banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Tranche de vie.

Acteurs : Duo, Heero, Quatre, Dorothy, Sally, Wufei, Hilde, Trowa

Note d'auteur : début d'écriture 27/05/2014

Toutes ressemblances avec des personnes réelles ne sont pas fortuites.


On s'est aimé

Chapitre 9


Duo attend son fils, installé dans le divan, il scrute la rue derrière la tenture. Il aime le voir arriver du coin de la rue. Il a l'air si heureux de son week-end.

Lui en a profité pour faire son ménage convenablement, même si c'est plus pour s'occuper qu'autre chose.

Maxwell se lève et se rend dans le couloir, il attend que son fils sorte sa clef et ouvre la porte. Il préfère rester en embuscade pour le cas où Heero aurait eu l'intention d'entrer avec le gamin. Une fois la porte refermée c'est les grandes embrassades. Son fils racontant son week-end le sourire aux lèvres.

La soirée se passe comme les jours de semaine, ils préparent le repas et la mallette pour le lendemain pendant que Timothy continue de raconter ce qu'il a fait.

Mardi soir, Duo voit bien que son fils est un peu mal à l'aise alors il finit par l'interroger.

-« Il y a un truc qui ne va pas à l'école ? »

-« Tu connais mon copain Samuel ? »

-« Le petit garçon qu'on a eu ici quand il a eu une petite sœur », répond-il pour lui prouver qu'il sait qui c'est.

-« Oui, il va aux scouts depuis cette année, il s'y amuse bien. J'aurais voulu y aller également. »

-« Et ça se donne où et quand ? »

-« Sous l'église, le dimanche matin de dix heures à midi trente », dit-il en se mordant la lèvre inférieure.

-« Alors, on ne sait plus aller à la piscine. »

-« On pourrait y aller un autre jour. Le mardi soir, c'est ouvert jusqu'à vingt heures », supplie presque Tim.

Maxwell lui sourit et l'embrasse sur le front.

-« D'accord, mais seulement quand tu es chez moi. Je ne veux pas me mettre ton père à dos. »

-« Merci », crie Timothy en se jetant dans ses bras.

-« Mais il est trop tard pour aller à la piscine cette semaine. On ira en sortant de la garderie et tu me donneras un coup de main pour le souper. »

-« Oui. »

Quand il dépose son fils à la garderie de l'école au matin, il le voit se précipiter dans les bras de Samuel. Les deux enfants finissent par danser en se tenant les mains. Cela le fait sourire de les voir si heureux.

Dès dimanche matin, Duo se rend avec Tim sous l'église. Il remplit le papier d'inscription, signale les problèmes d'asthme. Dès que c'est fait, il retrouve son enfant à l'extérieur qui joue avec d'autres. Il l'embrasse et s'en va.

Il a un peu le cœur gros de perdre du temps avec lui, seulement, le principal c'est qu'il puisse grandir heureux et bien dans sa peau. Et si pour cela, il doit passer un peu moins de temps avec lui tant pis.

Comme il fait beau et qu'il est en route, Duo décide d'aller se promener dans les bois tout proches. Il a le temps avant de devoir préparer le repas de midi et de venir chercher son fils.

µµµ

Le nouveau rythme est pris. Le lundi soir, Duo prépare un repas qui se réchauffe au micro-ondes avec Timothy, puis les sacs de piscines.

Mardi matin, Maxwell embarque les deux sacs dans un plus grand pour aller au travail. À la sortie de la garderie, ils filent vers la piscine. Ils ont la surprise de constater qu'il y a des cours qu'aquagym dans la petite profondeur de la grande piscine. Alors ils nagent dans la grande profondeur jusqu'aux bouées de délimitation en attendant de pouvoir y aller, ils vont également sur le toboggan. Ils doivent attendre seulement vingt minutes avant de pouvoir jouer comme ils font d'habitude à jeter un petit ballon et nager derrière.

Ils sortent après une heure pour se rendre sous la douche, Maxwell a prévu également le shampoing et savon douche qu'ils ne doivent pas se laver en rentrant chez eux et gagner ce temps-là aussi.

De retour à la maison, pendant que le repas se réchauffe, Duo vérifie les devoirs et leçons et prépare les affaires pour le lendemain. C'est un peu stressant, mais il préfère ça tant qu'il peut voir le sourire sur les lèvres de son enfant.

µµµ

Durant plus qu'un mois, Timothy ne va pas chez Heero, celui-ci se cachant derrière des missions que Duo sait pertinemment qu'il ne réalise pas. Seulement, il ne voulait pas rendre le gamin malheureux. Il avait accepté qu'il aille chez les scouts pour cela aussi, lui rendre moins pénibles les absences de son père.

Mi-novembre, Duo ne pouvait que se demander si Heero prendrait Timothy pour sa semaine de Noël, lui travaillait. Dans le doute, il l'avait inscrit durant les quinze jours à la garderie. Quand le gamin avait dû rendre le papier, il avait froncé les sourcils.

-« Je n'ai toujours pas eu de nouvelles de ton père. Tu sais bien qu'il peut devoir partir rapidement, mieux vaut que j'annule la garderie qu'il n'y ait plus de place. »

À la réaction de son fils, Duo était persuadé qu'il n'était pas dupe.

Mardi, Timothy est tout heureux, son papa lui a dit en lui rendant visite sur le temps de midi qu'il viendrait le chercher samedi matin pour le dernier week-end de novembre.

-« C'est vrai que quand il me l'a dit, ça m'a un peu ennuyé parce qu'il y aura bowling avec les scouts, mais cela fait un moment que je n'ai pas été chez lui. Il vient juste me voir certains jours à midi et cinq minutes ce n'est pas assez, on n'a pas le temps de discuter beaucoup. »

-« Mais c'est bien qu'il vienne, ça compense des week-ends où tu n'y vas pas », justifie Duo.

Il ronge son frein pour ne pas lui dire parfois ce qu'il a sur le cœur et ouvrir les yeux de son fils. Seulement, il se dit que c'est peut-être sa rancœur qu'il voudrait faire comprendre au gamin.

Vendredi, Tim est tout excité en préparant son sac. Duo vérifie que les devoirs ont été réalisés avant qu'il ne parte.

µµµ

Le gamin est revenu heureux de son week-end, ils avaient été dans un parc d'attractions le samedi après-midi.

-« Papa a dit que tu le connaissais, que vous y alliez souvent au début de votre mariage. »

C'est vrai qu'ils avaient eu une passe où Heero avait voulu faire ce que les jeunes faisaient. Seulement, ils n'y avaient jamais trouvé un plaisir, avoir des sensations fortes, ils avaient eu leurs doses quand ils étaient adolescents et même au péril de leur vie, comme encore à l'époque en mission. Parfois, ces rappels les renvoyaient en arrière avec toutes les terreurs qui les accompagnaient. Ils avaient fini par ne plus s'y rendre.

-« Tu t'es amusé ? »

-« Oui même si papa n'a pas voulu que je monte sur certaines attractions. »

-« Tu n'avais pas l'âge sûrement ? »

-« Non les asthmatiques ne pouvaient pas, Trowa lui a montré. J'avais mon pouf-pouf j'aurai pu », peste le gamin.

-« S'il est mis ça, il faut mieux suivre les consignes », sermonne Duo.

N'empêche, il est heureux que pour une fois Heero n'en fasse pas qu'à sa tête et respecte des consignes de sécurité.

Lundi, il doit être dix heures quand Heero entre dans le bureau de Duo et demande à son collègue de sortir. Le regard d'Yuy faisant toujours son effet, l'homme s'exécute rapidement. Heero croise les bras sur son torse.

-« Pourquoi as-tu inscrit Timothy chez les scouts ? Tu veux m'empêcher de le voir ! », affirme-t-il.

Maxwell n'en revient pas de son toupet, c'est lui qui fait sauter les jours de visite, qui ne demande jamais à les récupérer. Et il ose l'accuser de ça !

-« D'abord, je ne veux pas t'empêcher de voir ton fils. C'est même le contraire, je souhaiterai que tu le prennes plus régulièrement. Et puis, j'ai dit à Tim que c'était pour les week-ends chez moi. »

-« Il m'a demandé si je le prenais aux congés de carnaval, car il avait un mini-camp. Tu vois que cette activité empiète sur mon temps avec lui », clame Heero.

-« Il ne m'en a pas encore parlé », avoue Duo.

-« Il a eu les renseignements en allant dimanche matin », lâche Yuy en lançant le prospectus sur le bureau de son ex-mari.

Puis il tourne les talons et s'en va. Duo ramasse le papier et le consulte. Pourquoi Tim ne lui en a pas parlé ? Il n'apprécie pas trop que son fils commence à lui faire des cachotteries.

C'est réellement impatient qu'il prend la direction de la garderie au soir. Il a réussi à mettre ce problème de côté pour travailler, seulement là, il va devoir percer l'abcès.

Sur le chemin du retour, alors qu'ils marchent l'un à côté de l'autre, Maxwell décide de se lancer, Timothy a fini de raconter sa journée.

-« Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu avais été au scout dimanche ? »

Le gamin se rembrunit et ralentit un rien l'allure.

-« Trowa m'avait pourtant dit qu'il ne t'en parlerait pas », soupire-t-il déçu par l'attitude de l'adulte.

-« Ce n'est pas Trowa, c'est ton père avec ton papier d'inscription pour le mini-camp », rétorque sèchement Duo.

Il veut pouvoir faire confiance à son enfant et ne pas commencer à fouiller dans sa vie. Sinon ils vont rapidement arriver à une situation difficile.

-« Je m'ennuyais, papa dort toujours le dimanche matin. Je ne pensais vraiment pas qu'il en ferait tout une histoire. »

-« C'est pour ça que je t'avais dit : seulement quand tu es chez moi, rappelle Duo. Et qui a payé pour le bowling ? »

-« Trowa, je pensais qu'il me ferait crédit et qu'on réglerait quand j'irai avec toi, mais si je ne payais pas, je ne pouvais pas jouer. »

-« J'irai voir Trowa pour le rembourser », soupire Maxwell.

-« Papa, je suis désolé. Il était debout quand on est revenu. J'avais le papier en main pour le cacher dans mon sac. Il me l'a arraché des mains. »

Duo s'arrête et prend son fils par les épaules pour qu'il le regarde.

-« Tu ne peux pas faire des cachotteries ni à l'un ni à l'autre. Les règles doivent être respectées, si ton père ne veut pas que tu ailles aux scouts prend des choses pour t'amuser. »

-« Je ne le ferai plus. »

µµµ

Dès le lendemain, Duo essaye de voir Trowa sans Heero surtout, et pour ça il doit le croiser dans un couloir. Il laisse la porte de son bureau ouverte afin de pouvoir le suivre le cas échéant. Il finit par le trouver près de la machine à café à onze heures.

-« Qu'est-ce que je te dois pour le bowling ? »

-« Rien, ce n'est pas cinq crédits qui va me ruiner. Je m'en veux d'avoir accepté. D'habitude, on est à la plaine à cette heure-là. »

-« Personne n'en est mort. Merci de t'en occuper ainsi. »

Au soir, Timothy demande.

-« Et pour le mini-camp ? »

-« C'est la partie de ton père s'il te prend. »

-« Je ne vais pas pouvoir y aller parce qu'il va peut-être me prendre. Mais ce n'est pas juste », râle l'enfant.

-« C'est la vie ! »

Au fond de son cœur, il jubile un peu, heureux que son fils voit également les défauts d'Heero. Ça lui fait mal et ça lui fait du bien. C'est aussi l'ensemble de ses petits détails qui ont fini par mettre fin à leur couple.

Parfois, Duo se demande si Heero ne lui fait pas porter le chapeau de cette rupture, ils ont des torts tous les deux, c'est certain. Mais Heero à l'air tellement sûr de ce qu'il dit à Timothy. Il lui parle souvent de leur ancienne vie et bien sûr que les bons côtés.

D'accord, il n'a jamais été un sorteur, c'était plus pour faire plaisir à son mari. Néanmoins, il fait attention à ne pas se rendre dans des endroits qu'ils ont fréquentés pour ne pas se confronter à ses souvenirs heureux et malheureux.

Il voudrait détester Heero, mais rien n'y fait quoiqu'il lui fasse, il y a une partie de son être qui l'aime à la folie. C'est bien pour cela qu'il repousse les propositions qu'il a quand il sort boire un verre sans son fils, certains week-ends où Heero le prend.

Le temps passe et Heero prend Timothy en général une fois par mois. S'il l'a pris une semaine pour Noël, il ne l'a pas pris pour les vacances de carnaval.

C'est un week-end que Timothy aurait dû passer chez Heero, mais il n'est pas venu le chercher. Duo va en profiter pour essayer d'expliquer une matière que son fils n'a pas bien comprise à l'école.

Il prend une feuille de papier pour écrire une phrase, Timothy ne retrouve pas toujours le sujet d'un verbe du coup, il l'accorde mal.

-« Je ne trouve pas que tu écris comme une mouche », lâche l'enfant tout d'un coup.

-« Tu sais une mouche ça n'écrit pas. Où as-tu entendu cette expression ? »

-« C'est papa quand il a regardé mon cahier d'écriture l'autre fois. Il m'a dit que moi j'aurai au moins une belle écriture pas comme toi. »

-« C'est pour ça que tu ne le reprends plus pour lui montrer ? »

-« Oui ! », avoue-t-il timidement.

-« Je n'ai pas été beaucoup à l'école, c'est pour ça que je n'ai pas une belle écriture. Je n'ai jamais fait des lignes comme toi. »

-« Pourtant, tu en sais des choses puisque tu m'apprends ce que madame n'explique pas bien. »

-« Tu ne peux pas dire que madame n'explique pas bien, c'est irrespectueux. Sa méthode ne te convient peut-être pas. Et puis, je cherche sur le NET pour t'apprendre. Papa saurait peut-être sans ça lui. »

Il doit bien avouer que cela l'avait vexé d'entendre qu'il écrivait mal, mais c'était vrai, il s'était toujours senti inférieur à l'intelligence d'Heero et ses connaissances. C'était aussi pour cela qu'il essayait de pallier à tout ça chez son fils pour mieux l'armer pour la vie.

Patiemment, Duo reprend la matière et explique des choses qu'il vient d'apprendre pour son fils.

µµµ

Trois semaines plus tard, Timothy revient des scouts avec les papiers pour le grand camp du mois d'août, ce sera dix jours.

-« Je vais pouvoir y aller ? »

-« Tu es chez moi, c'est sans problème pour cette année. »

-« Et pour l'année prochaine ? »

-« Timothy, chaque chose en son temps. Tu vas peut-être détester le camp et tu ne voudras plus y aller. »

Duo remplit le document immédiatement et fait le virement pour réserver sa place. Il est bien mis que les cinquante premiers pourront partir, il ne veut pas que son fils ne puisse pas participer à cause d'un manque de réaction de sa part.

µµµ

La vie reprend son rythme, une fois par mois Tim va chez Heero. Il prend ses devoirs et leçons pour s'occuper et des jeux.

Maxwell commence à organiser ses vacances, il n'a pas du tout envie de se retrouver seul à la maison, en vacances alors que son fils sera en camp. Il décide de partir en voyage la dernière quinzaine de juillet quand son fils sera chez son père. Il demande à pouvoir changer sa date de congés et on lui accorde rapidement.

Il rêve d'aller faire une croisière sur le Nil qu'il repousse parce que ce n'est pas ce qu'il appelle une activité pour un jeune enfant. Il y a trop de visites guidées et de musées. Seulement, c'est une période de l'histoire qui le fascinait et il voulait le voir un jour de ses yeux.

Un week-end où Timothy est chez Heero, il va dans une agence de voyages pour tout organiser.

Fin juin, Duo et Timothy vont acheter tout ce que le gamin aura besoin pour son camp scout. Un matelas pneumatique, un sac de couchage, une lampe de poche. Bien sûr, il ne veut pas que son enfant se sente lésé alors il lui explique ses projets.

-« Tu pourrais faire ton voyage pendant que je suis en camps », bougonne un rien l'enfant.

-« Je préfère rester disponible, si tu as un accident et qu'il faut aller t'y reprendre. Mais quand tu rentres, on part ensemble quelques jours à la mer. J'ai déjà réservé. »

Timothy lui fait un grand sourire avant de se précipiter dans ses bras.

C'est vrai qu'ils n'iraient qu'une semaine, le camp de son fils et son voyage ayant déjà pas mal entamé son budget vacances, surtout qu'Heero ne participerait pas aux dépenses du camp. Quand cela touchait au financier, Heero suivait la convention à la lettre et ne payait jamais un extrascolaire encore moins les activités en dehors de l'école.

Maintenant, il ne fallait plus qu'attendre le début des vacances, ce qui ne serait tarder.

À Suivre…

Chap 8 - Chap 10

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires