banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 11


On doit être mi-septembre quand Duo se rend compte qu'il n'a pas touché la pension alimentaire du mois d'août et de septembre. Il n'épluche pas toujours ses extraits de compte quand il va les chercher à la banque, seulement il sait comment il vit. Il n'est jamais tombé à court d'argent parce qu'il ne vit pas au-dessus de ses revenus et n'achète en général que le nécessaire. Quand il a un extra à faire, il commence par regarder ses comptes pour voir s'il peut se le permettre.

En août, ils avaient vécu sur les réserves et la production du potager quand ils avaient été là. À la mer, ils n'avaient pas fait des dépenses extravagantes préférant se promener et parfois pêcher le repas. Timothy n'ayant pas besoin de nouvelles affaires scolaires, il n'y a pas eu de dépense autre que vestimentaire, mais faite au moment des soldes.

Mais en septembre, Duo commence à recevoir des rappels pour des ordres permanents non payés. Alors oui, le premier week-end où Timothy va chez Heero, il prend ses extraits et commence à vérifier d'où vient le problème. L'argent de la croisière ne peut pas être en cause, il avait pris le montant sur son compte épargne et fait le transfert.

En regardant ses rentrées, il constate qu'Heero n'a pas payé. Un trou de cinq cents crédits fait mal dans le budget serré de Maxwell.

Il se demande quelle attitude, il doit adopter. Lui sonner ? Lui envoyer un courrier ? Prendre directement contact avec son avocat ?

Ne voulant pas envenimer les choses, Duo prend une feuille de papier et commence à écrire sa lettre. Autant avoir une preuve des échanges qu'ils ont eus. Les paroles s'envolent, les écrits restent.

« Heero,

Je suis certain que ce n'est qu'un oubli de ta part. Seulement, je constate que tu ne m'as pas versé la pension alimentaire pour Timothy pour le mois d'août et de septembre.

Peux-tu rapidement régler ce problème ?

Merci

Duo. »

L'histoire de son écriture 'pattes de mouche' lui traverse l'esprit quand il relit le courrier. Doit-il la taper à l'ordinateur ? Puis il décide que non. Il fait tout de même une copie qu'il met avec sa convention de divorce. L'original, il la glisse dans une enveloppe qu'il dépose sur le meuble à chaussures de l'entrée.

Il reprend toutes factures et regarde lesquelles n'ont pas été payées. Comme il a mis des ordres permanents sur tout ce qui est récurrent, il ne s'occupait pas en général de faire ses virements mensuellement. Une habitude qui venait de lui jouer un mauvais tour. Après un gros soupire, il commence à écrire de manière à expliquer le problème et demander de pouvoir échelonner pour récupérer les mois de retard. Encore une chance, Heero avait payé la moitié de la maison, il n'avait déjà pas à se tracasser de perdre l'héritage de son enfant. Il n'avait pas reçu de rappel de la banque qui leur avait accordé le prêt.

Ils n'iront plus à la piscine, au restaurant et il ferait encore plus attention avec les courses tant que Heero ne payera pas, il ne tenait pas à s'endetter. Ils allaient devoir apprendre à vivre autrement c'est tout.

Les factures les plus urgentes, il les paye avec l'argent sur son compte intérêt, il ne peut pas faire plus. Le coup que lui avait joué Heero en juillet lui avait déjà grandement mangé son bas de laine.

Il aurait aimé passer son samedi à autre chose de plus joyeux, seulement ses rares sorties, il allait pouvoir les oublier également. Il n'achèterait plus du tout préparé quand il rentre tard. Il avait connu pire dans son enfance et il ne voulait absolument pas que Timothy connaisse la privation extrême. Et pour cela il en voulait à Heero, car pour lui si eux y avaient survécu, il ne voyait pas pourquoi leur enfant ne pouvait pas le vivre.

µµµ

Heero emmène son fils dans un parc animalier, ils aiment tous les trois les bêtes et se dépenser physiquement. Le parc est grand, ils peuvent marcher d'un bon pas.

Pendant que Timothy regarde les animaux. Heero ne peut que penser qu'il avait raison, Duo n'a pas besoin de son argent pour élever leur enfant sinon il se serait rendu compte directement qu'il y avait un trou dans son budget.

Une autre constatation vient étayer sa thèse, c'est que Duo est toujours parti en vacances depuis la séparation et cette année, il y est allé deux fois. Même lui avait le salaire de Trowa ne peut se permettre cette folie.

Non, il ne regrette pas d'avoir arrêté de payer la pension alimentaire. Il va même pouvoir inscrire Timothy au club des trois fusils dont il fait partie depuis début septembre. À faire des choses qui l'intéressent, il aura aussi plus envie d'avoir son enfant près de lui.

Ce n'est pas qu'il n'aime pas Timothy, mais il aurait voulu pouvoir venir le chercher quand il en avait envie et non à date régulière. Il avait été voir un spectacle de lanceur de couteaux mardi soir, il aurait aimé y aller avec Timothy. Bien sûr, ça, il ne pouvait pas, pourtant c'était aussi son enfant. Il était tellement certain d'avoir un refus qu'il n'avait pas fait la demande.

Il était temps qu'il reprenne un peu en main l'éducation de son fils. S'il laisse faire Duo, il va en faire une chiffe molle à force de craindre pour son asthme. Justement, la maîtrise qu'il allait acquérir pour tirer lui serait utile dans la vie de tous les jours. Il arrêterait d'oublier de respirer dès qu'il avait un souci.

Au club des trois fusils, il y avait moyen d'apprendre à tirer à l'arc, à la carabine et au pistolet. Tous les cours commençaient par une séance de yoga et de tai-chi. Les entraînements débutaient à dix heures pour finir à treize heures.

Timothy avait toujours l'air d'apprécier les sorties qu'il organisait, ça le rendait extrêmement fier de connaître aussi bien son fils.

En ramenant l'enfant à Duo à dix-huit heures quart, Heero est surpris que son ex-mari apparaisse pour lui tendre une lettre. D'autant plus que le gamin avait ouvert la porte avec sa clef comme d'habitude. Tim lui fait un dernier geste de la main avant de fermer la porte.

Est-ce que ce serait une demande de remise en ménage ? Le fait de l'ignorer aurait donné plus de résultats que toutes les attentions qu'il a eues avant.

Il ne peut s'empêcher de sourire en l'ouvrant. Duo avait enfin réalisé qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Il laisserait Trowa dans son appartement de fonction et reviendrait vivre à la maison. Et quand Duo lui ferait une scène, il aurait un endroit pour se réfugier.

Seulement, il déchante rapidement, c'est seulement à cause de la pension alimentaire. Pourquoi une lettre ? Il ne pouvait pas le faire entrer pour en discuter entre adultes raisonnables ?

µµµ

-« Tu t'es bien amusé ? » Demande Duo en serrant son fils dans ses bras.

-« Samedi, on est allé au parc animalier, on a été au fast food parce que papa n'avait pas envie de cuisiner. Dimanche, il s'est levé tôt, il nous a inscrits dans un club de tir. J'aime moins, ça fait beaucoup de bruit. Le tir à l'arc c'est amusant et puis il y a des cours de yoga avant avec une drôle de danse », raconte Tim en suivant son père dans la cuisine.

-« Dis-lui. »

-« Il avait l'air si heureux et puis c'est quelque chose qu'on fait à deux », avoue penaud Timothy.

-« Tant mieux si tu y vois un avantage. »

D'un autre côté, cela énerve un peu Duo, son fils reproduit déjà ce qu'il a fait. Accepter des choses qui ne lui correspondent pas pour ne pas fâcher son père. Combien de restaurants n'a-t-il pas faits alors qu'il aurait préféré être à la maison ? Il n'avait jamais aimé la montagne pourtant toutes leurs vacances s'y étaient passées.

Mais pouvait-il vraiment reprocher à son enfant de vouloir passer du temps avec son père alors qu'il s'occupait si peu de lui. Timothy ne lui avait pas encore dit que son papa était venu le voir à l'école et il était persuadé qu'il en souffrait en silence.

µµµ

Lundi, il est à peu près onze heures quand une jeune recrue vient frapper à la porte de son bureau.

-« Lieutenant Maxwell ? »

-« C'est moi », dit-il en se tournant vers elle.

-« J'ai un document à vous transmettre. »

Duo tend la main et le prend. C'est une enveloppe avec l'en-tête des Preventers. Il plisse le front, c'est rare que le courrier interne soit sous enveloppe.

Maxwell l'ouvre et déplie le papier à l'en-tête Preventer puis il y voit le grade d'Heero. Un léger soupir s'échappe de ses lèvres.

« Non, ce n'est pas un oubli.

La pension alimentaire doit servir pour Timothy Yuy-Maxwell et non a alimenter ton fonds personnel.

Si tu me fais parvenir les factures, tickets de caisse prouvant ce que tu achètes pour NOTRE fils et non pour ton bien-être propre. Je suis tout disposé à te rembourser la moitié des montants des achats et frais.

Bien à toi

Heero »

Duo reste sans voix devant le contenu du courrier, il le relit en espérant avoir mal lu, mais non aucun mot ne change.

-« Ça ne va pas ? » Demande son collègue. « C'est une mauvaise nouvelle ? Ne me dis pas qu'ils peuvent nous renvoyer en mission d'ici. »

-« Non, Sergio, c'est d'ordre privé », avoue Maxwell.

-« On n'aurait pas dit vu les en-têtes. »

-« Et si tu ne demandes pas, on ne te renverra pas sur le terrain, surtout si tu y vas dans de mauvaises dispositions. Tu serais un danger pour tes binômes », rassure Maxwell.

Il plie la lettre pour la mettre dans son poche, il ne voulait pas en arriver là, mais il allait devoir appeler son avocat et essayer de régler le problème par une tierce personne. Cela ne l'enchante vraiment pas, il ne voulait pas que Timothy en pâtisse.

Pendant la pause de midi, l'esprit de Duo relit indéfiniment cette lettre. Comment peut-il penser qu'il s'enrichit avec la pension alimentaire ? Ce qu'il arrive à économiser en se privant, en achetant en seconde main ou en vente rapide, il le met sur son compte intérêt, c'est vrai, mais c'est pour les études de Timothy. Il veut qu'il réussisse dans la vie. Il veut pouvoir dire fièrement mon fils est avocat, docteur, ingénieur, ou autre chose. Bien sûr ce sera à lui de choisir les études qu'il veut réaliser, mais c'est certain qu'il le poussera dans cette voie. Il regrette trop de ne pas avoir eu beaucoup d'options de réinsertion dans la vie.

Pris dans ses réflexions, il ne réalise même pas que Quatre vient de s'asseoir en face de lui.

-« Toi, tu as un problème. Je l'ai senti dès que je suis entré au Mess. »

Duo sursaute avant d'écarquiller les yeux.

-« Tu es là depuis quand ? »

-« Moins de cinq minutes, sourit Winner. Alors, qu'est-ce qui te tracasse ? »

Maxwell sort la lettre de sa poche et la tend à son ami qui la lit lentement avant de dire.

-« Pourquoi ne veut-il pas payer ? Tu ne lui as pas présenté Timothy ? » s'informe Quatre.

-« Bien sûr que non, tu as bien lu. Il estime qu'il n'a pas à alimenter mon plan financier personnel », rétorque Maxwell en soupirant.

-« En quoi, il alimente ton budget personnel, il ne te donner pas d'argent pour toi ! »

-« Non, mais il estime que la pension alimentaire m'enrichit ! » Lâche Duo.

Wufei passant derrière eux pour déposer son plateau vide laisse tomber.

-« Je n'ai jamais entendu une énormité pareille. »

Faisant retourner les deux jeunes gens.

-« Mais tu t'en sors financièrement ? Si tu as besoin d'aide, tu demandes », propose Winner en mettant la main sur l'avant-bras de son ami.

-« Il y a des aides d'État, des avances sur pension alimentaire, même si ça m'ennuie de faire toutes ses démarches. Je crains la réaction d'Heero vis-à-vis de Timothy et j'ai encore un peu d'argent pour voir venir. »

-« Tu crois qu'il pourrait le battre ? » S'étonne Quatre.

-« Non, ça pas. Mais l'ignorer, ne plus le prendre. Et cela lui ferait très mal de se faire rejeter. »

-« Allez courage. » Lâche Winner en se levant.

De toute façon, il n'avait pas le choix, il allait devoir contacter son avocat. Heero lui avait simplifié la tâche avec son courrier, les choses ne devraient pas traîner.

Pas évident de ne pas penser à tout ça pendant qu'il travaille. S'il n'avait pas besoin de cet argent, il ferait sans. Seulement il en a besoin pour permettre à son fils de vivre comme tous les enfants, d'avoir des loisirs en dehors de l'école, payer la garderie. Il est déjà assez un paria en ayant deux papas.

Une fois Timothy au lit, Duo photocopie sa lettre et la réponse d'Heero. Il rédige une lettre pour son avocat avec une copie de ses revenus pour essayer de passer sur le pro deo, parce que sinon cela va encore lui coûter des frais supplémentaires.

Dès qu'il a réalisé tout cela, il peut passer une bonne soirée. Il devra téléphoner à son avocat du travail. Il le fera à une pause-café.

Le sommeil le fuit. Il n'arrête pas de revoir la lettre d'Heero et cela l'ennuie au plus haut point. À croire qu'Heero fait tout pour l'empêcher de ne pas penser à lui.

Il s'en veut directement après de penser de la sorte. Heero avec sa peur de mal faire, de ne pas être aimé peut déplacer des montagnes. Mais il n'a jamais été un manipulateur, du moins il ne veut pas le voir comme ça, sinon il perdra l'amour qu'il a encore pour lui, l'estime qu'il lui porte. C'est lui qui n'avait pas ce qu'il fallait pour rendre Heero heureux, lui qui avait d'autres aspirations dans la vie.

Il avait espéré pouvoir le rendre heureux, qu'ils se rendraient heureux mutuellement. Mais c'était impossible l'un devrait toujours faire des sacrifices pour le bonheur de l'autre.

Et il avait toujours eu l'impression de faire plus d'efforts. Il lui avait simplement rendu sa liberté.

µµµ

C'est les yeux remplis de fatigue que Duo se lève. Il n'a pas envie d'affronter cette journée qui risque de changer sa vie, mettre encore plus de tension entre Heero et lui.

Durant sa pause, il en profite pour sonner à son avocat.

-« C'est très bien comme documents, vous pouvez me les envoyer avec une composition familiale. Je vais voir si je peux vous obtenir le pro deo. Je vous transmets également le numéro de téléphone du service chargé de l'avance de pension alimentaire. »

Duo se dit qu'il ira chercher la composition familiale durant sa pause d'après-midi, c'est dans le bâtiment juste à côté du sien. Le plus important à ses yeux, c'est de savoir ce qu'il doit faire pour obtenir cette avance.

Avant que son collègue ne revienne, il compose le numéro du service. Il obtient vite un interlocuteur.

-« Bonjour, Monsieur Maxwell, mon ex-mari ne paye plus la pension alimentaire de deux cent cinquante crédits pour notre fils. Quelles sont les démarches à effectuer ? »

-« J'ai besoin d'une copie certifiée du jugement du divorce. Alors je pourrais commencer les démarches. S'il paye un mois, tout sera à nouveau bloqué jusqu'au moment où il y aura à nouveau deux mois consécutifs de retard de paiement. »

-« J'espère qu'il ne le sait pas, sinon il va en jouer, soupire Duo avant d'ajouter. Où est-ce que je trouve cette copie ? »

-« Il faut la demander au tribunal, c'est dix crédits, cela va prendre une semaine. »

-« Ça peut se faire par téléphone ? Je ne vais pas prendre un jour de congé pour ça. »

-« Oui voici le numéro. »

Duo le note sur un coin d'un papier et le compose directement. Il donne toutes les coordonnées qu'on lui demande et se remet au travail. Il est plus que temps son collègue est déjà de retour et lui jette des regards ne comprenant pas ses paroles, surtout qu'il n'arrive pas à situer sur quel dossier travail Maxwell.

µµµ

Timothy est un peu grognon quand il constate que son père n'a pas les affaires de piscine avec lui. Bien sûr, il lui avait dit qu'il avait un trou dans son budget et que certaines sorties seraient annulées jusqu'à nouvel ordre.

Il n'était pas plus bête qu'un autre, il se doutait d'où venait le problème. Son père n'avait jamais envisagé d'aller en Égypte avec lui. C'était un peu la faute de son autre papa si maintenant il avait moins d'amusement après l'école.

Mais d'un autre côté, il avait vu des monuments que la plupart de ses camarades à l'école et aux scouts n'avaient jamais vus en vrai.

Maxwell est vraiment peiné pour son fils quand il voit sa tête après la garderie. Il en veut à Heero. Est-ce qu'il ne pourrait pas trouver autre chose à supprimer pour avoir les cinquante crédits mensuels nécessaires pour la piscine ?

Il ne sait pas sur quoi, à part l'alimentation. Et il ne veut pas devoir justifier ses dépenses auprès d'Heero. Ils ne sont plus mariés. Il ne doit plus lui laisser un droit de regard sur sa vie.

µµµ

Heero est impatient d'aller chercher Timothy, s'ils n'ont pas d'activité en vue pour samedi, il y aura le club dimanche matin. Et puis, il n'a pas eu de retour de Duo à son courrier, c'est certainement son fils qui lui transmettra les dépenses qu'il doit rembourser. Quand il saura où va son argent et si c'est bien pour son fils, il payera avec plaisir.

Comme souvent Timothy est prêt, il apparaît avec son sac dans les trois minutes après qu'Heero ait sonné.

Duo lui dit au coup de sonnette en lui donnant un baiser sur la joue.

-« Passe un bon week-end ! »

L'enfant clappe la porte en sortant, l'empêchant de savoir où se trouve son ex-amant.

-« Papa ne t'a rien donné pour moi ? » demande en guise de bonjour Yuy.

-« Non, il aurait dû ? » s'étonne le gamin.

-« J'aurai espéré. Il me le donnera peut-être dimanche. »

-« Qu'est-ce qu'on fait ce week-end ? »

-« Et toi ? Qu'est-ce que tu as fait pendant ses quinze jours ? »

-« Pas grand-chose, on ne va plus à la piscine. Le week-end dernier on est allé se balader en forêt, c'était chouette. Après on a mangé à la maison, même si j'ai voulu aller au restaurant, il a dit non », soupire-t-il.

Ainsi Duo prive leur fils pour faire croire qu'il a besoin de cet argent-là. Il ne l'aurait pas cru si petit. Il est désolé pour son enfant seulement il ne se laissera pas amadouer aussi facilement.

-« Et nous qu'est-ce qu'on va faire ? » redemande Timothy.

-« Tu as ton maillot ? »

-« Comme à chaque fois pour le cas où », avoue l'enfant.

-« On ira à la piscine après-midi et dimanche matin au club. On ira sûrement manger au restaurant dimanche midi. Tu le choisiras. »

Timothy attrape un grand sourire, il n'y a jamais eu autant d'activité sur un week-end. C'est presque le paradis, son père vient le chercher deux fois d'affilée puis toutes ses excursions.

Heero en était persuadé, Duo ne lui donnerait rien dimanche. Il allait à nouveau le faire passer pour le méchant. Il doit le prendre de vitesse, mais sur quoi. Voyant son fils respirer plus difficilement, il demande.

-« Il me semble qu'il y a longtemps que tu n'es plus allé faire la série d'examens pour ton asthme ? »

-« On est allé cette semaine, comme tous les ans. Je n'aime vraiment pas, j'ai toujours l'impression que je vais tomber dans les pommes quand je dois souffler longtemps dans l'appareil. »

-« Papa ne m'a pas prévenu ! » S'indigne Heero.

-« Tu serais venu avec nous ? »

-« Si je n'avais pas de réunion. J'aurais pu au moins entendre les explications du médecin et pas toujours celles de Duo », soupire Yuy.

Le samedi, ils vont tous les trois à la piscine. Heero fait cinq longueurs et puis sort de l'eau. Trowa continue de jouer avec le gamin au ballon, sur le toboggan. Même si Timothy va le chercher plusieurs fois, Heero ne retourne plus dans la piscine.

Pourtant l'enfant se souvient de ses cours de natation, ses deux papas nageaient de concert durant toute l'heure de cours. Ils jouaient un peu avec lui, faisaient une série de bombes puis ils rentraient à la maison en passant par la crêperie.

En sortant de l'établissement, Heero propose.

-« Et si on allait à la crêperie pour le goûter comme on faisait avant ? »

Voyant Trowa se rembrunir, Timothy hésite, il en a envie, son papa serait heureux, mais il voit bien que ça ne fait pas plaisir au compagnon de ce dernier.

-« Tu aimais bien avant ! » Insiste Heero.

-« J'aime toujours. »

-« Adjugé. »

D'un bon pas, ils y vont. Beaucoup de tables sont occupées par des gens qui sortent de la piscine comme eux. On voit leurs sacs à leurs pieds.

-« On se met là ? » demande Yuy en indiquant une table dans un coin.

-« Et pourquoi pas celle-là ? montre Timothy. On verrait ce qui se passe dehors. »

-« Avant on allait toujours là, à l'abri des regards », rappelle Heero.

Trowa caresse les cheveux du gamin puis le pousse légèrement vers la table souhaitée par son amant.

Quand l'enfant se retourne, il voit que Barton lui sourit. Cette tentative du fils de son compagnon pour ne pas reproduire ce qu'il faisait avec ses parents le touche énormément.

Timothy fait plus attention à ses sentiments qu'Heero. Duo a vraiment su tirer le meilleur de ce gamin.

Le reste du week-end se passe à merveille, c'est vrai que Timothy a un peu l'impression de trahir son autre papa en faisant ce qu'il n'a pas su faire avec lui.

Heero n'attend pas de lettre de son ex-mari. Et s'il veut jouer à la victime, il peut aussi le faire. Il contactera son avocat demain pour lui dire qu'il ne reçoit rien sur la santé de son fils asthmatique.

À Suivre…

Chap 10 - Chap 12

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires