banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Policier/ Tranche de vie.

Lectrice 01 : Arlia Eien.

Acteurs : Heero, Duo, Wufei.


Chapitre 21


Tout en mélangeant sa préparation pour la réchauffer sans qu'elle n'accroche, Heero réfléchit au meilleur moyen de reprendre la discussion avec Duo, sinon le repas allait être mortel. Il est surpris de voir Maxwell venir s'appuyer contre l'évier à côté de la cuisinière.

-« Je ne sais pas si c'est dû à ça, c'est possible, même si ça me semble gros. Mais ne parlons plus de ça ! » Lâche le natté sans vraiment le regarder.

Il avait essayé occulté la question de son ami. Cependant, elle tourne trop dans sa tête pour la laisser sans réponse. Non, il ne croit pas coucher avec n'importe qui pour pouvoir revivre ses souvenirs.Ne voulant pas que le silence se réinstalle, le châtain reprend.

-« Tu as connu Hector Prévot ? »

-« Oui, il est revenu blessé d'une mission, on a dû l'amputer d'un pied. Il a été pensionné-malade à cinquante ans, alors qu'il aurait pu continuer à faire du bureau. » Dit Yuy pour prouver qu'il sait de qui on parle.

-« Oui, c'est ça… »

-« Tu veux te servir de son cas pour me réhabiliter ? Duo, je ne veux pas faire du bureau tout le temps. » Coupe le brun un peu de panique dans le regard.

-« Je sais, tu l'as déjà dit. Non, il est resté six mois dans l'immeuble. Pourquoi est-ce qu'on t'en vire si vite ? » Questionne Maxwell plus pour lui que son ami.

-« Tu es sûr de ce que tu affirmes ? » Interroge le métis parce que sinon lui voit une raison.

-« Oui. »

-« La lettre vient du bureau Central ou de la section ? » Demande de plus en plus fébrile Heero.

Le natté repart vers la table pour prendre la lettre où il l'a laissée.

-« La section de Sank. » Dit-il en revenant vers la cuisinière.

-« Alors compte que je dois avoir quitté l'immeuble pour la fin du mois. » Soupire le brun.

-« Hein ! »

-« On cherche juste à m'éloigner. » Justifie le métis.

-« Je suppose que tu as une idée, mais tu m'en parleras quand tu auras tes confirmations. » Sourit Maxwell.

-« Si, j'ai confirmation. Je ne t'en parlerai pas, j'aurai encore plus d'ennuis. » Sourit le brun en égouttant son riz.

-« Tu touches du chômage à quel moment ? » Demande le châtain pour relancer la discussion.

-« Dans trois mois, le chômage sanctionne aussi la faute grave. Je peux me défendre d'ici deux semaines, mais l'employée n'avait pas bon espoir. Je suis en faute, il fallait prévenir mon employeur, s'il m'avait viré au moment de lui dire, je pouvais même le traîner au tribunal. » Explique le métis en versant le contenu de sa poêle dans la casserole dans laquelle il a remis le riz.

-« Je ne comprends pas pourquoi je ne suis pas sanctionné. » Lâche Duo en se grattant le crâne.

-« Moi bien, tout se tient ! »

-« Et tu vas me laisser dans le jus. » Sourit le natté.

-« Tu peux arriver à la même conclusion. » Rétorque le métis en amenant la casserole à table.

Les deux jeunes gens commencent à manger.

-« C'est délicieux Ro' »

-« Tant mieux si ça te plait. Je me suis rendu compte que je ne connaissais pas tes goûts en réfléchissant au repas qu'on allait manger. »

-« Je ne suis pas difficile. » Lâche Duo en souriant de plaisir.

-« Non, c'est certain mais il doit bien y avoir des choses que tu n'aimes pas. » Questionne Heero pour en connaître plus sur son ami.

-« Les choux de Bruxelles, le foie et les artichauts. » Répond Maxwell avant d'enfourner une nouvelle fourchette pleine.

En tout cas, Duo fait plaisir à voir quand il dévore ainsi. Vers la fin du repas, quand les estomacs sont rassasiés, le natté demande.

-« Et pour ton appartement, qu'est-ce que tu comptes faire ? »

-« Je vais emballer mes affaires. A moins de prévenir la section mère, je n'ai pas beaucoup de recours. » Soupire le brun.

-« Je crois que tu devrais le faire et pour ta sanction aussi. Mais ça ne me dit pas ce que tu vas faire. » Insiste le châtain.

-« J'irai à l'hôtel. »

-« Ro' avec tous les frais que tu as pour l'instant, tu n'en sortiras jamais, surtout que tu ne touches de nulle part. » Rappelle Duo.

-« Qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Que je squatte l'appartement ? Je serai encore plus dans mon tort. » Lâche Yuy en rassemblant les assiettes pour s'occuper les mains.

-« Viens chez moi ! » Propose Maxwell.

-« Duo, je ne peux pas. Que va dire Wufei ! » S'exclame le brun.

-« On s'en fout un peu de ça. Et si tu as raison, Hilde se rendra compte que ça ne sert à rien de te mettre des bâtons dans les roues, que ton amitié est plus importante que tout, qu'elle ne gagnera pas. »

-« Je savais que tu étais intelligent, sourit le métis. Mais je me tracasse plus pour les sentiments de Wufei, on risque d'être à l'étroit le week-end, ton canapé n'est pas des plus confortables non plus. » Argumente-t-il.

-« C'est provisoire et si ça le fait râler, il n'a qu'à pas descendre sur Sank. » Lâche Maxwell en se levant avec les assiettes en main pour les mettre dans l'évier. « Je peux faire du café ? »

-« Oui, il y a un dessert également. »

-« Tu me traites comme un prince. »

-« Je te traite comme tu le mérites. Et je te dirai si je viens chez toi après avoir discuté avec Wufei. » Précise Heero.

-« Si tu veux. » Rétorque le natté en haussant les épaules avant de se retourner pour préparer le percolateur.

µµµ

Durant la fin de la soirée, Heero montre son herbier au châtain, ils discutent également des endroits qu'ils ont découverts. Alors que Yuy reconduit Duo à la porte, il se dit que même s'il a envie de plus, de pouvoir le toucher, des soirées comme celle-ci c'est un véritable plaisir, la compagnie de Maxwell est agréable.

Dès le lendemain, après avoir fait son footing, Yuy se prépare pour se rendre au QG afin de régler son petit problème de logement, autant essayer quand même. Après il enverrait un mail à Wufei pour connaître son opinion sur la proposition du natté.

Comme convenu, il passe par le bureau du châtain, il sourit en voyant qu'il travaille avec Bruce, il lui a caché cette information.

-« Tu ne sais plus travailler seul ? Tu m'as déjà remplacé ? » Nargue le brun en entrant dans le bureau.

-« Quand j'ai dit que je voulais te récupérer parce qu'il y avait plus dans deux têtes que dans une, elle m'a assigné Bruce ce matin. Ce n'est pas que je ne l'aime pas, mais ce n'est pas toi. Je vais quand même moins vite que seul ou avec toi, je dois le remettre au courant du dossier. » Expose Maxwell en faisant un clin d'œil à l'ex-bleu.

-« Elle a manqué de discernement, là. » Réalise Heero.

-« Oui. »

-« J'y vais. » Précise le métis.

-« Amuse-toi bien. »

Yuy ressort du bureau du natté pour se rendre à celui de Lady Une. Il n'a jamais eu autant de marques de soutien, de collègues venant lui parler, s'excuser alors qu'ils n'y sont pour rien. Il n'a jamais mis autant de temps pour se rendre au bureau du Général.

Il frappe à la porte et tourne son visage vers la secrétaire, cette dernière lui fait signe qu'il peut entrer. Il la remercie d'un mouvement de tête. C'est quand même plus facile quand tout le monde est au courant, l'aide vient spontanément, ses collègues se sont mis devant lui avant de lui parler.

Lady Une relève la tête et s'étonne de sa présence.

-« Je viens voir le délai que vous m'octroyez pour quitter l'appartement. » Dit-il en guise de bonjour.

-« C'est mis dans la lettre. »

-« Ce n'est pas clair, c'est la fin du mois en cours ou j'ai droit à trente jours ? » Précise le métis en la sondant du regard.

-« Vous avez jusqu'à la fin du mois, quinze jours. »

-« Pourquoi ai-je un autre traitement que Hector Prévot ? »

-« Il a été pensionné, s'il avait été viré, il aurait dû partir dans le mois. » Affirme sans se démonter Lady Une.

-« Je vérifierai dans mon contrat, je suppose que le lieutenant Maxwell n'arrivera pas à me réintégrer, vous préférez vous passer de mes services même si mon opération pour recouvrer l'ouïe marche. » Certifie Yuy, certain maintenant d'avoir la bonne solution.

-« Si vous nous mentez sur votre audition, vous pouvez nous mentir sur autre chose. Qu'est-ce qui va me prouver que l'opération est une réussite ? »

-« Je crois que vous devriez penser au problème dans l'autre sens. Si je me fais engager ailleurs, dans une autre section, il y a de fortes chances que le lieutenant Maxwell se fasse muter. »

Sur cette tirade, Yuy se retourne et sort, il repart vers le bureau du natté.

-« Ro, qu'est-ce que tu fais là ? Tu devais m'envoyer un Sms quand tu étais devant son bureau. » Murmure le châtain après avoir mis son index devant les lèvres.

-« Tu me montres le dossier que tu as monté ? » Interroge le brun en tendant la main.

Duo ouvre son attaché-case et le sort. Heero le parcourt rapidement.

-« Garde-le comme ça et donne-le à Lady Une demain. Et mets-toi au travail vraiment. »

-« Oui mon Capitaine. » Sourit Maxwell.

µµµ

De retour chez lui, Yuy sort son contrat d'embauche et constate que la clause est juste, s'il est licencié pour faute, il doit quitter l'appartement dans le mois de la sanction.

Il ne lui reste plus qu'à contacter Wufei. Comment allait-il commencer son mail ? Autant faire quelque chose de direct que de vouloir tourner autour du pot.

Duo m'a proposé de venir habiter chez lui, puisqu'en perdant ma place

j'ai perdu mon logement. Ca me met mal à l'aise vis-à-vis de toi.

Ne trouvant pas d'autres choses à dire, il l'envoie après l'avoir signé. Il laisse son ordinateur branché et va se préparer un encas. Quand il revient, il voit que le chinois lui a répondu.

S'il te l'a demandé et que ça te fait envie, ne pense pas à mes sentiments.

Il a accompli son rôle pour moi, je ne vis plus dans les souvenirs.

Si lui est heureux, ça me va. Mais parle-lui.

En portant sa soupe minute à la bouche, Heero s'interroge. Mais pourquoi est-ce si important qu'il parle à Duo ? Qu'est-ce que ça va changer ? S'il a tellement peur que ne pas lui parler puisse faire du mal à Duo, pourquoi ne pas lui dire lui-même ? Il y a des secrets qu'il faut parfois mieux révéler surtout si ça fait moins de dégâts.

N'empêche, comment va faire Maxwell pour continuer à vivre comme il en a l'habitude si lui est dans son appartement ? Avec les sentiments qu'il porte à Duo, il n'arrivera pas à le tolérer, de voir passer des hommes et des femmes, de les entendre s'il recouvre l'ouïe. Il comprenait mieux le natté à nouveau qui ne voulait pas que Wufei vienne vivre à Sank. Tout compte fait, il ferait peut-être bien d'essayer de se faire engager dans une autre section preventer ou sur un des satellites une fois son opération effectuée.

Yuy soupire en prenant sa tartine de pain cramique beurrée pour mordre dedans. C'était bien plus facile quand tout était comme avant.

S'il avait eu plus de temps pour quitter son appartement, il aurait été opéré et il aurait pu demander à réintégrer sa place. Mais là, il se fait opérer dans dix jours maintenant. Le temps d'hospitalisation est de cinq jours. Il serait sorti de l'hôpital quinze jours avant la fin de son bail, il aurait pu tenter de se faire incorporer avant de quitter son appartement. Or le professeur lui a dit qu'il aurait besoin d'au moins un mois d'attente pour se faire brancher, le temps que ça cicatrice.

Il sait qu'il y a une liste d'attente pour les appartements preventers, le sien est sûrement déjà promis à quelqu'un d'autre. Dire qu'il va devoir se remettre sur la liste d'attente s'il retrouve sa place.

L'alerte visuelle d'arrivée de mail apparaît dans le bas de son ordinateur, il clique sur sa boite mail pour voir ce qu'il vient de recevoir. Il plisse du front en ouvrant le mail de Duo.

Wufei vient de téléphoner, il m'a dit qu'il avait donné son accord,

alors tu peux déménager tes affaires directement, n'oublie pas qu'on t'opère bientôt,

mieux vaut le faire quand tu es bien.

Heero clique sur répondre et commence à rédiger un mail.

Je sais mais je réfléchissais à une autre solution.

Dans la minute, un mail lui revient.

Pourquoi ? Ouvre ton chat qu'on discute en direct.

Yuy ouvre son chat preventer en se mettant en hors ligne, il bloque tous ses contacts à part Duo avant de se mettre en ligne, il ne tient pas à se faire tirer les oreilles par Lady Une parce qu'il est dessus.

Parce que je ne tiens pas à te voir avec Wufei ou tes amants de passage. Et je t'ai dis de travailler sérieusement, on aurait pu en discuter au soir, tape rapidement le brun.

J'ai travaillé sérieusement dès le départ. Avec les difficultés qu'on a eues, je n'aurais pas voulu perdre ce salaud, j'ai une équipe privée qui surveille qu'il ne bouge pas, c'est juste dans le dos du boss

Duo !

Je suis un professionnel avant tout. Et rassure-toi, je ne ramène jamais chez moi, toujours chez l'autre.

Reste un problème

Wufei, c'est vrai. Si j'ai envie de le voir, je peux aller à Pékin, on inversera les rôles ^_^

Je ne veux pas te compliquer la vie, tu vas m'avoir sur le dos jusqu'à ce que je récupère un logement.

J'ai envie de t'avoir sur le dos. Que tu disparaisses de mon horizon me chagrinerait !

Heero a presque les yeux qui sortent de la tête en lisant la réponse de son ami. Comme il ne sait pas trop quoi répondre, il reste là à regarder son écran.

Une phrase vient s'ajouter.

Viens, s'il te plait !

Ok

Merci.

Yuy coupe sa fenêtre et sa section, il se lève pour rassembler ses affaires. Il se prépare un sac pour l'hôpital, puis commence à vider ses armoires. Dans sa manne de linge, il plie ses vêtements personnels. Quand il voit ses tenues preventers, il se demande s'il doit les rendre ou pas. Il va chercher son contrat pour savoir, mais les tenues sont sa propriété, il doit juste ramener ses galons, il demandera à Duo de les faire.

Ce qu'il sait qu'il n'aura plus besoin de suite, il le mettra directement dans le grenier de Maxwell. Après il prend ses clefs pour aller acheter une petite armoire sur roulette dans laquelle il mettra ses vêtements quotidiens de manière à pouvoir la pousser jusque chez Duo à la dernière minute.

Enfin si les choses durent trop longtemps, le brun cherchera un studio meublé dans les environs de l'immeuble du QG. Il ne tient pas à rester si près de l'objet de ses désirs sans succès de l'avoir.

µµµ

En huit jours, Heero a transféré ses affaires personnelles dans l'appartement du natté, sans prendre trop de place. Vive les meublés de fonction où rien ne vous appartient vraiment en soi.

En rangeant ses provisions dans les armoires du châtain, il fait beaucoup d'aller-retour, mais les choses sont directement en place, il n'y a pas de désordre dans l'appartement du natté.

Il a étiqueté sur les caisses mises à côté des meubles, ce qu'elles contiennent vraiment pour ne pas être obligé de toutes les ouvrir quand il aura besoin de quelque chose.

µµµ

Vendredi matin, avant de se rendre à l'hôpital pour son opération, il laisse ses clefs à Duo qu'il les rentre à sa place. Il ne reviendra plus ici. A la porte, il fait rapidement le tour du regard, il soupire, il l'aimait bien son appartement, il s'y sentait chez lui avec les modifications qu'il avait faites.

En passant devant la boîte aux lettres, il glisse son trousseau dedans comme convenu avec Duo la veille, il viendra chercher les deux, trois dernières choses et enlever les alarmes visuelles qu'il avait branchées durant sa dernière hospitalisation, il y a deux ans.

En se mettant à son volant, ça le fait sourire. Depuis qu'il est sourd, il n'a plus été hospitalisé, alors que ça arrivait au moins une fois par semestre. Est-ce qu'il a été plus prudent ? Est-ce que c'est parce que sa vie a plus d'importance et qu'il prend moins de risques ? C'est possible également.

Il est 5h30 quand il arrive à l'hôpital, son opération est prévue à 9h. Ca le stresse un peu de savoir qu'on va lui ouvrir le crâne mais après il pourra réentendre du moins d'une oreille.

Dans un mois, on brancherait l'électrode et il renaîtrait. Les assistants du professeur qu'il a vus durant ces trois semaines lui ont aussi expliqué que les sourds de naissance ont une période de rééducation de plus ou moins six mois, mais il ne doit pas attendre autant de temps, même si on lui a certifié que son audition ne serait plus jamais celle d'un entendant.

Dans six semaines, il déposerait une demande afin de pouvoir récupérer sa place, Lady Une aura eu le temps de réfléchir à tout.

Il y a deux jours, il a défendu son dossier au chômage, il a signalé son changement de domicile et rajouté son nom sur la boite aux lettres de Maxwell.

Assis dans la salle d'attente, il pense à tout ça en attendant l'infirmière qui doit le conduire à sa chambre. Il a demandé un seul lit, tant pis pour les frais supplémentaires que la mutuelle ne prend pas en charge, il n'a pas envie de se faire déranger par d'autres patients ou les visiteurs des autres patients.

Gary a promis de passer dans la soirée et de revenir plusieurs fois durant son séjour.

-« Venez, installez-vous et passez cette camisole, je reviens avec le matériel. Vous voulez un rasage partiel ou total ? »

-« Total ! »

Heero estime que c'est plus hygiénique et après ses cheveux repousseront de façon uniforme. Il n'a pas prévenu Duo de cet inconvénient. Il s'est acheté une casquette et plusieurs bandanas pour les premières semaines, le temps que ses cheveux repoussent assez pour masquer la cicatrice.

La jeune femme revient, elle le rase et lui demande de reprendre une douche pour éliminer tous les cheveux restants sur son corps. Il prend une douche avec le gel désinfectant avant de se sécher avec l'essuie donné par l'hôpital. Il passe sa tenue d'opération et sonne pour prévenir qu'il est prêt comme on lui a demandé.

L'infirmière revient pour lui mettre le cathéter et la perfusion ainsi que lui donner le cachet préparatoire à l'anesthésie.

Heero se doute qu'il sera encore éveillé quand on le descendra au bloc opératoire, ça a toujours été comme ça.

Son lit est poussé jusqu'au bloc où le professeur l'accueille avec un sourire.

-« Prêt, monsieur Yuy ? »

Le brun hoche la tête.

µµµ

Après avoir découpé la peau pour accéder à l'os, on a creusé celui-ci situé derrière l'oreille pour y encastrer le minuscule récepteur. A l'étape suivante, on a foré un trou de deux millimètres pour mettre l'électrode dans la cavité auditive. Quand tout est préparé, on place le récepteur à sa place et on introduit la longue électrode dans le trou de deux millimètres. De suite après une radio est effectuée pour voir si l'électrode c'est bien enroulée dans la cavité. Un ingénieur vient tester toutes les électrodes dans le fil après l'enroulement et seulement après, on referme la peau pour qu'elle puisse cicatriser. Tout ça prend plus de 3h30

µµµ

Heero est placé en salle de réveil, quand les effets de l'anesthésie se dissipent. Une infirmière vient lui dire, au moment où il est capable de lire sur les lèvres sans replonger dans de courts sommeils.

-« Tout s'est bien déroulé, toutes les électrodes fonctionnent, on va vous ramener dans votre chambre. »

Il acquiesce avant de grimacer à cause de la douleur, couché sur le côté, on pousse doucement le lit jusqu'à sa chambre.

µµµ

Au soir, il se sent déjà moins nauséeux, il a su boire un peu et mangé un yaourt. La porte s'ouvre sur Gary en fin d'après-midi. Le jeune homme lui demande par gestes si ça été.

Yuy, la tête déjà bandée, lui répond de la même façon. En deux ans, il a acquis toutes les subtilités du langage des sourds-muets.

Une conversation silencieuse commence, ni le jeune homme, ni sa compagne n'ont pu être appareillés. Yolande, ses parents n'en avaient pas les moyens. Gary ne rentrait pas dans les critères de succès.

Gary reste avec lui jusqu'à l'heure du souper et lui signale qu'il repassera demain après les courses.

Dans la soirée, il reçoit un Sms de Duo pour lui demander si tout s'est bien passé également.

Oui, sans problème

Tu veux que je passe ?

Non, reste avec Wufei, c'est son week-end. Gary est déjà passé, il revient demain.

C'est une des raisons pour lesquelles il a demandé à son ami de passer tous les jours. Il se sent mal dans sa peau vis-à-vis du chinois de vivre avec Duo, de prendre plus d'importance dans la vie du natté que lui. Il ne va pas lui voler son week-end en plus.

Maxwell a déjà dû utiliser une partie de la soirée de vendredi pour finir de vider son appartement et le remettre en état, il ne va pas abuser. Après quand ils cohabiteront, il devra trouver des solutions à son problème sentimental, mais là il doit d'abord passer par cette hospitalisation.

Dans ses bagages, Heero a prévu des livres sur les plantes afin de continuer ses recherches. Il a plusieurs plantes dont il n'a pas le nom et d'autres dont il ne sait rien à part le nom. Puisqu'il est obligé de rester cinq jours autant les mettre à profit pour son herbier et peut-être chercher où poussent des plantes qu'il n'a pas encore pour ses prochaines promenades.

Un des avantages à ce que tout le monde sache qu'il est sourd, c'est qu'il est moins tendu que lors de sa dernière hospitalisation.

µµµ

Dans le courant de l'après-midi du samedi, Gary vient avec son fils et sa femme. Le couple a une orchidée dans un vase qui monte jusqu'à la hauteur de la fleur qu'elle soit bien protégée.

-« C'est magnifique. » Dit en gestuelle Yuy. « Merci. »

-« Parle en même temps. Le pédiatre dit que c'est bon qu'il entende des sons, des paroles. » Explique en gestuelle Gary.

-« C'est une charmante attention. Je n'ai pas de plantes. » Sourit le brun avant de parler dans les deux langues.

Le bambin de deux mois tourne son visage vers le métis.

-« J'espère que ça ne gênera pas Duo, sinon on te gardera ton orchidée jusqu'à ce que tu retrouves un appartement. » Propose Gary.

-« Ca ne le gênera pas, je mets plus de désordre dans son appartement avec mes affaires qu'avec cette plante. » Rétorque Heero.

-« On pensait avec Yolande que si tu veux, tu peux venir certains week-ends chez nous, tu parleras à Bruno et tu pourras jouer au baby-sitter. » Plaisante le jeune homme.

-« Tu passes la semaine chez Duo et le week-end chez nous. » Expose Yolande.

-« De temps en temps pourquoi pas, je ne veux pas vous envahir. Mais ça fait plaisir. »

Le temps continue à passer. Vers 16h30, la porte s'ouvre, Wufei entre dans la chambre de l'hôpital, Heero explique justement au couple ce qu'il peut faire pour familiariser Bruno au bruit : comme laisser une radio allumée quand il est éveillé.

Chang reste subjugué par les gestes habiles du brun. Le voyant s'arrêter, Gary se retourne, il fait signe bonjour au nouvel arrivant, puis se lève et reprend son fils que le métis a sur les genoux face à lui.

-« A demain. » Dit Heero des deux façons.

Yolande vient l'embrasser sur la joue, fait un signe de la tête au chinois et suit son compagnon.

Chang les suit du regard, un peu surpris par leur présence. Il tourne son visage vers Heero quand celui-ci lui demande le motif de sa visite.

-« Je voulais te parler, Duo voulait te voir. On s'est donné rendez-vous ici à 17h30. » Précise Wufei en s'asseyant sur la chaise à côté du lit.

-« Gary vient de me proposer de venir chez lui les week-ends, tu pourras continuer à venir. » Commence Yuy.

-« Tu pourras toujours le dire à Duo, on verra bien sa réaction. Je ne crois pas qu'il sera partant. Tu lui as parlé ? »

-« Non, quand on glisse vers le sujet privé, il fuit. » Avoue le brun.

-« Ca finira par arriver quand tu auras un geste qu'il ne faut pas. S'il tient à continuer, il donnera des explications. C'était pour l'éviter et vous empêcher de vivre ce que nous avons vécu. »

-« Je ne serai pas son amant. » Certifie Yuy.

-« Je suis certain que si, ça arrivera. »

-« Tu veux t'en débarrasser ? Il te suffit de ne plus venir. » Lâche le brun, le regard noir sur le chinois.

-« Non, si ça ne tenait qu'à moi, je serais à Sank mais je te l'ai dit, je ne suis pas celui qu'il lui faut. » Ajoute Wufei, les yeux brillants de larmes contenues.

-« Et tu crois que c'est moi ? » S'étonne le métis.

-« En tout cas pour toi, il fait des choses qu'il ne fait pour personne d'autre. » Accuse presque Chang.

-« Je ne veux pas qu'il change. »

-« Alors pourquoi n'acceptes-tu pas qu'il puisse avoir besoin de satisfaire d'autres que toi ? En agissant ainsi, tu veux le faire changer. » Reproche Wufei.

-« J'ai vraiment l'impression que tu veux me le jeter dans les bras. » Peste Yuy.

-« En tout cas si ce n'est pas toi, tu es un des rares à pouvoir lui permettre de progresser suffisamment pour qu'il trouve son équilibre. » Certifie le chinois.

-« Tu en parles comme d'un handicapé. Il est plus fort que tout ce que tu me décris. » Gronde le brun en colère par ces propos qui dévalorisent Duo.

-« Pour masquer ses blessures, c'est sûr qu'il est très fort. » Ricane Chang.

-« Si tu as si peu de considération pour lui, pourquoi débarques-tu tous les week-ends ? »

Heero a de plus en plus de mal à se contenir.

-« Parce qu'il réclame ma présence inconsciemment. »

-« Je ne vous comprends pas. » Lâche Yuy en regardant sa montre pour savoir combien de temps il devra supporter Wufei.

Le regard du Chinois parcourt la pièce et tombe sur les livres sur la table de chevet.

-« Tu t'intéresses aux plantes ? » S'étonne Chang en voyant que tous les titres s'y rapportent, après s'être levé pour les prendre en main.

-« Ca fait deux ans que je fais un herbier. Je me documente. » Explique Yuy de suite moins sur la défensive.

-« Je suis un des seuls de mon immeuble à avoir des jardinières à mes fenêtres. Mes jardins de L5 me manquent. J'aime aussi lire dans les parcs à Pékin. »

-« Les jardins artificiels des colonies ne sentent pas aussi bon que sur Terre. »

-« C'est vrai, pourtant ils sont aussi importants à cause de la photosynthèse. »

En restant sur un sujet plus banal, le temps passe plus vite. Heero en vient à apprécier la compagnie de Wufei.

A 17h30 tapantes, la porte s'ouvre sur le natté, il vient d'asseoir directement sur le lit à côté de la chaise du chinois et il lui tend une azalée bleue en disant.

-« Alors, tu ne t'ennuies pas trop ? »

-« Non, j'ai déjà eu la visite de Gary, sa femme et mon filleul. » Répond Heero. « Elle est très belle ton azalée, mais la prochaine fois qu'elle refleurira elle sera blanche. »

-« C'est ce que m'a dit le vendeur en bas, qu'elle était obtenue en la faisant pousser dans un colorant bleu. Mais je vois qu'on t'a déjà fleuri. » Dit Duo.

-« Oui, Gary. » Admet Yuy en déposant l'azalée près de l'orchidée.

-« Tu savais que Heero connaissait le langage des signes ? » Demande Wufei comme s'il voulait récupérer l'attention de son copain.

-« Non, je le rajouterai à son dossier, merci. » Approuve le châtain.

-« Tu ne l'as pas déjà rentré ? » S'étonne le brun.

-« Non, je me suis dit que ce serait mieux que tu viennes te présenter à un examen de réembauche avec un dossier en béton. Surtout que tu veux attendre d'entendre avant de le faire, ce que je trouve débile, mais tu fais ce que tu veux. » Expose le natté en lâchant des soupirs de temps à autre.

-« Et si je dois prendre des jours de congé pour faire brancher mon appareil auditif ? S'il y a des réglages à faire par après ? Si l'opération a raté ? Autant être au top avant d'essayer de se vendre. » Certifie le métis.

-« Même dans ton état, tu es plus performant que Bruce. N'empêche qu'il est bien formé lui. Instructeur en étant sourd, tu es meilleur. » Rassure Maxwell.

-« Je préfère laisser à Lady Une le temps de réfléchir à ce que je lui ai dit. Si elle vient me rechercher, c'est encore mieux. » Rétorque Heero.

-« Le seul moyen pour qu'elle vienne te rechercher, c'est de se rendre compte que tu intéresses une autre section. » Lâche Wufei.

-« Tu pourrais ? » Interroge le natté un petit sourire espiègle au coin des lèvres.

-« Si je fais la demande et qu'elle ne me met pas des bâtons dans les roues, il faut que je sois sûr qu'Heero vienne à Pékin. » Précise Chang en regardant son amant puis il regarde le métis pour savoir s'il est partant pour cette solution là.

-« Pourquoi pas, je tiens à travailler, peu importe où. » Répond Heero en haussant les épaules.

C'est peut-être aussi un moyen pour mettre de la distance entre lui et le natté.

-« Tu veux attendre le mois aussi ? » Questionne le chinois.

-« Je ne vais pas revenir pour la suite de mon opération ! » S'indigne Yuy.

-« Comme tu veux, pourtant Gary t'aurait hébergé puisqu'il te l'a déjà proposé pour les week-ends. » Précise Wufei en regardant le brun.

Le châtain tourne son visage vers Chang, puis revient vers Heero, il y a une sorte de colère inscrite dans ses pupilles.

Yuy se demande à quel jeu joue le chinois, on dirait qu'il met la pression sur son amant pour le faire réfléchir.

-« C'est quoi cette histoire ? » Interroge pour finir Duo.

-« Gary m'a proposé cette solution pour permettre à Wufei de continuer à venir le week-end. » Répond Yuy un rien sur la défensive.

-« Et comment peut-il avoir eu l'idée de cet arrangement ? » Questionne Maxwell les bras croisés sur son torse.

-« Duo, c'est mon ami, il a bien vu dans mon comportement que quelque chose me tracassait. Le langage du corps ne peut mentir, c'est son baromètre à lui. » Explique posément le brun.

-« Je t'ai dit que je ferai le chemin si j'ai envie de voir Wufei. » Rappelle le natté le regard noir sur le métis.

-« Et si Wufei a envie, je demande à Gary et il m'héberge. » Ajoute Heero.

-« S'il a besoin, j'aurai pu y aller aussi. » Admet en haussant les épaules le châtain.

-« Pour faire courir le bruit que je vais te demander de venir travailler à la section de Pékin, j'attends combien de temps ? » Interroge Wufei qui veut changer de sujet de discussion.

-« Laisse-moi le mois. » Sourit Yuy de l'aide à peine masquée.

-« D'accord. » Approuve Chang.

-« Lundi, tu peux demander à Sally de sonner ici, qu'on me laisse sortir ? Je n'ai pas besoin de cinq jours d'hospitalisation. » Demande le brun.

-« Je lui dirai, on verra si elle peut faire quelque chose. » Répond Chang avant de se lever. « On y va Duo, tu as promis qu'on irait au restaurant ' Le galion' » Rappelle-t-il

-« Oui, je sais c'est pour ça que je suis bien fringué » Soupire Maxwell.

A Suivre… 

Chap 20 - Chap 22

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez