banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages sont ma propriété et mon invention

Genre : Yaoi. Séquelle de « Nous ne sommes pas des bêtes » et « Que j'ai été bête »

Rating : M

Acteurs : Heero, Duo, Wufei, Trowa, Sally, Lady Une


Ne cherche pas la petite bête.

Chapitre 9


Quand Duo arrive au Tibet et à l'hôpital, il y a six jours que son homme y est hospitalisé. Heero n'a pas l'air de mal réagir aux amputations, l'extrémité du pied droit, le pouce gauche et l'auriculaire droit. La peau se cicatrise convenablement grâce au milieu stérile et aux antibiotiques à fortes doses. Maxwell, qui se déplace toujours en béquilles, est autorisé à lui rendre visite en tenue stérile.

Dès que Duo entre dans la pièce à cloche-pied, il y a de la tension dans l'air, ce qui pousse le nouvel arrivant à commencer la discussion sur un sujet plus banal que leur relation.

-« J'ai retrouvé la fille de Viralit, elle était déjà élevée par sa grand-mère, elle n'était pas si cachée que cela. Elle attend ton retour pour lui transmettre les derniers mots de son papa. »

-« Hn. »

Le silence s'installe à nouveau entre eux avant que Duo ne trouve un autre sujet.

-« Ah oui, Lady Une attend ton rapport et elle espère sincèrement pour qu'une enquête ne soit pas ouverte qu'il sera semblable au mien et celui de Steve. »

Maxwell voit bien un peu de surprise dans le regard de son homme seulement cela ne déclenche pas la discussion comme il l'avait espéré. Il n'a plus que dix minutes en présence de son compagnon et il a l'impression d'être avec un étranger.

-« Il sera pareil, si je sais le taper. » Finit par dire Heero.

Il voyait bien que Duo attendait une réponse.

-« Bien sûr que tu sauras le taper, tu n'avais jamais utilisé tes dix doigts pour taper ou tu le dicteras à la secrétaire de Lady Une. »

-« Je suis fatigué. »

-« D'accord, je reviens demain pour te ramener à la maison si c'est possible. On pourra faire un peu de rééducation ensemble même si je suis persuadé que tu n'en auras pas besoin. »

Yuy ferme les yeux, Duo n'a pas d'autre solution que de se retirer. Il se rend au bureau des infirmières où il demande :

-« Vous savez quand monsieur Yuy pourra sortir et s'il y a des précautions particulières pour le ramener ? »

-« Je ne peux pas décider, le médecin vient le voir d'ici une heure. » Répond-elle.

-« Bien, je vais l'attendre. »

Maxwell s'installe en face de la chambre de son homme et patiente en regardant la vie de l'hôpital. Une infirmière vient lui amener une chaise en le voyant debout avec ses béquilles.

Une bonne heure passe avant qu'un homme en blouse blanche entre dans la pièce où son compagnon dort. Au bout, d'un quart d'heure, il en ressort.

Duo se lève et l'appelle.

-« Docteur, excusez-moi de vous déranger. J'aimerais pouvoir ramener mon collègue à Sank. Y a-t-il moyen ? Y a-t-il des précautions à prendre ? »

-« Il est tiré d'affaire, il doit juste continuer les antibiotiques et les soins aux plaies jusqu'à la cicatrisation, mais une infirmière ici ou ailleurs, c'est la même chose. Retourner dans ses habitudes va sûrement lui faire du bien au moral. »

-« Merci, vous pouvez signer ses papiers de sortie et les ordonnances ? Je m'occuperai du reste. »

-« Ne forcez pas ! C'est vous qui avez été recousu pour une plaie à la cuisse avec section de plusieurs ligaments et tendons. »

-« Heu oui ! »

-« Vous avez fait beaucoup de dégâts en forçant sur votre blessure. » Sermonne le médecin.

-« Mon autre collègue n'aurait pas su assumer tout entièrement seul, la vie de celui-ci dépendait de notre rapidité. » Avoue Maxwell.

-« Et vous lui avez certainement sauvé la vie. C'est votre compagnon ? »

Après une brève hésitation, Duo répond :

-« Oui, mais ne sachant pas la position du Tibet sur l'homosexualité, je préfère ne pas le signaler. »

Le docteur lui sourit avant de dire :

-« Il a subi des viols d'une extrême violence, soyez doux. »

-« Je m'en doutais vu l'autopsie de mon collègue décédé qui était prisonnier avec lui. Je ne vois pas pourquoi lui aurait été épargné, mais merci. »

-« Je vous laisse pour finir ma tournée et j'irai préparer les papiers. »

µµµ

Pour le lendemain, Maxwell commande des places en première classe que son compagnon ne soit pas trop importuné par les autres passagers. Il paye la différence avec ses propres deniers.

Après une dernière visite du médecin le matin, Duo amène son amant jusqu'à l'avion en taxi. Tout se fait dans le silence comme durant le voyage. Il sent Heero très mal à l'aise, seulement il ne veut pas en discuter au milieu de la foule.

Est-ce que les viols auraient réussi à venir à bout de la résistance de son compagnon ? Depuis l'histoire des films pornographiques pédophile, Heero n'a plus la même force morale. Il prend les choses beaucoup plus à cœur donc c'est possible, comme de ne pas avoir su protéger Viralit.

Ils reprennent un taxi pour rentrer chez eux. Depuis la sortie de l'hôpital, il n'y a plus de fauteuil roulant, même si le médecin lui avait conseillé de s'en procurer un, Duo estimait que son amant devait marcher puisqu'il n'était pas obligatoire. Il avait bien fini une mission avec une jambe cassée pendant la guerre, ce n'est pas un petit bout de pied en moins qui devrait l'handicaper.

Duo lui avait proposé une de ses béquilles qu'il utilisait pour ne pas trop forcer sur sa jambe. Heero l'avait refusée d'un mouvement de tête et en montrant ses mains plâtrées après la réparation des os de ses deux mains. Il s'était mis debout et était parti sur ses deux pieds. Dorénavant, il devrait mettre des baskets plus souples que ses grosses chaussures militaires.

En grimaçant un peu, Yuy le suit alors qu'ils sortent de l'ascenseur. Maxwell ouvre la porte en lui disant :

-« Voilà, tu es chez toi, le planning de tes séances de rééducation est sur le frigo et l'heure de passage d'une infirmière pour le soin à tes plaies. Lady Une veut te voir au plus vite. »

Heero reste dans le hall d'entrée alors Duo revient vers lui, ferme la porte et tend la main pour caresser la joue de son amant. Ce dernier recule d'un pas.

-« Tu m'as vraiment manqué. » Lui dit Maxwell sans plus oser vers de gestes vers lui.

Yuy continue de soutenir son regard sans rien répondre.

Duo soupire et finit par battre en retraite, cela ne sert à rien pour l'instant quand il verra qu'il est toujours le même, les choses reviendront dans l'ordre toutes seules. Maintenant, il doit laisser un peu de temps à son amant, en espérant qu'il va encore pouvoir l'appeler ainsi. C'est pour cette raison qu'ils ont voyagé de nuit et que Maxwell a accepté de reprendre le travail également.

-« Je dois aller au QG, je suis transféré à la section recherche et disparition tant que ma cuisse n'est pas guérie. À ce soir. »

Maxwell referme la porte sur son compagnon qui n'a pas bougé d'un centimètre. Il ne peut s'empêcher de sourire en entrant dans l'ascenseur en se demandant s'il va le trouver au même endroit à son retour.

Au moins, les horaires de travail à cette section, quand il n'y a pas d'urgence, sont fixes. Il commence à huit heures trente pour finir à dix-sept heures trente. Seulement, il ne travaille plus avec ses anciens collègues.

C'est un moindre mal puisqu'il a retrouvé son compagnon vivant, il ne peut pas gagner sur tous les tableaux. Il n'est déjà pas muté sur un autre territoire ce qui aurait pu lui pendre au nez s'il n'était pas parti avec l'accord de Lady Une. Parce que ses méthodes et l'intervention d'un Preventer d'une autre section qui revient mort, cela a quand même intrigué les hauts dirigeants qui sont venus mettre leur nez dans cette histoire. Le rapport du capitaine sera décisif.

Duo préfère se jeter à corps perdu dans ses recherches que de penser à ce qui se passe chez lui et à la soirée qu'il va arriver. Même s'il doute qu'ils se câlinent, la tension qui règne entre eux le perturbe au plus haut point.

µµµ

Sur son temps de midi, Maxwell se rend au centre de revalidation où un kinésithérapeute lui masse les muscles pour les assouplir et l'aide à faire certains gestes.

Il demande à la secrétaire si son compagnon est bien passé. Il est heureux de constater qu'Heero est venu à son horaire, au moins il ne s'enferme pas sur lui-même et il se soigne. Un infirmier privé doit passer début d'après-midi pour une série de soin également.

Au moment où Duo pousse les portes du bâtiment Preventer, il voit son homme arriver. Maxwell lui sourit et va à sa rencontre.

-« J'ai fait mon rapport en signalant que nous étions tombés dans les mains de terroristes, que nous avions subi des sévices pendant deux semaines avant d'être abandonnés à notre sort. Deux jours avant votre arrivée, trois hommes sont venus se cacher dans la cabane et qu'ils avaient été surpris de nous trouver là sans pour autant nous aider. J'ai ajouté que je ne savais pas le sort que j'aurai eu sans votre intervention puisque Viralit était mort de ses blessures au matin du troisième jour d'abandon. »

-« C'est bien. »

-« Je rentre ! Je n'ai pas vu le menu des repas ? »

-« Je m'en occuperai ou on fera livrer. »

Duo sent son cœur se glacer en voyant son compagnon partir, pas un mot gentil, un ton de mission. Il a peur pour leur avenir. Est-ce que malgré tout ce que son amant lui a dit, il aurait des sentiments pour Trowa ? Est-ce qu'ils se retrouveraient dans son dos sans rien dire ?

Quand Maxwell rentre, c'est pour constater qu'Heero a fait tourner le linge et que celui-ci est dans le séchoir, c'est déjà plus qu'il ne l'aurait espéré avec l'état de ses mains. En attrapant le balai à son retour de la mission de sauvetage pour ramasser des plumes et des graines, il s'était rendu compte qu'il avait besoin de son pouce pour le tenir. Il se doutait que son compagnon serait diminué dans ses activités durant une période.

Duo est légèrement handicapé pour le moment. Tant pis, il fera sale un moment. En clopinant, Duo revient dans le salon où son compagnon regarde la télévision.

-« Tu veux manger quelque chose de spécial ? » Demande-il.

-« Non, je n'ai pas faim, mes antibiotiques me bousillent l'estomac. Je mangerai une tartine et j'irai au lit. »

Maxwell qui aurait aimé discuter sent que cela ne sert à rien pour l'instant. Heero le fuit littéralement. Alors, il préfère lui laisser encore un peu de temps, lui laisser prendre ses marques. Ses séances au centre de revalidation vont également lui faire du bien, il va pouvoir discuter tout en apprenant à faire les bons gestes.

Lui quand il y va, il doit se remuscler parce qu'il a perdu de la puissance dans sa cuisse et qu'il ne doit pas forcer sur d'autres endroits de son corps pour compenser au risque de se faire mal.

Duo après avoir réussi à faire une partie du ménage, il fait cuire son repas à base de poulet avec une sauce champignon et des pommes de terre. Il vient s'installer dans le divan pour suivre l'émission avec son compagnon.

-« Si tu le permets, je mange puis j'irai me mettre au lit. »

-« Va, tu veux un coup de main ? » Demande Maxwell en déposant son assiette sur la table basse.

-« Non. »

Vraiment, Duo ne comprend plus son amant. La soirée est longue pour lui, il ressasse toutes les possibilités qu'il a. Il pourrait exiger une conversation, seulement Heero peut-être très buté quand il le veut et puis le médecin lui a dit de ne pas le brusquer. Il peut aussi laisser le temps agir, néanmoins il a peur que cela ne fasse qu'enliser la situation. Il a toujours été pour la discussion et percer les problèmes. Mais il ne veut pas traumatiser plus Heero. Il sait ce qu'il a subi pour l'avoir vécu, il y a une vingtaine d'années.

Il se doute que les amputations ont aussi affaibli son compagnon. Il doit se sentir un moins que rien, même si pour lui cela ne change rien du tout à ce qu'est son amant. Heero ne doit pas le voir comme cela surtout que cela l'empêche d'être celui qu'il a toujours été.

µµµ

Le lendemain, Duo se lève seul, il sait à la respiration à côté de lui dans le lit qu'Heero ne dort pas. Cependant, il a pris sa décision dans la soirée, il lui laisse la journée d'aujourd'hui pour faire le point puis il prendra le taureau par les cornes.

À midi, Duo se rend au centre de revalidation, en arrivant il demande :

-« Monsieur Yuy est passé ? Il n'était pas encore levé quand je suis parti au travail. »

La secrétaire regarde.

-« Oui, il est passé pour annuler toutes les séances programmées. »

-« Vous pouvez prévenir mon kiné que j'ai quelque chose d'urgent à faire. Je payerai la séance s'il faut, je reviens demain promis. »

Pris d'un énorme pressentiment, Maxwell rentre au QG. Il veut avoir une discussion avec Lady Une. Alors qu'il arrive au bon étage, il voit Heero sortir du bureau de sa supérieure. Il sait qu'il a vu juste, son compagnon veut disparaître, il en avait eu aussi l'envie. Il l'avait fait en retournant sur L2 sans laisser aux autres pilotes le moyen de le contacter, jusqu'à ce que lui décide de reprendre le combat.

Ce n'est pas qu'il ne veut pas laisser ce temps à son compagnon, c'est qu'il veut y mettre des conditions.

Yuy se fige et met un masque d'indifférence, il voulait partir sans le prévenir, sans qu'il puisse le retenir. Comment a-t-il deviné ? Il est certain qu'il n'arrive pas à la cheville de son amant.

-« Il faut qu'on parle ! » Lâche Maxwell.

Ce dernier attrape le poignet de son compagnon et le tire jusqu'à leur ancien bureau, Heero le regarde avant de dire.

-« On aurait plus travaillé ensemble. »

-« J'aurai pu demander une dérogation pour y venir. Et puis, je ne vais pas travailler à ce service toute ma vie, c'est juste pendant mon invalidité. Mais, je ne peux pas t'autoriser à partir comme cela ! »

-« Duo, j'en ai besoin. Je dois trouver un sens à ma vie. Je me sens tellement diminué et pas que physiquement. Je ne suis même plus un homme. »

-« Je n'ai pas été vérifier mais il me semble qu'il est toujours là ce qui fait de toi un homme ! »

-« Il y a des choses que je n'ai pas digérées dans mon incarcération. » Tente Heero.

-« Je ne peux pas t'accompagner, j'ai donné ma parole à Lady Une que je ne démissionnerai pas si je pouvais aller te récupérer à mon idée. »

Yuy écarquille un rien les yeux, comprenant qu'avec le terme démissionner, il se serait suicidé plutôt que de continuer seul. Néanmoins, lui ne peut plus lui imposer sa face immonde alors même si ça lui déchire le cœur, il ne peut pas continuer à profiter de cet amour.

-« Je viens de donner ma démission. Faire ce métier me pèse depuis la mission où j'ai vu cette petite fille se faire violer devant moi parce que je n'ai pas été assez rapide pour intervenir. »

Duo s'en doutait, il lui sourit avant de dire :

-« Alors va mais si dans six mois je n'ai pas de tes nouvelles, je te traque. N'oublie pas de transmettre le message à la fille de Viralit. »

-« Je l'ai fait ce matin. À dans six mois. »

Pour la première fois depuis son retour, Heero sourit à Duo, puis il s'en va sans se retourner.

µµµ

Quand Maxwell rentre après sa journée de travail, il n'a pas réellement envie de pousser la porte de l'appartement. Il sait que son compagnon est parti.

Il ne sait pas comment il a préparé ses bagages mais il l'a vu à l'œuvre pour manger en calant les tranches de pain entre ses plâtres. C'était un avantage de la reconstruction des doigts restants, il avait des plâtres.

Même si au premier coup d'œil, il ne constate rien de changé, en déposant sa veste, il réalise qu'il manque celles de son homme. Par contre, dans les armoires il reste toutes les affaires preventers du capitaine, il ira les rendre demain.

Dans le salon, il manque la cage des moineaux japonais qu'il lui avait offerts. Au moins, il a pris quelque chose qui peut lui faire penser à lui parce qu'aucune des photos n'a disparu. Duo sait qu'il n'a pas été seul pour faire son déménagement, seulement il a promis de ne pas le poursuivre.

Maintenant le cœur vide, il doit attendre six mois pour savoir s'il sera encore un jour heureux.

À Suivre…

Chap 8 - Chap 10

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez