banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 8


Durant tout le souper, Timothy raconte ses vacances avec un grand sourire sur les lèvres. Alors que Duo surveille le bain de son enfant, il continue de l'écouter parler et ne peut que constater que oui c'est bien dans le même coin qu'ils sont allés la première année de Timothy.

C'est vrai que la montagne est magnifique, surtout ce versant-là. Le village et sa fête aux lampions du 20 août. Il s'en souvient encore, cela avait été la seule fois où ils avaient pris un baby-sitter. Il était allé avec Heero.

Il est tiré de ses souvenirs par la question de Tim.

-« C'est vrai qu'on y est déjà allé ? »

-« Oui mais tu étais bébé, tu devais avoir treize mois. »

-« Papa m'a raconté. Le lac est magnifique. Papa et Trowa ont pêché le repas. »

-« Tu as pu nager ? »

-« Oui, un peu. »

-« Ton père nage comme un poisson, je n'ai jamais compris qu'il n'aimait pas l'eau. Quand il me l'a dit, on a arrêté d'aller à la piscine. De toute façon, tu savais nager. »

De fil en aiguille, il est l'heure d'aller se coucher pour le petit garçon qui est enchanté par sa nouvelle chambre.

-« C'est une chambre de grand. J'ai hâte de faire mes devoirs sur mon bureau. »

-« Tu les feras surtout à la garderie. Mais tu me montreras ce que tu as fait dessus », ajoute Duo en voyant la déception dans le regard de son fils.

Près du bureau, il y a déjà le cartable avec tout ce qu'il doit avoir pour la rentrée. De toute façon, Duo n'avait pas eu l'intention de faire ses courses avec l'enfant. Quand il a vu les crises de certains gamins, le prix de certains objets, il était heureux d'avoir pu agir à sa guise.

Samedi matin, ils font une séance d'essayage pour voir si les vêtements scolaires vont toujours à Timothy. Ce n'est pas qu'il y a un uniforme, mais durant les vacances Tim a surtout circulé en jogging, pantalon abîmé ou rapiécé et shorts. Si l'enfant n'a pas tellement grandi, il ne rentrera plus dans ses vêtements d'hiver, c'est certain.

Ils partent faire les boutiques durant toute l'après-midi, ce n'est pas ce qu'ils préfèrent mais ils s'amusent tout de même. Pour le goûter, ils s'arrêtent dans une boulangerie et choisissent des viennoiseries qu'ils mangent dans le parc en regardant les canards nager dans l'étang.

Même si Timothy peste un peu, Maxwell le couche à l'horaire scolaire qu'il reprenne de bonnes habitudes.

Dimanche, ils vont à la piscine comme tous les dimanches où il a son fils. Ils nagent ensemble, jouent sur le toboggan. Ils passent un bon moment, s'éclaboussant. Maxwell en profite pour laver son fils convenablement sous les douches pour qu'ils ne doivent pas prendre le bain à la maison.

Après un bon repas, les vacances sont finies. Le rythme scolaire va reprendre. La course après le temps.

Pour ne pas trop stresser au matin, Duo prépare la mallette de son fils ainsi que les vêtements qu'il doit mettre demain matin sur la chaise du bureau. Il ne tient pas à courir à la dernière minute.

Juste avant de se mettre au lit, Maxwell installe le petit déjeuner sur la table de la cuisine, il n'aura plus qu'à chauffer le lait chocolaté de son fils et faire sa tasse de café. Les croissants dans le sachet fraîcheur ne risquent rien, avec un peu de beurre cela fera un festin pour le premier jour à la grande école.

En déposant son fils à la garderie du matin, Maxwell se rend compte qu'ils sont déjà repartis pour dix mois de vie réglée par le réveil. Il va devoir attendre dix-sept heures trente pour savoir comment s'est passé ce premier jour d'école. Est-ce qu'il ne se sera pas senti trop seul ? Duo sait que certains parents prennent congé pour ce grand jour, lui n'en avait plus.

À dix-sept heures trente, Maxwell arrive au pas de course à la garderie, Timothy est le dernier, il a déjà son manteau sur le dos. Toutes les petites chaises sont rangées sur les tables que le personnel de ménage puisse travailler plus rapidement.

D'un bon pas, ils rentrent chez eux. Maxwell écoute son fils lui raconter sa journée en souriant. La porte à peine ouverte, Tim dépose ses boîtes à tartines dans l'évier ainsi que sa gourde. Pendant que son papa les rince, il dépose son cartable près de la table. Timothy prend un torchon de vaisselle pour les essuyer et pouvoir les remplir pour le lendemain.

Dans la foulée, ils préparent la table pour le souper, comme ils ont mangé tous les deux chaud à midi, ils prendront des tartines pour le repas du soir, avec un bol de soupe.

-« Quand est-ce que je peux te montrer ce que j'ai fait ? » dit Tim en tendant une petite casserole.

-« Avant de prendre ton bain pour ne pas les abîmer, quand on aura fait la vaisselle. »

Avant de monter à l'étage, Timothy va chercher sa mallette sous le portemanteau. Il montre sa ligne de A majuscule et minuscule. Il montre également tous les petits A entourés dans un texte.

-« C'est une voyelle », dit-il fièrement.

Maxwell lui sourit et le félicite.

-« Allez au bain maintenant. »

µµµ

Les jours s'enchaînent répétitifs. Il y a quinze jours que l'école a repris, Timothy prépare son sac pour aller chez son papa Heero, il voit son cartable et demande.

-« Papa, je peux apporter mon cahier d'écriture chez papa ? »

-« Oui, mais fais attention de ne pas l'abîmer. »

C'est le premier week-end qu'il retourne chez Heero depuis la rentrée. Même si son papa vient le voir certains jours à midi, il n'a jamais pu lui montrer fièrement ce qu'il savait déjà faire. Soit ses affaires étaient en classe ou dans sa mallette pour aller à la garderie.

En souriant, Timothy met son cahier bien à plat au-dessus de ses vêtements.

Samedi, Heero arrive à dix heures quinze, l'enfant commençait déjà à paniquer en se demandant si son papa l'avait oublié. Quand la sonnette retentit, le gamin s'extrait du fauteuil où Duo l'avait s'asseoir devant un programme pour enfant.

Maxwell ne dit rien sur le retard. Il sait que cela ne sert à rien sauf mettre leur fils dans un drôle d'état.

-« Je te le ramène à dix-huit heures, demain », lâche Heero.

-« À demain, Tim, amuse-toi bien », dit Duo en souriant à son fils.

L'enfant secoue la main et marche à côté de son papa en lui racontant sa semaine. Duo referme la porte pour ne pas donner l'impression qu'ils les observent. Autant ne pas attiser la curiosité d'Heero.

Arrivé à l'appartement preventer, Timothy va vers sa chambre pour y déposer son sac. Il va pouvoir montrer son cahier d'écriture avec ses lettres bien droites et les BRAVOS de l'institutrice.

Il ouvre la porte de sa chambre et crie. Au milieu de la pièce, il y a une grosse araignée qui a sûrement eu aussi peur que lui car elle court se cacher derrière un coffre sur lequel l'enfant met toujours son sac.

Timothy tremble de tout son corps quand Heero arrive.

-« Qu'est-ce qu'il y a ? »

-« Une ar…ai…gnée …, bégaye-t-il. Comme… mon…poing », montre-t-il.

Yuy commence à regarder aux murs, au plafond.

-« Der…rière… le …coffre », indique l'enfant.

Heero y va le déplace un peu et rien.

-« Elle doit être partie. Et puis, les petites bêtes ne mangent pas les grosses. Il n'y a pas d'araignée mortelle ou dangereuse par ici », dit-il en partant.

Timothy continue de trembler, sa respiration devient plus pénible. Il dépose son sac contre le mur, près de la porte, sort son inhalateur et fait une pression.

Sans vouloir se mettre dos au coffre, il sort son cahier d'écriture pour le montrer et repart vers le salon. Son père y est en train de nettoyer son arme de service.

-« Tu veux voir mon cahier d'écriture ? » Demande-t-il en le tendant en avant, un grand sourire sur les lèvres.

-« Quand j'aurai fini avec mon arme. »

Timothy essaye de cacher sa déception. Il le dépose sur le coin de la table. Le plus loin possible des morceaux d'armes qu'il ne se salisse pas. Il part vers la cuisine. Trowa y est, il lui sourit. Barton est en train d'écosser des petits pois.

-« Je peux te donner un coup de main ? » demande l'enfant.

Trowa lui montre la place près de lui et déplace le pot pour y mettre les petits pois. Il dépose des cosses devant le gamin.

Ils travaillent en silence. Il aurait fait ça avec papa Duo, il y aurait eu des babillages. Au moins, en travaillant le temps passe. Un autre week-end, il aurait joué dans sa chambre avec ses petits soldats, ses voitures. Seulement, il sait bien qu'Heero n'aime pas le voir se traîner sur le sol et voir tous ses jouets éparpillés. Il trouve que ça fait désordre. Il le fait souvent ranger avant qu'il ne se lasse de son jeu. C'est pour cela qu'il va dans sa chambre, mais là il n'en a pas envie. Il frissonne rien qu'en repensant à la bête couverte de poils.

Ils ont presque fini d'écosser les petits pois quand Heero rentre dans la cuisine pour se laver les mains.

-« Tu ne joues pas dans ta chambre ? » S'étonne Yuy.

-« Non, j'ai eu envie d'aider Trowa. Tu as regardé mon cahier d'écriture ? »

-« Je venais me laver les mains pour ça », rétorque-t-il.

Timothy sourit, remercie Trowa et va se laver également les mains. Puis, il suit son père jusqu'au salon. Heero est en train de regarder le cahier le visage fermé.

-« C'est bien, tu progresses bien. Si tu continues tu auras une jolie écriture, pas comme les pattes de mouche de Duo », lâche-t-il en lui rendant.

Du coup, le compliment du départ n'a plus tellement d'importance. Le cœur gros, il rapporte son cahier qu'il dépose à plat à côté de son sac. Il soupire avant de revenir dans le salon en disant.

-« Qu'est-ce qu'on fait ? »

Un sourcil se soulève en guise d'interrogation de la part d'Yuy.

-« Après-midi, je veux dire. »

-« On part bientôt en mission. Je n'ai pas trop envie de m'épuiser. »

Trowa qui arrive de la cuisine avec tout ce qui est nécessaire pour faire des tartines déposé sur un plateau, écarquille légèrement les yeux avant de reprendre un visage impassible.

-« On pourrait faire un jeu de cartes, alors », insiste Timothy.

Il n'aimait pas du tout quand son père et Trowa partaient en mission. De un parce que c'était un week-end où il s'ennuyait plus que d'habitude et de deux il savait que son père ne viendrait pas le voir à l'école sur le temps de midi.

-« On ira faire le tour du barrage ! » Tranche Heero en faisant sa première tartine.

Chacun se fait son repas en silence.

Autant aller promener, le fatiguer qu'il dorme la nuit et peut-être longtemps le matin. Dire qu'il ne pouvait même pas profiter et faire ce qu'il voulait de son week-end. Cette convention était stupide. Elle l'obligeait à prendre son fils deux week-ends par mois à date fixe sans pouvoir le prendre quand il en avait envie et réellement profiter de sa présence.

Duo n'avait pas de mission, il avait une petite vie pépère derrière son bureau. Il avait oublié ce que c'était de travailler vraiment. Il ne cherchait qu'à lui pourrir la vie, mais pourquoi ? Il n'avait pas changé, Duo bien. Il lui compliquait la vie depuis leur séparation. Être séparé, cela voulait dire ne plus devoir jongler avec l'autre.

Même s'il ne l'aimait pas comme il avait aimé Duo, Trowa était beaucoup plus facile à vivre. Seulement, il ne supportait pas l'indifférence de Duo. Il s'était attendu à se faire engueuler pour les quinze minutes de retard, même pas un mot, même pas un regard.

Ils continuent de manger en silence, Heero ruminant ses idées noires, se plaignant intérieurement de sa vie sans relief. De tous les frais que Timothy lui procurait pour seulement quatre jours par mois. Pourquoi devait-il payer autant de pensions alimentaires ? Duo avait les allocations familiales pour parent isolé, il avait son salaire, il lui payait la moitié de la maison, l'école était gratuite. À part son asthme, Timothy était rarement malade.

Non, la vie n'était pas juste et il a trop longtemps laissé Duo lui marcher sur les pieds. Il ne pouvait pas dire que sa vie lui plaisait, sauf son travail. Il voulait récupérer celle d'avant, celle où tout se passait bien comme au début de sa relation avec Duo. Quand ils allaient dans le même sens et non à contre-courant.

D'un autre côté, il savait déjà maintenant que ce rêve était impossible, il y avait trop de choses qui s'étaient passées, des choses qui ne peuvent pas être modifiées, comme la venue de Timothy dans leur existence.

Alors si sa vie était un enfer, il ne laisserait pas Duo avoir une vie merveilleuse, car il s'en rend compte, il s'est bien fait avoir. Duo a son enfant et sa maison, il a son paradis sur Terre.

Il ne sait pas encore ce qu'il va faire mais il aura sa mission comme à l'époque où il a voulu conquérir Duo.

Le repas fini et la vaisselle faite, ils partent tous les trois vers le barrage. Timothy court devant et revient vers eux. Il est heureux de bénéficier d'un moment en dehors de la maison pour se dépenser. Être à la grande école donne moins l'occasion de courir partout.

La promenade dure dix kilomètres, Heero n'est pas persuadé que Timothy n'en a pas fait vingt. Il va bien dormir et peut-être même faire la grasse matinée.

En revenant à l'appartement, l'enfant aide Trowa pour la préparation du souper. En général au retour des activités, il joue dans sa chambre. Barton ne va pas se plaindre d'avoir un peu d'aide pour une fois.

Comme chaque fois qu'il a son fils, Heero va le coucher, cela reste son moment préféré. Leur moment à eux. Les histoires ont évolué depuis qu'il a la garde de Timothy. Yuy aime savoir qu'en plus Duo ne lui a pas volé cet instant, il n'a jamais lu une histoire à son fils.

Bien installé dans le lit, Timothy écoute avec le sourire son père lui conter une partie de l'île au trésor qu'ils ont commencée aux grandes vacances.

-« C'est tout pour aujourd'hui, maintenant tu dors, à demain. »

Heero l'embrasse sur le front, remonte la couverture et s'en va. Il coupe la lumière et quitte la chambre. Tim branche la veilleuse qu'il met sous son oreiller quand il prend son pyjama dans son sac.

Il s'endort rapidement. Il ne sait pas quelle heure il est quand il entend des petits pas sur le sol. Il est persuadé que c'est l'araignée et qu'elle se rapproche.

Timothy se redresse dans le lit, prend ses jambes contre son torse et commence à se balancer. Sa respiration se fait plus sifflante, seulement il ne veut pas se lever pour prendre son inhalateur, il risque de se faire attaquer par la bête qui tourne, il l'entend. Il a de plus en plus de difficulté à respirer.

Dans la chambre d'à côté, Trowa se réveille. Il est intrigué par le sifflement qu'il entend. Il finit par secouer légèrement Heero.

-« Tu n'entends pas ? »

-« Timothy fait une crise d'asthme, il va faire aller son inhalateur et se sera fini, dors. »

N'entendant pas l'enfant se lever, Trowa sort du lit, se dirige vers la chambre d'à côté. Il pousse un peu la porte et voit l'enfant qui se balance. Intrigué, il lui demande.

-« Tu n'as pas ton inhalateur ? »

-« Dans… sac »

Le voyant à côté de lui, Trowa le ramasse et l'amène sur le lit. Timothy l'ouvre, fouille et trouve enfin son appareil, il fait une pression. Seulement, Barton voit bien que le gamin ne se calme pas, même si sa respiration est moins sifflante.

-« Qu'est-ce qui te tracasse ? »

-« Araignée », dit-il en montrant le coffre.

Trowa s'y rend, le bouge et la bête s'enfuit. Timothy se glace d'effroi alors que l'adulte écrase l'araignée. Barton soulève le coffre et le dépose sur le coin du bureau pour regarder s'il y a un nid. Avant de le remettre à sa place, il ôte avec son doigt le cocon près du pied.

Il va jusqu'à la salle de bain se laver les mains avant de revenir dans la chambre avec un morceau de papier de toilette pour ramasser le cadavre de l'araignée.

-« Dors maintenant. »

-« Comment as-tu osé faire ça à pied nu », lâche dégoûté Timothy.

-« Je suis plus lourd qu'elle, sourit-il. Couche-toi et garde ton inhalateur sur la table de nuit. »

Trowa retourne se couche.

-« Toi et Duo vous êtes bien pareils. Vous allez en faire une femmelette à accourir quand il fait une crise d'asthme », râle Yuy.

-« Il avait peur d'une araignée », explique-t-il.

-« Et alors, c'est une petite bête, qu'est-ce qu'elle aurait pu lui faire ? »

Trowa soupire et se retourne pour dormir.

µµµ

À midi, Heero voit bien que l'attitude de Timothy a changé vis-à-vis de Trowa. Quand son fils regarde son amant, il y a de l'admiration dans ses yeux et cela l'énerve. Il a presque le même regard pour Duo. Pourtant ils n'ont rien fait de spécial. C'est quand même lui qui risque sa vie pour maintenir la paix, qui rapporte le plus gros salaire par sa fonction de capitaine.

Il aura suffi à Trowa de tuer une araignée pour déclencher de l'adoration, c'est à ne rien y comprendre, la vie est injuste.

Il est dix-huit heures quand Heero ramène son fils.

-« Tu pars en mission quand ? » Demande le gamin sur le chemin.

-« Mardi. »

-« J'espère qu'elle ne sera pas trop longue, tu vas me manquer », dit-il.

Toute la rancœur d'Yuy s'en va par une simple phrase dite avec amour.

À Suivre…

Chap 7 - Chap 9

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires
 

Joyeux Noël et Bonne année 2019 ^^