banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 24


La deuxième semaine des congés de Noël est plus agréable pour Timothy. Dès le samedi, ils vont visiter un des derniers marchés de Noël de la région.

Maxwell s'en veut, c'est vrai que c'est le genre de festivités qu'il y a surtout un mois avant la fête, pas après. C'est en voulant faire un planning jeudi soir qu'il s'est rendu compte de son erreur.

Ils sont dans le bus qui les ramène chez eux quand Tim demande.

-« Qu'est-ce qu'on va faire dès demain ? »

-« Avec la neige qu'ils annoncent, il y aura de chouettes balades à faire au moins Sam pourra y participer. »

-« Oui, j'adore la neige. »

-« Je vais aussi regarder attentivement les offres d'achat pour la piscine, elle sera peut-être moins chère en hiver que quand la saison va commencer. »

-« Tu vas vraiment l'acheter ! » s'émerveille-t-il.

-« Oui, mais une comme celle de Mathieu, pas plus grand. Il faudra creuser un rien le sol avant de l'installer pour qu'elle soit à plat et à niveau. »

-« Je suis tellement content. Tu vas voir tu vas apprécier y aller également. Je pourrais inviter Samuel et sa sœur, ils sont dans un petit appartement. »

-« Oui, tu pourras, mais attends qu'elle soit installée. »

Duo avait déjà prévu d'augmenter ses factures intermédiaires d'électricité et d'eau pour ne pas avoir une trop mauvaise surprise à la clôture.

Arrivé à la maison, Tim va promener le chien pendant que Duo commence à préparer le repas.

Au matin, Maxwell ouvre son volet et constate que pour une fois la météo n'a pas menti, il y a déjà deux centimètres de neige et elle continue de tomber abondamment. Cela le fait sourire, ils iront faire une grande promenade bien habillés. Tim sera moins déçu de ne pas pouvoir visiter des marchés de Noël. Ce sera pour l'année prochaine, il verra avec son fils s'ils préfèrent trois semaines en été où comme cette année.

Il prépare le petit déjeuner de son bonhomme après avoir libéré le chien dans le jardin, il y court comme un fou en aboyant sur les flocons de neige.

Cela ne tarde pas, Timothy apparaît les yeux pétillants de bonheur pour coller son visage à la vitre.

-« Tim mes carreaux ! »

-« Désolé », dit-il en ôtant ses mains.

-« On déjeune et on va faire un tour. »

-« Dommage que je n'ai pas de luge. »

-« Je ne t'aurai pas tiré gros paresseux. »

-« Non, mais on aurait pu aller vers la prairie en pic au-dessus de la ferme. »

-« La neige est rare dans la région, c'est pour ça que je n'en ai jamais acheté. »

-« Tu crois que ça coûte cher ? »

-« Je ne sais pas, comme je ne sais pas où ça s'achète non plus. Est-ce que les magasins de jouets de la région en auraient de stock ! »

-« Se promener c'est cool », conclut Tim.

Après le déjeuner, Maxwell prépare son sac d'excursions, boissons, friandises, essuie pour eux et le chien. On ne sait jamais, la petite trousse de premier soins est déjà dans le fond. Ils passent des vêtements chauds, gants, écharpe, bonnet pour Tim et ils sont partis, Sam au bout de la laisse.

Tim est ravi de marcher dans la neige avec ses bottes fourrées. Dès qu'ils arrivent au début de la forêt, Maxwell lâche le chien.

Arrivé au-dessus de la colline qui surplombe leur ville, Duo prend à travers champs. Il s'arrête au-dessus d'une grande pente et sort un sac poubelle.

-« Mets-toi dedans. Tiens bien les bords. »

Et il pousse légèrement son fils qui dévale la dénivellation sur sa luge improvisée. Duo sourit en l'entendant rire aux éclats, Sam courant à côté de lui.

En bas, il sort du sac et court vers son père en le tenant à la main.

-« À toi papa. »

Maxwell hésite et puis pourquoi pas. Il ouvre le sac met les deux pieds dedans, s'assied quand il l'a bien remonté, il se secoue un peu et avant que son fils ne le pousse, il dévale la piste improvisée.

Quand il s'arrête, il se dit qu'il aurait dû en prendre un plus solide ou plusieurs.

-« C'est géant, comment savais-tu ? » lui demande Tim quand il arrive à sa hauteur.

-« J'ai regardé sur le net, on parlait aussi de couvercle de poubelle, mais difficile d'en prendre sur les containers. »

-« On essaye ensemble ? »

-« On va le casser. Je n'en ai qu'un pourtant ce n'est pas lourd j'aurai pu en prendre plus. »

-« Merci d'avoir regardé. »

Tim fait une dizaine de descentes avant que le sachet ne commence à se déchirer. Ce n'est pas plus mal. Duo a un peu froid à rester sans bouger sous la neige qui tombe toujours abondamment. Il est heureux de reprendre la promenade avec son fils ravi à ses côtés.

Le lendemain, il y a dix centimètres dans le jardin. Mathieu vient chercher Timothy pour faire un grand bonhomme de neige avec d'autres enfants à la fin du rond-point qu'est leur rue.

Duo en profite pour faire un peu de ménage. En fin de journée, il va contempler les œuvres des gamins du quartier. Il y a des châteaux, de simples bonshommes, des chiens réalisés grâce à la neige.

Tous les jours, ils trouvent de quoi s'occuper et sont simplement heureux d'être ensemble.

Mi-janvier AC 211, Maxwell attend avec impatience de savoir si Heero va se présenter cette fois. Mais il est presque sûr que non, il va tirer ce dossier en longueur et au maximum.

C'est sans grande surprise qu'il entend son avocat lui dire qu'il y a un report pour dans deux mois, le 16 mars.

Qu'est-ce qu'espère son ex, qu'il abandonne pour finir les poursuites par manque de moyen financier ? C'est vrai que cela l'a déjà tenté, seulement son avocat lui a bien dit que c'est Heero qui payerait tout ça quand il perdra le procès.

Et puis, il doit bien avouer que c'est devenu une question d'honneur. Il veut lui faire comprendre qu'il n'est pas toujours le plus fort et que les lois doivent être respectées, qu'il ne peut pas les réinventer à sa guise.

Mi-février, la piscine qu'il a commandée à la fin des soldes arrive. Sachant qu'Heero remboursait la moitié, il a pris le set complet avec bâche pour la couvrir et celle de sol, c'était de toute façon dans les recherches de son ex.

Il assumera seul les travaux pour la mettre à niveau, les parents de Mathieu lui ont conseillé de la mettre sur un dallage de planche. Il ira toujours voir s'il ne peut pas avoir des palettes comme pour la table de jardin.

Duo prépare le courrier pour Heero, en mettant la photocopie de la facture de la piscine. C'est Timothy qui lui donnera dès qu'il ira le week-end prochain s'il n'annule pas à la dernière minute.

Depuis qu'il a été assigné au tribunal, Heero recommence à ne plus le prendre régulièrement ce qui fait mal au cœur du gamin, comme s'il voulait le punir d'avoir autorisé Duo à l'attaquer. Du moins, Maxwell le ressentait ainsi.

En voyant le sourire radieux de son fils au coup de sonnette, Maxwell est heureux pour lui. Même s'il a un peu mal à son amour propre en constatant tout l'amour qu'il a pour Heero malgré ses mauvaises actions.

Derrière la fenêtre, il les regarde s'en aller. Une fois qu'ils sont au coin, il s'éloigne. Il a du travail devant lui, faire le ménage est plus facile sans Timothy dans les jambes, sans devoir parfois l'occuper. Non, il se ment, il préfère s'abrutir de travail que de s'ennuyer sans son gamin.

µµµ

Heero, une nouvelle fois, se dit que prendre Timothy moins fait que son fils est vraiment heureux de le retrouver. Ils ont plus de plaisir d'être ensemble. Et sans ses droits de visite régis, il serait venu chercher son enfant pour l'excursion le week-end dernier alors il lui dit.

-« Dommage que je ne pouvais pas te prendre samedi dernier, il y avait une visite d'un château fort avec le club de tir. »

-« Tu pouvais demander, papa n'aurait pas dit non, je n'étais plus venu chez toi depuis mi-décembre. »

-« Dommage que je n'ai pas ton numéro de portable, tu lui aurais fait la demande à toi il n'aurait pas refusé, à moi sûrement, tu ne le connais pas comme je le connais. »

-« Je n'ai pas de portable, papa dit que je suis trop jeune. »

Un regard noir se pose sur son enfant, le faisant tressaillir. Il en était sûr, Duo faisait ça pour ne pas respecter ses exigences, lui devait respecter la convention, mais Duo ne respectait jamais ses demandes. Son ex se moquait du monde, alors qu'il faisait tout pour créer des liens avec Timothy.

Arrivé à l'appartement, le gamin met ses affaires en place après avoir dit bonjour à Trowa. Il hésite à sortir la lettre de son père, mais le fait, s'il lui donne à la fin du week-end ce sera encore pire.

-« Papa ? »

-« Dans le salon. »

-« J'ai une lettre pour toi de papa », dit-il en lui tendant.

Il voit son père froncer les sourcils, alors il préfère aller voir Trowa, mais ce dernier est aussi tendu. Barton a toujours peur que Duo veuille récupérer Heero. Il sait que son amant y retournera dès que son ex lui proposera, il prend tout ce qu'il lui donne tant que ça dure.

-« C'est encore pour réclamer de l'argent », peste Yuy en entrant dans la cuisine.

-« De l'argent pour quoi ? » s'informe Trowa.

-« La piscine, il a mis la facture, c'est sûr que ce n'est pas la plus chère. »

-« C'est toi qui as dit que tu payerais la moitié », rappelle d'une petite voix Timothy.

-« Oui ! Je m'en souviens aussi ! » affirme Barton.

-« Je sais, mais n'empêche que je n'en profiterais pas. Et il ose me rappeler mes dires », lâche Heero en partant.

Au bout d'une demi-heure, Yuy revient dans la cuisine l'air triomphant.

-« Qu'est-ce que tu veux faire ? » demande-t-il au gamin.

-« On peut aller au zoo ? »

-« C'est une bonne idée. On part dans quinze minutes », lâche-t-il.

Trowa regarde ce qu'il a déjà préparé pour le repas de midi, soupire légèrement en rangeant tout dans le frigo. Timothy lui donne en coup de main en s'excusant.

Barton lui sourit avant de dire.

-« Ce n'est pas grave. Va vite mettre un gros pull et de bonnes chaussures. »

Il s'éclipse pour se préparer. Dans les dix minutes, tout le monde est prêt. La sortie est agréable, vu le temps froid, il n'y a pas trop de monde et moyen de circuler dans les allées. Ils ne doivent pas trop attendre au restaurant pour le repas de midi.

Ils rentrent à l'appartement vers vingt heures après s'être arrêtés dans une friterie pour y manger.

Timothy va à la douche et se met rapidement au lit, il est fourbu de fatigue d'avoir cavalé dans les sentiers. Demain il y aura le club de tir, il aime moins ça.

Dimanche à dix-sept heures quarante-cinq, Heero appelle son fils qui lit dans sa chambre.

-« Tu es prêt ? »

-« Oui papa, je ne dois plus que prendre mon sac et mettre ma veste. »

-« Tiens met ça dedans, c'est pour ton père. »

Parfois, il en a un peu marre de jouer au facteur, mais les réactions de son papa Duo étant plus modérées ça le gêne moins dans ce sens-là.

Arrivé devant la maison, Tim sort sa clef.

-« À dans quinze jours ? »

-« J'espère », réplique Heero avant de partir.

Duo attend derrière la porte, on ne sait jamais que son ex décide de rentrer avec le gamin.

-« Ç'a été ton week-end ? Tu t'es bien amusé ? »

-« Oui, on est allé au zoo. J'ai une lettre pour toi. »

-« Mets-la sur le buffet, je la lirai quand tu seras au lit », rassure Maxwell.

Il se doutait que c'était en réponse à la sienne autant ne pas s'énerver devant son fils et que ça lui gâche les retrouvailles.

µµµ

Le gamin bien bordé, Duo prend la lettre en redescendant, il s'installe dans le divan pour la lire.

Duo,

Merci pour la facture. Si tu pouvais m'en faire parvenir plus souvent sur les frais couvrants l'éducation de Timothy, nous n'en serions pas là. Et j'en payerai volontiers la moitié à la place de la pension alimentaire qui d'après le terme ne devrait couvrir que la moitié de l'alimentation de notre fils et uniquement lui.

Et sachant ce qu'il me coûte quand il vient ici et dont tu ne payes pas la moitié, cent vingt-cinq crédits, c'est grassement payé.

Pour ce qui est de la piscine, puisque Timothy va aussi en profiter et qu'elle sera peut-être encore d'actualité quand il héritera de la maison. J'en ai payé un tiers, l'argent est déjà sur ton compte

Heero.

Maxwell éclate de rire, mais un rire nerveux. Il ne sait pas s'il doit s'en vouloir de s'être encore fait roulé dans la farine par son ex-mari ou s'il doit le féliciter d'avoir encore réussi cet exploit avec toute la méfiance qu'il a. Est-ce qu'il ne devrait pas lui envoyer un tiers de ses factures d'eau et d'électricité qui sont nécessaire pour l'entretien de cette piscine ?

Non surtout pas, sinon il aurait ses factures et c'est encore lui qui gagnerait. Il s'était fait avoir en beauté. Enfin, les vacances où ils ne savent pas partir seront moins pénibles au gamin. Et puis il pouvait se le permettre avec sa prime de fin d'année.

µµµ

Mardi est déjà bien entamé quand Duo se fait appeler au bureau du chef des mécaniciens. Il dépose son tournevis et s'y rend après s'être lavé sommairement les mains à l'évier de la fosse.

Il ouvre la porte en disant

-« Vous m'avez… »

Sa phrase meurt en voyant Heero assis dans la pièce.

-« Oui, le capitaine Yuy a une requête », dit-il en se levant.

-« Vous pouvez rester, je préfère qu'il y ait un témoin », lâche Duo ayant retrouvé son aplomb.

L'homme hésite, il est moins gradé que le capitaine présent.

-« Rompez, c'est personnel », clame Heero.

-« Alors si c'est personnel, je n'ai pas à l'écouter sans témoins », réplique Maxwell en se dirigeant vers la porte.

-« Sous-lieutenant restez c'est un ordre ! » s'indigne Yuy.

-« Ne mélange pas les rôles Heero. Si c'est personnel, sonne-moi en dehors du travail. Si c'est professionnel, je n'ai pas le choix », dit-il la main sur la porte.

-« Tu ne répondras pas », s'exclame Heero.

-« J'ai toujours répondu. »

Le chef des mécanos est mal à l'aise d'assister à la scène. Il hésite toujours, mais son ouvrier l'empêche de partir.

-« Je veux le numéro de téléphone de Timothy et que tu lui en laisses l'usage. »

-« D'accord, mais il l'aura aussi quand il vient chez toi alors. »

Duo voit bien que ça ennuie son ex, mais il ne lui a jamais refusé de lui passer son fils quand il l'a demandé, l'inverse n'est pas vrai.

-« Il faut toujours que tu aies le dernier mot », râle-t-il.

-« Je crois que c'est plus souvent l'inverse Heero. Tu ne respectes aucune des conventions, mais je dois le faire. Cette fois ce sera à mes conditions. Et je ne t'en fais pas payer un tiers de son GSM comme de sa carte de rechargement », ne peut-il s'empêcher de rajouter.

-« Il le prendra à l'école ! » Tente Yuy pour avoir le dernier mot.

-« Non le règlement scolaire l'interdit. Quand il aura quitté le primaire pourquoi pas. C'est tout ? »

-« Oui, donne-moi le numéro. »

-« Je ne le connais pas par cœur, mon GSM est dans mon casier. Tim t'enverra un SMS quand il rentre de l'école. Bonne fin de journée », lâche-t-il en partant.

-« Il est aussi imbuvable en service ? » demande Yuy en regardant la porte.

-« Je dois avouer que non, il est toujours d'humeur égale. »

-« Toutes ses chinoiseries pour un numéro de téléphone en plus. Je suis persuadé que je n'aurai pas le SMS. Je suis content qu'il y ait eu un témoin, merci », dit-il en partant.

Il est dix-sept heures trente quand Heero reçoit un SMS.

C'est Tim, c'est cool, on va pouvoir se parler quand on veut !

Heero le pensait bien que Duo faisait barrage et que son fils avait envie de plus de contacts. Il ne devra plus passer par Duo pour s'il ne vient pas le chercher. Il va créer un manque chez son ex et Duo lui reviendra. Il a voulu un témoin parce que sinon il lui aurait sauté dessus, l'aurait embrassé, c'est certainement ça.

Il encode le numéro dans son GSM avant de lui répondre.

Je savais bien que ça te ferait plaisir.

Il est vingt heures trente quand il s'étonne de recevoir un SMS, il regarde l'expéditeur et constate que c'est son fils.

Bonne nuit, papa

Dors bien

Répond-il avec un léger soupir. Ça par contre risque de le gonfler rapidement, si c'est tous les soirs.

Pourtant, c'est le cas, depuis que Duo lui a rendu le GSM et qu'il est allumé, qu'il peut le prendre dans sa chambre pour aller dormir. Timothy envoie un SMS pour dire bonne nuit à son papa Heero. Son papa Duo le réclamait en vacances, il est persuadé faire plaisir également à son autre papa.

Si la première semaine, Heero a répondu. La deuxième, il le fait moins systématiquement surtout que parfois il ne voit le message que bien plus tard. Il voulait lui pouvoir contacter son fils quand il en avait envie et pas être harcelé par son enfant. Il n'a jamais aimé les habitudes, c'est bien pour ça qu'il a arrêté d'aller dire bonjour au gamin à l'école, tous les midis. C'est beaucoup plus gratifiant une fois de temps en temps, il voit le bonheur sur les traits de Timothy.

À Suivre…

Chap 23 - Chap 25

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire