour un sou à se laisser mener par le bout du nez.

Heero n’avait encore jamais vu le regard de Duo devenir aussi noir, rempli de colère. Le stade Shinigami était dépassé. L’explosion n’allait pas tarder.

La sonnette de la porte d’entrée retentit. Maxwell se lève en repoussant sa chaise qui en tombe sur le sol. Il va tout aussi furieux ouvrir la porte. Pourtant il est calmé quand il voit Alicia qui attend derrière.

-« C’est la semaine prochaine que je viens jeudi. » Justifie la jeune fille en voyant les étincelles dans le regard indigo.

-« Viens entre, je reviens seulement. Je n’ai pas vu ce qu’il y a à faire. Tu regarderas ce qui est le plus urgent. » Dit Duo en l’accompagnant jusqu’à la cuisine.

-« Bien monsieur Maxwell. Bonjour Monsieur Yuy. » Dit-elle en voyant le brun assis à la table du déjeuner.

-« Le bureau est à faire Alicia. » Annonce Heero ne voulant pas laisser de témoin, ni la possibilité à son homme de se cacher derrière des étrangers.

-« Bien. » Dit la jeune fille en quittant le cuisine pour commencer son travail.

-« Tu vas être en retard. » Lâche le natté en mettant le café non bu dans un thermos.

-« Je t’aime et c’est près de toi que je suis heureux, pas dans un endroit précis. » Avoue Yuy en se levant de la table pour aller chercher sa valise informatique posée dans le hall.

Maxwell se sent confus en regardant la porte que son amant vient de fermer. Non, il n’a pas voulu finaliser leur relation dans l’espoir de garder Heero sur L2 après sa mort. Son compagnon a raison, il n’a pas changé son fusil d’épaule, ce qu’il lui a annoncé ce matin, il le savait déjà alors pourquoi ça lui a fait si mal ?

Qu’est-ce que ça va changer si Heero ne fait pas tourner lui-même sa société s’il meurt ? Il ne sera pas là pour le voir. L’obliger à faire ça serait vraiment un acte égoïste. L’obliger à vivre quelque chose qu’il ne veut pas ce serait lui gâcher la vie après sa mort. Ce sera déjà bien assez difficile pour son amant sans cette promesse. Enfin s’il devait mourir avant Heero. Pour l’instant cette option vient d’être repoussée, du moins médicalement parlant.

Maxwell soupire, il est descendu bien bas. Il prend son Gsm et écrit un Sms.

Désolé. Je n’ai pas à t’imposer une vie après ma mort.

Et il l’envoie. Bertrand arrive avant même que Duo ne reçoive la réponse.

-« Bonjour patron. »

-« Bonjour, je n’ai pas encore regardé le travail à effectuer. » Admet le châtain en se grattant le crâne.

-« Heero m’a dit qu’il le ferait pour te permettre de te remettre à jour. Ca doit être sur le tableau des commandes, comme les autres jours. » Rétorque l’ouvrier en serrant la main de Joé qui vient d’arriver.

-« Tant mieux alors. Mettez-vous au travail. » Dit Maxwell en sortant son Gsm pour lire le message qu’il vient de recevoir.

De ton vivant, je fais les choix qui me rendent heureux. A 13h30.

Les deux ouvriers partis, le natté regarde son bureau et la pile de documents qui s'accumule dessus. Il avait demandé à son homme de ne pas le faire, mais il n’avait pas pensé qu’il se sentirait aussi bien dans sa peau et en forme. Mais puisque c’était prévu, il n’a pas trop le choix. Il va s’y atteler.

-« Alicia quand je te gêne pour le ménage, tu le dis. »

-« Oui Monsieur Maxwell. »

Le châtain s’assied à son bureau et allume son ordinateur. Autant être méthodique pour s’en sortir. Quand il ouvre la boite mail, il peut constater que Heero a fait le tri dans les mails. Il ne lui a laissé que les factures à reclasser et le stock à faire. Puisqu’il ne doit pas se rendre chez le comptable avant le mois de septembre, il a tout le temps pour se remettre en ordre.

Au bout de deux heures, Maxwell voit le bout de son retard, encore une chance parce que Alicia vient de lui demander si elle peut laver son bureau. Duo sauvegarde et ferme l’ordinateur pour se rendre dans la buanderie. Il va en profiter pour regarder ce qui ne va plus à son lave-linge.

Il commence à enlever la carcasse et tique en constatant que la cuve est cassée et irréparable cette fois. Il devra le remplacer. Puisqu’il est foutu, autant le débrancher et le conduire directement dans la décharge comme ça Alicia pourra laver la buanderie à fond.

Avec l’aide de Joé, le natté déplace le lave-linge dans la décharge. Et il demande à la jeune fille de finir sa journée à faire la buanderie comme il faut maintenant qu’il n’y a presque plus rien pour la gêner.

Heero revient avant 14h, le châtain est dans le bureau à reclasser les factures clients faites directement. En guise de bonjour, le brun lance.

-« Je passe un bleu et je m’y mets. »

-« Ro’ comment as-tu honoré cette commande, ce n’est pas inscrit sur le bon ? » Demande Duo avant que son homme ne quitte le bureau.

-« J’ai démonté. » Répond Yuy après être venu regarder la facture.

-« Je ne peux pas avoir des circuits aussi petits, des joints aussi fins, des résistances miniatures. Sur quel appareil ? » Insiste Maxwell.

-« Sur la vieille tour de mon ordinateur dans la chambre. Je la remettrai en fonction plus tard. » Rassure le brun en se dirigeant vers la porte.

-« Ro ! »

-« Oui ? » S’étonne le métis de se faire encore rappeler pour une simple facture.

-« Si c’est irréalisable sans démonter ton avoir, tu dis non ou tu demandes un délai. Tu n’as pas à faire ça ! » Affirme le natté.

-« Média corporation Sank a les pièces. Il me les envoie. » Assure Heero en ouvrant la porte.

-« Ro’ Je veux la facture. » Ordonne le châtain.

-« Tu l’aimerais nuance. Laisse-moi le temps de me changer, j’arrive. »

Au bout de cinq minutes, Yuy réapparaît en boutonnant sa chemise.

-« Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? » Demande-t-il en se plantant devant son patron.

-« Qu’on discute de ton nouveau travail ! » Admet Duo beaucoup plus calme que tout à l’heure.

Le brun soulève un sourcil. Nouveau travail ? Il n’avait pas souvenance qu’ils devaient discuter de Média Corporation et surtout pas sur son temps de travail à Allnonsense.

-« Tu as dit que tu préférais faire des recherches, démonter, gérer les stocks et ce genre de choses plutôt que de préparer des commandes. » Reprend Maxwell en se levant pour se mettre à la même hauteur de son homme.

-« Oui, je l’ai dit. »

-« Tiens, il y a eu trois commandes de mobile. Après je voudrais que tu me recherches un nouveau lave-linge à acheter dans les magasins de seconde main de L2. Je me suis remis à jour pour le stock et les factures. Dorénavant c’est ton rôle. Je garde juste la gestion des paiements des factures. Ca te convient ? Tu pourras rester en informaticien sauf cas de force majeur. » Explique en souriant le natté, heureux de son initiative qui va certainement arranger la tension qu’il y a entre eux pour l’instant.

-« Je préfère cette tenue ici pour donner un coup de main en renfort sans devoir me changer. » Rétorque le brun.

-« Comme tu le souhaites. Mais le rôle te convient ? » Insiste le châtain, parce que la tenue c’est vraiment un détail par rapport au reste.

-« Si ça t’arrange ! » Lâche Yuy en haussant les épaules.

-« Non Ro’. Ce n’est pas ça que tu veux faire ici ? » Demande Duo en croisant les bras sur son torse.

Il est vraimant malheureux au fond de lui-même de ne pas cerner mieux son homme.

-« Tu veux vraiment savoir ce que je veux faire ? » Questionne le brun septique du changement d’attitude de son amant depuis ce matin.

-« Oui Ro’. »

Le métis respire à fond, expulse l’air pris et se lance.

-« Je ne veux pas que tu me cantonnes dans un travail. Je veux pouvoir toucher un peu à tout. Aller là où tu as besoin d’un renfort, pas que tu me laisses ce que tu aimes pour ce que tu crois être mon bonheur. Avoir accès à ta gestion. »

-« Non ! » Stoppe Maxwell les deux mains levées. « Pas la gestion ! Le privé d’accord mais pas la société. »

-« Commençons au moins par le privé. De quoi as-tu peur en me montrant la gestion de ta société ? Tu es près de la banqueroute ? » S’informe le métis, surtout que le refus a été violent.

Il s’attendait à un refus, mais moins énergique.

-« Si on met la gestion du privé en commun, tu me montreras tes finances ? » Ajoute rapidement Duo.

-« Bien sûr, tu n’es pas mon ennemi. » Sourit le brun.

-« Désolé, mais je ne peux pas te laisser droit de vision sur tout. » Dit le natté un peu de tristesse dans le regard.

-« Commençons déjà par le privé. »

-« Et restons sur le plan privé. Tu sépares bien Média Corporation et le reste. » Tente comme dernier argument le châtain.

-« On parlera du reste ce soir. Je commence par le lave-linge. Je te laisserai faire les mobiles. » Rétorque Heero en se déplaçant vers son bureau pour allumer son ordinateur.

-« Tu veux venir à la poste avec moi ? » Demande Maxwell en commençant à rassembler les documents nécessaires pour les déposer sur le chariot.

-« Tu ne te sens pas bien ! » S’inquiète le métis la main en suspend près du bouton d’allumage de sa tour.

-« Si pourquoi ? » S’étonne le natté en regardant son homme.

-« Tu agis bizarrement. »

-« On se retrouve pour s’engueuler. » Admet le châtain en reportant son regard sur ses papiers.

-« Mettre les choses au point. Duo, je n’avais pas l’intention que ce qu’on vivait pendant ta maladie se reproduise. » Avoue Heero en enfonçant le bouton.

-« Je ne peux pas tout mettre en commun ! » Rappelle Maxwell.

-« Je peux le comprendre. Mais je suis plus que ton employé. Je ne peux pas te laisser me considérer comme tel. » Rétorque Yuy pour expliquer le fond de sa pensée.

-« Ro’ »

-« Pas en dehors du travail. » Rectifie le brun.

-« Donc on risque de s’engueuler pendant un moment. » Réalise le natté avant de lâcher un soupir.

-« Je veux bien faire beaucoup de concessions, mais la soumission totale n’en fait pas partie. » Argumente le brun en s’asseyant à son bureau pour ouvrir une page de recherche.

-« Je te demande juste de faire la part des choses entre le privé et le travail. » Rappelle le natté.

-« Je l’ai toujours fait. »

-« Ro, tu veux bien venir avec moi dans la cuisine ? » Demande le châtain en se levant de son bureau.

Le métis se lève et suit son homme. Celui-ci l’attend, appuyé contre l’évier. Heero sait très bien pourquoi il l’a appelé dans le privé, alors il vient directement se mettre dans ses bras avant de relever la tête pour demander un baiser. Il n’attend pas longtemps pour le recevoir.

A bout de souffle, ils s’éloignent un peu l’un de l’autre.

-« Je te montrerai la gestion, samedi après les courses, je n’ai pas envie qu’on s’engueule ce soir. Tu m’as promis quelque chose hier que je n’ai pas eu. » Murmure Maxwell en caressant les épaules de son compagnon.

-« Je peux te le donner maintenant si tu veux. » Nargue le brun en venant se serrer un peu plus dans les bras de son amant que ce dernier sente bien qu’il ne ment pas.

-« Tu m’as manqué ! » Avoue le châtain en refermant encore plus ses bras autour des épaules du métis.

Après cinq minutes, Heero chuchote.

-« Je sais que tu es le patron, qu’il n’y a pas des masses de travail, mais on ne devrait pas s’y mettre ? »

-« Tu n’as même pas mangé. » Constate d’un coup Duo.

-« Si je mange un sandwich sur le trajet du retour. » Dit Yuy en sortant des bras de son homme.

-« Tu manges en rue ? » S’étonne le natté en écarquillant les yeux.

Puis il réalise que ça doit être normal pour Heero.

-« Oui. »

-« Tu reviens par quel chemin ? » Questionne en souriant le châtain.

-« Le parc. »

-« On ne t’a pas encore réclamé quelque chose ? » S’informe Duo en étant toujours appuyer sur l’évier.

-« Aujourd’hui une gamine en haillon. Je lui ai donné la fin de mon sandwich. » Admet Yuy en haussant les épaules.

-« Attends-toi à en avoir deux lundi. » Sourit Maxwell.

-« On ne peut pas manger en rue ? C’est un décret ? » Questionne le brun parce que c’est seulement maintenant qu’il se rend compte que son attitude à mis mal à l’aise son homme.

-« Du savoir-vivre pour ne pas tenter. » Explique le natté en donnant un coup de rein pour se redresser et venir près de son amant qu’il l’attend à la porte du commerce afin de se mettre au travail.

-« Je comprends mieux la tête du vendeur quand je lui ai dit de ne pas l’emballer que c’était pour manger directement. »

-« Patron ! » Entendent-ils.

-« J’arrive. » Crie Duo avant de donner un dernier baiser à son homme.

Le reste de la journée, les jeunes gens n’arrêtent pas de travailler. Heero a trouvé rapidement un lave-linge à un prix intéressant. En allant à la poste Maxwell va le voir de visu et payer un acompte dessus. Il demande également qu’on vienne leur livrer lundi dans la journée.

Yuy a aussi fait les recherches pour les mobiles. Le natté les fabrique en revenant de la poste.

Durant toute l’après-midi, le brun garde un petit sourire sur les lèvres en regardant son homme circuler autour de lui. Joé et Bertrand donnent les factures à faire au fur et à mesure au métis. Il en fait l’encodage, l’inscription dans le cahier et gére le stock de front.

Ce travail lui plait beaucoup plus que ce qu’il a fait depuis qu’il travaille à « Allnonsense. » Mais travailler pour Duo, avec Duo c’est ce qu’il apprécie parce que comme ça il fait partie intégrante de sa vie.

Au soir, les deux jeunes gens savourent leurs retrouvailles sous la couette.

µµµ

Le samedi 11 août AC 199

La journée avait été relax, comme d’habitude pour un samedi. Ils décident de travailler intensivement à la remise en ordre du hangar que le matin et de servir la clientèle qui se présenterait l’après-midi.

Après le repas de midi, Duo arrive avec tous ses classeurs privés qu’il a pris dans une armoire du bureau. Heero le regarde intrigué commencer à étaler sa comptabilité en écarquillant les yeux. Quand il a fait la demande, il ne s’attendait pas à ça. Il y a une farde par secteur.

Maxwell tend à son homme la moitié d’un bloc de brouillon du format A4 et il prend l’autre moitié pour son usage personnel.

-« Bon Ro’, l’électricité est à 1,5 crédits le kilowatt. La consommation tourne à 9 kilowatts par jour pour le personnel. » Dit le natté en consultant un graphique qu’il a devant lui après avoir tourné certaines pages d’une de ses fardes.

Yuy écarquille encore plus les yeux.

-« Depuis toujours ? » Demande d’une petite voix le brun.

Il espère ne pas entendre que ses ordinateurs ruinent son amant.

-« Non, ça a diminué depuis que tu es là. Les lampes de lecture de Wufei consommaient beaucoup. » Sourit le châtain pour rassurer son compagnon.

Le brun fait un rapide calcul pour obtenir une consommation mensuelle et son coût puis il demande.

-« Le gaz ? »

-« Il est à 0,75 crédit le m³ et la consommation journalière est de 50 m³. » Duo se mord la lèvre en donnant les chiffres.

Il ne quitte pas du regard la deuxième farde. Ca il est sûr que son amant ne lui pardonnera pas.

Le métis recommence à calculer et fusille son amant du regard avant de dire froidement.

-« L’eau ? »

-« Dix crédits le m³. » Répond Maxwell, il n’a pas le temps de donner la consommation que Yuy le coupe.

-« Dix crédits, c’est cinq fois plus qu’à Sank. »

-« La consommation journalière tourne autour de 0,10 m³. Il y a des piques les jours de lessives, mais moins les autres jours donc c’est une estimation. » Explique le châtain.

La sonnette retentit. Le natté se lève pour servir le client. Il met vingt minutes à revenir. Devant Heero, il y a une page couverte de chiffres et de calculs.

-« Le gaz ce n’est pas constant ? En été tu dois en consommer moins. » Questionne Yuy avant même que son homme ne se soit assis à sa place à table.

-« Ro’ c’est des moyennes faites sur base d’une année. En plus, j’ai chauffé plus cet hiver, j’avais tout le temps froid. Mais je le ferai porter à la société. Les chiffres que je t’ai donnés c’est une moyenne qui rentre pour le privé. »

-« Je comprends mieux que certains mois tu sois serré. Loyer ? » Interroge le brun.

-« Non pas pour le privé. Pas de satellite, j’ai fait ma parabole moi-même. Il y a certaines assurances pour 12 crédits le mois. » Ajoute Maxwell en parcourant la dernière farde qu’il a devant les yeux.

Il voit Heero noter six crédits sur un coin de sa feuille.

-« Je te donne cinq cents crédits en plus tous les mois et pas de protestation. » Dit fermement le brun.

-« Ro’, je ne participe pas pour Sank. Alors cinq cents crédits en tout. » Répond Duo en se faisant violence pour accepter l’aide d’Heero du moins en partie. Mais surtout en trouvant un argument qui pourrait faire fléchir son homme.

-« Je calculerai la prochaine fois ce que nous coûte en consommations nos vacances. Tu paieras la moitié des charges de Sank sur cette période. Je te donnerai cinq cents crédits dorénavant. » Accepte Yuy se rendant bien compte que son compagnon a déjà fait une concession en prenant plus que les autres mois.

De toute façon, Heero a fait exprès de taper le montant beaucoup plus haut, pour permettre à son amant de descendre. Là il donne exactement ce qu’il voulait donner au départ.

-« N’empêche qu’il doit y avoir moyen de diminuer tes consommations. Il faut que j’y réfléchisse. » Lâche le brun après un moment de réflexion durant lequel il a repensé aux calculs et montants de la consommation journalière.

-« Ro’ s’il y avait moyen, je l’aurai fait crois-moi. » Rétorque Maxwell en rassemblant ses fardes pour aller les ranger.

-« En tout cas, je comprends mieux ta manie de n’utiliser que le minimum en eau, de mettre le bouchon pour tout et pour rien. De fermer les portes et les lumières quand tu quittes une pièce. »

-« Je fais mes économies comme je peux. » Sourit le natté.

-« Je vais faire plus attention. » Répond Yuy en se levant pour venir l’embrasser.

Après avoir répondu au baiser, le châtain se lève avec ses fardes en main pour aller les ranger dans le bureau. Heero, lui retourne la feuille de calcul pour préparer le liste des courses sur son dos.

µµµ

Au soir, bien au chaud sous la couette, le brun reste couché sur le dos pour réfléchir.

-« Tu ne dors pas. » Constate Duo de l’entendre respirer plus bruyamment qu’il ne devrait.

-« Toi non plus ! » Réalise le métis.

-« Pourquoi n’es-tu pas collé à moi alors ? » Interroge le châtain parce que c’est toujours comme ça.

Un Heero qui ne dort pas est toujours dans son dos avec une main sur son ventre.

-« Je ne voulais pas t’empêcher de dormir. Surtout que là je t’ai déjà réveillé en bougeant. » Fait remarquer le brun.

-« Qu’est-ce qui ne va pas ? » Questionne Maxwell.

Vu le ton de la voix et son manque de sommeil, il ne peut y avoir que ça qui justifie cette modification dans leur habitude.

-« J’ai honte. » Avoue d’une petite voix Yuy le regard sur le plafond.

Le châtain se retourne dans le lit pour venir se mettre sur la poitrine de son amant.

-« De quoi peux-tu avoir honte ? » S’étonne Duo en caressant le torse de son homme pour le rassurer.

-« D’avoir vécu à tes crochets pendant cinq mois, de t’avoir mis le couteau sous la gorge. » Répond Heero en prenant la main de son compagnon pour qu’il arrête ses caresses.

-« Pas plus que… »

Un doigt basané vient se mettre sur les lèvres du châtain pour le faire taire.

-« S’il te plaît ! Arrêtes avec ça. »

Maxwell déplace le doigt.

-« Ca me valorisait de t’entretenir et d’y arriver. » Avoue tendrement Duo.

-« N’empêche que tu n’avais pas besoin de ça en plus de ta maladie. » Soupire le brun.

Les deux jeunes gens se taisent. Ils écoutent la pluie nocturne sur le toit de la maison.

-« Tu n’as jamais pensé à récupérer la pluie quotidienne pour l’utiliser ? » Demande d’un coup Yuy en entendant l’eau couler dans la gouttière.

-« Si mais je n’ai jamais trouvé le temps de le faire, ni trop comment le réaliser. » Admet le châtain en bâillant.

-« J’ose à peine imaginer tes factures professionnelles. » Lâche le brun alors que son compagnon se retourne pour dormir.

-« Alors ne le fais pas. »

µµµ

Le lundi 13 août AC 199

Sur le chemin du retour, la fillette en haillon attend Heero dans le parc. Au même endroit que la dernière fois. Dès qu’elle le voit arriver, elle tend la main droite, dans la gauche elle a celle d’un petit garçon plus jeune et dans un état encore plus pitoyable.

Yuy est tenté de donner plus que la fin de son sandwich, surtout qu’il a mangé plus lentement parce qu'il réfléchissait toujours à ce problème d'eau. Cependant, il doit se rendre à l’évidence que son homme a raison et que s’il commence à donner plus, il y en aurait de plus en plus à l’attendre.

C’est avec un pincement au cœur que le brun ne lui donne pas plus que vendredi et qu’il garde le reste en main, il le finira un peu plus loin.

-« Je ne peux pas donner plus. » S’excuse le métis avant de reprendre son chemin.

µµµ

Au soir quand Duo vient s’installer dans le salon pour la soirée, il trouve Heero son portable ouvert devant lui posé sur la table basse, face à la télévision.

-« Qu’est-ce que tu fais ? » Demande Maxwell en restant debout entre la table basse et le divan.

-« Je regarde comment je pourrai dériver les pluies nocturnes qu’on puisse en bénéficier. » Répond le brun sans regarder son homme.

-« Je préfèrerai pouvoir regarder la TV dans tes bras comme d’habitude ? » Soupire le natté.

-« Quand veux-tu que je fasse ça sinon ? » S’étonne le brun en tournant son visage vers son compagnon tellement il est surpris

-« Dans l’après-midi, pendant ton temps de travail. » Rétorque le châtain en haussant les épaules comme si c’est tout à fait normal.

-« Tu ne me payes pas pour faire ça ! » S’offusque le métis en reprenant ses recherches.

-« Ro’, tu le feras quand tu n’auras pas la gestion et les factures à faire. » Insiste Duo.

Heero se redresse, scrute le visage de son amant et finit par dire.

-« Tu vas me payer pour faire ça ! »

-« Qu’est-ce que je vais faire pendant que tu fais tes recherches ? » Finit par dire Maxwell en détournant son visage.

-« Reprends tes maquettes. » Propose Yuy en se tournant à nouveau vers son portable.

Le natté se gratte légèrement le crâne, soupire et s’assied abattu à côté du métis.

-« Moi qui préfère clôturer une journée de travail en étant dans tes bras, c’est raté. » Baragouine le châtain. « Je préfère ça, même si ça dérive en câlin. »

-« Duo ! » Heero écarquille les yeux surpris par ce qu’il vient d’entendre et l’attitude de son homme surtout.

-« Tu es le premier à me faire sentir vivant, à me donner l’impression d’être capable de ressentir quelque chose de fort par mon corps. J’ai envie de ces moments là. Alors oui, Ro’ je préfère te payer à faire tes recherches et te garder en soirée. » Avoue Duo en regardant ses mains.

Touché par ce qu’il vient d’entendre, Yuy referme son portable.

-« Allez, viens. » Sourit le brun en s’installant à moitié-couché dans le divan pour pouvoir prendre son amant sur son torse comme les autres soirs.

Maxwell hésite un peu, puis vient se nicher dans ses bras. Il ne va pas faire l’enfant et prétendre ne plus vouloir.

-« Tu voulais regarder quelque chose de spécial ? » Demande Heero en prenant la télécommande.

-« Non, je ne sais même pas ce qu’il y a. »

Le brun commence à zapper jusqu’à ce qu’il tombe sur un film sur la colonisation de l’espace, sachant que le sujet intéresse également son amant, il le laisse.

-« Même si ça dérive en câlin ? » Murmure Yuy dans le creux de l’oreille de Duo pendant une page de publicité.

-« Avec toi, je m’en fous. Tu penses toujours à moi avant toi. » Répond Maxwell en passant sa main sous le t-shirt de son homme.

-« C’est normal. »

-« Pedro le faisait aussi, mais je ne ressentais rien. Il ne m’a donné du plaisir qu’une fois. » Avoue Duo en rougissant.

Il se rappelle s’être fait surprendre par l’homme alors qu’il se masturbait derrière un cageot de grenades pendant qu’il observait deux hommes faire l’amour dans un coin reculé d’une cale.

Pedro l’avait appuyé contre le cageot pour lui faire une fellation en lui disant de continuer de les regarder. A peine avait-il jouit que le Sweeper le retournait contre le coffre pour se soulager en lui.

Bien qu’il en coûtait à Heero, il s’étonne presque de s’entendre poser la question.

-« Avec Wufei c’était différent puisque tu l’aimais ! »

Maxwell relève la tête pour regarder le métis, stupéfait que pour une fois ce soit Yuy qui parle de Chang. Lui qui a de plus en plus difficile de se contenir dès que le prénom du chinois est prononcé par le natté.

-« Non, je ressentais plus ! »

-« Mais ? » Insiste le brun.

Cette fois, il veut comprendre ce qu’il y a eu entre les deux jeunes gens pour l’avoir blessé autant. Qu’est-ce qui s’est passé pour lui faire redouter les moments de tendresses ? Pour que se soit presque devenu une fatalité et non un partage pour le châtain.

-« Ro’ ! » Rougit le châtain en baissant le regard vers le poste de Télévision.

-« Il ne te laissait pas le temps d’arriver à ton plaisir ? » Demande Heero. Mais il est persuadé qu’il a trouvé le problème.

Duo pose son visage sur le torse de Yuy pour ne pas affronter le regard bleu qui le sonde.

-« A chaque fois tu y arrives toi. C’est pour ça que si ça dérive, je m’en fous. » Murmure-t-il dans l’espoir de ne pas se faire entendre.

-« Ce n’est pas une raison pour te laisser faire si tu n’as pas envie. » Rappelle tendrement le brun en relevant le menton du natté puis en capturant les lèvres fines qu’il lui offre.

-« Si je n’en ai pas envie, tu m’en donnes envie. » Affirme Maxwell.

Yuy lui vole encore un baiser, avant qu’ils ne se laissent captiver à nouveau par la télévision puisque le film reprend.

A Suivre… 

Chap 49 - Chap 51 

Si ça vous a plu, il y a l'option 

Commentaires