banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 21


Duo, depuis le départ de son fils, fait des heures supplémentaires, enfin pas tellement supplémentaires dans un premier temps. Il doit récupérer les trois jours qu'il a pris quand Timothy a été malade avant qu'il ne trouve quelqu'un pour le garder à son domicile.

Il soupire en finissant de remonter le moteur de la Jeep qui doit partir en mission. Il n'aura pas beaucoup vu son enfant durant les vacances. Il lui manque atrocement. Il sera heureux de pouvoir profiter de ses quinze jours de vacances avec lui. Il garde sa dernière semaine de congé pour Noël, il ne lui a pas encore dit. Ils iront voir les marchés de Noël et les crèches dans la région. Il a décidé que la cagnotte-pain servira pour ça. Et puis il l'a si peu vu ces derniers temps qu'il veut pouvoir passer un moment avec son fils.

L'équipe de nuit est arrivée depuis une grosse heure, il a fait ses deux heures trente, il va aller acheter une portion de Pizza avant de rentrer. Sans les frais de garderie, il peut se le permettre ce mois-ci et vu l'heure, il n'a pas encore envie de se mettre derrière les fourneaux.

En passant devant le restaurant « le clocher » celui où Heero et lui allaient souvent avant l'arrivée de Timothy, Maxwell regarde vers la devanture. Face à lui, il y a Yuy et Barton sur la gauche.

Si lui a changé ses habitudes pour penser moins à son ex-mari afin d'arriver à remonter la pente et l'oublier comme le mal qu'il lui a fait, on dirait qu'Heero entretient ces moments-là.

Il n'a pas vu Timothy. Dommage, seulement il était peut-être à la toilette. C'est ce qui le motive à repasser devant l'établissement pour rentrer chez lui après avoir mangé debout dans un coin de la Pizzeria. Oui, il va faire un léger détour juste pour voir son gamin deux minutes.

En arrivant au restaurant, il est ravi de voir que son ex est toujours là, mais toujours pas de Timothy. Il s'arrête et constate qu'il n'y a que deux couverts. C'est vrai qu'ils ont le droit de sortir en amoureux, il aurait dû le faire plus souvent à l'époque où il était avec Heero pour lui prouver son amour.

Tant pis, il ne verra pas son petit bonhomme et il ne va pas regretter ses choix même si Heero restera l'amour de sa vie et peut-être le seul. Il ne pouvait pas sacrifier ses principes et souffrir pour juste vivre à ses côtés. Il aurait peut-être dû demander à Heero sa conception de la vie avant de la découvrir dans la douleur.

Arrivé à la maison, il libère Sam et lui met sa laisse, il va courir avec lui jusqu'au petit bois. Ça fait long aussi pour cette pauvre bête de rester seul durant plus de douze heures. Demain, il soupait chez Quatre, l'animal sera encore tout seul. Seulement le fils de Quatre avait une peur bleue des chiens. C'est pour ça que le couple Winner et les enfants ne viennent plus chez eux depuis l'adoption de Sam.

La soirée reste le plus pénible pour Maxwell, ce qui lui semble bizarre vu que les autres soirs, il est seul aussi, son fils dormant à l'étage. Il est presque vingt-deux heures quand il va au lit.

Au matin, il se prépare, va promener Sam avant de l'enfermer dans la buanderie avec sa nourriture, ses jouets et son eau. Au soir, il le laissera dans le jardin, il y a de toute façon un abri pour qu'il puisse se coucher, il aura moins de scrupule de le laisser seul à nouveau. Il rentrera de toute façon pour aller lui faire faire une promenade avant de le mettre dans le jardin.

Satisfait de son programme, il peut se rendre au travail, les équipes sont réduites vu ceux qui sont en vacances. Il ne chôme pas et n'a pas le temps de trop penser à Tim. Dire qu'il sera à peine rentré qu'il repartira pour dix jours, s'il ne voulait pas autant que Timothy puisse garder des contacts avec son père, il ne le laisserait pas partir aussi longtemps.

Il secoue la tête pour chasses ses mauvaises ondes. Il fait ça pour le bien de son fils, tant pis si lui souffre de son absence.

À dix-huit heures trente, Maxwell quitte le travail, il va courir un peu avec Sam avant de prendre sa douche et se préparer pour sa soirée chez les Winner. Le temps étant clément, il laisse Sam dans le jardin, en cas de pluie, il peut s'abriter sous les escaliers qui vont sur le balcon au premier.

Il se dirige d'un pas rapide vers l'arrêt du bus, il tourne la tête vers « le Virginia » où ils allaient souvent le mardi puisque « le Clocher » est fermé ce jour-là. Il ne s'attendait pas tout à voir Heero installé dans leur coin, Trowa devant lui et seulement deux couverts.

Maxwell sent la colère gronder en lui, Timothy se tient très bien dans les restaurants, il n'a pas à le laisser comme ça tout seul avec un baby-sitter. C'est à son père qu'il le confie, pas à des étrangers.

Tant pis s'il rate son bus, il prendra le suivant et s'excusera auprès de Quatre et Dorothy. Il entre dans le restaurant. Le maître d'hôtel jette un œil vers Heero puis se met devant Duo. Ils sont venus assez pour qu'il se rappelle de lui et avec qui il était en couple.

-« Vous aviez réservé ? » demande-t-il.

-« C'est nouveau qu'il faille une réservation ! Je ne viens pas faire d'esclandre, juste demander à mon ex où est notre fils dont il a la garde pour l'instant. Ça fait deux jours que je le vois dans des restaurants et sans lui. »

-« J'appelle ça de l'esclandre », rétorque le maître d'hôtel.

-« Je n'en viendrais pas aux mains. »

Quand Duo quitte l'homme du regard, c'est pour voir Heero qui l'observe. Il n'arrive pas à savoir s'il est ravi, ennuyé ou en colère.

Yuy finit par déposer ses couverts, dire deux mots à Trowa et se lever. Quand il n'est plus qu'à trois pas, il lui sourit.

-« Messieurs, allez régler ça dehors, s'il vous plaît », tente le maître d'hôtel.

-« Tu viens souper avec nous ? » demande Heero.

-« Si trois personnes, ça ne te gêne pas, pourquoi ne prends-tu pas Timothy ? » réplique Duo.

-« Il faut bien que je l'occupe pendant que je travaille, puisque tu m'obliges à le prendre un mois. »

-« Ça ne devrait pas être une obligation, mais un plaisir », dit froidement Maxwell.

-« Messieurs », intervient l'homme.

-« Ça serait un plaisir si je pouvais le prendre quand j'en ai le temps. »

-« Où est-il ? »

-« Tu n'en as pas la garde pour l'instant. Ça ne te regarde pas. »

-« Tu le paieras un jour, Heero. À force de lui donner l'impression que tu le rejettes », lâche Maxwell avant de sortir du restaurant.

Une fois dehors, Duo sort son GSM pour prévenir Quatre de son retard.

-« J'ai loupé mon bus, je prends le suivant. »

-« Tu veux que je vienne te chercher ? » propose l'héritier.

-« Quat', le temps que tu arrives mon bus sera là. »

-« Tout va bien ? Tu as une drôle de voix. »

-« Oui, je dois juste me calmer un peu. »

Une idée venait de germer dans son esprit. Trowa lui dira où était son fils. Il allait lui envoyer un SMS. Il se doute qu'il ne lui répondra pas tout de suite, mais il espère bien qu'il va le faire plus tard dans la soirée.

Dès qu'il est à l'arrêt du bus, il rédige un SMS et l'envoie. Il soupire, ce qu'il a dit à Heero, il le pense. Il viendra un jour où Timothy n'aura plus envie d'aller chez son père. Il lui parle plus de Trowa et de ce qu'il fait avec lui que l'inverse.

Il n'a pas le temps de ranger son téléphone qu'il reçoit.

« Heero vient de me parler outré de ta demande que je trouve légitime.

Timothy est à un stage de natation. Il rentre vendredi et on va en vacances quinze jours en Ardèche. »

Maxwell est surpris qu'il ait pu écrire tellement de choses en si peu de temps qu'un deuxième message arrive.

« Nos messages ont dû se croiser »

Duo sourit et lui répond.

« Sûrement, merci Trowa. »

En montant dans le bus, Maxwell plaint Barton, lui ne saurait pas vivre comme ça.

Arrivé devant la demeure Winner, il sonne, rapidement son ami vient lui ouvrir, lui sourit en disant.

-« Ça a l'air d'aller mieux. »

-« Oui, Trowa m'a rassuré. »

-« Qu'est-ce qui s'est encore passé avec Heero ! » soupire Quatre.

-« Ça fait deux jours que je le croise dans des restaurants sans Tim. »

-« Oh ! » ne peut s'empêcher de couper l'héritier.

-« J'ai été lui demander des comptes. »

-« D'où ton ratage de bus. »

-« Oui, il n'a rien voulu me dire, mais Trowa m'a envoyé un SMS pour me dire que mon gamin était en stage et qu'ils partent en vacances après. »

-« Tu as l'air de ne plus lui en vouloir. »

-« Trowa n'est pas le fautif dans cette histoire. D'accord, il savait qu'Heero était en couple, mais il n'est pas venu le chercher et même il l'aurait fait. Heero n'avait qu'à pas céder. Tu crois que je n'ai jamais été dragué pendant que j'étais avec Heero. Je suis persuadé que ça t'arrive. »

-« Oui, on peut regarder le menu tant qu'on ne consomme pas », dit-il en montrant un divan à son ami.

-« Ou que les deux soient d'accord avec le principe. Et je n'ai jamais été d'accord. Si Trowa accepte c'est son problème pas le mien. Bonjour, Dorothy, tu vas bien ? » demande-t-il en lui souriant quand elle entre dans la pièce.

-« Merveilleusement bien », répond-elle.

-« Tu resplendis en tout cas. »

-« Merci Duo. Pas trop pénible sans Tim ? »

-« Si. Encore trois semaines avant qu'il ne rentre pour une seule journée », soupire-t-il.

-« Pourquoi seulement une ? » S'étonne Quatre.

-« Il a dix jours de camp scout. »

-« Pourquoi le laisses-tu y aller si ça t'est si pénible ? » s'informe Dorothy assise à côté de son homme.

-« Il aime y aller et ne peut s'y rendre que quand je l'ai. Et vos enfants, je ne les ai pas encore vus ? »

-« Prudence est chez une copine, elle y dort et Hamin finit de ranger sa chambre », répond Dorothy.

-« Il a fait une grosse crise quand il a appris que Dorothy était enceinte. Il a tout jeté en dehors des armoires », explique Quatre.

-« Rachid le surveille ? » Demande Duo.

-« Oui, il m'a remplacé quand je t'ai entendu sonner. »

-« Félicitations en tout cas. Pas pour la crise bien sûr », sourit Maxwell.

Le couple rit à la plaisanterie.

-« Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il s'est énervé. Il ne va pas devoir partager ses jouets ni sa chambre », soupire Quatre.

-« Peut-être un peu de votre temps. Finit d'être le petit dernier », propose Duo.

-« Tu dois avoir raison », réalise Winner.

Le dîner se passe dans la bonne humeur. Hamin avait fait une apparition craintive, craignant que Duo soit venu avec le chien. Il avait regretté l'absence de Timothy pour lui tenir compagnie et jouer avec lui.

En repassant devant le restaurant, Maxwell je peux que penser à son petit bonhomme tout seul au camp. Il soupire, Heero doit vraiment penser qu'il fait pour un mieux, mais un enfant a besoin d'amour et d'attention pour pousser droit. Le pire dans l'histoire, c'est qu'il va devoir attendre samedi pour espérer que Trowa fasse téléphoner Timothy. Le manque de contact, c'est ce qui le tue, encore une chance qu'il travaille, il a déjà moins le temps de penser.

Quand il arrive chez lui, il va se changer avant d'aller faire une promenade au clair de lune avec Sam.

Pour Maxwell, les journées sont longues, trop longues. Seulement, il ne sait rien changer à cet état de fait. Il fait le grand nettoyage le week-end ou certaines soirées. Il prépare également le sac de son fils pour quand il ira en camp scout. Il met le lit pliable, sa vaisselle en plastique notée à son nom, comme toutes les affaires personnelles. Il cache dans le fond quelques friandises dans le pyjama pour lui faire une surprise.

Il va devoir faire tourner une machine dès le retour de son fils, il lui manque des sous-vêtements et des shorts.

Le 31 juillet étant un vendredi, il est impatient de rentrer chez lui pour attendre son enfant. Il prépare un souper léger de spaghetti. Tim les adore.

Il est dix-huit heures trente quand Heero, le visage fermé apparaît au bout de la rue, il ramène le petit. Plus d'une fois, il a eu envie d'envoyer un SMS à son ex pour savoir où il traînait, seulement il avait peur de se le mettre encore plus à dos.

Ses pâtes attendent dans la passoire, il les réchauffera au micro-ondes avant d'ajouter la sauce.

Il attend derrière la porte que son fils l'ouvre, il l'a laissée contre dès qu'il les a vus apparaître. Timothy fait signe à son papa qui s'en va sans un mot, puis il ouvre plus grand pour tirer sa valise à l'intérieur. Sam cavale pour se jeter dans les bras de son petit maître.

-« Oh, il se souvient de moi ! » s'exclame Tim.

-« Tu lui as manqué comme à moi », répond Duo en le serrant dans ses bras.

-« Toi aussi tu m'as manqué, c'est long un mois, un week-end ça va, mais pas un mois. »

-« En tout cas, papa voulait aussi te garder on dirait. »

-« C'est le car qui avait du retard », précise le gamin en caressant Sam.

Puis Tim se mord la joue comme s'il venait de dire une bêtise. Duo fait mine de ne rien remarquer.

-« Vous êtes allé en excursion ? » Demande Maxwell en partant vers la buanderie avec la valise de son enfant.

Il tient à faire déjà tourner une machine avec tout ce qui manque dans la valise de son fils, sinon ça ne sera pas sec. Voyant son enfant hésiter, il ajoute.

-« D'où veniez-vous ? »

Tim soupire et dit

-« Je venais d'un camp. »

-« Encore un ! » s'exclame Duo

Le gamin écarquille des yeux.

-« J'ai croisé ton père plusieurs fois au restaurant, toujours seul. J'ai été lui demander où tu étais. »

-« Tu es allé au restau sans moi ! » s'estomaque l'enfant les larmes aux yeux.

-« Non, Tim jamais, je passais devant », rassure-t-il.

Il enclenche la machine, met son bras autour des épaules de son fils et le pousse vers la cuisine en lui demandant calmement alors qu'il bouillait intérieurement.

-« Ils étaient bien tes camps ? »

-« J'y connaissais personne. Natation, j'aimais bien, escrime moins, je n'aime pas les sports de combat. »

-« Et les vacances en Ardèche ? »

-« Ça, c'était cool. »

Timothy commence à raconter pendant que Duo réchauffe le repas. Il explique tout ce qu'il a vu.

-« Là, j'ai encore dû faire de la garderie, mais c'était amusant des randonnées sans papa. On marche moins vite », sourit-il.

-« Content que tu te sois amusé. »

-« Je viens à regretter d'aller au camp scout, encore dix jours sans te voir. »

-« Tu verras dans deux ans ce que tu fais, mais celui-ci, tu y vas, j'ai payé », rappelle-t-il.

Il dépose la casserole sur la table et sert les assiettes.

-« Papa, je suis obligé d'aller un mois chez Heero ? »

-« Comment est-ce que tu viens de l'appeler ? » gronde Duo.

-« Chez mon autre papa ! » répète-t-il honteux.

-« Je préfère ça. Légalement, oui, mais si tu ne veux pas tu dois lui demander à lui, je ne servirai pas d'intermédiaire. »

Maxwell ne sait pas s'il est heureux ou triste d'entendre ce que son fils vient de dire. Heureux parce que ça veut dire qu'il aura plus son enfant, qu'il ne devra plus l'attendre autant. Mais triste pour Heero qui a déjà réussi à se mettre Timothy à dos. Heureux de savoir qu'il a vu juste, Tim se lasse de se faire rejeter. Triste parce qu'il va au-devant d'autres problèmes, Heero n'acceptera jamais que l'idée vienne du gamin. Il va encore dire qu'il a manipulé Timothy. Or il a toujours essayé de protéger l'image de son ex.

Ils mangent en racontant ce que chacun a fait durant l'absence de l'autre et puis du programme quand Tim rentrera du camp. Ils font la vaisselle ensemble, ainsi que la dernière promenade de Sam. Il est plus tard que d'habitude quand Tim va se coucher, seulement Duo voulait profiter de son fils au maximum. Avant de se coucher, il pend la machine dans la buanderie que tout soit sec demain.

Ensemble, ils vérifient le lendemain que tout est bien dans les bagages de Timothy. Malgré ça, Maxwell a réussi à cacher un sachet de bonbons dans le pyjama de son fiston.

Il est douze heures quarante-cinq quand ils partent vers la place. Timothy son sac à dos en place et la laisse de son chien en main. Duo portant le plus gros des bagages. Il y a déjà beaucoup de monde de présent, Samuel court pour se jeter dans les bras du nouvel arrivant.

-« Je suis trop content que tu viennes cette année, ce n'est pas la même chose sans toi. »

Tim lui sourit bravement, ce n'est pas qu'il n'a pas envie d'y aller, seulement ça va faire son troisième camp et là il doit quitter son papa chéri en plus.

-« Je vais porter tes affaires dans le car », précise Maxwell en s'éloignant.

Il en vient presque à regretter de l'obliger à partir, mais plus que l'argent c'est qu'il n'a rien de prévu pour son fils. Il n'y a pas de place à la garderie, il n'a pas de congé à prendre à moins de se priver de ce qu'il veut faire pour les vacances de Noël.

Il regarde une dernière fois vers son fils, ce dernier ne le quitte pas des yeux même s'il discute avec Samuel qui caresse Sam.

Il donne les bagages au moniteur.

-« Un problème Monsieur Maxwell ? »

-« Je ne sais pas si mon fils a tellement envie de partir que ça. »

-« Il vient de revenir de chez votre ex ? »

-« Oui »

-« Si vraiment, ça ne va pas, ma femme peut le ramener dans cinq jours en reprenant les petits du mini camp. »

-« Merci, je vais lui dire, il partira le cœur plus léger. »

Un grand sourire aux lèvres, Duo se dirige vers lui pour lui annoncer l'alternative.

-« C'est vrai si tu me manques de trop, je peux revenir vendredi ? »

-« Oui, je m'arrangerai avec le travail. »

-« Je t'aime papa », dit-il en le serrant dans ses bras

Debout au milieu des autres parents, Maxwell, la laisse en main, fait au revoir à son fils. Il espère qu'il finisse pour s'amuser et ne pas vouloir rentrer avant mercredi. Il a pris des arrangements pour être en congé à partir de jeudi en huit. Tim sait déjà que son papa ne sera pas là pour l'accueillir qu'il revient avec la maman de Samuel et que c'est là que son papa viendra le chercher.

Dorothy voulait bien le faire également, seulement quand les parents de Samuel lui ont proposé, Duo s'est dit que c'était moins de tracas pour ses amis.

Et le temps recommence à avancer lentement pour le mécanicien, des journées beaucoup trop longues, une maison bien vide. Encore une chance qu'ils ont adopté Sam, ça aurait été un été mortel.

Vendredi le cœur de Duo balance, il a envie de revoir son fils et passer du temps avec lui et de l'autre côté, il a envie de pouvoir prendre une semaine de congé après Noël.

Il avait gardé son GSM sur lui et quand il sonne vers dix heures, il est heureux d'être fixé sur son sort.

-« Allo ! »

-« Papa, oh je m'attendais à tomber sur ta boîte vocale », rigole Tim.

-« J'ai demandé l'autorisation pour raison familiale. »

-« Je m'amuse beaucoup, tu me manques aussi, mais je peux rester ? »

-« Bien sûr bonhomme, on se revoit mercredi, soit sage. »

-« Je t'aime papa. »

-« Je t'adore, amuse-toi bien. »

La communication se coupe, il est heureux de l'avoir eu en ligne, plus que cinq jours et il sera à la maison.

Maxwell se remet à l'ouvrage après avoir coupé son portable cette fois.

Encore un long week-end a passer en solitaire.

À Suivre…

Chap 20 - Chap 22

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire