banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 23


Duo attendait avec Timothy l'arrivée d'Heero, sa première visite après les vacances.

À dix heures quart, Yuy sonne à la porte, Maxwell embrasse son fils et le laisse partir. Il se met à la fenêtre pour les regarder s'éloigner en grande discussion.

Tim s'était jeté dans les bras de son père, heureux de le retrouver après un mois.

-« Tu as passé de bonnes vacances ? » demande Yuy.

-« Oui, on est allé une journée à la mer, on a piqueniqué au lac, été se promener dans les bois pour ramasser des fruits. »

-« Qu'est-ce que vous en avez fait ! »

-« Des confitures, des sorbets et des glaces. On a construit une table de jardin. »

-« Pourquoi vous ne l'avez pas achetée ? »

Avec tout l'argent qu'il économise en faisant de la nourriture lui-même. En n'allant jamais au restaurant, on achetant en seconde main, il doit avoir un compte bancaire bien plein, il pourrait se permettre des folies de temps en temps.

Il n'aurait jamais cru que Duo puisse être aussi radin.

-« Papa a dit que c'était trop cher. Il me l'a dit aussi quand j'ai voulu une piscine. Pourtant après je lui ai montré comment on pouvait en faire une nous-même en creusant le sol et avec une bâche », soupire Tim.

-« Si tu veux une piscine, Duo n'a pas à te l'interdire, tu es chez toi, c'est ta maison », lâche-t-il.

-« Comment ça, c'est ma maison ? » s'étonne le gamin.

-« Quand on a divorcé, on l'a mise à ton nom. On paye chacun la moitié pour toi. »

-« Oh »

-« Donc, si tu veux une piscine, c'est ton droit », insiste Heero.

-« On s'était tellement amusé à construire la table que je m'étais dit qu'on s'amuserait aussi en faisant la piscine », soupire-t-il.

Tout en discutant, ils étaient arrivés à l'appartement de Yuy. Timothy va dire bonjour à Trowa, puis il amène son sac dans sa chambre.

Quand il revient, son père est devant son ordinateur.

-« Qu'est-ce qu'on fait ce week-end ? » demande le gamin.

-« Dimanche on a tir, je n'ai rien prévu pour samedi. Viens me montrer le site. »

Heureux que son père s'occupe de lui pour une fois, il vient s'installer à côté de lui. Il lui dit les mots de recherche qu'il a utilisés. Ils retrouvent rapidement le site. Yuy cherche aussi les sites de construction pour voir les prix.

Au bout d'une heure, Trowa vient voir ce qu'ils font.

-« Duo veut encore priver Timothy de quelque chose. Je ne suis pas d'accord. »

-« Il veut le priver de quoi ? » s'informe Barton.

-« Une piscine ! » réplique Heero.

-« Tu vas payer la moitié ? » demande innocemment Trowa.

-« S'il faut pourquoi pas. »

Timothy finit par se lasser, son père fouillant les sites de vente, de construction. Il copie des documents qu'il transfert sur une clef USB. Il est midi qu'il est toujours occupé à ça.

Le gamin rejoint Trowa dans la cuisine pour l'aider avec le repas se sentant à nouveau exclu des activités de son père, tant qu'il avait pu lui montrer ce qu'il aurait voulu c'était amusant.

-« On ne va pas rester enfermé ? » demande Tim durant le repas.

-« Tu peux aller jouer dans le parc avec ton vélo », propose Heero.

-« Qu'est-ce que vous allez faire ? » insiste Timothy.

-« Je vais continuer mes recherches. Trowa, je ne sais pas. Tu préfères une piscine à creuser ou tubulaire ? »

-« À creuser, on peut plus nager dedans », sourit-il.

-« Il y a des tubulaires rectangulaires de quatre mètres sur deux avec une profondeur d'un mètre. »

-« Ce qui coûte le moins cher », réplique l'enfant avant de se faire une autre tartine.

-« Ce n'est pas comme ça que tu dois réfléchir », soupire Yuy.

Il le savait que Duo avec sa radinerie finirait par corrompre son fils. L'argent est fait pour être dépensé de manière à relancer l'économie, faire vivre les commerces et non être accumulés sur un compte. Si on ne va pas dans les restaurants, ils ferment.

-« Alors qu'est-ce que tu préfères ? » insiste Heero.

-« Une grande pour nager. »

-« Plus elle sera grande, moins tu auras de jardin pour jouer », tente Trowa.

Il se faire directement fusiller du regard pour son amant.

-« Au départ, j'en aurai voulu une comme mon copain Mathieu, une ronde de quatre mètres de diamètre. J'ai été plusieurs fois dedans pendant les vacances, c'était cool, mais j'aime nager. »

Après-midi Timothy va faire les courses avec Trowa pendant que son père continue ses recherches. Il ne trouve plus ça amusant que Heero s'intéresse à ses envies.

Dimanche, il va au tir avec son papa, il est heureux de retrouver quelques copains comme la semaine dernière quand il a recommencé les scouts.

Le week-end a filé, mais moins qu'avec son papa Duo. En partant, il voit son père prendre une enveloppe. Il espère qu'il va la déposer dans la boîte aux lettres, mais le connaissant, il a un doute.

Arrivé devant la maison, Heero lui ordonne.

-« Tu appelles ton père ! »

-« Je peux lui remettre si tu veux. »

-« Non ! »

Avec un soupire, il ouvre la porte et dit.

-« Papa ! »

Maxwell arrive le visage fermé, la meilleure défense étant l'attaque, il lâche en voyant l'enveloppe.

-« C'est les arriérés de la pension alimentaire ? Tu pouvais les verser sur mon compte. »

Tout comme lui, Heero doit avoir reçu l'assignation au tribunal pour le mois de novembre.

-« Tu n'as pas à priver Timothy d'une piscine. Je t'ai mis trois propositions. Tu me dis laquelle tu as choisie, je paye la moitié quand tu me montres la facture », dit-il en lui mettant l'enveloppe en main.

Duo reste debout dans l'encadrement, il soupire en le regardant partir. Quand il se retourne, c'est pour constater que Tim regarde ses pieds. Sam gémit à côté de lui, son fils doit vraiment être mal dans sa peau.

-« Je suis désolé, papa. »

-« De quoi ? »

Il aurait bien envie d'ajouter, ce n'est pas ta faute si ton père est un connard.

-« Il m'a demandé ce qu'on avait fait pendant les vacances. Je lui ai expliqué pour la table, puis dit que j'avais voulu qu'on construise aussi une piscine parce qu'on s'était bien amusé. »

-« Tu veux tellement une piscine ? Avec le travail, l'école, le potager, le jardin, l'heure à laquelle on revient à la maison et puis Sam. »

-« Oui, ça me plairait, juste passer le maillot et pouvoir aller dedans, jouer dans l'eau, inviter des copains comme Mathieu. »

-« D'accord, je vais y réfléchir. Si ton père me rembourse la moitié, je vais regarder dans mon budget si c'est faisable, mais pour le printemps. »

-« Si tu ne veux pas, ce n'est pas grave non plus. »

-« Allez viens souper, il est temps. Et tu t'es bien amusé ? Vous recommencez à aller au tir ? »

-« J'ai été faire les courses avec Trowa pendant que papa regardait les prix. Ça va vite avec lui. Hop, hop, hop dans le caddy, rayon par rayon sans liste. Et oui, il nous a réinscrits au tir. »

µµµ

Le temps reprend son cours, début novembre Duo reçoit cent vingt-cinq crédits pour la pension alimentaire. Son avocat ira le représenter d'ici la moitié du mois. Il ne doit pas être présent, ce qui l'arrange, il ne perd pas de jours de travail, mais il l'aurait fait. Il sait que cette fois la procédure est engagée et ne peut plus être arrêtée, ça le soulage.

Le 16 novembre, Duo reste nerveux en se demandant ce qu'Heero va encore inventer pour lui pourrir la vie. Dire qu'il devra attendre le 17 pour le savoir, il va bien dormir, soupire-t-il.

Ce week-end, Tim est allé chez son père qui lui a juste demandé s'il avait déjà pris une décision pour la piscine comme toutes les fois où il est allé depuis la remise de la lettre. Son fils lui a encore répondu.

-« Papa prendra la décision au printemps, il ne m'a rien dit. »

Qu'est-ce qu'il peut-être énervant à la longue, il aurait presque envie de lui dire non tellement ça à l'air de lui tenir à cœur.

En fin de journée, Duo est surpris d'avoir un appel en absence de son avocat quand il reprend son GSM dans son casier. S'il avait su, il aurait demandé pour garder son téléphone sur lui.

Alors qu'il marche rapidement vers la garderie, il essaye de le joindre.

-« Maître Picard, c'est Duo Maxwell. »

-« J'attendais votre coup de fil. Le procès est reporté à dans deux mois, le 15 janvier, Monsieur Yuy ne s'est pas présenté au tribunal, il n'a pas envoyé d'avocat, il va recevoir une nouvelle convocation. »

-« Il peut me faire le coup combien de fois ? » soupire-t-il.

-« On peut encore le reporter une fois, après il sera jugé par défaut et vous aurez gagné sans argumenter. »

-« S'il a une bonne excuse pour ne pas s'être présenté ? »

-« Il pouvait envoyer un représentant comme vous, il n'y en a pas eu. »

-« Dernière question, il serait venu et aurait perdu aujourd'hui ? »

-« La procédure de récupération aurait commencé demain. »

-« Donc, il vient de s'octroyer six mois de répit dans les paiements », soupire Duo.

-« Et une augmentation de dettes. »

-« Vous avez raison, bonne fin de journée, Maître Picard. »

-« Vous aussi, n'oubliez pas de noter consciencieusement ses virements. »

-« C'est fait dans le document que je vous envoie chaque fois qu'il paye avec la balance des dus. »

Arrivé devant la garderie, il voit son petit bonhomme qui l'attend la mallette sur le dos. Tout est rangé. Il regarde sa montre, il a à nouveau dix minutes de retard. Ça lui arrive au moins une fois la semaine. Là, il a certainement marché moins vite, vu qu'il était au téléphone avec son avocat.

-« Je suis désolé », dit-il à la gardienne.

-« Vu qu'il me fait gagner du temps en rangeant avec moi, ce n'est pas trop grave. »

-« Je vais essayer de trouver une solution, tout de même. »

-« Ne prenez plus de pause à midi », dit-elle en riant.

-« La diminuer, oui c'est faisable. »

-« Monsieur Maxwell, je rigolais. À demain, Timothy. »

-« À demain madame Yolande. »

Ils reprennent la direction de la maison en discutant. Tim raconte sa journée, ce qu'il a appris, ce qu'il a fait durant les récréations.

Une fois rentré, pendant que Duo prépare le souper, Timothy va promener son chien durant un quart d'heure. Puis il vide son sac de repas, son papa a déjà sorti ses affaires. Tim les rince, les sèche. Durant ce temps, Maxwell a refait les tartines du lendemain que le gamin met dans les boîtes à tartines avant de les ranger dans le frigo. Il peut maintenant mettre la table avant d'aller jouer. Quoi qu'il aime bien rester dans la cuisine pour discuter avec son père.

µµµ

Heero quitte le travail et se rend chez Bertrand. Quand lors d'une de ses sorties en solitaire, il s'est rendu compte que ce type qui le draguait ouvertement était avocat, il a répondu à ses avances. Au moins, il a ses renseignements tout en passant du bon temps et sans dépenser un centime.

Bien sûr, Bertrand lui a dit qu'il n'avait pas le droit pour lui qu'il perdrait le procès que lui intentait son ex, qu'il y aurait des frais supplémentaires. Et que si c'était dans l'espoir de payer moins chaque mois, il devait lui attaquer avec une demande de révision des montants. Mais qu'il devrait de toute façon rembourser les indus. Qu'il ne comprenait pas sa démarche sauf si c'était pour récupérer son ex ou le faire chier.

Il n'y a donc personne qui comprenne qu'il a le droit de savoir comment son argent est dépensé. Que c'est logique qu'il veuille des preuves des dépenses faites par Duo pour s'assurer qu'il l'utilise bien pour Timothy et non autres choses. C'est son fils autant que celui de Duo.

Il est persuadé qu'à la longue Duo va s'essouffler, qu'il va avoir gain de cause pour obtenir ses preuves. Et puis, s'il a tellement dur financièrement, il ne va pas savoir continuer à payer son avocat. Surtout que lui a trouvé une solution pour obtenir des conseils gratuitement et en y prenant beaucoup de plaisir. C'est vrai que l'homme aimerait plus, mais il ne veut plus de ce genre de relation. L'exclusivité ce n'est pas pour lui, il le sait.

Il veut bien admettre qu'il rêve encore souvent de son ancienne vie, qu'il avait encore des sentiments pour Duo, mais il ne saurait pas retourner à une vie rangée. Peut-être quand Timothy sera en âge d'être laissé seul à la maison, oui, ça ça lui plairait beaucoup, pour ça il doit s'assurer que Duo ne l'oublie pas et ne retrouve personne.

Duo lui appartient.

Alors qu'il sonne un sourire vient fleurir sur ses lèvres, avec les frais de tribunaux et d'avocat, il est certain qu'un jour Duo viendra pleurer devant sa porte pour obtenir de l'aide.

Bertrand lui ouvre, il va savoir un peu plus sur ce qui s'est passé aujourd'hui au tribunal.

µµµ

Début décembre, Duo aurait aimé pouvoir obtenir au moins la moitié de la pension alimentaire pour faire des folies pour les fêtes de fin d'année. Mais non, rien ne vient. Il n'a pas encore prévenu son fils qu'il avait pris congé la deuxième semaine des vacances.

Timothy lui a donné le papier pour la garderie, il l'a rempli pour seulement la première semaine pour si Heero ne le prend pas pour Noël ou qu'il n'a rien prévu pour l'occuper. Il n'a toujours pas de nouvelles pour ça non plus, mais ça, c'est normal, une mission peut débuter n'importe quand.

-« Papa, madame demande si tu ne t'es pas trompé dans l'inscription à la garderie. D'habitude, tu remplis pour quinze jours », raconte Tim en revenant de la garderie.

-« J'ai pris ma dernière semaine de congé fin d'année. »

-« Oh, je suis content, qu'est-ce qu'on fera ? »

-« Visiter des marchés de Noël et des villes. »

-« Cool, je vais peut-être pas aller à la garderie alors ! » sourit-il de toutes ses dents.

-« Sauf peut-être avec papa ou s'il ne te prend pas. »

-« On va encore savoir ça à la dernière minute », peste Timothy.

-« Ce n'est pas toujours de sa faute. Quand je partais encore en mission, on était parfois prévenu quarante-huit heures à l'avance. »

-« Ça te manque ? »

-« Pas du tout. Je me sens beaucoup mieux dans ma peau en tant que mécanicien. »

-« J'en suis heureux. »

Trois jours avant que Timothy ne doive se rendre une semaine chez son père, Duo reçoit un SMS.

Je dois partir en mission, je ne le prends pas.

Maxwell soupire, mais ça ne va rien changer à son organisation. Il va juste devoir payer la garderie en plus. Si Heero revient pour Noël, il laissera Timothy y aller, mais il n'inversera pas les semaines, pas cette fois.

En allant chercher son fils à la garderie, il voit bien qu'il est déçu. Heero doit être passé à l'école pour le prévenir.

Lundi, Duo dépose son enfant à la garderie, l'équipe est différente qu'en période d'école. Il va devoir supprimer sa pause de midi s'il veut être à l'heure après le travail.

Il mange en travaillant pour ne pas perdre de temps.

Mercredi son patron l'interpelle.

-« Maxwell la voiture de Lady Une est prête, tu peux aller la ramener au garage et lui rendre sa clef. »

-« Oui, chef. »

Il se lave les mains, met la housse pour protéger le siège et s'installe au volant. Il ne craint pas de tomber sur son ex, ça le rend heureux cette escapade.

Il salue quelques camarades, dit deux, trois mots à un autre. Ce n'est pas que son nouveau travail ne lui plaît pas loin de là, mais la vie plus cool dans les bureaux lui plaisait bien également. Il va en profiter pour dire bonjour à Quatre. Alors qu'il tourne dans le couloir, il tombe nez à nez avec Heero qui écarquille les yeux d'étonnement.

Il s'était déjà douté que son ex n'était pas toujours sur le terrain, mais là il en a la preuve. Il ne dégage pas le stress d'avant mission et encore moins celui d'un retour.

Il veut passer à côté de lui sans rien lui dire quand Heero lui attrape le bras.

-« Tu vas lui dire ? »

-« Pour qu'il souffre de savoir que tu ne veux pas de lui, certainement pas. Tu me dégoûtes c'est tout ! »

-« Je travaille, je ne le verrai presque pas », argumente-t-il.

-« C'est des excuses. La plupart des parents travaillent. Il aurait été heureux de partager un peu de temps avec toi. »

Il reprend son bras et soupire, il n'a plus le temps de passer dire bonjour à Quatre. Il sent le regard d'Heero sur lui en même temps qu'un frisson de dégoût le traverse. Qu'est-ce qu'il a pu lui trouver ? C'est certain qu'il a une gueule d'enfer, mais quand on gratte la carapace, il n'a pas beaucoup de qualité en dehors du travail ? Ou est-ce qu'il n'est plus capable de voir ses qualités ? C'est aussi possible.

Il frappe au bureau de Lady Une et attend.

-« Ah Maxwell », dit-elle quand il entre à sa demande.

-« Voici les clefs de votre véhicule. »

-« Toujours pas disposé à revenir parmi nous ? »

-« Désolé, si j'avais su que mon ex n'était pas en mission, je ne serai même pas venu ici. »

-« Pourquoi l'aurait-il été ? » s'étonne-t-elle.

-« Parce que c'est ce qu'il m'a dit pour ne pas prendre notre fils. »

-« Vous savez, il peut partir à n'importe quel moment ! »

-« Oui, j'ai travaillé ici et je peux reprendre mon fils à n'importe quand, c'est pour ça que je ne partais plus, pour palier à ses départs », dit-il toujours au garde-à-vous devant elle.

-« C'est bien dommage tout ça, vous faisiez une très bonne équipe. »

-« Je peux disposer, j'ai du travail ? »

-« Allez. »

De retour à son poste son chef lui tombe dessus.

-« Vous êtes allé discuter avec vos anciens collègues », accuse-t-il.

-« Je suis tombé sur mon ex et Lady Une m'a retenu en cherchant à me faire réintégrer ma place. »

-« Ça vous intéresse ? »

-« Pas plus que ça. Et surtout pas repartir, même si les primes de mission et de risques sont tentantes, mon gamin aurait trop à perdre », dit-il.

Il repart vers son poste de travail. Oui, il le pense. Financièrement, ils seraient plus à l'aise, mais on ne peut pas dire qu'il tire le diable par la queue parce que justement, il fait attention à ses dépenses, qu'il aime avoir de l'argent de côté. Parce qu'il n'aime pas l'idée d'avoir des crédits sur la tête. C'est idiot d'en avoir, il le constate bien avec la maison, ils ont emprunté une somme, ils doivent rembourser presque le double.

À Suivre…

Chap 22 - Chap 24

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire