banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Titre: Si loin, mais pourtant si près

Auteur: Shini-cat

Couple: 1xZeck mais ... 1x2x1 ! Vous me connaissez !

Genre: Romance

Disclaimer: Y sont pas à moi...snif :(

Note de l’auteur : Cette fic, qui est une fic a chapitre, est la suite de "Halloween", "Noël", "Nouvel An"! J'ai proposé une suite et elle a été écrite! C'est une fic qui a été écrite en collaboration avec Nyanko-Kuro, comme vous avez pu le remarquer. Pour la raison suivant: je n'ai pas réussit a la commencer, donc, elle m'a aider à l'écrire !

Voilà, j'espère qu'elle vous plaira autant que l'ARC!


Chapitre 5


Duo resta sans rien dire.

Il restait plus d'une heure avant l’heure du rendez-vous avec le jeune homme. Il ne s'était pas douté un seul instant que lui et Heero se croiseraient au jardin public et non au bar.

Réalisant soudainement son mutisme, Duo se leva et tendit la main à l'homme en face de lui. Ce dernier lui serra.

Encore stupéfait, il garda la main de son vis-à-vis plus longtemps que prévu. Son regard était perdu dans le sien.

Il avait la sensation de retrouver son amour de jeunesse, son seul amour. Il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Il avait le cœur serré. Il voulait se jeter dans ses bras.

Mais avant tout, il fallait qu'il sache si c'était bien lui ou pas. Mais comment poser la question sans paraître suspect ? Il fallait avoir un maximum de tact. Pendant quelques secondes, il chercha la question, qui lui permettrait de connaître le passé de son interlocuteur.

Il allait la trouver quand une voix le ramena sur terre:

- Pourriez-vous me rendre ma main, Monsieur ?

Duo cligna des yeux. Puis baissa les yeux sur leurs mains jointes. Un sourire contrit sur les lèvres, il la relâcha.

Un silence s'installa. Et maintenant, il devait dire quoi ? Il se tordait les doigts, mal à l'aise.

Il ouvrit la bouche, dans l'intention de dire quelque chose, mais Heero l'en empêcha:

- Alors ? Que me vouliez-vous ?

- Juste ... Juste faire connaissance. Balbutia Duo.

La tête baissée, il ne vit pas le sourire mystérieux de Heero.

Qu'allait-il penser de lui ? Qu'il était tombé sous son charme ? Dans un sens, c'était vrai.

Duo reporta son attention sur les enfants.

- Et bien, vous qui vouliez faire connaissance, vous n'êtes pas très loquasse. Fit remarquer narquoisement Heero.

L'écrivain rougit furieusement.

- Puis-je au moins connaître votre nom ? Où vous voulez rester dans l'anonymat, de peur que je ne crie votre vrai nom sur tous les toits ?

- Je ... Je m'appelle Duo Maxwell.

Heero haussa les sourcils. Des tréfonds de sa mémoire, une sorte de flash back se présenta à lui :

Il se trouvait dans une ruelle sombre. En face de lui se tenait un petit garçon haut comme trois pommes. Adossé contre le mur, les jambes contre la poitrine, sa tête était relevée vers lui. Des cheveux châtains, descendaient jusqu'aux dessous de ses omoplates.

Soudain, il s'entendit dire:

- Comment tu t'appelles et quel âge as-tu?

- J'ai 8 ans et je m'appelle Duo Maxwell.

Puis, tout redevint normal. Il cligna des yeux. Devant lui se tenait un homme, ressemblant à s'y méprendre au petit garçon qui venait de resurgir de ses souvenirs.

- Monsieur Yuy, ça va ?

- Ou .. oui. Je me suis juste souvenu de ...

De quoi ? Il ne se souvenait pas avoir vécu ce souvenir et pourtant, il avait une bonne mémoire. Alors d'où pouvait bien provenir cet espèce de flash back ?

- ... de quelque chose. Finit par répondre Heero.

Duo le regarda bizarrement. Il avait vu le jeune homme froncer les sourcils, comme si son nom lui rappelait quelque chose. Duo se réjouit intérieurement. Peut-être que Heero avait gardé des souvenirs de son coma, des souvenirs des quelques moments qu'ils avaient passé ensemble ? Duo sentit son cœur se gonfler de joie à cette pensée.

Peut-être avait-il une chance de retrouver son amour de jeunesse ? Si oui, il allait la saisir à pleine main.

Il entendit Heero continuer:

- Puis-je vous poser une question ?

Duo opina de la tête.

- Vous aurais-je tapé dans l’œil pour que vous me donniez votre numéro de portable ? Et, en plus, que vous me donniez rendez-vous ?

Duo rougit une nouvelle fois. Il sentit son cœur partir au triple galop. Une réponse, vite !

- Pas ... pas du tout, mais qu'est-ce que vous allez chercher ? Vous aviez juste l'air sympa, alors, j'ai voulu vous connaître un peu plus.

Heero sourit. Il trouvait cet écrivain adorable quand il rougissait. Il n'avait pas compris comment, mais il s'était pris d'affection pour lui. Et le plus étrange, c'est qu'il ne voulait pas perdre la petite chaleur que lui occasionnait ce lien. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas ressenti ça.

Même l'amour qu'il avait éprouvé pour Zeck n'avait pas été aussi chaleureux. C'était un peu comme une amitié indestructible.

- Et que vouliez vous savoir ? Demanda Heero.

- Je sais pas moi, votre âge, votre travail ... et cetera ! S'exclama Duo, gêné.

- Et bien, j'ai 25 ans et je travaille à la Security System ! Et vous ?

- Et bien, je travaille dans une animalerie, c'est moins glorieux que vous, et je n'ai que 22 ans. Bien qu'à mes heures perdu je sois écrivain.

- Pourquoi votre travail serait moins glorieux que le mien ? Bien au contraire, votre travail et plus difficile que le mien: s'occuper des animaux, c'est plus difficile que de s'occuper d'un ordinateur.

- C'est vrai, mais pour être informaticien, il faut faire des études et entre vendeur animalier et informaticien, le plus intelligent est l'informaticien. Fit remarquer Duo.

Heero sourit. Il est vrai qu'il avait fait des études pour devenir informaticien, mais il avait toujours aimé les ordinateurs et autres produits de la technologie, alors l'apprendre en détail n'avait pas été difficile.

- Et en dehors du travail ? Vous faites quoi ? Demanda Heero.

- Je n'ai pas spécialement de loisirs, j'aime faire un peu de tout. Tant que c'est distrayant. Et vous, à part les ordinateurs, c'est quoi vos loisirs ? Questionna Duo.

Heero réfléchit. Lui, non, il voyait de temps en temps son amie Réléna, mais il ne faisait rien de particulier. Il n'allait plus en boite, il ne sortait plus. Durant la semaine, il avait du travail et le week-end il devait faire le ménage et se reposer. Donc, il ne lui restait plus que les activités qui ne demandaient pas d'effort. Il allait des fois au cinéma, mais en dehors de ça, rien !

- Le cinéma !

- C'est tout ? Vous ne sortez jamais avec vos amis ?

- Ce n'est pas parce que je n'ai pas envie, c'est parce que je n'ai pas le temps !

- Votre travail est si épuisant ?

- Non, mais le soir quand je rentre chez moi, j'ai du travail et le week-end, je dois m'occuper de chez moi, mon compagnon n'est jamais là !

- Compagnon ? Vous avez un petit ami ?

- Oui, cela vous pose-t-il problème ?

- Non, du tout ! Je dois vous avouer que j'ai également un léger penchant pour la gente masculine ! Dit Duo, gêné.

Mais son sourire était forcé. Quand Heero lui avait dit qu'il était gay, mais en plus qu'il était en ménage, il avait senti son cœur se serrer. Il n'avait donc aucune chance. Même si cet homme se révélait être son amour de jeunesse, il ne pourrait l'avoir. Il avait la gorge serrée, il avait envie de pleurer. Cela ne servait à rien de tenter de le séduire si il était déjà amoureux.

A cet instant, il haïssait Heero d'avoir croisé son chemin il y a de cela quinze ans.

- Et vous, vous êtes en couple ?

- Non, je suis amoureux, mais je ne pense pas pouvoir avoir l'homme de ma vie.

- Pourquoi, il n'est pas gay ?

- Si, mais comme vous, il est en couple. Répondit tristement Duo.

Heero fronça les sourcils. Il venait de se rendre compte de leur conversation. Il n'était pas du genre à parler sentiments avec un étranger. Mais bizarrement, cela ne le gênait pas, bien au contraire.

- On ne peut pas dire que je suis en couple en fait. Confia Heero.

Duo haussa les sourcils. Heero lut la question dans ses yeux.

- Pour faire court et simple: je crois que je n'ai largement pas assez de mes deux mains pour compter le nombre de fois où il m'a trompé. Répondit Heero.

- Et vous ... vous l'aimez encore ? Pas que je juge vos sentiments, mais, je crois que ça ferait longtemps que j'aurais fait mes valises !

Duo sentit son cœur s'alléger. Il avait finalement une chance ! Pourvu qu'Heero veuille bien de lui. Il se sentait un peu honteux d'être heureux que le couple de son interlocuteur soit brisé. Car il avait l'intime conviction que cet homme était bel et bien le petit garçon qui l'avait aidé des années plus tôt.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres !

- Non, je ne l'aime plus. Je me suis même posé la question de savoir si je l'ai aimé un jour.

Soudain, quelque chose sauta aux yeux d'Heero.

- On parle de ma vie privée. S'exclama-t-il.

Duo écarquilla les yeux.

- Je ... je suis désolé ! On peut changer de sujet, si vous voulez ?

- Ce n'est pas ça. C'est juste qu'on parle de ma vie privée et on se vouvoie. Au point ou on en est, je pense que l'on peut se tutoyer, vous ne croyez pas ?

Duo sourit, heureux de se rapprocher de cet homme qu'il était sûr d'être Heero Yuy, le jeune homme qu'il avait aimé et qu'il aimait toujours !

- Avec joie ! S'exclama Duo, content.

- Et toi ? Depuis tout à l'heure, on ne parle que de moi. Mais toi ? Tu n'as jamais eu de compagnon ?

- Non, je suis toujours resté fidèle à cet homme, même si je sais qu'il ne voudra pas de moi.

Il préférait garder la version de tout à l'heure, bien qu'il savait maintenant qu'il avait une chance.

- Il ne sait pas que tu es amoureux de lui ?

- Non et je ne veux pas le lui dire. Répondit précipitamment Duo.

- Je comprends. Tu as peur. Qu'est-ce que tu représentes pour lui ?

Duo ne sut quoi répondre. Il voulait répondre qu'ils étaient amis, mais se serait mentir, puisque Heero et lui sont maintenant des étrangers l'un pour l'autre. Les sentiments de l'un ne pouvaient pas les rapprocher.

Heero ne pouvait de toute façon pas se douter que l'homme qu'il aimait, c'était lui.

- Ca peut paraître bizarre, mais pour lui, je suis un parfait étranger.

Heero haussa les sourcils.

- Il ne te connaît pas ?

- Non. Cela te choque que quelqu'un puisse tomber amoureux d'un parfait étranger ?

- Et bien, oui. Parce que si on est amoureux d'une personne que l'on ne connaît pas, dont on a vu uniquement le visage, on n'est pas amoureux de la personne, mais de son physique. Pour moi, on n’est pas amoureux d'un corps, on est amoureux d'une personnalité et d'un caractère.

- Mais je le connais ! Seulement, lui m'a oublié ! Ca fait quinze ans que je ne l'ai pas revu ! S'exclama Duo, blessé par les paroles de l'homme.

- Tu es resté fidèle à un homme qui est sorti de ta vie ?

- Oui !

- L'histoire de ton livre est donc la réalité ? Demanda Heero en reconnaissant certaine similitude entre le personnages du livre et l'écrivain.

- Oui. Prenez moi pour un fou, mais le petit garçon qui m'a aidé, je l'aime et même si je ne le revois jamais, je serais incapable d'en aimer un autre comme je l'aime lui !

Duo était désormais en pleurs. Cet homme n'était pas le garçon qu'il aimait. Celui qu'il aimait était parfait. Il ne l'aurait pas jugé comme il venait de le faire.

Il voulait partir, partir loin de lui et de la souffrance qu'il ressentait d'avoir encore perdu son amour. Il avait été stupide d'imaginer qu'une telle coïncidence puisse arriver. Comment avait-il put croire qu'Heero Yuy, celui dont il était amoureux, puisse recroiser sa route alors qu'il avait déménager à des kilomètres d'ici ?

Les sentiments qu'il avait pour lui allaient le rendre dingue !

- Mais, il est peut-être mort, vous savez ? Fit Heero en reprenant le vouvoiement, sachant qu'il disait quelque chose qui allait blesser l'écrivain.

- Vous croyez peut-être que je n'y ai pas pensé ? Vous croyez que je suis resté de marbre face à cette simple hypothèse ?

Les pleurs redoublèrent face à ses paroles. Il avait toujours voulu croire que Heero était vivant, quelque part, même si il n'était pas près de lui, tant pis. Il avait prié tous les dieux qu'il connaissait pour le revoir, mais sans succès !

Heero posa sa main sur son épaule et demanda timidement:

-Et ... comment s'appelait-il ?

Duo resta silencieux. Si il répondait, Heero saurait tout de suite pourquoi il avait demandé à le rencontrer pour faire connaissance. Mais peut-être que c'était ce qu'il fallait qu'il fasse. Qu'il dise les vraies raisons qui l’ont poussé à reprendre contact avec lui ?

Duo se lança finalement, et répondit avec une petit voix:

- Heero Yuy.

A suivre 

Chap 4 - Chap 6 

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires

Merci d'inscrire pour quelle histoire vous m'écrivez ^___^