banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 27


Début juillet, Duo attend avec impatience la pension alimentaire pour payer le camp scout de son fils. Mais il doit constater qu'Heero ne décolère pas. Il n'a plus contacté son fils par SMS. Il n'est plus passé en coup de vent sur l'heure de midi à l'école de tout le mois de juin. Tim lui aurait dit, maintenant il ne touche pas la pension alimentaire, même s'il en avait l'habitude.

Maxwell soupire en allant rechercher à nouveau de l'argent sur son compte intérêt qui fond comme neige au soleil. Encore une chance qu'il a la piscine, ils ne devront pas faire trop d'excursions, même si celles qu'ils préfèrent ne coûtent pas beaucoup.

Durant tout le mois de juillet, ils partent régulièrement en randonnée, pour aller cueillir des fruits des bois et faire des sorbets, des glaces, des confitures et des compotes pour toute l'année. Ils s'occupent du potager et ramassent les petits pois et les haricots. Le groseillier a bien porté également. Ils sont heureux du temps qu'ils ont pu passer ensemble à faire plein d'activités. Timothy a aussi beaucoup joué avec ses copains du quartier.

Quand Tim part pour son camp scout, Duo est satisfait et bien reposé pour assumer ses dix jours de garde et heures supplémentaires. Il n'a pas pu assister au départ de son fils, car il devait reprendre le travail. C'est la maman de Samuel qui s'en est occupé. Le retour se faisant un dimanche, Duo espère pouvoir le reprendre, il aura un horaire allégé à partir du lundi seulement.

Il y a quatre jours que Timothy est parti, c'est samedi vers quatorze heures, il vient de revenir du travail où il a été appelé pour une urgence. Il s'attend à trouver un camarade de son fils qui vient le chercher pour jouer.

Maxwell écarquille des yeux en voyant qui est derrière la porte.

-« Je viens chercher Timothy, je vais me promener au lac et pêcher en soirée. »

-« Il est au camp scout. Il va être déçu. Pourquoi n'as-tu pas sonné avant ? »

-« Je n'ai pas su le joindre, tu lui as retiré son GSM. La preuve, il ne m'envoie plus de SMS ! » affirme Heero.

-« Ici oui parce qu'il est en camp et qu'il ne peut pas l'avoir. Pour le reste, non ! Tu ne lui réponds pas, il s'est découragé. »

-« Répondre à un 'bonne nuit', c'est stupide. »

-« Pas si c'est pour faire plaisir. »

Heero sentait que pour une fois le dialogue n'était pas rompu, il cherche à le prolonger. Duo est seul en plus, ils ne seront pas dérangés si les choses doivent aller plus loin.

-« Je peux entrer ? » demande-t-il ne trouvant rien d'autre.

-« Pourquoi ? »

-« Pour discuter un peu, parler du bon vieux temps », dit-il en lui envoyant un sourire charmeur.

-« Je croyais que tu allais te promener et pêcher. »

-« J'avais envie de voir le gamin surtout. »

Heero fait un pas en avant, ils n'allaient pas continuer à discuter sur le seuil.

Duo lui met une main sur le torse de son ex pour le faire reculer en disant.

-« Non ! »

-« Allez, il y a combien de temps que tu n'as pas eu une relation sexuelle ? »

-« Ça ne te regarde pas et tu ne me fais plus aucun effet, j'ai beaucoup trop de rancœur. »

-« Duo, on est deux hommes, il y a toujours moyen. Je te connais, je sais où te caresser pour t'exciter. »

-« Trowa ne te suffit plus. »

-« Il y a un moment, tu sais. Il ne m'a jamais suffi, tu as été le seul dont je pouvais me contenter. »

-« Tu m'écœures. Tim revient le 11, si tu veux faire des activités avec lui, sonne avant », dit Duo en fermant la porte.

Mais elle résiste, Heero pousse derrière pour entrer. Surpris, Duo se retrouve plaqué contre le mur, il n'a pas le temps de réagir que Yuy est sur lui à l'embrasser. Une main descendant déjà pour détacher son pantalon.

Venant de la buanderie où Maxwell l'avait envoyé quand on a sonné, Sam arrive en aboyant pour s'arrêter juste devant Heero en grognant et montrant les crocs.

Yuy fait un bond de côté, Maxwell attrape le collier de Sam qui continue de grogner.

-« Sors de ma maison », exige-t-il.

-« Tu ne sais pas ce que tu manques ! »

-« Bien sûr que si et ce n'est pas une grande perte. Pour avoir partagé ta vie durant huit ans, je le sais. »

Heero le regarde interloqué.

-« Sors, je te dis ou je le lâche sur toi. »

Yuy s'en va, perdu dans ses pensées. Serait-il un si mauvais coup que ça ? Est-ce que c'est pour ça que Duo a fini par le jeter ? Non, il est sûr que non sinon Bertrand ne le relancerait pas. C'est Duo qui est bizarre et n'aime pas le sexe. La preuve, il ne s'est jamais remis avec personne.

Il en revient à cette constatation, Duo s'est servi de lui pour obtenir sa maison et son gosse. Une fois qu'il a eu les deux, il n'a plus eu besoin de lui.

Quand il arrive à l'appartement, c'est pour trouver Trowa dans le salon, un livre à la main. Tout le matériel est préparé dans le couloir. Est-ce qu'il a envie d'aller au lac ? C'était surtout pour Tim.

-« Il n'a pas eu envie de venir ? » demande Barton.

-« Il n'était pas là ! Tu y crois, on me reproche de l'inscrire dans des camps pour qu'il ne s'ennuie pas et Duo fait pareil ! »

-« Il était au camp scout ? » demande Trowa calmement.

-« Est-ce que tu as entendu ce que j'ai dit ? »

-« Oui, mais il aime le camp scout. Il m'a dit une fois qu'il aurait préféré que tu le laisses partir avec ses copains que de devoir faire le camp de tir. »

-« Pourquoi ne m'en as-tu rien dit ! » accuse Heero.

-« Je l'ai fait, tu m'as répondu que tu connaissais mieux ton fils que moi et que ça allait lui plaire. On y va ou on reste ici ? » s'informe Barton en se levant.

-« On reste. »

-« Bien, je vais ranger tout ça. »

-« Viens me retrouver dans la chambre après. »

-« J'irai plus vite si tu me donnes un coup de main. »

Heero réalise qu'il a raison. Il s'occupe de monter les affaires de pêcher au grenier du bâtiment pendant que Trowa range ce qui va dans la cuisine. Il le préparera à la poêle et non au feu de bois.

Ils avaient fait l'amour, Heero ayant besoin de se rassurer sur ses capacités finit par demander.

-« Tu as eu bon au moins ? »

Trowa se redresse pour le regarder très surpris.

-« Tu t'es surpassé », dit-il.

Il commençait à voir pourquoi ils avaient fait l'amour en pleine journée. Pourquoi Heero avait pris son temps pour le combler.

-« Je le savais », murmure-t-il.

-« Tu savais quoi ? » demande intrigué Trowa.

-« Que le problème, ce n'était pas moi. »

Barton sent son cœur se déchirer. Il le savait alors pourquoi avait-il posé la question. Une nouvelle fois, il se demande pourquoi il reste avec lui et puis l'évidence se fait, il l'aime. Il l'aime de tout son cœur, il s'en moque du mal qu'il lui fait du moment qu'il peut être un peu important pour Heero, qu'il lui revienne toujours. Et il ne veut pas penser que c'est parce qu'il vit dans son appartement.

-« Qu'est-ce qu'on fait, si on ne va pas au lac ? » demande Trowa.

-« On va y aller juste pour marcher. Tu sais où a lieu le camp scout ? » demande Heero en se rhabillant.

-« Non, il y a quatre mois que je n'ai pas eu de contacts avec ton fils, comme toi. »

Ils avaient marché en silence, Heero perdu dans ses réflexions. Trowa n'éprouvant pas le besoin de faire la conversation.

Yuy se sentait trahi par son fils, rejeté. Il avait préféré ne pas venir en vacances avec lui pour passer du temps en camp scout et avec Duo. Son ex-mari avait toujours été jaloux de la relation qu'il avait avec le gamin depuis l'enfance. Timothy préférait que ce soit lui qui le couche parce qu'il lui lisait une histoire. Le bain la même chose, jusqu'au moment où Duo avait introduit la douche durant ses missions. À son retour, son fils avait voulu lui montrer qu'il savait se laver seul et lui avait perdu un moment privilégié avec son enfant.

Comme Duo l'avait inscrit au scout pour lui donner envie de ne pas venir chez lui. Oui, sa décision était prise, il ne payerait plus une pension alimentaire pour un enfant qu'on lui avait volé petit à petit. Il allait ennuyer Duo autant qu'il en rageait de cette situation. Et puis comment pouvait-il le trouver dégoûtant, il était vrai, il disait les choses comme il les pensait.

µµµ

Dimanche, Duo est heureux de retrouver son petit bonhomme à dix-huit heures. Il est resplendissant. Sur le chemin du retour, il raconte tout ce qu'il a fait. La cabane qu'ils ont construite, le poisson qu'il a pêché avec une canne qu'il a faite avec un bout de bois et du fil.

Arrivé à la maison, Sam lui fait la fête, Duo ne l'avait pas pris avec lui, il savait qu'il y aurait trop de choses à porter pour tenir le chien en laisse.

La première chose qu'ils font, c'est vider les valises pour faire tourner une machine. Timothy n'ayant pas énormément de linge, il risque de tomber à court de sous-vêtements et de shorts.

-« Tu as l'air fatigué papa, tu as fait la nouba en mon absence ? »

-« Non, je reviens de garde, j'ai été rappelé cette nuit pour faire une réparation sur un véhicule qui devait partir dans la journée pour une mission. »

-« Mais tu ne fais jamais de garde ! » s'étonne le gamin.

-« Je n'en fais jamais quand tu es là, quand tu es chez ton père j'en fais régulièrement. »

-« Oh, tu veux que j'y aille ? »

-« Certainement pas pour cette raison. Je ferai certainement plus d'heures supplémentaires quand tu n'iras plus à la garderie », sourit Maxwell.

-« Je te complique la vie », soupire-t-il.

-« Certainement pas, j'aime passer du temps avec toi. On va dans la piscine, j'ai trouvé ton maillot. »

Ils y avaient passé une heure facilement, Duo avait prévu un barbecue pour le soir. Trop rapidement à leur goût, ils préparent les sacs pour le lendemain et vont se coucher à une heure raisonnable. Dès demain, Timothy sera à la garderie de sept heures quart jusqu'à dix-sept heures trente.

C'est au soir que l'enfant l'interpelle.

-« Papa, madame Aurélie m'a dit que je restais à la garderie plus de dix heures, on ne travaille pas autant. »

-« Tim, je ne fais pas de garde, mais des heures supplémentaires sur mon temps de journée, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour joindre les deux bouts. Je fais minimum une heure de plus par jour. Il y a aussi les déplacements qui ne sont pas tenus en compte. J'arrive à sept heures trente au travail, je pars à dix-sept heures quart. Je ne prends qu'un quart d'heure de temps de midi. »

-« Oh je ne savais pas. »

-« Je ne te l'avais jamais dit non plus », sourit Maxwell.

-« Et si papa ne paye plus jamais la pension alimentaire ? » s'inquiète Tim.

-« On fera sans, elle m'est due, il devra la payer un jour ou l'autre. Si elle arrive d'un coup, on la mettra de côté pour les coups durs ou tes études. »

-« Tu crois qu'il va revenir à de meilleurs sentiments ? Pourquoi a-t-il changé ? » demande l'enfant en marchant près de son père.

-« Je ne crois pas qu'il ait changé Tim. Il a toujours vu le monde à sa façon et ne comprend pas qu'il ne fonctionne pas comme il aimerait. Pour lui, sa vision du monde est la meilleure, et c'est à nous à nous y adapter. »

-« C'est pour ça qu'il dit que tu es le fautif ? »

-« Oui Tim, il fût une époque où je respectais ses lois et j'arrondissais les angles. Puis oui, j'ai changé parce que la vie fait qu'on change. Avec un enfant, il y a des choses à respecter et ça, il n'a pas apprécié, c'est tout », se justifie Maxwell en arrivant dans sa rue.

-« Je suis la cause de votre divorce ! »

Duo s'arrête et prend son fils par les épaules.

-« Non, on y serait peut-être arrivé de toute façon. J'avais envie de choses dont il n'avait pas envie et oui qu'il m'a offertes par amour, je le sais, je ne suis pas ingrat. Je n'ai peut-être pas voulu voir qu'en acceptant nous nous séparerions parce que lui ça ne lui convenait pas. »

-« Il ne voulait pas d'enfant ? »

-« Tim, il le voulait. Seulement, il n'a pas imaginé que sa vie changerait et ça, il n'a pas été capable de le vouloir et le faire. Et au lieu d'essayer de lui montrer les avantages des changements, je me suis borné un temps à te faire rentrer dans son moule. Bébé, c'était possible, mais tu n'es pas resté bébé et il a fait le choix de continuer à vivre comme avant sans vouloir évoluer. C'est là que nos vies ont commencé à s'éloigner. »

-« Je suis une contrainte pour lui. »

-« Oui et non, il compare sa vie à ce que tu vis et il voudrait que tu rentres dans son moule et non que tu puisses devenir toi. Nous ne sommes plus en guerre et je ne voudrais pas que tu vives ce que j'ai vécu. Lui estime que c'est la norme, que s'il a survécu, tu peux le vivre également. Allez on est presque à la maison, Sam doit être impatient d'aller promener. »

-« Je pourrais aller dans la piscine ? »

-« Oui, on va souper plus tard, tu te laveras à l'évier avant de te coucher. »

Timothy râle un peu de devoir aller se coucher plus tôt que quand son papa était en vacances. Mais il comprend aussi qu'il doit se lever à six heures s'il veut être à l'heure à la garderie.

Dans le courant de la troisième semaine du mois d'août, Duo sourit en voyant qu'il y a une lettre d'Heero pour son fils en provenance de France. Il est heureux pour son gamin que son ex ait pensé à lui envoyer une carte postale de vacances. Il y a peut-être de l'espoir. Il la donne à Tim en lui disant qu'il pourra la lire après avoir promené Sam.

Il sourit en entendant le gamin rentrer après dix minutes, la promenade aura été de courte durée, mais il comprend son impatience. Il ira lui sortir le chien plus longtemps avant le coucher.

Il a déjà préparé les tartines pour le lendemain avec du pain congelé. Pour une fois, il rince lui-même les boîtes à repas de la journée, les remplis avant de les ranger dans le frigo. C'est à ce moment-là qu'il entend Sam pleurnicher. Intrigué, il entre dans le salon pour trouver son fils qui serre le chien dans ses bras alors qu'il pleure silencieusement.

Duo se précipite vers son enfant et voit la lettre qui est déposée sur la table basse. Ainsi ce n'était pas une carte de vacances.

-« Tim qu'est-ce qu'il y a ? » demande Maxwell en s'installant près de lui.

-« Il veut … plus me … voir », pleurniche-t-il.

Duo berce son enfant avant de tendre la main vers la lettre.

-« Je peux ? »

Tim hoche de la tête alors Duo la ramasse en gardant son fils dans ses bras. Il commence à lire.

Timothy,

J'ai bien compris ton message des dernières semaines.

Puisque tu ne veux plus me voir, je ne vois pas pourquoi je devrais faire également des efforts pour garder le contact avec toi.

Je ne viendrais plus te chercher dorénavant. Si par hasard tu as envie de reprendre contact avec moi, il faudra que tu fasses le chemin vers moi pour me prouver que tu tiens à moi et que tu m'aimes.

Ton attitude, ton manque de gratitude pour tout ce que j'ai fait pour toi depuis ta naissance m'a profondément blessé.

Ton papa qui t'aime quand même.

Si Tim avait lu un abandon, Duo voyait une main tendue très maladroite, mais la fenêtre n'était pas fermée, ça le soulageait pour son gamin. Heero avait réussi à inverser la situation, il culpabilisait Timothy pour son attitude alors que ça n'avait été qu'une réaction de défense inconsciente de son enfant.

Il devait essayer de le faire comprendre à son fils.

-« Tim, si tu veux aller chez ton papa, tu dois lui demander. C'est ça qu'il veut dire dans sa lettre. Tu sais bien qu'il n'est pas doué pour dire ce qu'il pense. »

-« Il a dit qu'il ne viendra plus me chercher », rappelle Timothy.

-« Oui et que tu devais faire le chemin vers lui, donc venir par tes propres moyens. Si tu veux y aller, je t'y conduirais, c'est aussi simple que ça. »

-« Tu crois ? »

-« Tim ! Je le connais depuis mes quinze ans, je sais comment il fonctionne. Je peux transmettre ton courrier à mon avocat et le tien ? »

-« Oui ! »

-« Allez, calme-toi, ça va s'arranger. Après les congés, tu décideras quand tu veux y aller, et on reprendra contacte. »

À Suivre…

Chap 26 - Chap 28

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaire