banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 18


Samedi matin, Timothy va promener Sam avant d'attendre impatiemment son papa. Duo ne peut qu'espérer qu'il ne lui fasse pas faux bond à la dernière minute comme c'est déjà arrivé. Heero avait une heure de retard quand il a sonné qu'il ne viendrait pas, car il avait un début d'incendie à l'appartement.

Maxwell s'était renseigné chez un voisin pompier qui n'avait pas retrouvé la trace d'un déplacement à l'adresse de son ex-mari, comme Timothy ne lui avait pas dit que quelque chose était nouveau chez son papa ni des peintures refaites. Il garde un gros doute sur l'excuse.

Duo est soulagé quand la sonnette retentit, Sam commence à aboyer, la première fois depuis qu'ils l'ont. Il faut dire qu'il n'y a pas tellement de monde qui vient chez eux.

-« Sam silence, lâche Duo. Dans ton panier. »

Le chien y court alors que Timothy ramasse son sac où tout est prêt et il ouvre la porte.

-« À dimanche, papa. »

Puis il clape la porte.

-« Vous avez un chien ? » S'étonne Heero.

-« Oui depuis le week-end dernier. J'ai demandé, il a accepté », sourit Tim.

-« Un chien de race ? » Interroge Heero en marchant à côté de son fils.

-« Non, un bâtard de la SPA. C'était le plus malheureux, je ne voulais pas qu'il reste là-bas. »

-« Et qu'est-ce que vous allez en faire quand vous irez en vacances, ils ne sont pas admis partout. »

-« On ne part plus de toute façon, c'est pour ça que j'ai demandé. »

N'empêche qu'Heero ne peut que pester en son for intérieur. Duo dit qu'il n'a pas d'argent, mais il prend un chien à sa charge. Ça mange, ça coûte en vaccin. Il empêche son fils d'avoir une vie normale en le privant de vacances, mais se met un poids supplémentaire sur les épaules. Il n'est vraiment pas logique. Ou alors, c'est une nouvelle preuve de la mauvaise foi de Duo, il prive son fils alors qu'il a l'argent. Il lui apprend une vie austère pour que son fils le prenne en grippe. Il doit vraiment donner une leçon à son ex-mari, lui apprendre qu'on ne peut pas tout faire dans la vie.

Timothy est habitué au long silence de son papa Heero. Néanmoins, il a envie de savoir s'ils vont faire quelque chose de spécial alors il demande.

-« Tu as prévu un programme à part le club de tir dimanche matin ? »

-« Qu'est-ce que tu as envie de faire ? »

-« Tu aimes les chevaux ? » Questionne Timothy alors qu'ils arrivent en vue de l'immeuble.

-« Beaucoup. »

-« Je voudrais bien apprendre à monter sur un cheval, j'aime les animaux. »

Il n'a pas eu envie de parler de cette envie à Duo. Une copine en fait et lui a dit ce que ça coûtait comme si c'était une botte de poireaux pour elle. Son papa Duo serait trop malheureux de ne pas pouvoir lui offrir comme pour le vélo. Celui qu'il a chez lui est peut-être moins beau que celui qu'il a chez Heero seulement, il sait que Duo s'est privé pour lui payer, il a encore plus de valeur à ses yeux.

-« Je vais voir s'il y a moyen pour la semaine prochaine. On peut aller à la pêche après-midi sinon. »

-« Oh oui. Tu cuiras encore les poissons comme en vacances ! »

-« Ça va être difficile, mais on ramènera les prises pour les faire dimanche midi, Trowa s'en chargera pendant qu'on sera au club. »

-« On va bien s'amuser. Tu m'as manqué » lâche Timothy devant la porte de l'appartement.

Yuy sert son fils contre lui, la porte s'ouvre sur Trowa qui lui sourit. L'enfant lui passe les bras autour de la taille. Un peu gêné par ce débordement de tendresse, Barton met un moment avant de lui mettre une main dans le dos.

Satisfait, Timothy s'en va vers sa chambre pour y déposer son sac. Ce n'est pas que sa chambre, elle sert aussi de chambre d'ami et de débarras, mais il y a plusieurs jeux.

Il met son sac sur le coffre et sort son pyjama qu'il glisse sous son oreiller, puis il revient dans la cuisine pour aider Trowa.

-« Timothy vient m'aider à préparer le matériel de pêche. »

-« Va, je vais me débrouiller et préparer le panier pique-nique, si on va pêcher après-midi » dit Trowa en le poussant dans le dos.

Le gamin parti, Barton soupire. Il avait proposé à son amant d'aller au cirque cette après-midi, sa sœur est là pour trois semaines. L'idée n'a pas l'air d'avoir plus à son compagnon, mais il est sûr que le gamin aurait apprécié puisqu'il adore les animaux. Peut-être la séance en soirée, mais ça il en doute également, comme pour dimanche après-midi.

Une fois le repas de midi pris, ils partent tous les trois jusqu'à l'étang de pêche à deux kilomètres de là. Ils passent devant le cirque. La réaction de Timothy fait plaisir à Trowa.

-« Oh un cirque, on pourrait y aller ? »

-« Tu ne vas pas y aller avec Duo ? » Demande Yuy.

-« Je lui demanderai. »

-« Oui fais ça, puisqu'il a l'air d'accepter quand tu demandes, tu devrais le faire plus souvent », insiste Heero.

-« Il n'accepte pas tout. Sam ne peut pas dormir dans ma chambre, comme je ne peux pas avoir une TV dedans non plus. Il dit non pour des chips tous les jours. Les devoirs doivent être faits avant de jouer » raconte le gamin.

-« Tu ne les fais pas à la garderie ? » S'étonne Yuy.

-« Si, mais parfois, il en reste. Les leçons, c'est plus facile à la maison, il y a moins de bruit qu'à la garderie » dit Tim.

Arrivés au lac, ils installent les trois cannes. Timothy parle moins fort pour ne pas effrayer les poissons et ennuyer les autres personnes présentes.

Ils pêchent en silence. Les pensées d'Heero restent une fois de plus sur Duo. Ce type est illogique, au moins lui fait attention de ne pas aller à l'école et de ne pas se promener dans des endroits où son ex-mari se rendait avant quand il se sert d'une mission pour ne pas prendre Timothy. De sa place de garagiste, il ne sait pas vérifier si c'est vrai comme avant.

De moins en moins, il a envie de reprendre la vie commune avec Duo, il a l'air d'avoir une vie tellement ennuyante. Comment Timothy peut-il supporter ça ? Il est heureux que leur chemin se soit séparé, mais il ne veut pas qu'il l'oublie. Il aimerait pouvoir au moins être son amant. Au lit, ils se complétaient si bien, il ne peut pas avoir oublié ça !

-« Papa, ton bouchon ! » dit Timothy en le secouant un peu.

Heero regarde sa ligne et voit le flotteur s'enfoncer, il ferre et ramène une belle truite qu'il met dans la nasse.

-« Merci Timothy. »

Oui, il proposerait à Duo d'être son amant. Ainsi, il verrait son fils en même temps, mais ne devrait pas subir la monotonie de la vie qu'il voulait lui imposer.

-« Papa ne fréquente pas quelqu'un d'autre ? » demande-t-il en rejetant sa ligne après avoir mis un nouveau ver de farine sur son hameçon.

-« Comme toi et Trowa ? » demande Tim.

-« Hn »

-« Non, il ne sort pas sans moi. Il n'y a jamais quelqu'un au matin. »

Barton sent un poids sur son cœur en voyant Heero sourire légèrement, il croit que son compagnon vient de prendre une décision qui n'est pas bonne pour lui. Il ne sait pas si Duo va accepter. Est-ce qu'Heero s'en rendrait compte s'il était en retard un jour ? Il devrait peut-être faire l'expérience ? Il a l'impression qu'il perd de plus en plus son amant.

Même si Timothy discute beaucoup avec lui, Trowa n'arrive pas à se sentir mieux. Ils avaient pêché pour finir cinq belles truites. Ils pourront en mettre deux au congélateur. Heero les avait vidées avant de repartir vers l'appartement.

Après le club de tir dimanche matin, Trowa avait joué à des jeux de société pendant qu'Heero faisait une sieste.

Dimanche soir, en ramenant Timothy, Heero lui dit quand il est devant la porte et que son fils a sorti sa clef.

-« Je voudrais parler à Duo, tu me l'envoies. »

-« Je vais lui dire. »

De suite une boule se fait dans son estomac et dans ses poumons. Son papa Duo lui sourit et vient le prendre dans ses bras.

-« Papa voudrait te parler. »

-« Maintenant ? » s'étonne Maxwell.

-« Oui. »

-« Tim, calme-toi, va jouer dans le jardin avec Sam et n'oublie pas ton pouf-pouf. »

Une fois le gamin parti, Duo ouvre la porte et la referme pour bien faire comprendre à Heero qu'il n'est pas le bienvenu et qu'il n'entrera pas.

-« Je t'écoute ! » lâche-t-il.

-« On pourrait faire ça ailleurs que dans la rue. »

-« Non ! »

Puis, il entend Timothy jouer dans le jardin et il décide de s'éloigner avec lui un peu que le gamin ne puisse pas les entendre.

Arrivé au coin de la rue, il dit :

-« Je t'écoute. »

-« On s'entendait bien au lit. »

-« Quoi, tu veux revenir ? » s'étonne Maxwell qu'il en arrive là.

Il ne s'était pas trompé, Heero lui pourrissait la vie pour qu'il ne l'oublie pas, qu'il se remette ensemble. Est-ce qu'il le voulait ?

-« Non, vu que tu es seul, tu dois avoir des envies, on pourrait se voir pour ça, j'en profiterai pour participer un peu plus à la vie de mon fils. »

-« Je te sonnerai quand j'en aurai envie ? » tente Duo.

Alors qu'il n'avait qu'un désir lui flanquer son poing dans la figure, mais il voulait savoir jusqu'où Heero n'avait plus de prise avec la réalité.

-« Tu peux aussi, mais je serai passé de temps en temps après le souper, j'irai coucher Timothy et on passerait un bon moment comme dans le temps. »

-« C'est pour ça que tu as repris les paiements normalement ! » s'exclame Maxwell.

Yuy cligne des paupières surpris.

-« Non, c'était un accident, un mauvais encodage. »

-« Donc, je n'y gagne rien, tu vas continuer ta croisade. »

Heero soupire, c'est tout ce que voit Duo, même pas les moments passés en famille et au lit.

-« Si je reprends les paiements, tu acceptes ? »

-« Bien sûr que non, je ne suis pas un gigolo. J'ai besoin d'aimer pour faire l'amour. Plus le temps passe, plus tu me pourris la vie moins je t'aime. Je ne suis même plus certain de t'aimer encore », dit-il en partant.

Arrivé chez lui, Duo clappe la porte de rage. Timothy apparaît blanc comme un linge.

-« Ce n'est rien Tim, des histoires de grands. »

-« Je n'aurais pas dû demander pour aller ce week-end. »

-« Ça n'a rien à voir rassure-toi, tu iras la semaine prochaine. »

-« S'il vient. »

-« Oui, s'il vient. »

-« J'espère, il devait m'emmener faire de l'équitation. On peut aller au cirque qui est sur la place ? »

-« Tim, je te l'avais dit qu'avec Sam on aurait moins la possibilité de faire des choses. On doit encore lui faire le rappel de son vaccin la semaine prochaine. Tu voulais faire de l'équitation ou c'est lui ? »

-« Moi, mais je sais que c'est cher, c'est pour ça que je lui ai demandé, tu n'es pas vexé ? »

-« Bien sûr que non. »

Il aurait bien ajouté, fais-lui craché son pognon, mais il garderait sa rancœur pour lui. Dire qu'il aurait sacrifié sa vie à une époque pour lui comme on peut se tromper sur les gens, l'amour rend bien aveugle.

µµµ

Heero n'en revient toujours pas, son ex-mari est incapable de voir tous les efforts qu'il fait pour leur bien à eux trois en plus il est devenu vénal. Il n'y a plus que l'argent qui compte. Dire qu'il empêche son fils de faire beaucoup d'activités par cupidité. Si le paiement de la maison ne se faisait pas par une domiciliation qui ne peut-être résiliable que par eux deux, il l'aurait fait annuler.

Combien est-ce que Duo avait sur son compte intérêt grâce à son argent et ce qu'il grappillait sur le dos de son fils ? Dommage qu'il ne peut pas faire faire une recherche financière sans ordonnance du tribunal. De toute façon, ça ne sert à rien qu'il fouille, Duo planque sûrement l'argent en liquide dans la maison pour ne pas laisser de trace extérieure qu'il pourrait trouver aisément, Duo jamais été stupide. Il ne l'aurait pas aimé autant sinon.

Oser lui dire qu'il ne l'aimait plus, qu'il lui pourrissait la vie, il ne voyait pas où, tout ce qu'il faisait était logique, il lui avait toujours donné ses raisons, laissé le temps d'agir en adultes, c'est Duo qui était monté sur ses grands chevaux sans raison. Tout aurait été plus simple s'ils avaient discuté et qu'il était moins borné et avait accepté ses conditions. C'est lui qui était parti dans un autre service pour limiter encore plus la possibilité de parler de leur problème. Il devait demander audience par l'intermédiaire de son fils maintenant.

Il était aussi très déçu par Duo qui ne faisait pas tout comme lui pour construire un avenir merveilleux pour leur fils. Il est persuadé qu'un jour Timothy s'en rendrait compte de tout ça. Une fois qu'il aura gagné au tribunal, il obligera Duo à vivre comme lui en imposant les mêmes choses à Timothy que lui.

µµµ

Une fois Tim au lit, Maxwell sort ses comptes où il écrit toutes ses dépenses et sorties. Il doit trouver soixante crédits pour les vaccins de Sam, quatre cents crédits pour le camp scout dans trois mois. Il n'aurait pas dû accepter de prendre un chien, leur budget alimentation a augmenté. Seulement, il lui refuse déjà tellement de choses. Si Heero pouvait payer la pension tous les mois, il serait sauvé, mais vu ce qui venait de se passer il en doutait.

Au bout d'une heure, Duo range ses documents. Non, ils ne pourront pas aller au cirque, c'est vrai qu'il lui reste mille crédits sur son compte éparque. Mais s'il descend plus bas dessus et que Tim a besoin de soin, il tient à garder cette poire pour la soif. Cela fait des mois qu'il essaye d'arriver à nouveau à deux mille crédits pour se permettre plus de folie.

S'il n'arrive pas à économiser pour le camp de Timothy, il sait qu'il peut toujours le payer grâce à son bas de laine.

Grandir c'est aussi apprendre qu'on ne peut pas tout faire, que certains actes ont des répercussions dans le futur. Il apprenait ça à son fils, il avait fait le choix d'un chien, ça le privait d'autres joies.

µµµ

Vendredi soir, Timothy est nerveux. Et si son papa ne venait pas samedi. Il ne lui a pas dit qu'il ne viendrait pas en lui rendant visite à l'école, seulement ce ne serait pas la première fois qu'il fait faux bond à la dernière minute.

Samedi, le gamin va promener Sam avant d'attendre sagement dans le salon. Duo lui amène son sac avec son GSM et sa clef.

-« Tim, il va venir. »

-« J'espère. »

Il a fini de parler qu'on sonne.

-« Amuse-toi bien » lui dit Duo alors que l'enfant fils vers la porte.

-« À dimanche », répond-il.

Timothy se précipite dans les bras de son père dès qu'il a fermé la porte. Heero est heureux de voir comme son fils est fou de bonheur de le retrouver. Duo par son égoïsme les prive de joies au quotidien.

-« Tu as passé une bonne semaine ? » demande Yuy.

-« Oui. On va aller faire de l'équitation ? »

-« Oui, je me suis arrangé avec Relena. »

-« Oh ! Je vais enfin pouvoir la voir. Je dois l'appeler comment ? »

-« Relena » s'étonne Heero.

-« Dimanche après-midi, on peut aller au cirque ? » Insiste Timothy.

-« Tu n'y es pas allé avec Duo ? »

-« Il a dit non pourtant j'ai demandé. Il a dit qu'il y avait les vaccins de Sam. On y est allé hier, c'est vrai que c'était cher, il fallait en plus l'identifier chez nous plus chez les anciens maîtres. »

-« Je n'ai jamais aimé le cirque. »

Heero espérait que ça clôturerait le débat. Arrivé à l'appartement de fonction, celui-ci est vide.

-« Trowa n'est pas là ? »

-« Non, il est en mission. »

Timothy voit qu'il y a plus de choses qui traînent à droite, à gauche, son père ayant l'habitude que Trowa range derrière lui, il y a pas mal de désordre. La cuisine c'est le pire, des tasses s'amoncellent dans l'évier.

-« Il est parti quand ? » S'étonne l'enfant.

-« Il y a quatre jours. »

-« Tu n'as pas fait la vaisselle depuis ! » s'estomaque-t-il.

-« Je te donne dix crédits pour la faire et ranger un peu. »

Timothy sourit et se met au travail. Il l'aurait fait gratuitement pour que Trowa ne voie pas ça à son retour, mais s'il peut gagner un peu d'argent, il prendra un nouveau jouet à Sam en faisant les courses avec son papa.

Alors qu'il fait la plonge, il demande.

-« Et il rentre quand ? »

-« C'est le genre de choses qu'on ne sait pas. On sait quand on part, pas quand on revient. Tu devrais le savoir. »

-« Et encore tu ne sais pas quand tu pars » sourit Tim en s'activant.

Il avait espéré que son papa essuierait comme Duo, seulement Heero est en train de réviser les carabines pour dimanche et son arme de service. Alors il laisse sécher et part ranger ce qui traîne dans la salle de bain comme le linge sur le sol et les essuies humides. Ceux-là, il les met à sécher sur la baignoire.

-« Papa ? Il n'y a pas de bac de linge sale ? »

-« Non ! »

Dans la buanderie, il trouve une manne, il y entasse tout le linge. Il y aurait assez pour faire une machine, mais il n'ose pas.

Il est presque onze heures trente que l'appartement a meilleure mine. Il est rangé sans être lavé. Timothy revient vers son papa qui vient de remettre en place son matériel.

-« Où est-ce qu'on mange ? » demande l'enfant.

-« Chez Relena. »

-« Et on y va comment ? »

-« Son chauffeur va venir nous chercher dans quinze minutes. »

Heero inspecte ce que son fils a fait puis il lui donne ses dix crédits sans un sourire. C'est bien ce qu'il pensait Trowa et Duo en font une chiffe molle capable de tenir une maison.

Tout heureux, Timothy va ranger l'argent dans son sac, il en sort un inhalateur qu'il glisse dans son pantalon, on ne sait jamais.

Le voyage en voiture se fait en silence. Relena les attend debout sur le perron. Heero passe un bras autour des épaules de son fils et avance vers elle. Il l'embrasse sur la joue avant de présenter Timothy.

Le gamin tend la main, Relena lui sourit et la prend en disant à Yuy.

-« C'est fou ce qu'il peut ressembler à Miranda. »

-« Tu sais encore à quoi ressemble sa mère ? » S'étonne-t-il.

Il avait vu la jeune fille plusieurs fois pendant la fin de la grossesse, et une fois juste après l'accouchement pour récupérer le bébé. Il s'était occupé de tout avec Relena ne voulant pas que Duo puisse se lier d'amitié avec la mère ou son amie.

-« Elle travaille au centre comme assistante sociale depuis cette année », répond-elle en les guidant vers la salle à manger.

Un buffet froid les attend.

-« Elle s'en est bien sortie », rétorque Heero.

-« Oui et elle ne regrette pas son choix. »

Heero donne une assiette à son fils et le sert de ce qu'il sait qu'il aime. Il lui donne deux petits pains ronds et lui montre la table. Timothy attend que les deux adultes arrivent pour commencer à manger. Il n'aurait pas voulu que son papa Heero critique son papa Duo en disant qu'il est mal élevé. Il mange en silence sans couper la parole à son père et son amie.

Timothy est heureux de pouvoir quitter de table après trois quarts d'heure. Relena les guide vers ses écuries.

-« Je t'en prépare un ? » demande Heero à la princesse.

-« Non, je monte rarement. »

-« Pourquoi en as-tu ? » s'étonne Yuy.

-« J'aime bien venir les caresser et les voir courir dans le corral », avoue-t-elle.

-« Et c'est tout ! » s'exclame Timothy.

Relena lui sourit.

-« Oui et puis des connaissances viennent pour eux, je suis moins seule. »

Yuy acquiesce et part vers les stalles pour prendre deux selles. Les chevaux viennent directement heureux d'avoir des cavaliers.

Heero explique à son fils comment il doit faire, surveille qu'il fasse les bons gestes, vérifie que la selle est bien mise. Il lui montre comment il doit monter également. Appuyée contre la clôture, Relena sourit. Il y a un moment qu'Heero ne l'avait plus contacté et si le gamin incite le père à venir plus souvent, elle pourra profiter de l'homme qui fait encore vibrer son cœur. Elle n'est pas stupide, elle sait bien qu'elle ne l'aura jamais, mais elle grappille tout ce qu'elle peut.

La leçon dure une heure, puis Heero a l'air de se lasser de devoir répéter tout le temps la même chose.

-« Pedro ! » crie la princesse.

Un homme sort des écuries.

-« Occupez-vous du gamin. Heero, tu peux aller faire une promenade. »

Il sourit à son amie et s'en va directement à dos de cheval.

Quand il revient une heure trente plus tard, il voit Timothy reconduire le cheval qu'il a utilisé au corral sous la surveillance de Pedro.

-« Bonjour, papa, je l'ai pansé, il paraît que ça fait partie de la sortie », sourit le gamin.

-« Oh ! tu vas me montrer comment tu as fait avec celui-ci » dit Heero en descendant de cheval.

Il enlève la selle et laisse son fils faire le reste. Tout en travaillant, il l'entend parler à l'animal.

-« Papa on soupe où ? » demande Timothy quand il peigne la crinière.

-« Ici, on rentrera pour ta douche et te mettre au lit. »

Une fois le cheval de son père remis dans le corral, Heero rentre dans le palais à la recherche de son amie. Timothy préfère rester dehors à regarder les chevaux s'ébrouer dans le pré.

Il est presque vingt et une heures quand le chauffeur reconduit les deux invités. Timothy file sous la douche puis appelle son père de la chambre pour qu'il lui lise un chapitre de Robinson Crusoé. Un dernier bisou sur le front et Heero sort de la chambre en éteignant la lumière.

Timothy laisse son papa s'éloigner puis il rallume la lumière en tirant sur la cordelette qui pend à sa tête. Il prend la veilleuse sous son oreiller et va la brancher. Dans son sac bien caché, il sort son GSM et retourne au lit.

Il coupe la lampe et fait un message à son papa Duo.

Bonne nuit, papa

Rapidement la réponse lui revient.

Dors bien, mon grand.

Comme les autres fois, il dépose le téléphone sur la table de nuit et s'endort.

Il est plus ou moins une heure du matin quand Heero entend son fils faire un cauchemar, il veut donner un coup de coude à Trowa pour qu'il y aille quand il se rappelle que son amant n'est pas là. Sa deuxième réaction, c'est de vouloir le laisser pleurnicher, il va bien se calmer, puis ce n'est pas en accourant tout le temps qu'il deviendra un homme.

Oui, mais s'il s'en plaint à Duo, ce dernier va encore plus le détester. Ne supportant pas l'idée que son ex-mari puisse ne plus l'aimer, il se lève et pousse la porte. Son sang ne fait qu'un tour, depuis quand y a-t-il une veilleuse ici ? Timothy vient d'avoir neuf ans, il n'a plus besoin de ces trucs de bébé. Il l'arrache du mur et la jette de toutes ses forces sur le sol, la petite lumière en forme de train explose.

Il allume la lumière. Timothy a fini de pleurnicher, il le regarde tétanisé. Un peu de poigne manque à ce gamin, il en était sûr.

-« Qui a acheté ça ? » gronde-t-il.

-« Papa. »

Il est un rien rassuré que ça ne soit pas Trowa.

-« Tu ne peux pas dormir convenablement avec de la lumière, dit-il calmement. Voilà pourquoi tu fais des cauchemars, couche-toi, j'éteins. »

Puis son regard est attiré par le GSM sur la table de nuit. En deux pas, il traverse la chambre.

En voyant son père prendre son téléphone, Tim supplie.

-« Ne le casse pas, s'il te plaît »

Heero ne l'écoute pas, il regarde les appels, il y en a peu, puis les messages et constate qu'il peut remonter à plus de dix-huit mois. Il secoue la tête et l'emmène avec lui. Encore une preuve qu'il sape son autorité, il ne laissera pas passer l'histoire.

Dans son lit, Timothy pleure, il essaye de se calmer, il sait que son papa ne reviendra pas, en plus il n'a plus le moyen de contacter son autre papa et Trowa n'est pas là pour le consoler. Il fait une bouffée de son inhalateur et essaye de dormir.

À Suivre…

Chap 17 - Chap 19

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire