banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 16


Duo faisait la liste des courses, des œufs en chocolat qu'il voulait acheter pour Pâques. Est-ce que les cloches pourraient amener un petit extra ? Il a vu son fils lorgner une bicyclette l'autre jour. C'est vrai qu'il pourrait ainsi en faire dans le quartier.

C'est aussi pour cela qu'il refait son budget du mois d'avril. On est le 5, il doit avoir touché de partout. En ne voyant pas la pension alimentaire d'Heero, il soupire. Il prend le calendrier et regarde ce qu'il a inscrit. C'était trop beau et son avocat l'avait prévenu. Il aurait dû s'en douter également quand il a reçu les papiers du tribunal mi-mars.

À moins qu'il n'arrive à en trouver un en brocante quand son fils est chez son père. Les cloches n'apporteront que des œufs en chocolats et durs. Il en voulait à Heero de priver son enfant de ce genre de plaisir. Tout ça pour une guerre dont il voulait sortir vainqueur.

Duo se disait souvent que les compliments et les honneurs qu'Heero avait reçus à la fin de la guerre lui étaient montés à la tête. Le pilote 01 les avait conduits vers la victoire en bouleversant les instructions. La plupart de ses missions se font aussi maintenant en une réévaluation rapide d'une situation. À la longue, Heero a fini par penser que le protocole, ça se bousculait et les lois se réécrivaient.

Est-ce que c'est par vengeance que lui ne voulait pas céder ? Parce qu'en allant le trouver et en acceptant ses conditions, il est persuadé d'obtenir ce qu'il veut. Seulement, la loi est aussi de son côté et il faut que quelqu'un explique à Heero qu'on ne fait pas ce qu'on veut dans la vie.

Oui, c'est un peu de sa faut également si Timothy n'a pas tout ce qu'il désire, mais au moins, il lui montre que les lois sont faites pour être respectées et pas contournées à sa guise.

En attendant, il allait devoir recontacter son avocat et lui dire que la situation avait à nouveau changé. C'est vrai qu'il est tenté de ne pas le faire, mais arrivé au tribunal, il y aurait de toute façon un vice de forme. La vie n'étant pas conforme au dossier. Et tout serait à nouveau à recommencer autant suivre la procédure.

N'empêche qu'il allait à nouveau avoir dure de boucler son mois. Cent vingt-cinq crédits en moins, ce n'est pas une petite somme, plus les cent cinquante en moins pour son salaire.

Il pourrait en gagner mille six cents en plus s'il décidait de repartir sur le terrain, même en tant que mécano, seulement qui s'occuperait de Timothy pendant ce temps-là ? C'était déjà une chose qui l'effrayait s'il tombait gravement malade ou s'il mourait dans un accident. Que ferait Heero de leur fils ?

Encore une chance que Timothy ne pleurniche pas pour avoir des vêtements de marque où tout ce qu'à ses copains ont. Il a un brave petit gars.

Dès la semaine suivant, Duo contacte son avocat pour le prévenir qu'Heero ne paie plus.

-« Le pire, c'est qu'il a l'air d'être bien conseillé », soupire son avocat.

-« Vous m'aviez prévenu, mais ça me fait rager. Je me demande le montant qu'il va me verser en juin. S'il me verse la moitié ça peut aller plus vite ? »

-« S'il fait cette erreur, oui, parce que c'est le même dossier auquel on ajoute irrégularité. »

-« Espérons. Passez de bonnes fêtes de Pâques. »

-« Merci Monsieur Maxwell, vous également. »

Encore une chance qu'il n'avait pas prévenu Timothy qu'il voulait lui offrir un vélo, parce que là les cloches ne cacheront que des œufs dans le jardin.

Cette année, c'était lui qui avait son fils pour Pâques, profitant de ce qu'il fait la grasse matinée, car il n'y a pas scout. Ils ont veillé plus tard hier en regardant un dessin animé tous les deux. Duo se lève furtivement et cache des œufs durs qu'il a achetés et des œufs et des lapins en chocolat. Il n'y en a pas beaucoup une trentaine pour eux deux, même si c'est son fils qui va les chercher.

Alors il essaye de trouver de bonnes cachettes pour prolonger le plaisir. Il fait beau également, il y a un soleil radieux. Ils iront certainement à la brocante sur la place après le déjeuner. Il met des tartines dans le toaster pour avoir du pain grillé, il place du chocolat dans un bol pour le faire fondre au bain-marie tout à l'heure pour napper les tartines.

Quand tout est prêt, il secoue une cloche dans la cage d'escalier pour réveiller la marmotte. Le gamin arrive en se frottant les yeux, un grand sourire aux lèvres.

-« Tu as organisé une chasse aux œufs ! » lâche-t-il.

-« Ça a l'air de t'étonner » constate Duo.

-« Papa a dit l'année dernière que j'étais trop grand pour ces choses-là », avoue Tim en arrivant près de lui.

Maxwell lui passe sa doudoune, son fils étant toujours en pyjama, il ne faudrait pas qu'il prenne froid.

-« Tant que ça te fait plaisir, on n'est pas trop grand ! » réplique Duo.

Il ouvre la porte du jardin et prend l'appareil photo pour immortaliser ce moment de plaisir. Au loin, on entend les cris de joie d'autres enfants dans d'autres jardins.

Timothy court dans tous les sens, il se tourne fièrement vers son père dès qu'il trouve un œuf. Duo en profite pour le photographier.

Le gamin met une bonne demi-heure à tous les trouver. Il a les joues bien rouges et yeux pétillants de bonheur, même si sa respiration est légèrement sifflante sous l'effort.

Le repas se passe dans la bonne humeur en mangeant le pain grillé au chocolat fondu, des œufs durs, le tout agrémenté d'un bol de lait sucré et de café pour Duo.

-« Tu veux aller te promener sur la brocante après avoir mangé ? »

-« Oh oui ! C'est amusant ! » s'exclame Tim.

Il est onze heures quand ils se mettent en route. Timothy est heureux parce que demain, il aura encore son papa. La garderie ne commence que mardi.

Maxwell a cinquante crédits dans son portefeuille, tout ce qu'il peut consacrer à un vélo s'il en trouve un. Ils circulent en observant les bibelots, les tableaux, s'arrêtent pour regarder certains livres ou CD.

Tout d'un coup, Duo voit un vélo de course mauve qui a l'air en bon état, il s'avance. Il râle un peu en voyant qu'il est à soixante-cinq crédits. Alors il commence à marchander.

µµµ

Pour une fois qu'il n'y avait pas tir et qu'ils n'ont pas Timothy, Trowa pensait qu'ils feraient un peu la grasse matinée. Il est surpris de voir Heero se lever à neuf heures comme s'il avait son activité.

-« Heero, c'est Pâques ! »

-« Oui et il y a une brocante. J'ai envie d'y aller, seul ou avec toi, c'est comme tu veux. »

Sautant sur l'occasion de pouvoir accompagner son amant et pas seulement pour s'occuper du gamin, Trowa rejette ses couvertures. Il va préparer le déjeuner pendant que son compagnon file sous la douche.

Trowa sait très bien pourquoi Heero veut se rendre sur la brocante, mais la possibilité de tomber sur Duo est faible. Son amant se lassera rapidement et ils ne recommenceront pas. Au moins, il ne sera pas seul à l'appartement.

À dix heures trente, ils quittent leur domicile pour se rendre sur la place. Il y a foule, le soleil aidant. Par où va-t-il commencer pour ne pas rater Duo. Il aurait bien tourné à l'inverse des aiguilles d'une montre. La rue de la maison de Maxwell étant de l'autre côté de la place.

Seulement, vu la masse compacte des badauds et le sens qu'ils ont pour marcher cela va être difficile. Il va être obligé de suivre le mouvement. C'est à ce moment-là qu'il repère Duo et Timothy devant un marchand à moins de cinquante mètres. Il va devoir remonter la foule.

Au moment où il veut s'engager à contre-courant, Trowa le retient par le bras.

-« Tout le monde va comme ça » lâche-t-il.

-« Va par-là si tu veux. J'ai vu Timothy, je vais lui dire bonjour. »

Barton retient son soupir, il avait vu Duo qu'ils étaient arrivés sur la place. Il avait été stupide de croire que Heero ne le verrait pas. Il emboîte le pas à son compagnon.

µµµ

Duo avait commencé à marchander à trente-cinq crédits, si le commerçant descendait ses prix de cinq crédits chaque fois qu'il montait de cinq crédits, il pourrait peut-être l'avoir à cinquante crédits.

Le vendeur était déjà descendu à cinquante-cinq crédits, s'il ne voulait plus descendre, Duo ferait mine de partir pour revenir dans dix minutes pour proposer cinquante crédits à la place des quarante qu'il venait de proposer.

L'homme réfléchissait quand tout d'un coup, Duo entend derrière lui.

-« Je le prends à soixante-cinq crédits. »

Timothy se retourne et saute dans les bras d'un homme en criant.

-« Papa ! »

-« Bonjour fiston », rétorque Heero en le redéposant.

-« Monsieur, vous faites une surenchère ? » demande le vendeur heureux de pouvoir en gagner plus.

-« Non, vous pouvez lui vendre » réplique Maxwell.

-« Quand Timothy voudra en faire, tu pourras me sonner et venir le chercher » proposer Yuy.

-« Il en fera quand il sera chez toi. J'en trouverai un autre, lâche Duo. Tu viens Tim. »

-« On peut le payer moitié-moitié » tente Heero.

-« NON ! Viens Tim » réplique froidement Maxwell.

L'enfant fait un dernier signe de la main et court derrière son père qui s'éloigne déjà. Trowa ouvre son portefeuille pour payer le vélo. Il voit Heero qui veut suivre son ex-mari, alors il le rappelle.

-« Je n'ai pas assez sur moi pour payer TON vélo. »

Avec un soupir, Yuy revient vers le vendeur. Qu'est-ce qu'il va faire de ça ? Enfin, il pourra envoyer le gamin rouler dans le parc en dessous de son immeuble, ça l'occupera, il ne sera pas accroché aux basques de Trowa, ce n'était pas une mauvaise chose en soi.

Pourtant c'était un bon arrangement qu'il venait d'offrir à Duo et la possibilité de le contacter sous le couvert du vélo et il ne la saisit pas. Il lui donnait une excuse tout à fait plausible, il ne le comprend plus.

Maintenant, ils sont bien obligés de rentrer. Encore une chance qu'il y a un cagibi à la cave pour l'entreposer. Est-ce qu'il a envie de revenir après ? Non, Duo va le fuir.

µµµ

Maxwell fulminait, pas parce qu'on lui avait fait rater l'achat du vélo, cela aurait pu arriver avec n'importe quel acheteur. Mais que ce soit lui le mettait en rage. Parce qu'il était persuadé que l'achat n'était pas pour le bien être de Timothy, mais une action contre lui.

Parfois, il se demandait s'il acceptait de reprendre Heero combien de temps les choses iraient mieux avant qu'il ne recommence à souffrir. D'un autre côté, il ne pouvait pas se remettre ensemble juste pour ne plus être harcelé par Heero. Si cette attitude l'avait ému au début de leur vie à deux, maintenant, il ne la voyait plus que comme une possessivité. Le besoin de garder ce qu'il avait eu.

-« C'est bien, je vais avoir un vélo chez papa » tente Tim voyant son père renfrogné.

-« Oui, tu pourras rouler, mais pas sur la route » prévient Duo.

-« Il faudra déjà que j'apprenne. Tu crois qu'il le fera ? »

-« Pourquoi pas si tu le demandes » sourit Maxwell.

C'est même une chose que devrait apprécier Heero, enseigner des choses à son enfant. Lui aurait adoré en tout cas.

-« On rentre ? » demande Timothy.

-« Non, on va finir le tour, on ne sait jamais qu'il y a un autre vélo. »

Il avait failli rajouter, celui-là ton père ne nous le volera pas. Seulement, il se tait pour ne pas critiquer Heero devant son fils.

Seulement, il n'y en a pas ou trop petit. Ils ont tout de même passé un bon moment. Sur le chemin du retour, ils achètent des sandwichs aux scampis, ils en avaient envie tous les deux et il y a un moment qu'ils n'ont pas fait cette folie.

Duo se dit qu'il regardera pour un vélo sur le net, il ne tient pas à ne pas pouvoir offrir cette joie à son fils. Il en aura un pour son retour de chez son père.

µµµ

Timothy était heureux d'aller passer une semaine chez son autre papa surtout qu'il y avait la perspective d'apprendre à rouler en vélo après la garderie.

Duo l'avait conduit à sept heure trente à la garderie avec sa valise comme toutes les fois où il y a un changement durant les vacances scolaires.

Il est surpris de voir Heero venir le chercher à neuf heures trente, puis ravi, il n'allait pas rester à la garderie lui qui en avait horreur. Il se précipite dans ses bras. Heero sourit, il adore voir que son fils l'aime et est heureux de le retrouver, comme le geste qu'il a eu sur la brocante la semaine dernière. Il devrait retourner le voir à l'école, depuis que Duo exige qu'il respecte son droit de garde à la lettre et qu'il y a ses actions en justice il ne l'a plus fait, c'est bête. Ils se punissent tous les deux et s'ôtent des petits moments de plaisir.

-« Tu dis au revoir et tu vas chercher ta valise. »

Sans plus se faire prier, Timothy s'exécute et vient retrouver son papa qui attend près de la porte. Ils partent ensemble, mais pas en direction de l'appartement, mais de la place. Tim fronce des sourcils, il vient de réaliser que son père est en tenue Preventer, il travaille alors pourquoi vient-il le chercher.

-« Où est-ce qu'on va ? » finit-il par demander.

-« Je t'ai inscrit à un camp de tir puisque tu t'y étais tellement amusé. Le car part à dix heures sur la place, tu reviendras vendredi à dix-neuf heures. Samedi, je t'apprendrais à faire du vélo » explique-t-il.

Timothy essaye de sourire bravement, mais il a une nouvelle fois l'impression de se faire rejeter, d'être un poids.

Ne voyant pas de réaction, Heero insiste.

-« Tu sais déjà rouler en vélo. Trowa avait raison, Duo voulait juste t'offrir un vélo plus grand », dit-il tristement.

Son ex-mari lui aura vraiment volé toutes ses joies. Il ne peut plus lire une histoire à son fils tous les soirs, il ne peut pas le voir quand il veut. Il lui a gâché des moments de bonheur en l'obligeant à le prendre. Duo est vraiment un égoïste.

-« Non, je ne sais pas rouler, c'est mon premier vélo. »

-« Je suis content que Trowa se soit trompé, je t'apprendrais samedi après-midi. »

Tout en montrant dans le car, le gamin soupire, Walter est là, il ne l'aime pas du tout, il se moque toujours de lui en l'appelant l'adopté et qu'une famille normale n'avait pas voulu de lui.

Son papa Duo lui avait expliqué, il y a deux ans maintenant qu'il était adopté et qu'ils s'étaient battus pour l'obtenir. Ils avaient accepté de ne pas faire les choses dans les règles et contacté directement sa maman qui n'avait que quatorze ans et était bien trop jeune pour l'élever. Elle était encore qu'une gamine et sans parents pour la soutenir. C'était un acte d'amour de ses trois parents. Du moins, c'est ainsi que Maxwell lui avait présenté.

En le voyant, Walter a un sourire mauvais. Timothy s'assied près du moniteur de tir, cela lui évitera les sarcasmes durant le voyage.

Heero regarde sa montre, si le car ne part pas rapidement, il va devoir travailler plus tard ce soir. Bizarrement depuis qu'il ne peut plus croiser Duo dans les couloirs, son travail lui pèse. S'il aime toujours partir en mission, il n'aime plus être au bureau.

Est-ce qu'il devrait changer de profession ? Pour faire quoi ? Il n'en sait rien. C'est la vie sans Duo qui lui pèse, mais la preuve que c'est son ex-mari qui a changé et pas lui, c'est que les méthodes pour l'attirer ne marchent plus. Est-ce qu'il ne court pas derrière l'ancien Duo ?

Il est tiré de ses réflexions par le coup de klaxons du car qui s'ébranle. Les parents font un signe de la main. Il sourit à son fils et lui murmure :

-« Amuse-toi bien. »

Avant de partir vers le QG avant que le bus n'ait quitté la place.

Timothy soupire, Walter va encore le moquer parce que son père est parti le premier. Lui pourrait lui dire que ce n'est pas sa grand-mère qui l'a amené, mais son papa Duo ne serait pas heureux. Il ne s'était pas vraiment ennuyé la dernière fois, c'était juste qu'il aurait préféré être près de ses parents. Il avait l'impression de gêner son papa Heero dans ces moments-là et que c'est pour ça qu'il s'en débarrassait.

Mais il savait aussi qu'à d'autres moments, il avait plaisir à s'occuper de lui comme au tir ou quand il lui lisait une histoire. De son côté, Heero se disait qu'il n'était plus certain de vouloir récupérer Duo, mais il était sûr de vouloir le dernier mot. Il est persuadé de pouvoir gagner et il voulait cette victoire autant qu'il avait voulu la paix. Il allait révolutionner les droits de garde et les pensions alimentaires, celui qui n'avait pas la garde de l'enfant avait des droits qui n'étaient pas respectés comme il l'aimerait.

Il recommencerait à payer en mai, la moitié du montant quand ils iront au tribunal, il revendiquerait ses droits. Le juge lui donnera raison comme pour la santé de Timothy.

Et puis il ne voulait pas perdre, c'était viscéral en lui. Un compromis à l'amiable, mais pas une défaite. Duo avait ouvert les hostilités en mêlant la justice à leur histoire.

À Suivre…

Chap 15 - Chap 17

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires