banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Tous les personnages m'appartiennent, toute ressemblance avec des personnes ayant existés seraient fortuites.

Genre : drogue/ chose de la vie/ Yaoi, hétéro.

Rating : M : plus pour la réalité et qu'il faut bien classer


Le pot aux roses est découvert.


Barbara se rend compte qu’elle a été profondément blessée par les propos de son frère. Alors, elle décide de l’attendre afin d’avoir une discussion avec lui. Seulement, à la longue, elle ne peut plus rester à la maison, il faut qu’elle parte afin de travailler pour payer ses doses. Elle ne peut pas tout le temps demander à Gary de travailler pour elle, surtout quand elle n’a pas un spectacle à assurer.

C'est le lendemain matin qu'elle peut enfin avoir la discussion qu'elle désire avec son frère. On est samedi, il ne doit pas aller en stage et elle ne doit pas se rendre à l’école. Elle lui demande de passer par sa chambre après le petit déjeuner.

Ce que Dimitri fait après une demi-heure où il a joué avec Freddy.

-« Tu en connais des choses sur le sujet. » Attaque directement Barbara.

-« Tu te souviens de Myriam ? » Demande Dimitri en s’installant sur le lit de la jeune fille.

-« C'était ta copine, il y a deux ans, on a cru que tu allais l'épouser avec papa. Qu'est-ce qu'elle est devenue ? » Questionne-t-elle avec un grand sourire.

-« Morte, Barbara, morte d'overdose. Le premier jour après sa sortie de désintoxication. C'est moi qui l'avais envoyé de force, là, avec ses parents. Je l'aimais tellement que je voulais la sauver malgré elle. Belle bêtise. Tu ne sais pas aider les gens contre leur volonté. C'est pour ça que je n'ai pas prévenu papa quand je m'en suis rendu compte que tu te droguais également. Qui est-ce Bruce ? » Interroge Dimitri en mettant son regard onyx dans celui de sa sœur.

Il tient à la faire fléchir et être sûr qu'elle va lui dire la vérité.

-« Le patron de Gary et il me court après depuis deux ans. Il a envoyé Gary en prison pour essayer de m'avoir, et Dorothy travaillait pour lui. » Avoue plus péniblement la jeune fille.

-« Toi aussi ? » S'exclame Dimitri.

-« Non, je travaille avec ses filles, mais pour moi et Gary. » Rétorque sèchement Barbara.

-« Barbara, que fais-tu vraiment ? » Demande d'une petite voix Dimitri.

Il a peur de l'entendre, il sait ce que ça peut coûter de se droguer. Il a vu Myriam faire d'énormes bêtises pour cette merde. Des vols à la tir et cambrioler chez des amis à eux.

-« Dimitri, je n'ai eu qu'un amant et c'est Gary. Ce sera le seul. » Rassure la brune.

Elle n’a jamais considéré les pénétrations anales de Peter comme étant une relation sexuelle, elle n'y a jamais pris aucun plaisir.

-« Si tu l'aimes autant, quittez ces merdes avant qu'elles ne vous tuent. » Insiste le jeune homme en lui prenant les deux mains.

-« C'est moi qui l'ai fait replonger les deux fois. » Commence à pleurer Barbara sur l'épaule de son frère.

-« Parle-lui, Barbara. Il faut s'en sortir à deux. » Dit-il en lui caressant le dos.

-« Oui, mais Gary ne sait être que revendeur. » Pleure Barbara de plus belle.

Dimitri met ses deux mains sur les épaules de sa sœur pour la décoller de son corps et la regarder droit dans les yeux.

-« Avec l'appuie de papa et de son père, il doit pouvoir travailler ailleurs. Il l'a bien fait auparavant, tu m'as dit qu'il a travaillé pendant six mois en usine. Pourquoi a-t-il été viré ? »

-« C'est un client commun qu'on faisait à deux, quand on a plus voulu passer dans son lit, il a viré Gary pour nous obliger à y revenir. On n'a pas voulu, ça salissait trop notre amour. Comme il ne trouvait rien, il est redevenu dealer. De le savoir avec de l'héroïne sur lui, ça été trop dur pour moi, je l'ai fais replonger à ma suite. » Explique la jeune fille en regardant le sol.

-« Barbara, ça t'es difficile de danser avec des drogués ? » Interroge Dimitri en mettant sa tête sur le côté.

Il est presque impatient d'avoir la réponse, car il a peut-être la possibilité de lui montrer une porte de sortie.

-« Non, sourit Barbara. Je vis dans un autre monde avec la danse. Ca m'apporte le même bien être que l'héroïne au début, car maintenant j'en prends pour ne pas être en manque, à part le flash, je ne ressens plus rien. » Avoue la brune avant de fondre en larmes.

Son frère la reprend dans ses bras pour l’aider à se calmer, il lui parle doucement de ses projets, pour l’aider à prendre la bonne décision.

µµµ

Comprenant ce que son frère a voulu lui faire réaliser, Barbara et Gary commencent à discuter régulièrement d'un arrêt de la drogue et de la meilleure façon de le faire.

Pour finir les deux jeunes gens décident de s'arrêter après les fêtes de fin d'années, de faire une cure pendant les congés scolaires pour que Barbara ne doive pas manquer les cours et rater son spectacle de Noël.

Ils décident de faire les choses dans les règles également et Duncan va demander l'autorisation d'arrêter auprès de Bruce pour ne pas se faire tuer au premier coin de rue.

µµµ

Un soir avant d'aller faire des clients, Gary prend sa copine sur le côté pour lui parler.

-« Barbara, Bruce veut bien que j'arrête, si tu lui demandes toi-même. » Dit-il très mal à l'aise.

-« C'est quoi le piège ? » Demande-t-elle directement suspicieuse.

-« Il veut t'emmener au restaurant. Il veut juste une soirée avec toi. Il a même dit que je pouvais t'attendre à la sortie du restaurant. » Expose Duncan en se tordant les mains.

-« Mais pourquoi ? » S'exclame la jeune fille complètement perdue par la demande.

-« Il a de l'estime pour toi, les filles ont tendances à se jeter dans ses bras pour son fric, ses voitures. Même dans la merde, tu lui as résisté, tu as travaillé sans jamais faillir à nos règles. » Explique le jeune homme.

-« Je dois accepter ? » Interroge Barbara après un moment de réflexion.

-« Si je peux arrêter sans avoir peur de me promener dans la rue, pourquoi pas. Je resterai devant le restaurant pendant tout le repas. » Promis Gary en lui souriant tendrement.

µµµ

Dans la semaine, Bruce fait livrer une robe magnifique à Barbara. L'homme a l'intention d'emmener la jeune fille dans un restaurant chic de Beverly Hill.

Quand elle y rentre, elle s'extasie, il y a de nombreuses célébrités en même temps qu'eux. Barbara voit Brad Pitt avec Jennifer Aniston, Harrison Ford, elle n'a pas assez d'yeux pour tout voir.

-« Je vois que Gary te sert de couverture » sourit Bruce en le voyant debout tout près de la devanture. « Tu n'as pas confiance, Barbara ? »

-« Dans l'homme qui a envoyé mon copain en prison dans l'espoir d'avoir sa copine, non, je n'ai pas confiance. » Répond cinglante la jeune femme en le fusillant du regard.

-« J'aime ta façon de rester polie en toutes circonstances. »

-« Merci pour cette soirée, vous savez sûrement que les drogués n'ont pas gros appétit. Ca étonne toujours mon père que malgré les efforts que je fais en danse, je ne mange pas plus. Mais mon foie n'accepte plus que de la nourriture pas trop riche. » Dit-elle en fille de bonne famille qu'elle est au départ.

-« Tu as raison de vouloir t'arrêter. Tu es très douée en danse, tu as l'étoffe d'une danseuse étoile. Si pour que tu sois clean, il faut que Gary le soit, alors je lui rends sa liberté. Il a été dans les revendeurs que j'ai eus le plus honnête. Vraiment vous faites un beau couple. Je n'aurai jamais cru que votre amour résisterait à neuf mois de prison. J'avais tout misé là dessus. » Avoue-t-il un rien penaud.

-« Je ne comprends pas pourquoi vous faites ça ? »

-« Mangeons, je te l'expliquerai après. Que veux-tu manger ? » Demande poliment Bruce en lui tendant un menu qu'elle fasse son choix.

-« Je peux avoir deux puddings vanille, je ne mange pas plus. » Dit-elle en repoussant le menu.

Elle n’a pas regardé seulement il doit bien y avoir ça dans un grand restaurant comme celui-là.

-« Tu goûteras à ce que je prendrai ? » S'informe l'homme.

-« Si ça vous fait plaisir. » Répond-elle en haussant les épaules.

-« Que veux-tu pour Gary, je vois que ton regard est tout le temps attiré par lui, pourtant lui me fait confiance, il ne regarde pas dans le restaurant. »

-« Non, mais il surveille les gens qui sortent. » Explique en souriant la brune très fière de l'intelligence de son homme.

Ils ont vérifié tout à l’heure, s’il y avait une deuxième sortie. Maintenant, ils sont rassurés, Bruce ne peut pas l’emmener contre sa volonté.

-« Vous êtes des petits futés. C'est comme ça que vous avez survécu dans cette jungle. » Approuve Bruce.

-« Oui, il adore le riz au lait, je peux lui en prendre ? »

-« Tu pourras même lui amener quand on sera servi. » Propose Bruce en s'avançant un rien sur sa chaise.

-« C'est gentil. »

-« Je suis gentil. »

-« Je ne sais pas, je ne change pas vite d'opinion sur les gens. Une fois que je me suis fait une idée, c'est difficile de me prouver que j'ai eu tort. »

-« Je me suis grillé tout seul. » Sourit Bruce en pensant à tout ce qu'il a fait pour essayer d'avoir la jeune fille.

-« Je crois que oui, c'est à Gary que vous devez cette soirée, pour son bien et parce qu'il me l'a demandé de le faire pour lui. » Précise Barbara.

-« Jusqu'où serais-tu capable d'aller pour lui ? » Questionne l'homme une fois que le serveur est venu prendre leur commande.

-« Jusqu'à la mort, s'il devait y être. » Répond sans hésiter la jeune femme en regardant le dos de son amant.

µµµ

Barbara amène le riz au lait à Gary.

-« Ca va tout se passe bien ? » Demande-t-il légèrement inquiet.

-« Oui, il sait se tenir et il t'a vu. On a un peu discuté, il sait que je ne le fais que pour toi. » Rassure la jeune femme.

Duncan ramène lui-même le ravier quand il l'a fini. Il est ressorti avant que Bruce ne lui demande.

Tout s'est bien passé au restaurant, Bruce a promis de libérer Gary à la fin de l'année. Ils ont celé l'accord d'une poignée de main à la sortie du restaurant avant que Duncan ne reconduise sa copine chez son père.

Bruce paye même les doses pour la journée des deux jeunes gens puisqu'ils n'ont pas eu le temps de travailler à cause du rendez-vous.

La semaine suivante tout bascule au moment où deux policiers viennent sonnent chez les Reuter.

-« Nous voudrions interroger votre fille à propos Dorothy Bentens. Il paraît qu'elle venait faire ses devoirs tous les jours chez vous » dit le Sergent Otto après avoir montré sa carte.

-« Elle n'est pas là, elle fait ses devoirs chez Emma, répond Nicolas. Elle est mineure, je veux être présent durant l'interrogatoire en temps qu'avocat. »

-« Vous êtes un membre de la famille Monsieur Reuter. Demandez la présence d'un de vos associés, si vous voulez. »

-« Je le ferais. »

-« Pouvons-nous entrer pour vous poser quelques questions. » Demande le policier en voyant qu'il y a des voisins qui sont sortis sur le trottoir. « Merci. Vous deviez aussi connaître Dorothy Bentens puisqu'elle venait faire ses devoirs chez vous. »

-« De qui tenez-vous ses informations ? » S'étonne le père de Barbara.

-« Les parents de Mademoiselle Bentens. »

-« Je voudrais d'abord parler avec ma fille avant de répondre à vos questions. » Répond sèchement l'avocat.

-« Monsieur Reuter vous faites partie du milieu, si nous voulons connaître la vérité, il faut que les parties aient le moins de contacts possibles de manière à ne pas influencer l'autre. Connaissiez-vous Dorothy ? » Répète à nouveau le jeune policier.

-« Oui, elle était aussi au club de danse de ma fille depuis sept ans. »

-« Connaissez-vous Rudy Barac ? » Questionne à nouveau le policier.

-« Oui, c'est le partenaire de danse de ma fille depuis cinq ans. »

-« Quand avez-vous vu Dorothy la dernière fois ? »

-« A Noël 1998, il y a presque un an, elle tenait le rôle du vilain petit canard dans le spectacle de fin d'année. »

-« Elle vient faire ses devoirs ici depuis trois ans, et vous ne la voyez jamais ! » S'étonne le policier.

-« C'est ma fille qui allait faire ses devoirs chez elle. Du moins j'en étais sûr, je n'ai jamais vérifié. » Soupire Nicolas en regardant ses mains un peu honteux de s'être fait berner par sa fille aussi facilement.

Il a voulu lui faire confiance quand Gary est sorti de prison. Il lui a mis des règles et comme il a vu qu’elle les respectait, il n’est pas allé voir si le reste n’était pas que mensonges.

-« Je vais vous laisser Monsieur Reuter. » Dit le policier en se levant.

µµµ

Nicolas s'installe dans le canapé face à la porte d'entrée. Il attend une demi-heure avant le retour de sa fille, à 21 heures précises, comme tous les soirs.

-« A demain, mon cœur. » Dit la jeune fille.

En passant devant le salon, Barbara s'arrête net.

-« Papa ! »

-« D'où viens-tu ? » Questionne l'homme en plantant son regard sur sa fille.

-« De chez Emma, Gary vient me reprendre là pour rentrer ensemble. » Rappelle Barbara en soulevant les sourcils.

-« Tu fais tes devoirs chez Emma de la même façon que tu les faisais chez Dorothy ? » Interroge d'une voix sèche Nicolas.

-« Oui, papa, quoi que je préférais les faire avec Dorothy. » Soupire Barbara.

-« La police sort d'ici, Barbara. D'après les parents de Dorothy, c'est elle qui faisait ses devoirs ici. Est-ce que Emma est sensée faire ses devoirs ici ? » Demande sarcastique le père.

Barbara reste sans voix et dévisage son père. Elle essaye de garder son calme. Il faut qu’elle donne le change encore une semaine, après ils vont décrocher et ils n’auront plus besoin de mentir. Dimitri lui a même promis de l’aider à affronter son père pour trouver du travail pour Gary.

-« Barbara, je n'ai pas le droit de te questionner mais je veux connaître la vérité avant que tu ne doives rencontrer les policiers. Barbara, la police va revenir, tu vas devoir répondre à leurs questions » prévient Nicolas en s'avançant sur son fauteuil.

-« Que veux-tu savoir ? » Dit-elle en se tordant les mains.

-« Quand j'aurai fini de te questionner, tu appelleras Gary. Je veux savoir si votre version est la même. »

-« Pour la police ? » S'inquiète la jeune fille en se mordant la lèvre inférieure.

Elle n’a pas tellement peur que leur version soit différente. Ils vivent la même chose, c’est aux autres qu’ils mentent surtout.

-« Non, pour moi, je veux la vérité, c'est nécessaire pour t'aider. » Affirme Nicolas en essayant de lui sourire pour la rassurer.

-« Papa quoi que j'ai fait, Gary n'est pas responsable. Nous avons pris des décisions dernièrement. Tu n'as plus rien à craindre pour nous. Nous allons arriver à nos rêves, être heureux avant qu'il ne soit trop tard. » Expose fébrilement Barbara en espérant ne pas devoir dévoiler tout ce qu'elle a fait.

-« Que fais-tu le soir depuis trois ans ? » Questionne son père sans se laisser piéger par sa fille cette fois.

-« Je peux appeler Gary, maintenant ? » Demande la jeune fille nerveusement.

-« Non, je veux ta version avant. » Gronde Nicolas de voir qu'elle ne répond pas.

Ce qui l’énerve surtout c’est qu’elle essaye de gagner du temps. Du temps pour quoi ? Il se le demande.

A ce moment, Dimitri rentre d’une sortie qu’il a faite avec des copains d’université. Il faut dire qu’ils sont tous en stage et qu’ils tiennent à se voir quand même de temps en temps.

-« Dimitri, tu tombes à pic. » Lâche la brune un grand sourire sur les lèvres.

-« Barbara, je veux des réponses à mes questions maintenant. Tu ne te cacheras pas derrière ton frère. » S'insurge son père en se levant cette fois.

-« De toute façon avec ce que tu as dans le corps, tu dois pouvoir tout affronter. » Nargue le jeune homme.

Il se doute que son père a découvert la double vie de Barbara ou qu’il est sur le point de tout découvrir. Cette fois, il ne cachera pas la vérité à son père. Il sait qu’ils vont bientôt arrêter, autant mettre leur père au courant, ce sera un allié de plus dans le sevrage de sa sœur et de son copain.

-« Dimitri, s'il te plaît. » Supplie Barbara en se dirigeant vers lui.

-« Non, je ne repasserai pas deux fois par-là. Débrouille-toi toute seule. La vie s'affronte. Les princes charmants ça n'existent pas. Il est temps que tu mûrisses, petite sœur, la vie vaut la peine d'être vécue. » Lâche Dimitri en redressant le torse pourtant il y a de la tristesse dans son regard.

Nicolas regarde ses deux enfants sans oser les interrompre, peut-être qu'ils lâcheront une information capitale.

-« Alors, pourquoi tu restes toujours tout seul ? Que tu ne sors plus avec tes copains ? Tu as peur de retrouver une deuxième Myriam ? » Accuse la jeune fille prise au piège.

Elle cherche une diversion, elle ne sait même pas d’où revient son frère. La seule chose qu’elle veut c’est que sa petite vie soit vite oubliée par son père, même si elle doit faire du mal à Dimitri et dévoiler des secrets qu’il lui a dit dernièrement.

-« Il faut deux ans pour faire un deuil, Barbara. Il n'y a que dix-huit mois qu'elle est morte. Quand je suis à l'université, je sors. Ici, je vis pour ma famille. La connais-tu seulement toi ? Sais-tu le plat préféré de Freddy ? Tu détruis tout, c'est la seule chose que vous savez faire les gens comme vous, c'est du mal autour de vous. » Expose Dimitri en serrant les poings.

-« Je ne fais de mal à personne. » S'indigne la jeune fille.

-« Freddy voudrait que tu t'occupes un peu de lui de temps en temps, comme il y a cinq ans. Je tremble pour toi, j'achète les journaux de la région, tous les jours, en souhaitant ne pas trouver ton nom dans la liste de la page 9. »

Nicolas attrape le journal et vérifie les articles de la page 9. « Vol, braquage, décès dû à la drogue » le père regarde son fils dans les yeux.

-« Tu vois, Barbara, tu as encore gagné, je t'ai mâché le travail. » Soupire Dimitri en partant.

-« Tu te drogues, lâche Nicolas, tu prends quoi ? Du Hasch ? »

-« Papa, Dimitri n'aurait pas peur pour moi, si j'en étais qu'au hasch. » Rit nerveusement Barbara.

-« Qu'est-ce que tu prends alors ? » Panique Nicolas.

-« A l'héroïne, nous avons prévu de faire une désintoxication durant les vacances de Noël. » Dit la jeune fille le regard plein d'espoir que ça puisse lui sauver la face.

-« Nous ? »

-« Gary et moi ! »

-« Je préviens la police. » Rugit Nicolas en se levant pour se rendre devant l'appareil.

-« Non, papa, si on sait que Gary se drogue, il retourne en prison, il est en liberté provisoire. » S'exclame Barbara en courant derrière son père.

-« Appelle-le que vous arrêtiez tous les deux maintenant. » Ordonne-t-il en lui tendant le cornet.

-« Papa, ce n'est pas possible, j'ai un spectacle dans trois jours. Je vais être malade pendant quatre jours. Nous le faisons après le spectacle. » Insiste la brune en se jetant presque aux pieds de son père.

-« Appelle-le qu'il commence maintenant, compris. Comment trouvais-tu l'argent pour la drogue, c'est Gary qui te fourni ? » Interroge tout d'un coup Nicolas.

-« Non, papa, je faisais le tapin. » Murmure Barbara.

Monsieur Reuter se laisse tomber dans le fauteuil derrière lui. Il met ses deux mains sur ses oreilles et commence à pleurer pendant que Barbara appelle Gary.

A Suivre… 

 Chap 13 - Chap 15

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez