banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Ça a dû te coûter cher ?

Publicité pour des montes escaliers

Raymond est installé dans le parc devant son échiquier, il place toutes les pièces une à une en soupirant. C’est aujourd’hui que son ami, Fernand, doit se faire placer en maison de repos. Fini les longues parties d’échecs, fini les discussions endiablées, le voilà bien seul. Oh, il ne veut pas remplacer son vieil ami, juste trouver quelqu’un pour l’aider à combler le vide que Fernand va laisser dans sa vie de pensionné. Il faut qu’il fasse un jeu séduisant pour inciter quelqu’un à s’arrêter.

Une ombre se fait, Raymond redresse la tête, il s’apprête à sourire au nouveau venu, prendre son courage à deux mains pour aborder un étranger. Devant lui se trouve Fernand qui est tout sourire.

« Toi !

— Tu me vois, moi en maison de repos ?

— Et tes problèmes d’escaliers ? »

Fernand lui fait signe de le suivre, Raymond range rapidement le jeu et suit son ami jusqu’à son immeuble qui se situe juste en dehors du parc.

Fernand introduit la clef dans la serrure et lui montre ce qu’on vient d’installer, un tout nouveau monte-escalier électrique.

« En trois heures s’était installé et sans rien abîmé. »

Raymond, tel un gosse devant un nouveau jouet s’assied sur l’appareil et commence à monter après avoir regardé un peu les boutons sur le siège, son ami habite au premier étage. Tout à coup, il lance.

« Ça a dû te coûter cher !

— Pas du tout, je l’ai acheté à crédit ! »

Raymond arrête l’appareil, pousse sur le flèche descendre. Fernand le regarde faire sans comprendre son comportement. Il espérait bien qu’il redescend pour faire une partie d’échecs avec lui dans le parc, mais pas si vite, seulement après être monté à son étage et être redescendu.

Devant le regard noir que lui expédie Raymond, Fernand se sent dans ses petits souliers.

« Depuis quand la réponse à une demande de prix, c’est je l’ai acheté à crédit. Et puis, si tu es obligé de faire un crédit, c’est que c’est cher. Tu ne dois pas faire un crédit pour acheter un kilo de pommes. Tu fais un crédit pour une voiture, pour une maison, certains cons le font pour des vacances. Ce n’est pas parce que tu vas rembourser une petite somme tous les mois que ce n’est pas un prix exorbitant en fin de compte. Tu ne connais pas l’expression : emprunter de l’argent coût de l’argent. Ceci est une très belle invention, qui va te permettre de rester chez toi et j’en suis heureux mais j’espère que tu ne t’es pas mis le couteau sous la gorge pour ça. 

— C’est ce que j’ai voulu te répondre. Le remboursement du crédit est minime et sur une courte période, ça va aller. 

— Tant mieux ! Allons faire cette partie d’échecs tant qu’il fait encore beau dehors. »

L’un à côté de l’autre, les deux hommes repartent vers le parc, heureux de pouvoir partager encore un bon moment et du temps à eux deux.

À Suivre...

Chap 6 - Chap 8

Si ça vous a plu, il y a

Commentaires