banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 19


Heero ne soulève pas le problème du GSM au matin. Timothy est dans ses petits souliers, il a peur de le contrarier dès qu'il dit quelque chose, il le fait.

Avec un pincement au cœur, il a ramassé tous les morceaux de sa veilleuse qu'il a jetés dans la poubelle en revenant du club de tir. Ils ont acheté des sandwichs, qu'ils mangent en silence à l'appartement.

À dix-sept heures quarante-cinq, ils partent pour retourner chez Maxwell. Arrivé à la porte, Heero lui dit d'appeler Duo qui de toute façon n'est jamais très loin.

-« Papa, papa veut te parler », dit-il d'une petite voix.

-« Encore ! » ne peut que s'exclamer Duo.

Cette fois, il n'envoie pas son fils jouer, il voit bien qu'il est très mal dans sa peau. Il tirera ça au clair après s'être débarrassé de son ex-mari.

Voyant le gamin dans le dos de Maxwell quand ce dernier ouvre la porte, Yuy ordonne.

-« Timothy monte dans ta chambre. »

Celui-ci se tourne vers Duo et attend.

-« Obéi ! » lâche Maxwell en soupirant légèrement.

Quand l'enfant est monté, il se retourne vers Heero pour lui dire.

-« Qu'est-ce que tu me veux encore ? »

-« Tu passes ton temps à saper mon autorité. Il n'a pas à te demander l'autorisation pour m'obéir. »

-« Si, il est chez moi maintenant. »

-« Je vais en demander la garde, ça va régler beaucoup de problèmes. »

Yuy sort le GSM de Timothy de la poche de sa gabardine en disant :

-« Quand je te disais qu'il ne pouvait pas te parler quand il était chez moi, ce n'est pas pour tourner ma loi. Je fais tout mon possible pour le tirer de ton emprise machiavélique, mais je n'ai que quatre malheureux petits jours par mois. Tu ne l'éduques pas pour en faire un homme, il tient le ménage aussi bien qu'une femme. Je te préviens, si tu lui rends le GSM, je porte plainte pour intrusion dans ma vie privée. »

-« Tiens, tu n'en demandes plus la garde ? » s'étonne Duo qui n'a pas bronché pendant le laïus.

-« Ne me tente pas », dit-il en partant.

Dès que la porte se ferme, Timothy apparaît paniqué.

-« Je l'aime bien, mais je ne veux pas devoir aller vivre tout le temps chez lui. »

-« Il n'y a aucun risque qu'un juge lui donne la garde Tim. Il ne renoncera jamais aux missions pour toi. Il ne trouvera jamais personne pour te garder pendant ses multiples absences. »

-« Même pas toi ? » panique l'enfant.

Il sent sa respiration se bloquer, il chercher frénétiquement son inhalateur. Duo ouvre un tiroir dans le hall et lui en tend un.

-« À part moi, alors autant qu'on te laisse chez moi. Tu as peut faire du cheval ? » demande-t-il une fois que son fils respire plus calmement.

-« Oui, chez Relena. »

-« Oh, tu as eu la chance de la côtoyer ! »

-« On a mangé deux fois chez elle. Ça, j'aimais moins devoir bien me tenir à table, ne pas participer à la conversation. Papa est parti faire une longue promenade alors c'est son palefrenier qui m'a montré comment m'occuper des chevaux. J'ai même pu faire celui de papa pour lui montrer quand il est revenu », sourit-il de toutes ses dents en se rendant dans la salle à manger pour prendre le repas léger.

-« Trowa était avec vous ? »

-« Non, il était en mission. Papa, j'ai plus ma veilleuse, papa l'a détruite quand il l'a vue. J'ai eu peur qu'il fasse pareil avec le GSM », dit-il en se faisant une tartine.

-« Ça m'ennuie plus de ne plus pouvoir te donner le GSM surtout pour les grandes vacances. Et c'est quoi cette histoire de ménage ? »

-« Il y avait du désordre partout et une demi-semaine de vaisselle. Il m'a proposé dix crédits pour tout ranger. »

-« Il t'a payé au moins ? Pas que j'estime que tu aurais dû le faire pour de l'argent, mais s'il le dit, il doit le faire. »

-« Oui, oui. Et toi qu'est-ce que tu as fait ? »

-« Les courses et une brocante dimanche matin. J'ai trouvé un livre sur faire ses légumes et fruits avec les graines, noyaux et autres. J'ai déjà installé une planche face à la fenêtre pour mettre nos semis. »

-« Oh, on va bien s'amuser, ça va être cool de manger ce qu'on a fait pousser sans devoir acheter des graines, ça va encore être moins cher. »

Duo sourit à son fils, heureux qu'il le prenne si bien.

-« Il est bon ce pain avec toutes ses petites graines. J'aime bien les tranches plus grosses, tu l'as acheté où ? »

-« L'autre jour à la boulangerie, j'ai vu une dame qui demandait du vieux pain pour ses animaux et j'ai vu que ceux qu'elle achetait n'avaient presque rien. Du coup, j'ai été en acheter. Et pour trois crédits, j'ai reçu un gros sac avec des pains, des pistolets. J'ai coupé tout ce que j'ai pu avec le peu de place qui restait dans le congélateur. Le reste je vais faire sécher pour faire de la chapelure. »

-« Il est délicieux, et jeter ça, c'est du gaspillage. »

Maxwell éclate de rire, c'est vrai que les chiens ne font pas des chats. Il avait toujours eu horreur de jeter, voir Heero agir ainsi lui avait souvent tapé sur les nerfs.

-« Avec quoi l'as-tu coupé ? » Demande Tim en se faisant une autre tartine.

-« Une trancheuse que j'ai achetée sur la brocante. C'est quand je l'ai vue que j'ai repensé aux pains. »

-« Dommage qu'on a qu'un congélateur. Si le potager va bien, on va avoir plein de choses à conserver. »

-« Je vais essayer d'en acheter un deuxième au solde de juillet », sourit-il.

Le reste du repas passe en se racontant d'autres détails du week-end. Timothy va à la douche et se met au lit avec le sourire. Duo lui dit bonne nuit avant de laisser la porte entrouverte et la lumière dans le couloir.

Lundi, Tim revient de l'école avec les pépins de pomme qu'il a pris sur le trognon de celle d'un ami. Ils les mettent dans un pot de yaourt avec un peu de terre du jardin. Puis il va promener Sam qui n'attend que ça pouvoir se dégourdir les pattes après être resté seul à la maison toute la journée.

Jeudi, Duo a à peine repris le travail après sa pause de midi qu'on l'appelle. Il dépose sa clef sur le coffre et se rend à la réception, l'angoisse au ventre, il espère que ce n'est pas l'école pour lui dire que Timothy est malade.

Il s'étonne en voyant Trowa l'attendre. Est-ce qu'Heero a envoyé son amant pour lui proposer quelque chose à trois ? Il espère que non, sa haine pour son ex-mari augmente encore un peu. Il ne peut pas lui foutre la paix et juste s'occuper convenablement de Tim.

-« Tiens, je sais que Timothy voulait aller au cirque », dit Barton en tendant deux places.

-« En quel honneur ? » demande Maxwell légèrement sur la défensive.

-« Ton fils est adorable. Heero ne te facilite pas la vie. »

-« Merci pour lui », dit-il en prenant enfin les deux places.

C'est vrai que Tim lui avait demandé pour y aller, mais il savait son budget trop serré pour cela. Il avait eu son chien, il ne pouvait pas céder sur tout.

La semaine file, tous les soirs, le gamin promène son chien avant de donner un coup de main dans le ménage. Ils sont heureux de voir arriver le week-end et de pouvoir le passer ensemble surtout et pour Timothy de pouvoir retourner chez les scouts.

Vendredi soir, alors qu'ils vont faire la vaisselle, Duo se décide à lui dire qu'ils vont aller au cirque, samedi après-midi. Tim se jette dans ses bras.

-« Oh merci. »

-« Trowa a amené des places parce que tu es adorable, il paraît. »

-« Oh, je le remercierai. »

-« Peut-être pas devant ton père, je ne suis pas sûr qu'il soit au courant. »

Il n'aime pas que son fils fasse des cachotteries, seulement il ne voulait pas non plus perdre un allié et quelqu'un qui surveillait son enfant quand il était chez Heero.

Ils avaient apprécié tous les deux le spectacle. Timothy avait adoré la visite au mini zoo et pouvoir regarder les animaux avant et après le spectacle.

Début juin, Duo surveille son compte bancaire. Seulement, il doit bien se rendre à l'évidence, Heero n'a pas repris les paiements. Il ne va pas coucher avec son ex-mari pour qu'il paye, mais son refus peut avoir entraîné la sanction quoiqu'il lui avait dit que c'était une erreur les deux cent cinquante crédits.

À la fin du mois, il préviendra son avocat, le mois de juin n'est pas fini, il peut encore payer, mais il en doute, la pension alimentaire arrive toujours avant le dix quand elle vient.

Chaque fois qu'il entame un nouveau pain dans le congélateur, il met les deux crédits dans un pot. De cette façon, il voit ce qu'il économise et se faire également une poire pour la soif ou des achats urgents non prévus.

Avec le retour des beaux jours et de la chaleur, ils sont de plus en plus souvent dans le jardin à s'occuper du potager. Ils ont déjà ramassé plusieurs des radis. Ils ont fait des promenades également pour cueillir des fruits des bois, leur stock de confiture diminuant.

-« On devrait planter un groseillier » lâche Timothy alors qu'il arrache de mauvaises herbes dans le parterre.

-« Oui, d'ici deux ans on aurait nos gelées. »

-« Tu crois qu'on pourrait le faire pousser ? »

-« Oui, on pourrait, mais ça risque d'être long avant qu'il ne produise. »

-« Je me demande où on va aller avec papa en vacances ? »

-« Sûrement à la montagne », lâche Maxwell en amenant le seau de mauvaises herbes dans le compost.

-« Dis papa, on pourra aller quand même une journée à la mer pendant tes congés ? »

-« Oui Tim, on essayera, s'il fait beau. »

-« Qu'est-ce que tu vas faire pendant que je serai au camp ? »

-« Je n'en sais rien, je verrais. »

-« Papa, tu as un amoureux. »

Duo écarquille les yeux de surprise.

-« Pourquoi tu me demandes ça ? »

-« Papa me le demande souvent, je voulais juste savoir si je ne le connaissais pas ou s'il n'existait pas. »

-« Il n'y en a pas », sourit Maxwell. « Allez, viens on rentre, tu as école demain et tu as encore ta douche à prendre. »

Timothy appelle son chien qui a couru comme un fou dans le jardin pendant qu'ils travaillaient. L'enfant file dans la salle de bain pendant que Duo lui prépare ses vêtements pour demain.

-« C'est agréable de travailler dans le jardin avant d'aller dormir, c'est mieux que la TV », dit Tim en se glissant sous les couvertures.

-« Je trouve aussi. Dors bien, fais de beaux rêves. »

-« Je vais chez papa le week-end prochain ? »

-« Il n'a pas annulé en tout cas. Dors bien », dit-il en embrassant le front de son enfant.

Il met la porte contre et laisse la lumière dans le couloir, il l'éteindra quand il ira se coucher. Il descend pour s'occuper un peu du ménage avant d'aller aussi au lit.

Tout en s'activant, il repense aux paroles de son fils. Est-ce que d'avoir un compagnon lui manque ? Il n'en est pas persuadé, sa vie est assez remplie comme ça, il ne sait pas quand il aurait du temps à lui consacrer. Parce que oui, il aime sa vie comme elle est devenue, cela ne le gêne pas d'être seul dans ses activités. Les week-ends où il n'a pas son fils, cela lui fait même du bien de pouvoir vivre comme bon lui semble sans contraintes, sans horaire hyper serré.

C'est vrai qu'il a déjà eu l'occasion de tirer un coup à la sauvette, mais ce n'est pas ça aimer, il ne voit pas où est l'intérêt, les plaisirs solitaires ont du bon aussi. Si l'autre attend plus qu'un coup d'un soir, il sera déçu, il n'aime pas faire du mal aux gens.

Samedi matin, Duo angoisse jusqu'au moment où Heero vient sonner à leur porte. Il stresse surtout pour son enfant même si les retards de son ex l'ennuie, car il ne peut pas se mettre en route tant que Yuy n'est pas passé.

Depuis qu'il a décidé de partir de la maison avec Timothy si Heero avait plus qu'une heure de retard, ça n'est plus jamais arrivé comme s'il l'avait senti.

C'est avec soulagement qu'ils entendent le carillon teinter.

Pour une fois, c'est Heero qui va porter le sac de voyage de son fils dans la chambre d'ami une fois arrivé à l'appartement de fonction. Timothy le regarde faire ahuri retourner tout à la recherche de quelque chose.

-« Vide tes poches ! » finit-il par dire.

L'enfant s'exécute, il sort ses clefs sur un camion de pompier, son inhalateur, il les retourne comme il l'a vu faire dans les films pour lui montrer qu'elles sont vides.

Satisfait que Duo ne lui ait pas donné le GSM, Yuy s'en va. Timothy se rend à son sac et regarde le carnage, toutes ses affaires sont froissées. Il les replie comme il peut avant d'aller retrouver Trowa dans la cuisine. Ce dernier lui fait un grand sourire avant de dire.

-« Merci. »

-« Merci à toi pour les places de cirque, c'était génial. Mais pourquoi tu me remercies ? »

-« Heero m'a dit que c'était toi qui avais rangé et fais la vaisselle quand tu étais venu. »

-« C'est naturel. Si au moins la vaisselle trempait. Tu es rentré il y a longtemps ? » demande Tim.

Il va s'installer près de Trowa pour l'aider à couper des légumes pour une soupe.

-« Mercredi après ta visite. »

-« Tu sais ce qui est prévu ce week-end ? »

-« Non, il est morose ces derniers temps, il ne parle plus beaucoup. »

Timothy lui sourit avant de prendre une carotte et la couper en rondelle. Il est à la troisième quand Heero entre dans la cuisine en demandant.

-« Tu ne veux pas aller faire un tour de vélo dans le parc ? »

-« Si pourquoi pas. Tu viens avec moi ? » interroge le gamin.

-« Pour t'y emmener, je ne vais pas rester à te regarder rouler. Je viendrais te chercher quand le repas sera prêt. »

Timothy se lève, va se laver les mains et suit son père.

-« Qu'est-ce qu'on fait après-midi ? » demande-t-il quand ils arrivent à la porte.

-« On va au tennis. Je n'ai pas payé un abonnement pour toi pour rien. Et puis, on ne sera pas dans les jambes de Trowa pour qu'il fasse le ménage. »

-« Tu ne l'aides jamais ? » Interroge Timothy au moment où ils remontent avec la bicyclette.

Heero le regarde comme s'il avait dit la plus grosse des bêtises avant de l'aider à traverser avec son vélo.

-« Tu n'aidais pas papa dans le ménage ? » insiste Tim.

-« Bien sûr que si, mais surtout avant ta venue. On faisait tout ensemble à cette époque », lâche-t-il sur un ton de reproche.

Timothy sent une boule se faire dans son estomac. Il va enfourcher sa bicyclette pour rouler dans le parc quand Heero lui demande.

-« Papa ne te parle jamais de notre vie avant la séparation ? »

-« Pas souvent. »

-« Va. »

Yuy sent la colère grandir à nouveau en lui, Duo ne l'a jamais aimé, il s'est servi de lui pour obtenir son fils et sa maison. Timothy est autant son fils que le sien, et puisqu'il n'est pas d'accord avec l'éducation qu'il lui donne, il le fera changer.

En rentrant dans l'appartement, il fait signe à Trowa, celui-ci se lève directement pour le suivre dans la chambre.

µµµ

Calmé et plus serein, Heero réfléchit tout en caressant le dos de son amant. Il s'étonne de le sentir si tendu.

-« Tu n'as rien sur le feu. »

-« Non, mais si tu veux aller au tennis, il faut que je finisse le repas et puis Timothy est seul dans le parc. »

-« Il vient d'avoir neuf ans, ce n'est plus un bébé. Tu es comme Duo, tu le couves bien trop, il ne deviendra jamais un homme. »

-« Mais si, et il sera merveilleux, seulement il ne se construit pas dans la violence comme nous. »

-« Tu as peut-être raison. On mange dans combien de temps ? »

-« Une demi-heure, tu veux bien aller chercher du pain ? »

-« Je vais envoyer Timothy. »

Ils se lèvent tous les deux pour s'habiller et reprendre le cours de leur vie. Pendant que Trowa finit sa soupe, Heero se rend au parc. Le gamin avait déposé son vélo contre un arbre et s'amusait avec d'autres enfants.

Dès qu'il voit son père, il dit au revoir, prend sa bicyclette et court vers lui.

-« Je vais rentrer ton vélo, tu vas à la boulangerie chercher un grand carré. »

-« Blanc, complet, gris ? » demande-t-il.

-« Blanc ! » s'étonne Yuy.

-« D'accord » dit-il en prenant les cinq crédits que lui tend Heero.

En sautillant, il s'en va vers le coin de la rue, il regarde convenablement à droite et à gauche avant de traverser.

Quand il revient, il sonne à l'interphone, c'est son père qui lui répond. La porte est contre quand il arrive au troisième étage. Il va déposer son pain dans la cuisine. La table y est mise et la soupe cuit lentement, Trowa est en train de mettre la charcuterie sur la table. Tim lui sourit et part vers sa chambre.

µµµ

Heero apprécie son après-midi avec son fils, de le voir courir derrière la balle. Même s'il ne joue pas souvent, il constate que l'enfant a fait des progrès et que c'est beaucoup plus agréable de jouer contre lui.

C'est sur le chemin du retour quand son père le ramène à Duo que Timothy lui demande.

-« Tu as déjà réservé pour les grandes vacances ? »

-« Oui, nous irons en montagne durant quinze jours. »

-« Cool, j'aime bien la montagne, pêcher, marcher à la recherche des animaux. »

-« Et tu vas quelque part avec Duo ? »

-« Non, on ira sûrement une journée à la mer. Promener dans les bois pour ramasser des mûres, myrtilles et framboises pour faire des confitures. »

-« Tu trouves ça amusant ? » s'étonne Yuy de l'enthousiasme de son fils.

-« Oui, j'adore comme travailler dans le potager. »

Heero ne comprend pas comment son enfant peut aimer, ç'a toujours été une corvée pour lui et ce n'était pas meilleur parce qu'on l'avait fait soi-même. Il n'a jamais goûté la différence.

Timothy sort sa clef et embrasse son père avant de rentrer dans la maison. Duo lui ouvre les bras heureux de le revoir, ne pas avoir le contact même par un simple SMS a été un calvaire pour lui.

µµµ

Il y a trois mois que Sam fait partie de leur vie quand on sonne à la porte, directement le chien se met à aboyer comme à chaque fois.

-« Panier Sam », ordonne Maxwell.

Puis il se rend à la porte d'entrée.

-« Oui ? »

-« SPA, je viens voir le chien que vous avez adopté », répond l'homme.

-« Oh, il est dans la buanderie, si vous voulez bien me suivre. »

-« C'est qui ? Bonjour monsieur », dit Tim en arrivant.

-« Bonjour, je viens voir votre chien », sourit-il.

-« Pas le reprendre ! » panique le gamin.

-« S'il est bien traité, je ne vois pas pourquoi. »

-« Sam, viens bonhomme », appelle Timothy.

Le chien arrive de la pièce du fond.

-« Papa veut qu'il dorme là, moi j'aurai voulu dans ma chambre, mais il ne veut pas. »

-« Il a une belle pièce pour lui. Il doit être mieux ici pour dormir. S'il veut boire, s'il veut jouer, il ne va pas te déranger », expose le représentant.

-« C'est son univers, il y est aussi quand il n'y a personne dans la maison », précise Maxwell.

-« Il a l'air super heureux, ça fait plaisir à voir en tout cas. Merci pour lui, à bientôt »

Duo reconduit l'homme à la porte, Timothy tenant Sam par le collier, le caressant de l'autre main, un grand sourire aux lèvres.

À Suivre…

Chap 18 - Chap 20

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire