banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j’essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention.

Genre : friendship, romance, hurt/confort, un peu médical également

Rating : T

Acteurs : Heero, Duo, Sally, Quatre, Bertrand, Hilde, Wufei.

Bêta auditrice : Tenshimizu.

Lectrice 01 : Arlia Eien


Chapitre 52


Le jeudi 18 octobre AC 199

Heero se rend de bon matin au dispensaire pour y faire sa prise de sang avant de se rendre à Média Corporation. Sally y a fait envoyer une demande d’analyse.

Depuis quelques temps, il sent la culpabilité de Duo prendre le dessus, surtout quand il faut sortir le préservatif au milieu des câlins. S’il pouvait ne rien avoir attrapé, ça le soulagerait et pas rien que pour le moral de son amant. Surtout que dernièrement son homme a voulu avoir des relations sexuelles non protégées, comme s’il voulait s’infliger un châtiment, porter une croix imaginaire également. Et ça Heero ne veut pas l’autoriser.

Il aura les premiers résultats dans le courant de l’après-midi. Au dispensaire, on lui a donné un numéro de code pour obtenir les résultats de manière anonyme.

Tout en réparant des ordinateurs, Yuy ne peut qu’attendre que les heures passent. Mais l’attente risque d’être longue, il ne pourra sonner avant 16 heures.

Seulement, il y a autre chose qui le tracasse. En donnant ses coordonnées, il a réalisé une chose qu’il veut pouvoir élucider avec son homme début d’après-midi. Toutes ses attentes font que le temps n’avance pas assez vite à son goût.

En quittant Média Corporation à 13 heures, il passe comme tous les jours chercher son sandwich au fromage qu’il mange sur le trajet. Il garde la fin pour sa gamine comme l’appelle Duo. Aménia, c’est son prénom. Heero lui a demandé, son petit frère lui s’appelle Raymond.

A 13h30, Yuy pousse le porte de Allnonsense. Le bureau est vide, c’est que Duo se trouve dans le hangar.

-« C’est moi ! » Crie-t-il avant de monter se changer.

En redescendant, il constate qu’il y a un tas de factures à faire sur son bureau ainsi qu’une recherche pour trouver les pièces cassées d’un piano mécanique. Le métis s’installe et commence son travail. Il sait que le châtain ne tardera pas. La première commande à ramener dans la pièce aux commandes, c’est toujours lui qui l’amène.

Alors ils discuteront cinq à dix minutes et son homme repartira au travail.

Heero a déjà le sourire aux lèvres en entendant la porte du hangar s’ouvrir. Duo va venir l’embrasser dans le cou avant de déposer son colis. Au retour, il s’assoira sur le coin de son bureau pour parler.

Le rituel est respecté. Yuy laisse à peine son homme s’installer sur le bureau et l’embrasser, qu’il l’interroge déjà.

-« Qui est ton médecin traitant ? »

-« Sally ! » S’étonne Maxwell devant la question.

-« Il n’y a pas de médecin sur L2 ? » Insiste le brun.

-« Si, au dispensaire ! » Répond le châtain en plissant le front, ne voyant pas ce que veut savoir son amant.

Qu’est-ce qu’il a vu aujourd’hui pour se poser toutes ses questions ?

-« Des médecins qui viennent au domicile des patients quand ils sont malades ça existe ? » Cerne plus précisément le métis, puisque c’est ça qui le tracasse.

-« Pas dans cette partie de la colonie. » Rétorque le natté en haussant les épaules.

-« Donc quand tu as eu ton malaise, je n’en aurais trouvé aucun. » Réalise Heero en regardant son homme.

-« Je crois que tu aurais abordé la première personne que tu aurais croisée. Il t’aurait dit d’aller au dispensaire et tu m’aurais ramené un médecin de là sous la menace. » Sourit Duo.

Tout compte fait ça lui plait bien de voir son compagnon s’intéresser de plus près à la vie du quartier. Qu'il prenne ses points de repère sans pour autant redevenir le soldat.

-« Il y a des ambulances, si tu es trop mal pour te déplacer jusqu’au dispensaire ? » Interroge Yuy.

-« Oui Ro’, mais tu as intérêt à te blesser en journée ou de téléphoner à la police qu’eux viennent avec les ambulanciers. Sinon ils ne se déplaceront pas. » Admet Maxwell en se relevant pour repartir au travail.

-« Tu as un schéma du piano mécanique ? » Questionne le brun quand son homme arrive à la porte du hangar.

-« Non, il faut le chercher. Dans mon ordi, il y a une photo, mais on ne voit pas bien, tu peux demander des précisions par mail également. » Répond le châtain en restant dans la porte.

-« Le délai ? »

-« Il n’y en a pas, mais il faut le remettre en état. Le propriétaire me l’amène la semaine prochaine en passant sur L2. Quand est-ce que tu as tes résultats ? » Interroge le natté puisque son amant n’a pas abordé le sujet.

-« A partir de 16 heures je peux téléphoner. Ils seront provisoires. » Rappelle le métis.

-« Ouais ! Je le savais ! » Soupire Duo en refermant la porte.

Si Heero a une partie de ses réponses, il reste le plus dur, attendre les résultats de sa prise de sang. Même avec un travail prenant, le temps s’égraine lentement.

A 16h05, Yuy compose le numéro qu’on lui a donné, puis il introduit le code reçu au dispensaire et il attend le souffle court.

-« Résultat négatif, résultat négatif. » Fait la voix numérique un peu plus tard.

Toute cette tension sera à revivre dans six semaines. Heero se sent soulagé sans l’être. Il se lève pourtant pour se rendre au hangar.

-« Duo ! Pour les résultats, ils sont négatifs. » Dit-il de la rambarde.

En regardant Maxwell, il voit bien qu’il n’est pas plus soulagé que lui par cette nouvelle.

µµµ

Les semaines passent rythmées par le travail. Yuy continue à donner son bout de pain à Aménia et son frère. De temps en temps, ils échangent quelques mots. Il ne sait pas vraiment d’où ça vient, mais cette petite fille l’attire. Souvent en rentrant dans le parc, il sourit déjà de la voir à sa place habituelle, la main de son petit frère dans la sienne. Ses vêtements font souvent pitiés, même s’ils sont raccommodés et sont relativement propres. Quand le temps refroidit, ils ont des chaussettes dans leurs sandales.

Heero se demande parfois ce qu’ils peuvent faire de leur journée, une fois qu’il est parti. Mais qu’il vente, qu’il fasse soleil ou qu’il fasse froid, elle est là à l’attendre. Est-ce qu’ils ont un autre repas sur la journée ? Ca le tracasse également. Cependant, il sait qu'il ne peut pas lui donner autre chose qu'un bout de pain qui augmente depuis qu’il fait plus froid. Il a bien trop peur de déclencher une bagarre entre les zones.

µµµ

Le mercredi 21 novembre AC 199

Heero, les deux mains sous la tête alors qu’il est couché dans le lit, réfléchit. Le sommeil le fuit et il retourne ce problème dans sa tête depuis une bonne heure. Il tourne le visage vers son homme et sourit de voir le casque de quatre bons centimètres qui recouvre le crâne de son compagnon. Duo lui a dit dernièrement qu’il enlèverait sa prothèse après Noël, il la supporte de moins en moins.

-« Duo ! » Murmure le métis dans l’espoir que son amant ne soit pas endormi trop profondément.

-« Hm. » Répond-il dans un demi-sommeil.

-« Si je donne une couverture à Aménia, je dépasse les bornes ? » Questionne le brun sachant que son homme l’entend.

-« Ca ne servirait à rien, elle se la ferait prendre par des plus grands qu’elle avant d'arriver chez elle. »

-« Elle se plaint du froid. » Insiste Yuy.

Maxwell se retourne dans le lit pour lui faire face, même si la chambre est dans la pénombre autant qu’il sache qu’il a son entière attention.

-« Le froid va persister maintenant, pour donner l’impression d’hiver. Les œuvres humanitaires vont descendre dans les quartiers pauvres pour distribuer des couvertures. Elles reviendront au printemps pour les reprendre. Deux fois l’an, il y a un médecin qui ausculte ceux qui y vont. En récompense, ils reçoivent un petit colis alimentaire et une couverture. Quand tu as faim, que tu as dur, tu y vas, tu mets ton orgueil en poche. C’est fait aussi pour réaliser un relevé de la population qui n’apparaît nulle part. » Explique posément le châtain.

-« Tu y allais ? » Demande le brun en se mettant sur le côté vers son copain captivé d’en savoir un peu plus sur le passé de son homme.

-« J’y allais et je traînais le plus de gosses possible avec moi, même si je ne savais rien faire du riz non cuit. J’allais l’échanger dans les commerces contre de l’alimentation. » Raconte Duo un peu de nostalgie dans la voix.

-« Si J ne m’avait pas trouvé. Je crois que je serais mort de faim. » Lâche le métis.

-« Solo m’a élevé pour survivre Heero. Odin n’a jamais pensé que tu te retrouverais seul. Tu m’as dit toi-même qu’il t’aurait abandonné dans un pensionnat. » Rappelle Maxwell en mettant sa main sur la joue de son vis-à-vis.

-« Hn. »

Yuy se remet sur le dos, le châtain ferme les yeux persuadé que son homme a fini de parler, qu’il ne se tracasse plus et qu’il va bientôt s’endormir.

Duo se laisse rattraper par le sommeil qu’il entend.

-« Depuis que tu as accepté la tutelle de An, tu n’as jamais pensé adopter un enfant de la rue. »

Le châtain sourit avant de rouvrir les yeux et de lui répondre.

-« Non ! Et ta gamine n’est pas orpheline. »

-« Qu’est-ce que tu en sais ? » Questionne le brun en se tournant à nouveau dans le lit.

-« L’habitude de la rue. Demande-lui puisque vous parlez ! » Propose l’ex 02.

-« Si elle est orpheline ? » Interroge le métis.

-« De mon côté c’est non. Ro’ déjà à cause de mon dossier médical qui ne jouera pas en ma faveur. » Répond Maxwell espérant que cet argument sera suffisant.

-« Si je les adopte, ils pourront vivre ici ? » Demande un peu mal à l’aise Heero.

Parce qu’il doit bien se rendre à l’évidence, son homme a vraiment l’air réticent à l’idée. Le châtain se retourne, allume la lampe de chevet avant de regarder son amant.

-« Tu as une envie d’enfant ou c’est elle que tu veux ? »

Yuy écarquille un peu les yeux devant la question étrange.

-« J’ai envie de l’aider elle ! » Avoue-t-il.

-« Admettons que ta gamine soit orpheline et seule dans la rue, mais je te préviens ce n’est pas le cas. Si tu obtiens d’elle et de la loi de l’élever, qu’est-ce que tu vas en faire le matin quand tu travailleras à Média corporation ? » Questionne l’ex-02 qui tient bien à faire comprendre à son homme qu’il y a des difficultés dans son projet.

-« Il n’y a pas d’écoles ? » S’étonne le brun, les enfants de Bertrand et de Joé y vont pourtant.

-« Si Ro’, payantes pour la plupart. » Répond Duo.

-« L’idée ne t’emballe pas. » Réalise vraiment Heero.

Il faut bien qu'il se rendre à l’évidence, son homme ne lui parle que des inconvénients d’aucun avantage.

-« Ca me rassure que ce ne soit qu’elle et son frère et pas un besoin d’enfant. » Admet Maxwell en passant ses doigts sur la joue du métis.

-« Tu n’as pas envie de les voir traîner dans ta maison. » Dit Yuy le regard voilé par la tristesse.

-« C’est notre maison. Si elle est orpheline, tu peux faire les démarches, je t’aiderai même. » Affirme l’ex 02.

-« Mais tu souhaites de tout ton cœur qu’elle ne le soit pas. » Dit le brun pour compléter la pensée de son amant.

-« On va dire ça comme ça. »

-« An ici serait une corvée plus pour toi que pour moi. »

-« Je crois bien. Ro’ je n’ai pas l’instinct paternel. J’ai accepté pour la tranquillité d’esprit d’Hilde. » Murmure Duo un peu penaud de devoir l’avouer.

Heero tend la main pour la passer dans les cheveux de son compagnon.

-« Je peux ne pas lui demander. » Propose Yuy pour ne pas créer d’histoires.

-« Et tu vas te tracasser. Demande-lui et si elle est orpheline, ils pourront venir ici. Ca risque de faire un peu jaser que j’accepte une nordiste dans ma maison, mais on fera avec ça. Il faut bien faire évoluer les choses. On s’est battu pour la paix dans les colonies pas rien que pour le quartier Est. » Sourit Maxwell avant de venir embrasser son homme.

Duo se retourne dans le lit, coupe la lumière et se met en chien de fusil. Après un petit moment, il sent Heero venir se caler dans son dos.

-« Je n’avais pas pensé aux problèmes de gang ! » Murmure Yuy.

-« Tu m’aurais dit que tu voulais juste un enfant, je t’en aurai trouvé un dans le quartier Est. » Avoue le châtain.

-« Tu m’aurais ramené un gosse alors que tu n’en veux pas plus que ça ! » S’étonne le brun en se redressant pour essayer de voir le visage de son compagnon.

-« Je préfère te voir heureux que malheureux, surtout si ça n’entrave pas mon bonheur. Dors maintenant. » Rétorque Maxwell en bâillant à fendre les pierres.

µµµ

Le jeudi 22 novembre AC 199

En entrant dans le bureau de Allnonsense, Yuy est un peu renfrogné.

-« Elle n’était pas là ? » Demande le châtain en se grattant le crâne avec son bic sous sa prothèse.

-« Si. Ote cette perruque, tu vas finir par devenir chauve à force de te gratter la tête. » Répond sèchement le brun.

-« Je l’enlèverai demain en revenant de la poste, comme si j’avais été chez le coiffeur. » Admet Duo en ôtant le bic.

-« Tu vas les laisser repousser pour pouvoir les natter à nouveau ? » Demande Yuy en s’asseyant sur le coin du bureau de son patron en souriant légèrement.

-« Je ne sais pas Ro’. Parce que c’est de l’entretien aussi. Qu’est-ce que tu préfères ? » Questionne Maxwell parce que c’est aussi important pour lui pour déterminer le choix qu'il fera.

-« Que tu sois vivant. »

-« Je verrais avec le temps comment je me plais ! Si elle était là pourquoi cette tête ? » Interroge le natté pour en revenir au sujet de base.

-« Tu avais raison. Sur le temps de midi sa maman reçoit toujours des messieurs, des ouvriers de l’usine d’à côté, alors elle doit sortir de la maison avec son petit frère. Comme à chaque fois qu’un monsieur vient. » Explique en se refermant le brun.

-« Au moins tu sais. » Rétorque le châtain avant de prendre un papier sur son bureau.

-« Je voudrais tellement qu’elle ait une autre vie que ça ! » Soupire le métis.

-« Ro’, elle a un toit sur sa tête, une maman qui s’occupe d’elle, qui pense à elle ! » Insiste Duo.

-« Tu as sûrement raison. » Dit Heero avant d’embrasser son compagnon et de quitter le bureau pour se changer.

Arrivé à la porte, il se retourne vers son amant.

-« Oh ! Tu pourrais demander à Alicia si elle veut bien venir travailler trois heures par semaine pour entretenir les locaux de Média Corporation. »

-« Non Ro’. Demande à l’intérim. Je ne ferai pas courir de risque à Alicia en la faisant travailler dans le quartier Ouest ou demande à la maman de ta môme. » Répond sèchement Maxwell.

-« Tu es sûr que tu ne dramatises pas ! » Rétorque Yuy légèrement amusé par la montagne qu’il fait de pas grand chose.

-« Ro’ tu as bien été agressé pour avoir donné à manger à une Nordiste. Si une Estiste doit traverser leur zone pour travailler. » Soupire le natté de voir que son homme n’a pas encore compris tout ce que ses actions peuvent déclencher.

-« Je comprends. Et je suis catalogué dangereux et ingratias. » Sourit le brun.

-« Ingratias c’est récent. J’ai cru que dangereux suffirait. » Admet le châtain.

-« Duo, Wufei était ingratias ? » Interroge Heero toujours la main sur la porte.

-« Depuis le premier jour, il fallait lui faciliter la vie pour qu’il reste. » Avoue le natté.

-« Du coup je me sens moins aimé. »

-« Ro’ rappelle-toi comment tu as débarqué ici ! On en peut pas dire que nous ayons commencé sur de bonnes bases. » Dit Duo en lui souriant.

-« C’est sûrement la plus solide. » Affirme Heero.

-« Ingratias ne veut pas dire que tu peux tout te permettre ! » Rappelle Maxwell.

-« Je l’ai compris. » Sourit Yuy en partant se changer

µµµ

Le vendredi 23 novembre AC 199

Quand Duo rentre de la poste, il n’a plus que sa casquette sur la tête. Le sac qu’il a toujours pour se rendre à la poste est plus lourd. Après l’avoir vidé des papiers nécessaires pour la comptabilité, il dépose son sachet dans la cage d’escalier.

-« Tu vas garder ta casquette à l’intérieur ? » Demande Heero après dix minutes ne le voyant pas l’enlever.

-« Ro’ laisse-moi avancer à mon rythme. J’ai l’impression que tout le monde me dévisageait sur le chemin du retour. » Avoue Maxwell alors qu’il encode la note de la poste dans le facturier de l’ordinateur.

-« Si ta coupe de cheveux est la preuve que tu as été malade, c’est aussi la preuve que tu es guéri ! Et que même la maladie n’aura pas ta peau.» Certifie Yuy.

-« Peut-être mais ça me fait bizarre, pas devant toi, mais devant les autres. » Précise un peu gêné le châtain.

-« Garde-la dans le commerce si tu veux, mais pas dans le privé, elle me cache tes yeux. » Rétorque tendrement le brun.

-« Bien chef ! » Dit Duo avec un sourire juste au moment où Bertrand entre dans le bureau.

-« Patron. » Dit Vansbider en s’adressant à Heero.

Ce dernier écarquille les yeux, c’est bien la première fois qu’il l’appelle ainsi.

Puis l’ouvrier sourit et se tourne vers Maxwell.

-« Si tu l’appelles chef, c’est que c’est lui le patron, non ! »

-« Il ne faut pas tout mélanger, Bertrand. » Sourit l’ex-02 devant la plaisanterie de son ouvrier en chef. « Qu’est-ce que tu voulais ? »

-« Un coup de main au hangar et je crois qu’on va devoir fondre, on est de plus en plus juste en pièces. On doit démonter de plus en plus souvent pour obtenir des valves, des grilles d’aération. » Explique Vansbider.

-« Je prévoirais ça pour la semaine prochaine. Je viens de suite. » Dit Duo avant de se tourner vers Heero. « Fais une liste de ce qu’on doit couler pour lundi, prépare les moules pour le piano mécanique aussi. » Complète-t-il en se rendant vers la porte du hangar où l’attend l’ouvrier.

-« Je fais ça directement. » Annonce Yuy en s’installant devant son ordinateur.

-« Ca te va bien les cheveux courts, patron. » Dit Bertrand en partant avec ce dernier.

-« Je n’ai pas trop le choix, je ne supporte plus ma prothèse. » Avoue le châtain en descendant les escaliers, ce qui le fait légèrement tousser.

-« Ca vous donne un air plus mature. Ce n’est pas plus mal pour le commerce. » Surenchérit Vansbider.

µµµ

Le lundi 26 novembre AC 199

En arrivant à Allnonsense, Heero sait qu’il travaille en fonderie aujourd’hui. Il a fait sa prise de sang au matin. Il se doute de ce qui a poussé son amant à fondre aujourd’hui, il voulait s’occuper les mains pour ne pas penser.

Il monte rapidement se changer. Il ouvre la porte du hangar et regarde Bertrand et Duo s’activer dans le coin qui sert de forge. Joé de l’autre côté prépare des commandes. Les deux autres sont torse-nu, ils dégoulinent de sueur. Yuy les mains sur la rambarde les observe et fronce les sourcils.

-« Ro’, je ne te paie pas pour bâiller aux corneilles. »

Le brun descend enfin les rejoindre.

-« J’étais juste en train de réfléchir à comment récupérer la chaleur de la forge, c’est de l’énergie perdue qui pourrait nous servir pour chauffer. » Précise-t-il en attendant que son homme lui dise ce qu’il doit faire dans l’organisation.

-« Prends ma place, je vais poncer les pièces. » Dit l’ex-02 en se dirigeant vers le tabouret en remettant sa chemise sur son dos.

-« Ca ne va pas ? » S’inquiète de suite le métis.

-« Si, je tousse un peu depuis vendredi et j’ai un chat dans la gorge depuis ce matin. Je vais refaire des aérosols, c’est ce que m’a conseillé Sally. Je dois avoir attrapé un virus, avec l’hiver qui approche c’est normal. Elle m’envoie aussi une ordonnance d’antibiotiques si ça ne passe pas. » Explique Duo en commençant son travail de ponçage.

-« Tu ne dois pas faire d’examens ? » Insiste Yuy.

-« Non, je peux être malade comme le commun des mortels. » Sourit Duo. « Et la chaleur ne se garde pas ! » Lâche-t-il pour changer la discussion sur un autre sujet que sa petite personne et sa santé.

-« N’empêche que c’est du gâchis ! » Rétorque le brun en prenant un moule pour se rendre à la fonderie.

-« Une hélice au-dessus qui tourne à la chaleur qui entraîne une turbine qui va recharger une dynamo. Ma fille a fait un travail scolaire comme ça à l’école avec une bougie. » Explique Bertrand en venant déposer un moule pour qu’il refroidisse.

-« La bougie, la chaleur de la forge, la dynamo qui fait tourner l’hélice qui malaxe la fonte. Ca peut-être réalisable. » Avoue Duo après un moment de réflexion où il s’est imaginé le mécanisme.

-« Je ferai des recherches, c’est une bonne idée, merci Bertrand. » Lâche Yuy qui a entendu la conversation.

-« Après la remise en ordre du stock, tes recherches. » Précise Maxwell.

-« Je ne voyais pas ça autrement. » Sourit le brun avant de repartir avec un moule.

A trois le travail avance plus vite.

-« Joé n’a pas fait de pièces ? » Demande au bout d’un moment le métis.

-« Un peu mais il était lent. J’ai dû lui expliquer plusieurs fois comment on faisait. Repasser derrière lui. Peut-être qu’à la longue il arrivera à en faire, mais aujourd’hui je n’avais la patience pour un écolage épuisant pour les nerfs. » Avoue Maxwell en mettant sa main devant la bouche pour tousser.

Puis il reprend une nouvelle pièce pour la poncer. Une fois sa caisse pleine, il va la ranger dans le stock en ayant pris soin de tout noter ce qui est fini.

Vers 16h30, Heero dépose le moule qu’il vient de remplir et se dirige vers le bureau. Même faire un travail prenant et qu’il aime n’arrive pas à lui faire oublier sa prise de sang.

Duo à le regard fixé sur son homme quand il revient, ce dernier a le visage fermé. La respiration de l’ex-02 se coupe dans l’attente de la réponse.

Quand il est à portée de voix, Yuy dit.

-« Je n’ai rien. »

Le châtain expire, puis tousse. Le brun vient lui tapoter le dos en lui souriant tendrement.

-« Tu ne pouvais pas revenir avec une autre tête au lieu de me faire paniquer. » S’indigne Duo quand il arrête de tousser.

-« Tu viens de payer l’angoisse du 6 août, nous sommes quitte. »

-« Rancunier en plus. » S’étonne Maxwell.

-« Ca m’arrive, je t’invite au restaurant ce soir pour me faire pardonner. » Propose Heero en prenant un moule à remplir sur la table.

-« Je préférai en tête à tête ici, que de devoir surveiller mes gestes en public. » Avoue le châtain en passant sa main sur la joue du métis.

-« Aménia n’a plus froid, tu avais raison, ils sont passés ce week-end. » Dit Yuy en revenant avec son moule plein.

-« Tu vois sa maman fait attention à elle. » Rassure l’ex-02.

Ils continuent leur travail pendant encore une demi-heure avant que les deux ouvriers disent au revoir pour rentrer chez eux à 17 heures comme tous les jours.

Duo et Heero restent seuls pour finir leur travail. Quand la forge n’a plus assez d’acier pour couler des pièces, Maxwell la coupe.

-« Dimanche on va voir An ? » Demande Yuy.

-« Oui, ce n’est pas trop une corvée pour toi d’y aller tous les mois ? » Interroge le châtain en venant se rasseoir sur son tabouret pour finir de poncer des pièces.

-« Non, il faut bien qu’il te connaisse et puis on goupille avec la piscine. » Admet le brun en haussant les épaules.

-« Il va avoir quatre mois, je me demande si je vais le reconnaître, il change de fois en fois. » Dit Duo en déposant la pièce dans sa caisse.

-« Tu fermes entre les fêtes de fin d’année ? » Questionne Heero en commençant à ouvrir les derniers moules qui refroidissent.

-« Oui, une semaine. »

-« On a le temps de retourner à Sank ? » Demande Yuy avant de se mordre la lèvre inférieure.

Ses paroles sont sorties toutes seules, son envie lui a fait oublier le nécessaire.

-« Tu as envie ? » Interroge Maxwell.

Il n’a jamais pensé à quitter son satellite durant les fêtes de fin d’année.

-« Oui mais tu as ton inventaire. Est-ce que tu peux tout laisser une semaine ? » S’informe le brun.

-« L’inventaire ne pose pas de problèmes, tu maintiens le stock à jour. Il faut juste comparer et noter la décharge. Tu peux le faire avant. Bertrand reste sur L2 pour les vacances, je peux lui demander s’il peut passer. On peut mettre des minuteries pour faire du mouvement. » Réfléchit à haute voix le châtain.

-« Si je te comprends bien ! Si l’inventaire est fait on peut y aller ! » Sourit le métis.

Il se sent vraiment heureux, il ne s'attendait pas à recevoir une réponse favorable, Duo pensant plus à sa société qu’à autre chose.

-« Oui, si ça te fait plaisir. » Rétorque l’ex-02 en prenant une nouvelle pièce après avoir noté celle qu’il vient de finir.

-« Tu n’as pas plus envie que ça ! » S’étonne Heero en partant avec la caisse presque pleine de pièces poncées pour les ranger.

-« Ro’ je suis une véritable marmotte quand j’ai des congés. Si toi tu te sens mieux chez toi, autant y aller. » Répond Duo.

-« L’inventaire sera fait. » Dit Yuy en souriant, il revient vers la table pour embrasser son homme avec passion.

Avant de reprendre le travail, le brun envoie un mail à l’agence pour les prévenir de ne pas louer l’appartement du 23 au 30 décembre parce qu’il revenait pour les fêtes.

L’agence lui répond directement pour marquer son accord et le prévenir que l’appartement est loué la première quinzaine de janvier AC 200. Ce genre de mail, n’est pas fréquent, toutefois l’appartement se loue de temps en temps et à chaque fois, Heero reçoit un mail et le montant sur son compte bancaire.

µµµ

Le dimanche 2 décembre AC 199

Quand Hilde voit arriver Duo, elle commence à pleurer en passant sa main dans la repousse de cheveux. Puis elle les conduit dans le salon chacun s’assied dans un fauteuil, Heero et Duo dans le deux places face à l’entrée, Hilde dans le une place en face d’eux.

-« Ce n’est pas dramatique Hildie. Calme-toi. » Rassure Maxwell en lui souriant et lui prenant la main au-dessus de la table basse.

-« Il me semble plus fin. Tu es si différent. » Répond la jeune femme en s’essuyant les yeux.

-« Hé ! Ce n’est que l’apparence extérieure. Dedans je suis le même. Enfin, j’espère. » Lâche l’ex-02 en se tournant vers son homme.

-« Oui tu es le même. » Certifie Heero. « Toujours aussi cabochon et têtu. »

-« C’est l’amour fou entre vous. » Sourit la jeune femme de la réplique de Yuy.

C’est ce qu’avait espéré le brun en lançant sa petite pique, ramener un sourire sur les lèvres de la brune, lui faire oublier l’apparence de son homme, ça blesse ce dernier, il le sent.

-« Au moins il ne m’aime pas que pour mes qualités. » Sourit le châtain en regardant son amant.

-« Parce que tu en as ? » Rétorque sarcastique le métis.

Hilde éclate de rire.

-« Heero, je t’adore. Tu es vraiment plus chaleureux quand Wufei n’est pas là. » Constate la jeune maman.

-« Je n’ai pas de qualités ? » Demande le châtain en croisant ses bras sur son torse.

-« Est-ce que tu es capable d’énumérer les miennes ? » Interroge Yuy en se mettant comme son homme.

-« Gentil, enfin ça dépend des moments. Tendre, protecteur, patient, intelligent, espiègle, combatif, bon cuisinier, très bon amant, le meilleur. » Commence à énumérer Duo.

Le rire cristallin de la brune coupe l’énumération de Duo. Par contre Maxwell blanchit, le brun fronce des sourcils en voyant l’attitude de son compagnon, puis il suit son regard pour découvrir Wufei dans le dos de Hilde.

Heero met une main rassurante sur celle de son amant qu’il se ressaisisse avant que la jeune femme ne comprenne pourquoi les deux jeunes gens sont si choqués.

-« Excuse-moi Wufei, je ne devrais pas parler de ces choses là. » Dit le châtain en baissant le regard.

La jeune femme se tourne vers son mari pour lui faire un sourire de bienvenue, puis elle reprend la discussion là où elle l’a laissé.

-« Ne soit pas si prude, ça ne te ressemble pas. Ce n’est pas comme s’il y avait des jeunes oreilles. » Admet la jeune femme avant de se tourner vers Yuy. « Tu sais faire la même chose pour Duo, énumérer ses qualités ? »

-« Oui ! » Répond simplement le brun sans lâcher la main de son homme.

-« Alors vas-y. » Insiste Hilde.

-« Courageux, combatif, attentionné, la tête sur les épaules, pragmatique, ingénieux. » Cite le métis en regardant son compagnon dans ses yeux.

-« Ce n’est pas un bon amant ? » Demande Wufei en s’asseyant sur l’accoudoir du fauteuil de sa femme, de suite cette dernière lui prend la main et la porte à sa bouche.

-« Pour moi, c’est le meilleur et le seul que je n’ai jamais eu. Je n’en veux pas d’autres. » Lâche Heero en fusillant le chinois du regard.

-« Quand est-ce que An se réveille qu’on puisse le promener un peu ? » Demande Duo pour changer la conversation que ça ne s’envenime pas.

-« Il en a encore pour une petite heure. » Répond Hilde en regardant sa montre. « On va passer à table, Wufei n’a que son temps de midi de libre aujourd’hui. »

-« Passons à table alors. » Propose Maxwell en se levant.

Si l’ex-02 fait des efforts, Yuy ne veut pas lui mettre des bâtons dans les roues. Le brun met donc aussi de la bonne volonté pour que le repas se passe bien. Le Chinois ne fait qu’une courte apparition. Depuis la deuxième fois, Duo choisit exprès le Week-end de garde de son ancien amant. Les gardes s’effectuent une fois par mois au même rythme que la venue de parrain de son enfant. Ca vexe Chang, toutefois c'est mieux pour l’ambiance autour de son fils, Maxwell l’a justifié en disant qu’il tient compagnie à son amie, au moment où elle est seule.

µµµ

Le mois de décembre s’égraine lentement. Heero gère l’inventaire et a décidé de commencer de noter le stock après le 15 décembre. Il aurait huit jours pour le mettre à jour avant qu’ils ne quittent L2 pour une semaine.

Avec deux aérosols par jour la toux de Duo s’estompent rapidement, pour s’arrêter complètement après une semaine de soins. Par précaution, le châtain continue à en faire un le soir. Après l’hiver il l’arrêtera.

µµµ

Le vendredi 14 décembre AC 199

Le téléphone sonne, Yuy décroche.

-« Allnonsense. »

-« Heero ! C’est Quatre, Duo est dans les parages ? »

-« Je te l’appelle. »

Rapidement le châtain arrive, il enclenche le haut parleur et s’assied sur le coin du bureau.

-« Je suis là, je t’écoute. » Dit-il, il est pressé une grosse commande en attente et on a besoin de lui au hangar.

-« Je voulais vous inviter pour le réveillon de Noël. Dorothy et moi voulons réunir nos amis. » Expose le blond.

-« On sera à Sank, Quat’. » Avoue déçu l’ex-02.

-« Oh mais c’est encore mieux, on se retrouvera le 24 décembre dans la résidence de Dorothy. Je vous y attend à 20 heures. » Et Winner raccroche.

-« J’espère que tu n’avais pas commencé à faire des projets pour nos vacances ? Parce que Quatre n’a pas l’air enclin de nous laisser nous éclipser. » Sourit Maxwell.

-« Non puis retrouver les autres ailleurs qu’à l’hôpital c’est bien aussi. » Rétorque le brun.

-« Ca c’est sûr, allez j’y retourne sinon les commandes ne se feront jamais. » Lâche le châtain en se redressant.

-« Il y a encore eu deux commandes payées pour des mobiles à faire pour Noël. » Dit le métis avant que son homme ne disparaisse.

-« Prépare-les, je n’aurai pas le temps. »

Heero n’avait pas pensé au succès de cet article quand il l’avait proposé. Depuis, tous les mois, ils peuvent en construire au moins quatre, les motifs varient entre grenouilles, colombes, poissons, avions. Une fois on leur a fourni la photo des quatre grands frères pour une petite fille et on leur demandait de mettre un berceau rose pour le centre.

Les commandes commencent à quitter L2, les personnes ont vu l’article alors qu’ils visitaient un proche.

µµµ

Le dimanche 16 décembre AC 199

Alors que l’après-midi est déjà bien entamée, Hilde sonne sur le numéro privé.

-« Duo, je voulais t’inviter avec Heero à venir passer le réveillon de Noël avec nous. »

Maxwell se mord la joue.

-« Nous sommes déjà invité chez Quatre à Sank. Je suis vraiment désolé, ça aurait été avec plaisir. »

-« Wufei va finir par croire que tu l’évites. » Lâche exaspérée la jeune femme.

-« Nous avions prévu de passer l’entre deux fêtes à Sank chez Heero de toute façon. » Se justifie le châtain.

-« Toi qui ne voulais jamais partir avant, il t’a bien changé Heero. » Rétorque Hilde un sourire dans la voix.

-« Il me rend heureux. Autant le rendre heureux aussi. » Avoue l’ex-02.

Les deux jeunes gens discutent encore un peu, avant que Duo n’aille retrouver Yuy dans son bureau où celui-ci effectue des mises à jours de ses programmes.

µµµ

Le dimanche 23 décembre AC 199

La dernière semaine fût véritablement dingue. Le brun dû venir en renfort dans le hangar pour arriver à clôturer les dernières commandes. Malgré tout ça l’inventaire du stock est préparé quand ils partent pour Sank au matin.

Malgré son surcroît de travail, le métis a réussi à trouver un moyen pour récupérer l’énergie provoquée par la chaleur de la forge. Tout est presque installé, mais ils n’ont pas encore pu le tester parce que Heero doit encore créer une hélice dans de la tôle de récupération. C’est sur la liste des travaux qu’il doit effectuer dès qu’ils seront de retour sur L2. Un vieil accumulateur sert de réservoir pour l’énergie produite par une hélice.

Au moment de tourner la clef dans la porte pour fermer, Maxwell vérifie le panneau de fermeture. Tout sera fermé jusqu’au mardi 2 janvier AC 200.

A Suivre… 

Chap 51 - Chap 53 

Si ça vous a plu, il y a l'option 

Commentaires