banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Policier/ Tranche de vie.

Lectrice 01 : Arlia Eien.

Acteurs : Heero, Duo, Hilde, Lady Une, Wufei.


Chapitre 22


Heero doit attendre le mercredi pour pouvoir sortir. Sally n'ayant pas eu gain de cause. Il récupère son véhicule dans le parking de l'hôpital et rentre à l'appartement du natté.

Quand il ouvre la porte de l'immeuble, il soupire. Il ne peut plus reculer. C'est maintenant que la cohabitation risque de devenir pénible. Il prend l'ascenseur et va vers l'appartement du châtain. Il sort ses clefs pour ouvrir la porte, il se rend à la fenêtre pour installer ses deux plantes sur le rebord, puis il se dirige vers la salle de bain pour déposer son linge sale dans le panier près de la machine à laver.

Il en profite pour se regarder dans la glace, il ne l'a pas encore fait depuis son opération. Sa tête disparaît sous une large bande qui passe sur les oreilles et va autour du menton. C'est un bandage propre qui a été remis après la visite du chirurgien qui lui a signé les papiers de sortie après avoir vérifié si la cicatrice ne suintait pas, si la peau ne faisait pas une réaction à l'implant.

Dans cinq jours, il devra repasser par la clinique pour une vérification et faire ôter les points de suture. Il est tenté d'enlever la bande pour voir l'importance de sa cicatrice, mais à quoi bon, plus tard elle sera cachée par ses cheveux.

Après avoir disposé ses affaires de toilettes dans la salle de bain, Heero se rend dans la cuisine pour se servir un verre d'eau. En sortant de la pièce, son regard est accroché par un boîtier à côté de la porte. Il s'avance et constate que c'est celui qu'il avait dans son appartement. Pris d'un doute, il ouvre la porte et appuie sur la sonnette, il voit les lumières se mettre à clignoter, il ne peut s'empêcher de sourire devant l'attention de son ami.

Il coupe le système se rend dans le salon à la recherche de son système de réveil branché sur un programmateur, mais il n'est pas installé, il faudra qu'il le fasse en le prenant dans la caisse, comme installer son lit sur le divan ou du moins trouver un endroit pour ranger ses draps et couverture que ça ne fasse pas trop de désordre en journée dans l'appartement de son ami.

Heero regarde sa montre et décide de préparer le souper, il peut au moins rendre ce service au natté.

µµµ

Vers 19 heures, comme le châtain n'est pas encore rentré, Heero dispose les deux saucisses qu'il a cuites sur le lit de purée qu'il vient de finir de préparer et il glisse le plat dans le four préchauffé.

Yuy a dressé la table depuis 18 heures, il a cuit son repas le plus lentement qu'il pouvait, mais là il est fin prêt, il n'a plus vu que cette solution pour que ça ne carbonise pas. Quand le métis se retourne, il sursaute, il ne s'attendait pas à trouver Duo debout à l'entrée de la cuisine.

-« Il y a longtemps que tu es là ? » Se fâche Yuy.

-« Deux, trois minutes mais je ne savais pas comment te prévenir sans te faire sursauter. » Avoue Duo.

-« Merci pour les aménagements, ce n'était pas nécessaire. »

-« Tu ne vas pas rester un mois sans tes alertes ! » S'indigne Maxwell en se rendant au frigo pour se servir un verre de jus de fruits.

-« J'espère que tu n'as pas mangé. » S'inquiète tout à coup Heero, ce serait bête.

-« Non, Ro' ! De toute façon si je ne rentre pas, je te préviens à l'avance. Sinon je repousserai au lendemain. » Expose le natté en s'appuyant à l'évier pour boire.

-« Tu agissais comme ça avant mon installation ? » Questionne Yuy en sortant le plat du four.

-« Non, parfois c'était sur un coup de tête, mais quand on vit en communauté il faut prévenir l'autre, sinon ça provoque des tensions dans le groupe pour rien. » Explique posément le châtain.

-« On n'est que deux ! » S'exclame le métis en posant le plat sur la table.

Duo vient directement s'installer pour pouvoir manger.

-« Deux ou quinze, c'est la même chose. Tu n'as pas souvent dû vivre en communauté. » Réalise Maxwell.

-« En tout cas, pas dans le genre 'individus qui se regroupent à certaines heures'. J'avais des règles à respecter, mais c'était à moi à me plier aux exigences des autres. » Répond Heero en servant le natté.

Ils commencent à manger en silence, ce que le brun finit par trouver gênant. Les autres fois où ils avaient mangé ensemble, ils avaient toujours discuté. Oui, mais ils parlaient travail surtout.

-« Tu en es où dans l'enquête ? » Lance le métis pour essayer de faire démarrer la discussion.

-« On a arrêté le bonhomme hier, je suis en train de monter le dossier, je recherche les parties civiles pour les prévenir qu'elles peuvent porter plainte pour essayer d'obtenir une compensation. » Répond jovialement le châtain.

-« Bruce va continuer à travailler avec toi ? » Interroge Heero, intrigué par cette vie à laquelle il ne fait plus partie.

-« Non, par contre, tu as encore le listing que je vérifie si je n'ai oublié personne ? »

-« Oui dans mon ordinateur, je te l'enverrai par mail demain. »

-« Lady Une m'a demandé si j'avais voulu travailler avec toi pour être tes oreilles et à quel moment je m'en étais rendu compte et comment. »

-« Et ? »

-« J'ai répondu la vérité. De toute façon ce qui m'a mis la puce à l'oreille c'est que tu étais attentif à ton auditeur et que tu ne faisais plus autre chose en discutant. Ce n'est pas avec les trois, quatre fois qu'elle nous a dans le bureau qu'elle aurait pu s'en rendre compte. » Lâche Maxwell en haussant les épaules.

-« C'est sûr. » Admet le brun en se levant pour débarrasser la table.

-« Tu n'es pas obligé de me faire à souper tous les soirs, tu peux sortir aussi. » Rappelle Duo en reportant le pot de compote entamé dans le frigo.

-« Ca ne me gêne pas et je m'ennuie à ne rien faire de la journée. »

-« Ok et le soir qu'est-ce que tu fais d'habitude ? » Demande le natté en faisant couler l'eau pour la vaisselle.

-« Mon herbier souvent. »

-« Ca te gêne si je regarde la TV ? » Demande Duo en lui tendant une assiette qu'il vient de laver.

-« Bien sûr que non, vis comme d'habitude, ne te gêne pas pour moi ! » S'étonne Heero de tant d'attention.

-« Avant tu regardais la TV ? » Questionne Maxwell en lui donnant une autre assiette.

-« Non, pas tellement. »

-« Ok »

Le reste de la vaisselle se fait en discussions diverses sur leurs habitudes réciproques.

µµµ

Pour ne pas laisser Maxwell seul, Heero vient avec tout son matériel, il s'installe sur le coin de la table basse en s'asseyant à même le sol. Duo se couche dans le divan, sur le côté face à la TV, son portable allumé devant lui. Quand le brun se tourne de temps en temps vers le natté, il le voit taper d'une main. Tout compte fait demain, il restera sur la table de la cuisine pour ne pas l'encombrer et le déranger.

Au bout d'une heure, Yuy a fini ses annotations et renseignements qu'il avait recherchés et trouvés quand il était hospitalisé. Il rassemble ses affaires pour les ranger.

Il serait bien allé se coucher mais Duo est étendu sur son futur lit. Finalement la cohabitation risque d'être encore plus pénible qu'il ne l'avait cru. Dès demain, il rechercherait un appartement.

Alors qu'il est debout à regarder les acteurs du film de Duo courir derrière une jeune femme, il voit Maxwell se redresser et dire.

-« Pourquoi devrais-tu rechercher un appartement ? »

-« J'ai encore pensé tout haut ? » Questionne mal à aise Yuy.

-« Oui mais tu ne m'as pas répondu. » Insiste le natté.

-« Je te gêne. »

-« Bien sûr que non, tu n'as pas fait beaucoup de bruit en t'occupant de ton herbier, j'aime bien te voir quand tu le fais, tu as les traits plus détendus. » Rassure le châtain.

-« On n'a pas les mêmes horaires, je ne vais pas te chasser du divan non plus. » Lâche penaud le brun.

-« Ro' sincèrement, je croyais qu'on partagerait le lit, j'ai installé ton système de réveil sur la lampe de chevet de droite. Je dors toujours sur le côté gauche. On a déjà partagé des lits. » S'étonne Duo.

-« Je ne peux pas. »

-« Pourquoi ? A cause des sentiments ? Tu vas me violer ? Non ? Et bien moi non plus. Va dormir, je viens à la fin du film. Tu me prendras des croissants quand tu iras courir demain matin ? » Demande en bougonnant légèrement Maxwell.

Heero soupire de se trouver piégé, il n'a pas trop d'autres solutions alors il dit après un autre soupir.

-« D'accord. »

Il se rend à la salle de bain pour passer son boxer de nuit et faire une toilette sommaire. C'est vrai qu'ils ont déjà partagé des lits mais c'était à l'époque des missions ou de la guerre. Heero avait d'autres préoccupations pour s'occuper l'esprit.

Il se couche le plus possible sur le bord droit du lit et coupe la lumière dans la chambre. Il laisse la lampe de chevet de Maxwell allumée sinon le jeune homme le réveillera quand il allumera et il mettra des heures pour se rendormir.

µµµ

Quand sa lampe de chevet s'allume à 5h30 du matin, il sent dans son dos que Duo se retourne dans le lit. Il coupe vite la lampe pour ne pas réveiller le natté, il sort du lit pour passer son jogging qu'il a mis la veille dans la salle de bain.

Il a allumé aussi le percolateur qu'il a préparé hier soir avant de se coucher, comme il le faisait chez lui. Debout devant la fenêtre, il boit son café noir. La vue est différente, il ne voit que l'intérieur du parking de la supérette et non la rue comme pour la sienne, il y a moins de choses intéressantes à regarder.

Heero prend un peu d'argent et sort de l'appartement, il passe par le parking et voit une note sous l'essuie-glace de sa voiture, il va la chercher

Vous êtes parqué à mon emplacement de parking.

Yuy sort les clefs de sa poche et s'installe au volant. C'est vrai, il aurait dû y penser, ce n'est plus son emplacement, c'est par habitude qu'il a parqué sa voiture à cette place là.

Il sort du parking souterrain et se dirige vers l'avant de l'immeuble pour y mettre sa voiture. Il n'aime pas trop la laisser là la nuit, mais il n'a pas le choix.

Quand c'est fait, il part pour une heure de course, en repassant par la boulangerie pour prendre le petit déjeuner de Duo.

µµµ

Il passe sous la douche rapidement en faisant attention de ne pas se mouiller la tête, il a refait passer du café pour eux deux avant d'y aller. Maxwell n'est toujours pas levé quand il sort en bas de jogging. Il finira de s'apprêter quand Duo sera parti, autant lui laisser les commodités, il ne sait pas quand, ni comment s'organise son ami au matin. Demain, il sera déjà moins dans le flou.

Le natté arrive à 6h50 en bâillant et en se grattant le crâne. Il se laisse tomber sur la chaise avec des gestes un peu vaseux, il se verse une tasse de café noir et en boit une gorgée avant de dire

-« Merci Ro' »

-« Wufei vient ce week-end ? » Questionne Yuy pour savoir comment il doit s'organiser.

-« Non, on a décidé qu'il viendrait une semaine sur deux et l'autre c'est moi qui irais le retrouver. »

-« Donc tu pars vendredi soir. »

-« Oui, enfin dans l'après-midi. Je peux utiliser la salle de bain ? » Demande Maxwell en se levant en prenant un croissant dans le sachet.

-« Bien sûr, honneur au travailleur. »

Au bout de vingt minutes, Duo réapparaît en tenue preventer. Il prend un deuxième croissant dans le sachet et finit sa tasse de café.

-« Ca va tu ne vas pas t'ennuyer ? » S'informe le natté.

-« Non, je trouverai bien, ça ne te gêne pas si je fais le ménage ? » Demande le brun.

On ne sait jamais qu'il n'apprécie pas qu'on touche à ses affaires, même s'il se doute que ce n'est pas le cas.

-« Non, je n'ai jamais été une fée du logis et j'ai rarement le temps. »

-« Je ferai ça et le souper. » Rétorque le métis en souriant de se savoir occupé.

-« A ce soir ! »

µµµ

Heero doit admettre que Duo est facile à vivre, il n'y a pas grand chose qui le dérange. Il a apprécié que le ménage soit fait au fil des jours et de ne pas devoir faire les repas en rentrant du travail. Depuis qu'on lui a enlevé les fils,Heero n'a plus de bandage, il l'a remplacé par un bandana pour masquer sa cicatrice.

Samedi soir, Yuy commence pourtant à s'ennuyer un peu, il n'a jamais été un inactif et là, sans travail, après avoir fait le ménage, il se trouve sans travail à l'avance, il ne va pas laver l'intérieur des armoires, il aurait l'impression de violer l'intimité de Maxwell. Qu'est-ce qu'il va faire dès la semaine prochaine ? Il devrait peut-être essayer de réintégrer quand même sa place avant de savoir si l'opération a réussi, sinon, il va devenir fou.

Il est tiré de ses réflexions par les lumières qui se mettent à clignoter. Il se lève pour se rendre à la porte, il regarde par l'œil de bœuf. Il a demandé à Duo comment il a fait pour remettre la porte de son appartement en état, le natté lui a répondu qu'il a juste changé les deux portes en les enlevant de leurs gonds avec l'aide de Wufei.

Heero ouvre la porte après avoir coupé le système d'alarme.

Hilde reste la bouche ouverte en le voyant dans l'appartement du natté.

-« Duo ne t'a pas prévenu qu'il m'hébergeait puisque je n'avais plus de logement ? » Attaque directement le métis.

-« Non, je voulais lui parler, il n'était pas à la promenade cycliste. » Répond la brune avant de le pousser pour entrer dans le hall et partir à la recherche du châtain.

-« Il est parti à Pékin chez Wufei. » Précise le brun en la suivant.

Il n'a pas envie de la laisser circuler comme ça chez Duo, alors il lui attrape le poignet.

Hilde se retourne en dévisageant le brun.

-« Tu l'as bien changé. » Ricane-t-elle.

-« Non, puisque d'habitude il va chez ses amants, Wufei était l'exception. »

-« Moi aussi. »

-« Ca date d'un moment. » Rétorque Yuy.

Il est satisfait en la voyant marquer le coup, puis il s'en veut. Pourquoi veut-il tellement faire du mal à la jeune femme ? Elle n'est pas son ennemie. Mais ça l'énerve qu'elle continue de courir après Duo alors que ce dernier essaye de s'en débarrasser.

-« Je repasse dimanche soir alors. » Précise Hilde en se dirigeant vers la porte.

-« Si ça t'amuse de te faire repousser. » Lâche sarcastique Heero.

µµµ

Quand Duo rentre dimanche en fin d'après-midi, Heero revient de sa promenade. Il a fini de se garer qu'il voit le break multicolore se mettre à sa hauteur, Duo descend la vitre du côté passager.

-« Va mettre ta voiture à mon emplacement au sous-sol. » Lâche le natté.

-« Pourquoi ? C'est ta place. » Répond Heero après avoir baissé sa vitre.

-« Elle fait trop neuve pour rester là, allez file, je vais gêner la circulation. » Insiste le châtain.

Le brun repasse la première et obéit un peu à contre cœur, mais il est heureux de la gentillesse de son ami. Il refait le tour pour l'attendre à l'entrée, Duo est justement en train de sortir son sac du coffre.

-« Hilde est passée. » Dit Yuy quand il arrive à sa hauteur.

-« Je sais, elle m'a sonné. Je lui ai dit de me lâcher la grappe. Elle pleurait au téléphone mais je ne me suis pas laissé attendrir. » Sourit Maxwell fier de lui.

-« Tu t'es bien amusé ? » Questionne le brun en ouvrant la porte de l'immeuble.

-« Oui, c'est magnifique Pékin, il faudra que tu viennes une fois, j'ai vu énormément de plantes que tu n'as pas. »

Heero sourit devant l'enthousiasme de son ami.

-« J'y habiterai peut-être si Lady Une ne me réengage pas. » Rappelle Yuy.

-« Je n'ai pas envie de travailler pour la section chinoise. » Bougonne Maxwell en ouvrant l'ascenseur.

-« Pourquoi devrais-tu y travailler ? » S'étonne le brun en poussant sur le bouton deux.

C'est vrai qu'il avait lancé l'idée à Lady Une que s'il partait, Duo le suivrait, mais il n'avait jamais été persuadé de sa véracité jusqu'à maintenant.

-« Tu crois vraiment que je vais rester tout seul ici ! » S'exclame le natté en ouvrant la porte de l'ascenseur à son arrêt.

-« Vu le nombre d'amants que tu as dans le secteur, tu n'es pas seul. » Dit-il en le suivant dans l'appartement.

Maxwell se retourne et croise ses bras sur son torse pour le dévisager

-« Ce n'était pas une blague quand je t'ai dit que j'étais venu à Sank pour te rejoindre. Tu pars, je te suis. »

-« Pourquoi ? » Questionne le métis très mal à l'aise par l'aveu.

-« Je ne sais pas, c'est comme ça. Près de toi, je me sens bien, en sécurité. »

-« Et si moi cette situation ne me convient pas ? » Interroge Heero en durcissant son regard.

Duo soupire et part vers la salle de bain, Yuy le voit jeter son sac dedans avant de revenir vers lui à grandes enjambées. Maxwell lui relève le menton et dépose ses yeux indigo dans son regard. Le brun avale péniblement sa salive, si Duo l'embrasse, il n'est pas sûr de savoir le repousser une fois l'action commencée, il se contrôle plus difficilement.

-« Il faut que tu travailles, ça ne te vaut rien l'inactivité alors dès demain, je reprends mon combat. Je ne veux pas que tu ailles travailler à Pékin. » Lui dit-il en le sondant.

-« Moi non plus. » Avoue Heero sans arriver à le quitter du regard.

-« Et qu'est-ce que tu veux ? » Demande plus tendrement le natté.

-« Des choses que tu ne peux pas me donner et que je ne veux pas te demander. » Murmure le brun.

-« Alors pourquoi ça revient sur le tapis ? » Questionne le châtain durement.

Heero enlève la main du natté et s'en va. La raison, il ne lui donnera pas. Il espérait et il était partagé entre l'envie et le futur. Avant, il aurait pris ce qu'on pouvait lui offrir sans se tracasser du lendemain, il ne savait pas s'il serait vivant le lendemain et il s'en foutait un peu de rester vivant.

Arrivé à la cuisine, Yuy sort les deux steaks qu'il a achetés samedi, les champignons qu'il a précuit au matin, il commence à préparer le repas.

Duo arrive pour mettre la table, il s'est changé, il a passé un bas de jogging et un tee-shirt.

-« J'ai mis la machine à tourner, elle était pleine. » Précise-t-il en venant s'appuyer sur le plan de travail une fois qu'il a fini sa part de travail.

-« Hn »

-« Ca me tracasse. » Dit tout d'un coup le châtain après avoir vérifier que Heero le regarde bien.

-« Qu'est-ce qui te tracasse ? »

-« Pourquoi un bandana ? Je ne t'ai jamais vu avec un couvre-chef. »

-« Parce qu'on a dû me raser pour m'opérer. » Répond le brun en commençant une sauce crème fraîche.

-« J'aurai dû y penser. » Admet le natté. « Tu as regardé si tu as une grande cicatrice quand tu as pris ta douche ? »

-« Non, elle sera cachée par la repousse de mes cheveux de toute façon. »

-« Ca sent bon ce que tu fais, c'est vrai que tu es doué en cuisine. L'appartement n'a jamais été aussi propre. »

-« Je m'ennuie alors je m'occupe. Demain je m'attaque au raccommodage, si tu en as, tu peux abuser. » Sourit le brun.

-« Je vais regarder mais j'en ai sûrement que je mets comme ça. Appelle quand c'est prêt. » Dit Duo en partant pour regarder ce qu'il peut préparer pour son ami.

µµµ

Mercredi matin, Heero n'a plus rien à faire. Il ne peut pas recommencer à laver l'appartement. Maxwell lui a dit, au matin, qu'il commence à avoir peur de bouger pour ne pas salir, qu'il a l'impression de vivre sur des miroirs.

Alors, il décide vers 9h30 de partir à pied à l'aventure, regarder les plantes. Dans un petit sac à dos, il met une boisson, des collations et il s'en va droit devant lui sans vrai but.

Il pense à sa vie, à ce qu'il doit faire, qu'il devrait mettre plus de conviction aussi à essayer de récupérer sa place, même s'il a l'impression que c'est plutôt l'envie de Duo que la sienne. Mais ce qu'il sait c'est qu'il ne peut pas continuer comme ça, il a passé deux heures chez Gary hier, il ne peut plus vivoter de la sorte.

Vers 13 heures, Heero regarde où ses pas l'ont mené et il se trouve au-dessus du QG. A travers champs, il a rejoint son lieu de travail, autant y aller, voir si Lady Une pourrait le recevoir. S'il est là, c'est que son esprit a envie d'action aussi.

Il descend le talus et vérifie un peu sa tenue avant de pousser la porte et se diriger vers le tableau des présences au-dessus de la pointeuse. Il le savait mais ça lui fait un choc de voir son nom effacé. De la main, il parcourt les cartes une à une pour savoir si sa carte de pointage existe toujours.

Il a beau recommencer une fois, puis deux fois toutes les cartes, elle n'est plus là. Il n'existe plus, il a l'impression d'être à nouveau dans le néant, plus de métier auquel s'accrocher, plus de but dans la vie. Il n'est qu'un point insignifiant dans l'univers.

Il est ramené à la réalité quand il voit les lumières d'alarmes rouges se mettre en action. Il se retourne en position d'attaque, prêt à donner un coup de main même s'il n'est plus Preventer. Et il écarquille les yeux en voyant un jeune le braquer nerveusement de son arme et lui crier.

-« Dernière sommation, allongez-vous sur le sol, les mains sur la tête. »

Heero préfère ne pas tenter le sort, il ne connaît pas cette recrue, il doit déjà l'avoir appelé plusieurs fois pour être aussi rouge et dans cet état de nervosité. Yuy se couche sur le sol, le visage contre le carrelage se trouvant ainsi une nouvelle fois sans rien comprendre de ce qui l'entoure. Il dit d'une voix forte.

-« J'étais venu voir le Lieutenant Maxwell. »

Heero sent une jambe se mettre entre ses omoplates, puis des menottes être passées autour de ses poignets, il se laisse faire et n'oppose aucune résistance, il espère juste que quelqu'un est parti chercher Duo pour que cette mascarade s'arrête.

Toujours le visage contre le sol, il se sent tiré en arrière, il tourne son visage vers le jeune pour essayer de comprendre ce qu'il veut et voit.

-« Nom ! »

-« Heero Yuy. » Dit-il précipitamment.

-« Votre nom sans plaisanterie. » Gronde le jeune homme.

-« Allez chercher le Lieutenant Maxwell, il confirmera que je suis l'ex-capitaine Heero Yuy. »

Tout en disant ça, il regarde si dans les personnes présentes et venues en renfort qui ont l'air toutes aussi menaçantes, il n'y aurait pas quelqu'un de sa section du deuxième étage, mais il n'y a personne.

Avec sa garde rapprochée, le Général Une arrive à l'entrée du couloir.

-« Détachez-le. » Ordonne-t-elle.

-« Il ne répondait pas aux injonctions, mon général. » Se justifie la jeune recrue en enlevant les menottes.

-« Il est sourd depuis un attentat, il ne pouvait pas vous entendre. Yuy, dans mon bureau. » Lâche Lady Une en repartant déjà.

A Suivre…

Chap 21 - Chap 23

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez