banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 7


C'est vraiment le cœur serré que Duo dépose son fils à la garderie. C'était l'arrangement pris avec son ex-mari puisque ce dernier travaillait la première semaine du mois d'août. Timothy reviendra deux jours chez Maxwell avant la rentrée scolaire.

-« Son père va venir le chercher au soir, voici son numéro, on ne sait jamais et le mien. Il y a deux sacs, ses affaires pour la journée sont dans son sac à dos », précise Maxwell.

-« Ce n'est pas le seul. On va mettre un ruban rouge sur les deux sacs pour les faire tenir ensemble », rassure le jeune en charge de la garderie.

Duo embrasse son fils une dernière fois et s'en va sans se retourner surtout pour que son enfant ne voie pas ses traits angoissés.

Quand il croise Heero dans les couloirs, il se retient de lui rappeler qu'il a son fils à prendre à la garderie, cela ne ferait qu'envenimer les choses.

Pourtant au soir, il trouve la maison affreusement vide, pas les petits pas de Tim qui cavale à l'étage, pas de cris parce qu'il joue à un jeu tout seul avec une peluche comme partenaire.

Pour ne pas devenir fou, il s'attaque au grand nettoyage de la maison, en commençant par la chambre de Timothy que les odeurs soient parties pour son retour.

µµµ

Heero en rageait un peu, il venait de croiser Duo dans les couloirs. Il était magnifique, les traits reposés, bien bronzés.

Ce qui l'énervait le plus, c'est qu'il ne lui avait pas adressé un regard ni une parole. Il avait eu l'impression d'être encore moins qu'un collègue banal. Et encore, il est sûr que Duo lui aurait fait un sourire.

Il ne lui a pas rappelé d'aller chercher Timothy, il ne se sert même plus de leur fils pour garder le contact. Qui est-ce qu'il avait rencontré pendant les vacances ? Qui était en train de prendre sa place dans son cœur ?

Qu'est-ce qu'il allait pouvoir trouver pour que Duo s'intéresse à lui et lui parle à nouveau comme à n'importe qui ? Pourquoi n'arrive-t-il plus à lui faire chavirer le cœur ? Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui reprocher ?

Et ce qui l'énervait encore plus c'est que quand Duo lui faisait des remarques, il avait l'impression d'être rabaissé, pire qu'un gamin et quand il ne l'abordait pas, il avait la sensation d'être inexistant. Tout dans l'attitude de Duo l'exaspérait et il n'aimait pas ça. Il faudra qu'il interroge Timothy en allant le chercher. Il y a quelque chose de changé dans la vie de Duo.

C'est presque impatient qu'il quitte le QG pour la garderie, son fils lui sourit et se précipite dans ses bras.

-« Qu'est-ce que tu m'as manqué ! » finit par dire le gamin.

-« Toi aussi, tu t'es bien amusé en vacances ? »

-« Oui, on est allé à la mer. Où est-ce qu'on va ? »

Heero récupère les sacs avant de répondre à son enfant.

-« À la montagne. »

-« Cool, j'aime bien aussi. »

Yuy ne peut que sourire fièrement, il a réussi à faire aimer ça à son enfant, bien plus qu'à Duo qui dès qu'il a pu, n'y est plus allé.

-« Et vous êtes allés seuls à la mer ? » Demande Heero.

-« Oui, c'était amusant de construire des châteaux de sable, nager dans les vagues. »

-« Qu'est-ce qu'il faisait papa quand tu dormais ? »

-« Il regardait la TV, il lisait comme à la maison », répond Timothy en fronçant les sourcils.

-« Voilà, on est arrivé. Tu mets tout ton linge dans les armoires. Quand tu as fini, tu peux venir dans le salon. »

Heero dépose les sacs dans la chambre de son fils et s'étonne de ne pas le voir derrière lui. Il est encore plus surpris de le voir sortir de la cuisine.

-« Qu'est-ce que tu faisais ? »

-« J'ai été dire bonjour à Trowa ! » S'étonne le gamin.

-« Dépêche-toi de faire ce que j'ai dit. »

-« Oui, papa. »

Les vacances ce n'est que pour la semaine prochaine. Après le souper, Timothy prend son bain et file au lit. Heero vient lui lire une histoire, leur petit moment à eux que Duo n'a jamais repris. Il le sait d'après les dires de son fils. Chez Maxwell, ils regardent un peu la TV avant que son ex le couche d'un simple baiser.

La semaine a filé, ils sont dans l'avion qui les emmène à la montagne et le chalet dans un complexe qu'Heero a loué pour eux trois. Timothy pourra les accompagner dans certaines excursions ou il pourra jouer avec d'autres enfants. Il y a également un système de baby-sitting pour les soirées.

Lundi dans l'après-midi, le GSM d'Heero sonne, il décroche en souriant.

-« Salut ! »

-« Salut, tu peux me passer Timothy. Il me manque, j'ai envie d'entendre sa voix. »

-« Il est à la garderie. Je ne t'ai pas ennuyé pour lui parler quand il était avec toi. »

-« Je te l'aurai passé si tu avais voulu. Je peux sonner quand pour lui parler ? »

-« Estime que quand il est avec moi, tu n'as plus de fils. »

Et Heero raccroche, furieux que Duo ne s'intéresse plus du tout à lui, que seul le gamin ait encore de l'importance.

Trowa le regarde les yeux écarquillés puis les baissent directement. Il ne veut pas que les premières vacances avec Heero virent aux cauchemars. Qu'est-ce qu'il pourrait faire pour que son amant finisse par oublier Duo ? Le pire c'est qu'il n'en sait rien. Heero devient obsédé par Duo, moins ce dernier s'en occupe plus Yuy s'accroche à lui et cherche à lui pourrir la vie. Il sait qu'il a donné un ensemble de recherches que Maxwell va devoir effectuer qui ne servent à rien pour une mission qu'ils doivent réaliser au retour de vacances. Même le travail commence à en pâtir.

Parfois, il comprend que Duo soit parti. D'un autre côté, il l'aime tellement qu'il ne pourrait jamais l'abandonner, perdre le peu qu'il a réussi à obtenir.

Quand Heero s'est rendu compte qu'il devait tout de même payer la pension alimentaire alors qu'il avait Timothy durant tout le mois. Il est resté une journée sans parler à ruminer des idées noires et de vengeances. Pourtant avec leurs salaires et les primes de mission, la pension alimentaire pour Timothy ce n'est vraiment pas une grosse somme. Ils dépensent plus que ça en restaurant sur un mois. Trowa ne sait pas quoi en penser à part qu'il ne veut pas se mêler des histoires d'argent.

Alors que Barton va rechercher Timothy à la garderie pour le repas du soir, il lui demande.

-« Tu connais le numéro de téléphone de ton papa. »

-« J'en connais aucun des deux. Pourquoi ? »

-« Duo a sonné, il voulait te parler. Heero ne veut pas. »

Timothy a les yeux qui se remplissent de larmes, respire plus difficilement. Il met la main à la poche de sa veste pour sortir son inhalateur qu'il actionne rapidement.

-« Je vais trouver le numéro comme cela tu pourras lui sonner. On ne dira rien à Heero », promet Trowa.

Le gamin ravale ses larmes, s'essuie les yeux et sourit bravement.

-« Tu demanderas à qui ? »

-« Tonton Quatre, il doit l'avoir. Chut ! »

Ils arrivent au réfectoire où Heero les attend à une table pour la réserver. Ensemble, ils vont jusqu'au buffet pour se servir après avoir laissé leurs vestes sur les chaises. Pendant qu'Heero repart se servir, Trowa envoie un SMS pour demander le numéro de Duo à Quatre.

Ce dernier répond rapidement.

« Pourquoi veux-tu le numéro de Duo, Heero l'a perdu ? »

Comme son amant n'est pas encore revenu, il répond.

« Non, Heero ne veut pas qu'il parle à son fils. »

Deux secondes plus tard, le numéro lui arrive avec un 'Merci'. Barton est heureux, depuis que Winner estimait qu'il avait pris Heero à Duo, il ne lui adressait plus la parole. Pourtant lui sait qu'il n'était pas le seul amant de son compagnon, maintenant comme à cette époque. C'était l'exclusivité de Duo qui était la base de leurs problèmes de couple pas lui.

-« On trouvera un moment pour que tu appelles ton papa », murmure Trowa.

Timothy lui fait un large sourire.

-« Qu'est-ce que tu as encore dit comme ânerie pour le faire sourire de la sorte. »

-« Il me racontait ses activités à la garderie. »

-« Oui, je suis en train de faire une flûte de paon, on est allé ramasser des roseaux de différentes tailles en promenade. Elle n'est pas encore finie. Je retournerai à la garderie ? »

En entendant son fils parler de la sorte, Heero se dit que pendant des années Duo a privé le gamin de grandes joies en voulant le prendre partout avec eux. Un enfant s'amuse plus avec ses semblables qu'avec des adultes. Il n'a pas eu besoin de lire des livres sur l'éducation pour savoir ce qui était bon pour le leur.

-« Tu n'iras pas demain, on a prévu une journée sur le lac, une partie de pêche. Toi qui aime l'eau ça devrait te plaire », explique Yuy.

-« Oh oui ! et on pourra se baigner dans le lac ? » s'informe Timothy.

-« Si tu ne fais pas peur aux poissons. On consommera nos prises, alors si tu veux manger. »

-« Nager loin du lieu de pêche », sourit-il.

-« Mais pas trop loin qu'on puisse te surveiller », rappelle Heero.

Le repas se finit dans la bonne humeur, ils vont faire une longue promenade jusqu'à la tombée de la nuit. Timothy n'a pas su appeler son autre papa mais il sait que c'est une question de temps. Demain, il y aura bien un moment dans la journée pour cela.

Chacun avec un sac à dos, ils partent en randonnée jusqu'au lac, il y a des barbecues pour cuire la pêche. Ils en ont presque pour deux heures de marche pour y arriver mais les paysages sont tellement beaux qu'ils circulent avec plaisir.

Arrivé sur place, Heero installe leurs affaires près d'un barbecue pour être certain de l'avoir pour midi puis il se dirige vers le lac pour sortir son matériel. Trowa en profite pour allumer le feu qu'il produise des braises pour quand ils voudront passer à table.

Timothy vient de trouver des galets plats et commence à essayer de faire des ricochets. Heero s'avance pour lui montrer comment faire et rectifier ses gestes.

Le jeu lasse rapidement l'enfant qui n'y arrive pas comme il voudrait. Alors, il joue avec des bouts de bois et des galets pour faire une construction avant de venir demander s'il peut nager.

Tout heureux de l'accord, il enlève son T-shirt, son short et s'en va plus loin avec son essuie. Il barbote dans l'eau sans trop s'éloigner du bord pendant une grosse demi-heure.

Heero finit par l'appeler pour qu'il se sèche et se réchauffe. Ils pêchent ensemble durant une petite heure. Quand Trowa sort le troisième poisson, ils remballent leurs matériels pour préparer le repas.

Ils ont des pommes de terre qu'ils cuisent dans les braises depuis un moment, ils ont déposé également des épis de maïs sur la grille. Reste dans le sac thermique, de la salade et des saucisses pour s'ils n'avaient rien pêché de mangeable.

Pendant qu'Heero commence à cuire les poissons, Trowa et Timothy partent chercher du petit bois pour entretenir le feu et remplacer celui qui était déjà là à leur arrivée et qu'ils ont utilisé.

Trowa regarde s'ils sont assez loin, compose le numéro de Duo et passe le téléphone à l'enfant qui s'assied sur une bûche.

-« Papa, c'est moi. Tu voulais me parler ? »

-« Tim ! Que je suis heureux de t'entendre. Comment as-tu su ? »

-« C'est le téléphone de Trowa. J'étais si triste quand il me l'a dit qu'il a demandé le numéro à tonton Quatre. »

-« Je l'ai vu aujourd'hui, il ne m'a rien dit. Et tu t'amuses bien ? »

-« Oui, c'est beau la montagne. On est au lac. On a pêché notre poisson. Papa est en train de le préparer. »

-« Oh tu n'as pas encore mangé ! »

Duo regarde l'heure, il est presque quatorze heures. Lui normalement n'aurait pas dû décrocher, seulement un numéro inconnu l'a fait paniquer. Et s'il était arrivé quelque chose à son fils.

Ils discutent encore cinq minutes avant que Trowa ne lui fasse signe.

-« Je dois raccrocher. »

-« À bientôt, essaie de sonner la semaine prochaine. C'est long sans nouvelle de toi. »

-« Oui. »

Maxwell encode le numéro, fait un SMS de remerciement à Trowa et se lève pour aller remercier de vive voix Quatre.

-« Tu aurais pu me prévenir que Trowa allait essayer de me passer mon fils », dit-il en entrant.

-« Je me méfie de lui. Je ne voulais pas que tu souffres encore plus », avoue-t-il.

-« Tu sais ce n'est pas la faute de Trowa si on s'est séparé. Notre vision de la vie était différente. Je le savais dès le départ. Mais j'ai espéré qu'il change. On ne devrait pas vouloir changer les gens. Je retourne travailler. »

Sur le coin de son bureau, Maxwell voit le GSM qu'il a acheté sur son temps de midi pour le donner à son fils. La panique l'avait tellement submergé qu'il avait même craint qu'Heero parte loin avec son enfant.

Puis il s'était raisonné, en se disant que pour Heero ça serait plus une contrainte qu'un plaisir d'avoir leur enfant continuellement.

Enfin, il donnera l'appareil aux prochaines vacances ainsi ils ne dépendront pas de Trowa pour avoir des contacts. Il sera en primaire et aura également appris à lire et écrire. Il se sent quand même soulagé d'avoir eu des nouvelles. C'est la première fois qu'ils sont séparés un mois.

Malgré les travaux qu'il a entrepris à la maison, le temps ne passe pas en soirée.

µµµ

Pendant ce temps, Timothy ramasse le petit tas de bois que Trowa lui a préparé. Il retourne vers le lac en sautillant presque tellement il est heureux.

Quand ils arrivent, Heero est déjà loin dans la préparation du repas. Les poissons sont nettoyés et sur le grill. Yuy sourit en voyant les yeux de son fils ébahi par le travail. Il se sent fier de ce qu'il lui fait découvrir quand il mange de bons appétits.

Après le repas, ils vont faire une promenade dans les environs.

-« Tu es trop petit pour t'en rappeler, mais avec ton père on est monté jusqu'au sommet. La vue était magnifique. Toi, tu as dormi toute l'ascension dans le porte au dos », raconte Heero.

-« C'est qui qui m'a porté ? » demande Timothy.

-« Tous les deux à tour de rôle », sourit Yuy.

-« Je pourrais nager après-midi quand on redescendra au lac ? » demande l'enfant après une dizaine de minutes de marche en silence.

-« Si on a le temps. Tu as déjà fait cela au matin », soupire un rien Heero.

Pour cela, il ressemble bien à Duo, dès qu'il pouvait et qu'il voyait une étendue d'eau, il voulait se baigner.

Ils marchent une bonne partie de l'après-midi, Heero montre les traces de vie des animaux, comment voir la différence entre les pattes, toutes les choses que lui a appris Odin pour survivre et qui lui sont encore bien utiles maintenant.

Ils n'ont pas le temps de s'arrêter au lac s'ils veulent être à temps pour le buffet du soir. Timothy regarde tristement l'étendue d'eau avant de courir derrière son père qui marche d'un bon pas, suivi de Trowa qui avait ralenti en voyant le gamin s'attarder.

Après le repas, fourbu de fatigue, Timothy va se mettre au lit. Trowa aurait apprécié une soirée tendresse dans le petit salon du chalet. Seulement, Heero a déjà commandé une baby-sitter pour aller visiter le village sous les lampions de la nuit.

Certains jours Timothy va à la garderie, d'autres il va avec les deux adultes. Il ne saurait pas dire ce qu'il préfère. Avec la garderie, il a des copains pour jouer, avec son père, il apprend beaucoup de choses. Les vacances sont très différentes de celles qu'il a passées avec son papa Duo mais tout aussi amusantes.

Après quinze jours à la montagne, ils reprennent l'avion pour rentrer à Sank. Il y aura encore une semaine de congé puis ce sera la rentrée pour tout le monde.

Timothy se dit que ça ne va pas être facile de téléphoner à son autre papa une fois qu'il sera rentré d'autant plus que la deuxième fois n'avait déjà pas été facile. Trouver un moment alors qu'ils sont en promenade, cela n'allait pas Heero trouvant très agréable de jouer au professeur. Il comprenait le plaisir qu'avait eu Odin à lui enseigner autant de choses.

Pourtant une fois à Sank, Heero aurait presque aimé reprendre le travail. Un appartement de fonction, il n'y a pas grand-chose à faire dedans. Les vacances cela avait déjà coûté beaucoup et puis seul son travail l'intéressait réellement.

Il se voyait mal faire des activités comme le week-end avec son fils tous les jours. Une fois de temps en temps d'accord, mais ce n'est pas sa tasse de thé.

« Et si tu allais faire des courses pour la rentrée scolaire avec Timothy. C'est important d'apprendre à écrire et lire », propose Trowa le deuxième soir alors qu'ils sont au lit.

-« La pension alimentaire du mois d'août doit servir à ça. Je ne vais pas encore payer alors que Duo n'a pas eu de frais durant tout ce mois pour le gamin. Si j'y allais, c'est comme si je payais deux fois les achats. »

Non, ce n'est pas qu'il était radin mais il y avait des limites à dépenser sans compter.

Chaque jour qui passe, Heero se rend compte que Timothy s'ennuie également de plus en plus. Il ne lui trouve pas des activités qui pourraient lui plaire. Et puis il aimerait aussi pouvoir se reposer un peu avant de reprendre le travail.

Vendredi midi n'y tenant plus, Heero lâche à son fils.

-« Prépare tes affaires, je te reconduis chez papa à dix-huit heures. »

Ça ne fera jamais que deux jours plus tôt. Son fils pourra se réadapter à son autre vie avant de reprendre l'école. Si Duo doit faire des achats avec lui, il lui en laisse le temps, c'est pour le bien de l'enfant.

C'est vrai que Timothy est impatient de revenir chez lui, seulement il a aussi l'impression de se faire rejeter. Le ton que son papa a employé lui fait mal à son cœur d'enfant.

µµµ

Ils sont devant la porte de Maxwell à dix-huit heures tapantes, Heero sonne et attend. D'un autre côté, si Duo a quelqu'un dans sa vie, il va le surprendre sur le fait et savoir qui se met entre eux.

La porte s'ouvre, Maxwell écarquille des yeux puis il voit son fils, le regard rempli d'angoisse qui commence à peiner à respirer. Il ne peut pas lui dire de repartir deux jours chez son autre papa. Il n'en a pas envie non plus, son fils lui a manqué.

-« On peut entrer ? » Demande Heero en souriant.

-« Non, tu n'es pas le bienvenu ici. Tim, tu peux aller dans le salon, j'arrive », réplique Duo.

Il est outré par l'audace de son ex-mari. Le gamin en profite pour détaler en cherchant son inhalateur dans la poche de sa veste. Aussi doux que peut-être son papa avec lui, il sait qu'il peut être sans pitié pour les autres.

-« Je le savais que tu avais quelqu'un. Où est-il ? » Lâche Yuy en faisant un pas en avant. « Je paie la moitié de cette maison », rappelle-t-il quand Duo fait barrage.

-« Tu as un sacré culot. Tu es avec Trowa. C'est pour ça que tu voulais payer la moitié. Heero, c'est mon domicile, tu n'as rien à y faire. Merci d'avoir ramené Tim en avance. »

Maxwell pend les sacs au pied d'Heero et lui clappe la porte au nez avec le pied. Il vérifie tout de même que son ex-mari n'insiste pas avant d'aller rejoindre son fils dans le salon. Timothy attend aussi tendu qu'un manche à balai. Malgré qu'il ait fait une pression à son inhalateur, il n'arrive toujours pas à respirer convenablement.

Duo dépose les sacs et tend les bras, le gamin s'y précipite.

-« Qu'est-ce que tu m'as manqué ! C'est long un mois sans toi », dit-il en le berçant doucement.

-« Tu n'avais pourtant pas l'air ravi » répond Tim.

-« J'ai été surpris, c'est tout. Bon, qu'est-ce que je vais te faire à manger. »

-« J'ai peut-être déjà mangé. »

-« Tu as mangé ? » s'étonne Maxwell.

-« Non, on peut commander chinois ? »

-« Va pour le chinois », sourit Duo en se rendant au frigo

Il y décroche le menu pour passer la commande et se faire livrer.

À Suivre…

Chap 6 - Chap 8

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires