banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention

Genre : Yaoi. Séquelle de « Nous ne sommes pas des bêtes » et « Que j'ai été bête »

Rating : M

Acteurs : Heero, Duo, Wufei, Trowa, Sally, Lady Une


Ne cherche pas la petite bête.

Chapitre 4


Heero n'ose plus bouger, il a perdu son sourire devant l'air renfrogné de son amant. Est-ce qu'il doit lui retirer des mains et s'excuser ? Est-ce qu'il doit attendre de savoir qu'elle est la sanction ?

Parce que c'est sûr, ils ne vont pas faire l'amour comme il l'avait toujours imaginé !

Au moment où il ouvre la bouche pour faire ses excuses. Il reçoit les billets d'avion pour Hawaï sur la poitrine. La location du petit bungalow qu'ils ont loué pour une enquête lui tombe sur les jambes.

Maxwell dépose le plateau-repas au pied du lit et se lève sans un mot. Il attrape ses vêtements sur la chaise et s'en va dans la salle de bain.

Quand Duo en sort, Heero est toujours dans le lit ne sachant pas quelle attitude adopter, il a peur de faire pire que bien.

Maxwell s'arrête dans l'encadrement de la porte pour lui dire :

-« Tu iras les rendre à l'agence lundi. J'ai dit qu'on ne partait pas. Je ne comprends pas comment tu peux avoir eu l'idée d'aller à Hawaï et dans cet endroit de malheur. À croire que tu veux retourner le couteau dans la plaie. »

-« Tu aurais accepté ailleurs ? » Tente Heero.

-« J'ai fait un trou dans le budget pour aller déjà en Tunisie et voir Wufei à la fin de l'année. Ro', ce n'est pas de gaieté de cœur qu'on ne part pas. On vit au-dessus de nos moyens depuis des mois. »

-« Alors, accepte mon argent. » Supplie Yuy.

-« J'en ai de l'argent de côté aussi. Je ne mets pas la totalité de mon salaire dans notre couple. Tu dois garder une poire pour la soif et moi aussi. »

Yuy repousse les couvertures et se lève pour s'approcher de son amant.

-« L'agence a dit qu'il n'y avait pas de reprises. Je vais les revendre sur le net. J'ai vraiment voulu te faire plaisir. »

-« Pourquoi là ? »

-« Tu as dit que tout était magnifique. Sans la pression de la mission, j'ai cru que cela te plairait. »

-« Il y a beaucoup trop de mauvais souvenirs liés à cet endroit. Je vais faire un jogging, tu restes là ! » Ordonne Duo en partant.

Rester là, c'est dans l'appartement, dans la chambre ? Il a bien envie d'appeler Duo pour le savoir, seulement il ne veut pas le contrarier encore plus. Alors, il va rester dans la chambre, déjeuner et se remettre au lit.

Il y a maintenant une heure et demie que Duo est parti, Heero a mangé, a mis le plateau sur la table de nuit. Il a sorti son livre. Il attend tout en lisant.

Seulement, là il a vraiment dur de rester concentré sur l'histoire captivante d'un autre temps. Il a besoin d'aller à la toilette. Et si Duo le trouve sur les w-c, il va encore lui faire une scène parce qu'il ne sait pas obéir simplement.

Il estime avoir fait assez de mal à son compagnon pour la journée. Il s'en veut aussi de ne jamais réussir ses surprises. Les inséparables avaient fait plaisir à Duo seulement il avait aussi empêché son amant de lui faire une vraie surprise avec ses moineaux japonais.

Si les strings l'avaient ému, il faut dire qu'il y trouvait un avantage, il aurait du sexe plus violent également parce que Duo voulait le remercier en retour.

Il en était là, à se retenir pour obéir à son homme et ne pas le décevoir. Néanmoins, si Duo ne rentrait pas rapidement, il allait finir par avoir un accident ou il allait devoir lui désobéir.

C'est soulagé qu'il entend la porte de l'appartement s'ouvrir. Il sort du lit et attend près de la porte en serrant les fesses. Ne sachant plus se retenir, il demande :

-« Duo ? Je peux sortir de la chambre ? »

-« Bien sûr ! » S'étonne ce dernier.

Alors qu'il ôte sa deuxième basket, il voit passer Heero en boxer marchant rapidement en se dandinant légèrement preuve qu'il serre les fesses.

Il ne ferme même pas la porte de la salle de bain, il se précipite sur les w-c et libère ses intestins avec bonheur.

-« Tu as besoin de mon autorisation pour aller à la toilette ? » Demande Maxwell.

Il vient d'arriver dans l'encadrement de la porte.

-« Tu as dit : reste là. » Rappelle Yuy.

Le natté éclate de rire devant la réponse en entrant dans la pièce afin de se mettre à sa hauteur, il s'accroupit.

-« Tu n'es pas croyable. Quand c'est des trucs importants, tu n'es pas capable d'obéir et pour des bêtises, tu vas à la limite du ridicule. Je prends ma douche. Je parie que le plateau du déjeuner est encore dans la chambre ! »

-« Je le fais de suite. »

Duo se déshabille, jette ses affaires dans le panier de linge sale et entre dans la cabine de douche. Avant d'allumer l'eau, il lâche :

-« Ah oui, habille-toi ! »

Puis il éclate de rire. Heero a compris le cheminement de sa pensée, il faut lui dire ce qu'il doit faire. S'il est un rien vexé, seulement il préfère encore se tenir à carreau. La sanction n'est pas encore tombée pour les vacances qu'il avait voulu organiser. Il ne tient pas à rajouter une autre sanction.

Après s'être essuyé mais pas tiré la chasse que la douche n'ait pas un changement de température, Heero va dans la chambre. Il s'habille et refait le lit. Après seulement, il ramène le plateau vers la cuisine, cela ne sert à rien de faire des trajets inutiles.

Quand Duo sort de la chambre habillé, Yuy lui dit.

-« Du coup, tu n'as pas mangé ! »

-« Si avec Viralit que j'ai rencontré sur le trajet. Mais tu peux m'amener à boire. »

Heero s'empresse de lui amener un verre de jus de pomme alors que Maxwell s'installe dans le salon.

-« Qu'est-ce que j'ai encore fait mon cahier de sudoku ? » Peste-t-il en s'asseyant.

Dans les vingt secondes, Yuy lui amène, Duo ne peut que sourire devant l'attitude de son compagnon.

-« Tu crois que si je dis que tu dois te déplacer à cloche-pied, tu vas le faire ? »

Maxwell se mord la lèvre en essayant de rester sérieux alors que son homme le dévisage incrédule, ne sachant pas s'il lui demande réellement de marcher à cloche-pied ou s'il peut répondre à ce genre de question.

-« Heero, je n'ai pas encore réfléchi à la sanction. Enfin si, mais je ne sais pas l'appliquer maintenant et elle ne changera pas. »

-« Tu vas l'appliquer quand ? » S'informe Yuy.

-« Ça, tu le verras bien. »

Heero vient s'installer près de son compagnon.

-« Duo, je n'avais vraiment pas de mauvaises intentions. J'ai juste voulu te faire plaisir avec mon argent, te faire un cadeau. »

-« Je le sais très bien même si pour cela tu as enfreint une règle primordiale. Tu as touché à la vie privée, ce n'est pas comme un string ou les inséparables. En plus Hawaï, rien qu'à penser à cette période, j'ai des frissons d'horreurs dans le dos. »

-« Je suis désolé ! »

-« Tu as déjà mis les billets sur le net ? »

-« Non, le portable était dans le salon. » Rappelle Heero.

-« Fais-le et j'espère que tu ne perdras pas trop d'argent. »

Un rien rassuré, Heero redevient normal, il ne s'empresse plus d'obéir tout en étant prompt à le faire.

µµµ

Mardi en rentrant du travail, Yuy trouve sur la table de la cuisine un paquet et une lettre dessus. Duo n'a même pas manifesté une fraction de seconde durant les quatre heures qu'ils se sont côtoyés au travail que la sanction tomberait maintenant. Il est époustouflé par sa maîtrise.

Il ouvre le paquet qui est simplement un sachet plastique opaque et il y trouve un tablier de soubrette. Il plisse le front tellement il trouve cela étrange alors il ouvre la lettre.

Tu vois, tu n'as pas eu trop à attendre. Maintenant, tu vas être sûrement moins heureux.

À partir de maintenant quand tu arriveras à la fin de cette lettre et jusqu'au lundi dix heures avant de reprendre le travail après nos congés, tu devras porter ce tablier sans rien en dessous tant que tu es à l'appartement.

Deuxième partie de la sanction, jusqu'à la fin de ta punition, je te considère comme mon sex-toy. Tu peux répondre à un baiser mais tu ne participeras à rien. Interdiction de me toucher.

Heero avale péniblement sa salive, il espère sincèrement que Duo ne va pas inviter du monde à l'appartement, même si son amant n'a jamais voulu l'humilier en public, il ne sait pas s'il se remettrait de cela.

Il sait aussi que son compagnon ne le privera jamais de sexe, il va juste découvrir d'autres jeux sexuels avec son homme et cela en soit n'est pas réellement une punition pour lui.

Au moins durant les vacances, à moins que Duo ne décide de sortir pour réaliser une excursion ou l'autre, ils vont faire des économies de lessive.

Yuy ramasse le tablier et part vers la salle de bain. Il n'aura pas à mettre ses vêtements civils, il se met nu et passe le tablier. Il fait le nœud dans le dos et s'observe dans la glace sur pied.

Le tissu blanc lui arrive à la moitié de la poitrine en cachant ses mamelons, il y a un plissage tout autour du plastron. Le bas du tablier lui arrive à mi-cuisse masquant sa virilité. Il préfère nettement cela, le fait de savoir ses fesses à l'air le gêne déjà assez. Dans le dos, il n'y a que la cordelette autour du cou et le nœud au-dessus des reins.

Il y aurait pu avoir pire comme punition même s'il regrette toujours de devoir rester ici et non visiter un endroit pour le plaisir et non parce qu'il y est envoyé pour régler un problème.

Il s'attelle à sa partie du ménage, il voit bien que Duo a fait la sienne, le linge pend dans la buanderie. Tout ce dont il a besoin pour faire le repas du soir est là. Il doit faire un risotto et des boulettes de viande. Il sort les oignons qu'il commence à peler avant de les couper en petits morceaux.

Un léger bruit attire son attention dans le coin supérieur droit de la cuisine. Il écarquille les yeux de surprise en voyant ce qu'il y a là.

µµµ

Non, ce n'était pas pour vérifier si son homme faisait bien ce qu'il lui demandait, mais un peu quand même. Néanmoins, il avait eu également envie de pouvoir en profiter du travail.

Il n'allait pas les laisser là, seulement jusqu'à vendredi après ils seront en congé et il devrait ramener le matériel au service surveillance. Il espérait déjà ne pas se faire prendre ainsi que son collègue qui avait autorisé la sortie des quatre sans autorisation de Lady Une. Il savait pertinemment qu'il jouait avec le feu.

Seulement, il réalisait que Lady Une lui en voulait personnellement, elle venait de nommer Louis lieutenant pour leur permettre de partir en mission ensemble. Ce qui avait mis fort mal à l'aise la recrue qu'il avait formé, il y a déjà trois ans.

Pourtant il était docile en mission, il faisait ce qu'on lui disait sans esclandre. Il ne voyait plus trop ce qu'il devait faire pour retrouver son poste d'avant qui lui ôterait pas mal de soucis financiers.

Par contre, il se doutait que ce qui avait mis la puce à l'oreille de son homme c'était d'avoir zoomé sur son postérieur qui sortait du tablier. Il n'avait pas imaginé que cela rendrait Heero tellement sexy.

Et avec tous les dossiers chiants à compléter, il avait eu besoin d'une petite pause.

Il voit Heero déposer son oignon et son couteau et partir de la cuisine. Intrigué, il change de caméra pour le voir apparaître dans le salon et cherche la camera qu'il a installée là. Quand il l'a repérée, il se dirige vers la salle à manger. De voir ce corps se mouvoir commence à l'exciter. Pourtant, Heero est juste lui sans chercher à le rendre fou. Il le trouve attendrissant avec ses tongs et son tablier.

Maxwell sourit en le voyant quitter la salle à manger, il passe par celle du couloir qui est juste dans le hall d'entrée.

Eh non, Heero, je n'en ai pas mis dans la chambre ni dans la salle de bain. Je tiens à notre intimité, on ne sait jamais que quelqu'un pirate le système.

Heero a un petit sourire satisfait aux lèvres en sortant de la chambre. Il repart vers la cuisine et il lui sourit avant de reprendre sa place devant le plan de travail.

Lui ferme le programme en entendant frapper à la porte du bureau.

µµµ

Quand Duo rentre, il se demande si Heero va faire allusion aux caméras mais même pas.

-« Tu es à croquer comme ça. » Sourit Maxwell.

-« Heureux que cela te plaise, ça aurait été dommage. » Répond Yuy sans bouger.

Il ne sait pas s'il a le droit de venir se nicher dans les bras de son homme, il n'est plus qu'un sex-toy d'après ce qu'il a compris, mais vu qu'il interprète toujours mal les désirs de son compagnon, il n'est pas certain de ses conclusions.

-« Allez, viens ici. »

Le métis s'avance, se laisse embrasser passionnément en répondant au baiser les mains bien sagement à plat sur ses cuisses.

Quand Duo le lâche, il passe un bras autour de la taille du puni et l'entraîne vers la cuisine où la table est déjà préparée.

-« Tu as su revendre tes billets et ta réservation ? »

-« Oui pour six dixièmes du prix. »

-« C'est peu. » Regrette Maxwell en s'installant.

-« J'avais lancé les enchères à un dixième du prix, je suis satisfait. Je voulais justement te demander. »

-« Quoi ? » Demande Duo puisque son homme s'est arrêté.

-« Ils viennent les chercher demain à seize heures trente. Je peux attendre leur venue avant de mettre le tablier ? »

-« D'accord, surtout parce que je ne suis pas encore rentré et pour seulement pour une fois. »

-« Merci. » Sourit Heero en déposant l'assiette devant son compagnon.

Le repas se passe dans une bonne ambiance. Comme à chaque fois qu'il passe un string, Heero se dit que les prochains divans, il faudrait mieux les acheter en tissus. Il se sent glacé jusqu'aux os quand il s'installe près de son homme. Encore une chance cette horrible sensation ne dure jamais longtemps.

Vers la moitié du film, comme Yuy s'endort, chose qui arrive une fois sur deux, Maxwell le secoue un peu et l'envoie se coucher.

Il sait bien que son homme à un horaire décalé par rapport au sien que ce n'est pas rare qu'il le réveille pour faire l'amour, il ne peut pas tout exiger. Heero a aussi besoin de sommeil pour rester performant.

µµµ

Pour finir la première semaine des vacances ne sont pas si pénible que cela, même s'il l'avait craint, Heero n'est pas tenté par se rendre au travail ou ouvrir son ordinateur pour savoir ce que font ses hommes comme quand il est seul en congé.

Même s'ils ne sortent pas beaucoup, Duo a prévu des activités. Ils ont retrié les garde-robes, chose qui n'avait plus été faite depuis leur aménagement. Ils ont changé les peintures des murs et changé complètement la disposition de la chambre à coucher.

Bien sûr, ils passent beaucoup de temps sous la couette pour dormir et récupérer de la fatigue de l'année ce qu'ils n'auraient pas fait en vacances. Ils s'épuisent physiquement et amoureusement. Si Heero n'a pas le droit de participer, il monte pourtant au septième ciel, quelle que soit la position que lui fait prendre son amant.

µµµ

Il leur reste quatre jours de congé, Yuy quitte le salon pour commencer à préparer le repas. Il en a un peu marre de l'inactivité, faire des mots mêlés ne l'amuse plus autant qu'au début.

Pourtant il revient dans les trente secondes.

-« Tu as barré le repas ! » Affirme Heero.

-« Oui, Howard m'a envoyé un mail, encore une chance que je l'ai vu. On doit le retrouver ce soir au château brillant. » Répond Maxwell sans lever le nez de son livre.

-« À quelle heure ? » Demande le métis.

Il vient s'installer près de son homme, reprend son carnet de mots mêlés.

-« À vingt heures. »

Heero retient un soupir, il n'est que seize heures trente.

-« Tu t'ennuies ? » Demande Duo en mettant son signet en place.

-« Un peu mais ton roman doit être captivant pour que tu le dévores ainsi. »

-« Il y avait pas mal de critiques positives, c'est pour cela que je l'ai pris à la bibliothéque. Tu veux faire une partie de bataille navale ? »

Yuy sourit et va chercher directement le jeu. Maxwell pourra toujours finir son livre plus tard, s'il ne récupère pas son rang de lieutenant, ils ne pourront peut-être pas partir en vacances avant un moment. Autant qu'Heero ne soit pas dégoûté de rester à l'appartement.

Même si voyager pour les missions ce n'est pas la même chose, ils voient du pays et lui aime rester à l'appartement surtout quand il avait dû bouger beaucoup pour le travail, ce qui était le cas ces derniers temps, jamais longtemps, moins d'une semaine mais il ne restait pas plus de trois jours à l'appartement. Il devait vérifier les informations d'un vieux dossier et repartir fréquemment sur le territoire près de Sank ainsi que d'autres régions du royaume de Sank ne lui permettant pas de rentrer dormir chez lui.

Après trois parties, Maxwell envoie Heero s'habiller.

-« Je dois mettre quelque chose de spécial ? » Demande Yuy en rangeant le jeu.

-« Non que tu sois à l'aise. »

Heero disparaît vers la salle de bain et Duo reprend son livre, juste le temps de laisser son homme se préparer.

Le métis ressort quinze minutes plus tard en disant :

-« C'est libre. »

-« Je finis mon chapitre. »

Heero avait fini par reprendre son carnet de mots mêlés et vérifiait souvent l'heure sur l'horloge murale. Est-ce qu'il pouvait rappeler à son compagnon les minutes qui s'égrainaient. Pour finir, il n'hésite plus, il y a déjà vingt minutes qui sont passées.

-« Il est bien long ton chapitre ? »

-« Mon dieu, je n'ai pas vu le temps passer. Je me dépêche. »

Pourtant, Maxwell doit encore se raser car il ne le fait pas souvent en vacances. Yuy soupire et reprend une nouvelle grille qu'il abandonne presque de suite. Il tend la main vers le livre de son homme pour en savoir un peu plus. De toute façon, il le lira certainement vu comme il captive son amant.

Il serait temps pour lui que le travail reprenne, il commence à en avoir un peu marre de tourner en rond dans l'appartement. Il aurait bien suggéré à son compagnon d'aller faire un tennis, un jogging ou un mini-golf, seulement il lui aurait certainement refusé en disant qu'il essaye simplement de diminuer sa punition, alors que c'était seulement parce qu'il s'ennuie.

Au bout d'une demi-heure, Duo arrive fin prêt, en retard mais prêt. Heero a déjà sorti les chaussures et les vestes pour s'il fait froid au retour. Il attend son homme souliers aux pieds.

À Suivre…

Chap 3 - Chap 5

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez