banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 17


Duo attend le retour de son bonhomme debout derrière la fenêtre. Il lui a tellement manqué pendant cette deuxième semaine des vacances de Pâques, même s'il est heureux d'avoir eu un SMS tous les soirs.

Il est content de le voir arriver au bout de la rue marchant à côté de son papa et en grande discussion.

Il a une surprise pour lui, il a trouvé un vélo, pas aussi beau que celui que Heero a remporté, mais il le repeindra dès qu'il aura l'argent pour un pot de peinture.

Il attend d'entendre la clef tourner dans la serrure avant de se rendre dans le couloir. Puis il s'accroupit et écarte les bras, son fils se jette dedans. S'en suit des embrassades et des « tu m'as manqué ».

-« Viens » dit Duo en se relevant.

Dans la cour trône, le vélo de course rouge et gris du produit antirouille.

-« Cool, je ne vais pas perdre ce que j'ai appris samedi. »

-« Tu n'en as fait que samedi ! » s'étonne Duo.

-« Papa avait prévu un camp de tir, je suis parti lundi matin et je suis revenu vendredi à dix-neuf heures pour le bain, mais je me suis bien amusé. »

Bizarrement au ton de la voix de son fils, il en doute, mais il ne va pas relever l'histoire.

-« Va te laver les mains, on va passer à table, je le range dans la cabane. »

-« Merci papa. Je pourrais rouler dans la rue ? »

-« Dans le cul-de-sac avec Gregorio, si vous ne faites pas des bêtises. »

L'enfant file à la salle de bain se laver les mains et vider son sac de voyage pendant que Duo remet le vélo dans le cabanon. Il ne faudrait pas qu'il s'abîme plus qu'il ne l'est déjà. Mais il est heureux de voir le bonheur sur le visage de son fils.

Dès le lendemain après la garderie, Duo sort le vélo et accompagne Timothy. Il vérifie qu'il sait rouler avant de le laisser en compagnie du voisin. La maman a de toute façon vu sur la rue depuis sa cuisine. Duo lui fait un signe de la main et repart chez lui à cent mètres pour préparer le repas.

Il vérifiera après la vaisselle que tous les devoirs sont faits et les leçons sues. Si demain il pleut, il ne pourra pas utiliser la bicyclette.

Une fois, le souper sur la table, Maxwell appelle son fils, celui-ci revient tout sourire. Le vélo à sa place, les mains lavées, ils peuvent manger en discutant

µµµ

Début du mois de mai AC 210, Duo doit recontacter son avocat pour arrêter la procédure. Heero vient de payer le montant normal de deux cent cinquante crédits. Une demi-mensualité l'aurait arrangé dans ses démarches, mais non ça aurait été trop beau.

Pour ses finances, il espère obtenir ce montant tous les mois. Il y a un moment qu'il a arrêté de compter cet argent dans son budget, mais il lui permet des extra et de mieux vivre, de moins priver Timothy de petites joies au quotidien.

Depuis Pâques, Heero n'a plus repris le gamin, mais il est en mission à chaque fois, du moins c'est ce qu'il dit. Il ne peut plus vérifier comme à l'époque où il travaillait dans les mêmes bureaux. On ne peut pas tout avoir, et sa tranquillité au travail à ce prix.

En tout cas, une chose qui fait très plaisir à Duo, c'est qu'il recommence à venir voir Timothy à l'école sur le temps de midi. Et les périodes dites de missions, il ne vient pas. Mais ça ne veut pas dire charrette. Heero est assez intelligent pour ne pas faire l'erreur de s'y présenter.

-« On ira en vacances cette année ? » demande Tim sur le chemin de l'école.

-« Pas encore bonhomme, je suis désolé. »

-« Si on ne part plus, on peut avoir un chien ? »

Avoir un animal de compagnie, c'est quelque chose à laquelle, il n'avait jamais pensé. Est-ce qu'il a les moyens de s'octroyer un chien ?

-« Si je dis oui, ça veut dire qu'on n'a plus les moyens d'aller à la piscine, d'aller dans les parcs d'attractions. Le chien va manger, il y a le vétérinaire, même à la SPA, il y a l'achat. »

-« Le camp scout ? » demande l'enfant.

-« Ça, je trouverai toujours le moyen de le payer en économisant sur les rares fois où ton père paye la pension alimentaire », sourit Duo.

Puis, il s'en veut d'avoir lâché l'information. Même si son fils est rendu compte, c'était la première fois qu'il l'agressait en premier. Il y avait bien eu des fois où il avait dû remettre l'église au milieu du village quand Timothy revenait avec la vision des choses d'Heero.

Il se rappelle encore quand Tim lui avait demandé, il y a deux ans.

-« Pourquoi m'empêches-tu d'aller chez papa Heero ? »

-« Je ne t'empêche pas d'y aller ? Je veux seulement qu'il respecte les règles et pas me sonner et me dire qu'il vient te chercher dans les cinq minutes. J'ai aussi une vie, des projets, je ne peux pas tout modifier pour lui faire plaisir à chaque fois. »

-« Mais… »

-« Tim, je sais pourquoi, il t'a dit ça, parce que j'ai refusé qu'il vienne te chercher ce samedi pour deux heures parce qu'on allait chez Quatre pour les cinq ans de son fils. Avant ça, j'acceptais les modifications de la convention de divorce. Je t'ai laissé partir et annulé des excursions. Bizarrement dans la vie privée, ton père n'aime pas les règles et les obligations, alors qu'au travail, il exige qu'on lui obéisse sans qu'on ne sache pourquoi. J'ai travaillé assez sous ses ordres pour le savoir. »

Est-ce que c'est lui qui aurait entamé cette guerre entre eux ? Non, il ne le croit pas, il a seulement voulu pouvoir vivre sa vie et non devoir la modifier en fonction des desiderata de son ex. Heero avait fait un choix de vie et lui il n'avait pas voulu être le mari trompé. C'est certain que pour Heero il devait être le méchant, celui qui avait cassé son rêve.

Mais Heero avait cassé le sien en ne respectant pas un mariage qu'il était le premier à avoir voulu peut-être pour le rendre heureux et lui permettre d'acheter cette maison, seulement on ne peut pas être heureux si on n'a pas sa propre stabilité également.

-« J'aimerai un chien, un compagnon de jeu. »

La réponse de son fils le tire de ses réflexions pas très joyeuses.

-« Alors, on ira à la protection autant faire un heureux dans des animaux sans foyer. »

-« Merci papa. »

Voir le bonheur sur le visage de son enfant valait bien tous les sacrifices de la terre. Et puis ce mois-ci, il avait la pension en surplus.

µµµ

Samedi après avoir fait les courses, Duo et Timothy prennent le bus pour se rendre à la SPA. Ils circulent devant les cages. Les chiens jappent pour attirer leur attention sauf un petit bâtard ayant des airs de chien battu.

-« Pourquoi ne vient-il pas celui-là ? » demande Tim.

-« C'est déjà la troisième fois qu'il revient en un an » explique l'homme.

-« Il y a une raison ? » questionne Duo en voyant que son fils le prenait en compassion.

Il ne tenait pas à avoir un animal dangereux près de son enfant.

-« C'était le chien d'une vieille dame. Personne dans la famille n'a voulu le reprendre. Une jeune dame l'a pris il y a un an, elle s'est tuée en voiture, elle était orpheline et sans famille. Puis un couple l'a pris, mais quand ils se sont séparés, ils l'ont ramené. »

-« Viens toutou », murmure Timothy.

-« Tim, il s'appelle Sam », lâche Duo en montrant la fiche.

-« Viens Sam » recommence Timothy en s'accroupissant.

-« Si vous le prenez, je dois être certain que vous ne le ramenez pas ou ne l'abandonnez pas ailleurs. Il y aura un suivi plus poussé pour celui-là », prévient le responsable.

-« Mon fils a renoncé à des activités extra scolaires pour l'avoir lui ou un autre. »

-« Lui, papa. Tu as dit qu'on viendrait ici pour faire un heureux, c'est le plus malheureux. »

-« Votre femme ne doit pas le voir ? »

-« Je suis divorcé. Le chien restera avec moi quand il y aura droit de visite. Il n'y a pas de garde alternée », explique Duo en s'accroupissant pour essayer aussi d'attirer le chien.

Ce dernier reste au fond de sa cage, même s'il a déjà relevé un peu la tête.

-« La maison m'appartient, pas de problème avec le propriétaire. Il y a un jardin clôturé. Mais il devra rester seul pendant la journée. Je travaille. »

Le soigneur ouvre la cage pour aller le chercher. Timothy voudrait le serrer contre son cœur pour lui faire passer tout son amour, mais l'homme lève la main.

-« Tu dois le laisser venir à toi. Mais tu peux le caresser. »

C'est ce qu'il fait, le chien relève les oreilles. Le soigneur dépose Sam sur le sol. Tim se met à sa hauteur pour lui caresser la tête entre les deux oreilles.

-« On peut le laisser dans une niche dans le jardin pendant la journée ? » demande Maxwell.

-« Il a toujours été en appartement. »

-« Je l'enfermerai dans la buanderie au début. C'est une pièce de quatre mètres sur quatre pas un cagibi », rassure Duo.

-« Je peux sortir sa laisse et son collier ? » demande Tim en ôtant son petit sac à dos.

-« Il l'a acheté ce matin avec son argent de poche. Le reste sera de la récupération. Je n'ai pas de gros moyen, mais il aura de l'amour », précise Maxwell.

-« Tu peux jouer avec lui dans le couloir pendant que je fais les papiers avec ton papa. C'est sa balle », dit le responsable en lui tendant un mini ballon de rugby.

Maxwell suit l'homme jusqu'à un bureau qui a vue sur le couloir.

-« Un membre du personnel viendra sans prévenir une fois par mois pendant un an. Normalement, c'est six mois. Sam a cinq ans. »

-« Je suis rarement chez moi avant dix-sept heures trente. »

Par la vitre, Duo voit Tim lancer la balle pas trop loin et courir à côté du chien pour l'inciter à aller la chercher. Sam y va au pas, renifle la balle, mais ne la ramasse pas. Maxwell sourit en voyant son fils caresser le chien, le féliciter et la ramasser lui-même pour la relancer.

Les papiers remplis et Sam payé, ils peuvent rentrer chez eux. Timothy tient fièrement la laisse où pend à la poignée une petite boîte en plastique comprenant les sachets pour ramasser les crottes. Le chien les suit plus qu'il ne marche avec eux.

-« On va l'installer dans la buanderie avec son panier et sa nourriture comme cela il ne sera pas dépaysé quand on doit l'enfermer pour partir sans lui. »

-« Il pourra dormir sur mon lit ? » demande Tim.

-« Non, ce n'est pas hygiénique. Il pourra venir près de toi dans le salon, mais jamais dans les chambres. »

-« Il va être tout seul la nuit ! »

-« Tu l'es bien dans ta chambre. Cela reste un animal avec des sentiments, mais qui doit obéir aux règles qu'on va lui donner. Et il sera très heureux et nous aussi. N'oublie pas le maître c'est toi, jamais lui. »

-« Un peu comme toi et moi », sourit Timothy.

-« Pas vraiment, même si pour l'autorité ça y ressemble. »

Tout en discutant, ils sont arrivés à la maison.

-« Va lui montrer la buanderie, je ramène son bac d'eau et son écuelle. »

Dans la pièce, il y a déjà une boîte en carton découpée avec une vieille couverture dans le fond. Timothy dépose aussi le ballon. Sam sniffe partout dans la pièce.

-« Je peux lui montrer le reste de la maison ? »

-« S'il veut te suivre pourquoi pas, mais pas l'étage, il restera en bas. »

Duo sourit en voyant Timothy présenter les pièces au chien.

-« Ça, c'est la cuisine, le couloir avec les escaliers pour aller à l'étage, ce n'est pas pour toi. Voilà le salon… »

Le reste des paroles s'envolent quand la porte se referme sur eux. Il devra peut-être installer une chatière pour ne pas devoir se lever pour lui ouvrir les portes. Il verra avec le temps.

Au soir, alors qu'ils s'installent pour regarder la TV, le chien pleurniche en regardant Timothy.

-« Qu'est-ce qu'il veut ? »

-« Tu l'as promené après avoir mangé ? »

-« Oui, avant de prendre mon bain. »

Comme le chien vient mettre ses pattes sur le gamin, ce dernier le caresse.

-« Je crois qu'il veut venir à côté de toi dans le fauteuil » tente Duo.

-« Il peut ? »

-« Seulement, s'il est propre. Je vais chercher une couverture. »

-« Attends Sam, papa revient avec une couverture. »

Maxwell l'installe près de son fils, mais de l'autre côté, il ne tient pas à ne plus être assis près de son gamin. Il tapote la place et Sam y saute en secouant la queue. Il dépose sa tête sur la cuisse de Tim et ne bouge plus. L'enfant sourit en lui caressant la tête.

Même si Duo l'avait craint, Sam ne pleurniche pas de la nuit, il accepte d'aller se coucher dans la buanderie sans broncher.

Au matin, la première chose que fait Maxwell en se levant, c'est d'ouvrir au chien et de l'envoyer dans le jardin. Il faudra penser à ramasser les crottes, mais au moins quand il n'a pas le temps de le promener cela reste une solution de facilité. Par tous les temps, Timothy devra aller promener son chien en revenant de l'école.

Pendant que les croissants chauffent dans le four, il prépare la pâtée du canidé. Timothy descend déjà en tenue de scout.

-« Où est Sam ? »

-« Dans le jardin, c'est où est Sam ? Même pas un bonjour papa », gronde Duo en retenant son sourire.

L'enfant se précipite dans ses bras pour se faire pardonner.

-« Va jouer avec lui pendant que je me prépare. »

À neuf heures quarante-cinq, ils quittent la maison pour le cercle paroissial où se tient la réunion des scouts. Timothy est fier d'arriver en tenant son chien en laisse. Les autres enfants se précipitent pour le caresser. Sam prend peur et se cache derrière les jambes de Duo.

-« Doucement, pas tous ensemble », dit-il.

Après cinq minutes, Maxwell s'en va avec le chien pour une promenade dans les bois comme il le fait souvent au petit trot pour entretenir la forme, il y croise souvent les mêmes personnes qui font la même chose qui le saluent et avec qui il échange quelques mots.

µµµ

En atterrissant sur le parvis de l'aéroport de Sank samedi soir, Heero râle un peu. Si Duo n'était pas aussi borné, il aurait pu avoir son fils demain, c'est en plus son week-end. Mais il l'entend déjà lui répondre.

-« Tu as annulé, nous avons des projets maintenant. »

Duo saute sur toutes les occasions pour l'empêcher de voir son fils. Ce n'est pas en le protégeant qu'il en fera un homme. La vie c'est s'adapter et ce n'est pas avoir une existence régie de A à Z. En plus, il est persuadé que Timothy préfère aller au club de tir qu'au scout. Et si son prochain week-end il est encore en mission ? Voir Timothy seulement sur le temps de midi dix minutes cela n'est pas suffisant à ses yeux.

Il passe par la banque pour prendre ses extraits avant de rentrer chez lui pour les ranger. En les regardant, Heero plisse le front. Comment est-ce qu'un versement de deux cent cinquante crédits a pu partir pour Duo ? Il voulait mettre cent vingt-cinq crédits. Puis il hausse les épaules, comme ce n'est que tous les deux mois, ça permettra à Duo de mieux s'occuper de son fils, si ce qu'il dit au gamin pour l'influencer est vrai et qu'ils ont dur financièrement.

C'est aussi la faute de son ex-mari s'il a si dur, il n'avait qu'à continuer de partir en mission et son salaire aurait été meilleur, comme rester dans la section recherche. Il n'a pas à lui faire payer des choix de vie.

Il a réellement hâte d'être lundi pour revoir son gamin. Dix jours c'est long. Il irait bien traîner près du centre paroissial, seulement il a aussi envie d'aller au club de tir, même s'il n'a pas fait cette mission avec Trowa, il a besoin d'un peu de liberté. Depuis qu'il est rentré, son amant est continuellement collé à lui. Duo n'était pas aussi chiant à ses retours de missions en solitaire.

Il a l'impression d'être une girouette, mais s'il pouvait récupérer l'ancien Duo, il quitterait Trowa sur le champ. Seulement, il est mieux que rien et les autres personnes avec qui il couche sont toute en couple.

µµµ

Lundi midi, c'est avec plaisir qu'Heero quitte le QG pour se rendre à l'école. Quand son fils le voit, il se précipite dans ses bras en criant

-« Tu es revenu. Tu m'as trop manqué. »

-« Toi aussi, tu me manques. Je suis rentré samedi en soirée. Trop tard pour téléphoner à ton père pour lui demander mon dimanche. »

-« J'aurai été heureux de passer dimanche avec toi. »

-« Moi aussi, surtout qu'il y a un moment qu'on n'a pas pu être rien que tous les deux », dit Heero.

-« Je vais demander à papa si je peux venir le week-end prochain, tu ne repars pas ? »

-« Normalement pas, j'espère être là dans quinze jours. »

La cloche sonne pour rassembler les enfants qui doivent faire le deuxième service au réfectoire.

-« Je te dis quoi demain. »

-« Il n'acceptera pas. »

-« Mais si » rassure Timothy.

Il embrasse son père et court vers le rang, une fois-là, il se retourne vers son papa, mais celui-ci a déjà disparu.

Heero ne se fait pas trop d'espoir, il sait que Duo va refuser. Il fait tout ce qu'il peut pour l'empêcher d'être un bon père pour son fils. Un de ses soldats voit sa fille quand il veut pourtant il est divorcé également.

µµµ

En revenant de la garderie, Duo sent que son fils est mal à l'aise. Il a raconté sa journée, dit qu'Heero était passé à midi et depuis il ne parle plus beaucoup.

-« Tu regrettes déjà ton chien que tu vas devoir aller promener en rentrant ? »

Ce serait le bouquet, mais il l'obligerait à le faire, un animal n'est pas un objet. Ils en avaient la responsabilité, il faudra l'assumer jusqu'au bout surtout avec le passé qu'il avait.

-« Bien sûr que non, je suis impatient d'y aller. J'aimerai aller chez papa ce week-end. Il y a longtemps que je n'ai pas pu. Peut-être que quand ça sera son tour, il sera encore en mission. »

-« Sans mentir, c'est lui qui te l'a demandé ? »

-« Non papa, c'est moi. »

-« Alors tu peux, je lui enverrais un SMS pour lui confirmer. »

-« Il est rentré samedi soir, on aurait pu se voir dimanche. »

-« S'il voulait vraiment, il pouvait tenter sa chance, on n'avait rien de prévu. Enfin, je n'ai pas envie qu'il recommence à annuler tout le temps et qu'il sonne à la dernière minute pour venir te chercher n'importe quand. »

Pendant que Timothy promène Sam dans le quartier, Duo prépare le repas du soir à base de pâtes et d'omelette. Il faudra qu'il trouve une formulation sans équivoque pour autoriser Tim à se rendre chez Heero.

C'est vrai qu'il avait eu envie de dire non, mais si son fils veut y aller, il ne va pas le priver et son argument était vrai. Dieu sait quand il sera à nouveau en mission.

Après avoir mangé, fait la vaisselle et vérifié les devoirs, il est déjà l'heure pour Timothy de prendre sa douche et d'aller au lit. La dernière promenade de Sam se fera avec Duo avant qu'il n'aille se coucher.

La compagnie du chien en soirée lui plaît, il a l'impression d'être moins seul, mais c'est aussi une contrainte, il pourrait le lâcher dans le jardin, mais ramasser les crottes dans le jardin ou en rue, il préférait la deuxième solution au moins il fait un peu d'exercice supplémentaire.

Avec un soupir, Duo s'installe dans le fauteuil son GSM à la main.

« J'autorise Timothy à venir chez toi ce week-end puisque tes trois derniers week-ends, tu étais en mission, c'est à titre exceptionnel »

Et puis, il doit bien admettre que peut-être le fait qu'il soit plus souple fera qu'Heero reprendra les paiements de la pension alimentaire sans les frais de justice. Même si le perdant devra les rembourser, il ne croit pas qu'il va perdre, mais ses frais d'avocat resteront pour lui.

µµµ

Le GSM d'Heero sonne sur la table de la salle à manger. Trowa sort du fauteuil à côté de son amant pour aller lui chercher. Il lui tend en se réinstallant contre lui.

-« Ça, je ne l'aurais jamais cru ! » lâche Yuy.

-« Quoi ? » demande Barton.

-« Duo autorise Timothy à venir le week-end prochain. À titre exceptionnel. Mon dieu, mais pour qui il se prend, quand j'aurai gagné au tribunal, je pourrais l'avoir quand je veux. »

-« Si tu en es si sûr pourquoi tu arrêtes toutes les procédures, ce n'est pas en ta faveur ? »

-« Je prouve qu'il s'acharne contre moi et qu'il n'est pas arrangeant. »

Trowa préfère ne rien ajouter. Celui qui n'est pas arrangeant, comme il dit c'est Heero. Il espère que Duo va conserver son SMS comme preuve de sa bonne volonté, mais il ne jouera pas contre son compagnon en le suggérant à Maxwell.

µµµ

Après l'envoi, Duo sauvegarde le message dans son GSM, il regrette de ne pas l'avoir fait par lettre, seulement les SMS sont rentrés dans les preuves maintenant, son avocat lui a encore dit dernièrement. Et puis rien ne prouve que Heero ne va pas déchirer sa lettre.

Satisfait, il prend son livre et continue sa lecture une main sur le chien, il le caresse tout en lisant.

À Suivre…

Chap 16 - Chap 18

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires