banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Titre: Si loin, mais pourtant si près

Auteur: Shini-cat

Couple: 1xZeck mais ... 1x2x1 ! Vous me connaissez !

Genre: Romance

Disclaimer: Y sont pas à moi...snif :(

Note de l’auteur : Cette fic, qui est une fic a chapitre, est la suite de "Halloween", "Noël", "Nouvel An"! J'ai proposé une suite et elle a été écrite! C'est une fic qui a été écrite en collaboration avec Nyanko-Kuro, comme vous avez pu le remarquer. Pour la raison suivant: je n'ai pas réussit a la commencer, donc, elle m'a aider à l'écrire !

Voilà, j'espère qu'elle vous plaira autant que l'ARC!


Chapitre 4


Duo ouvrit la bouche mais ne sut quoi dire. La respiration en suspens, il fut incapable d'émettre le moindre son. Lui qui avait toujours eu une facilité déconcertante à parler quand il était plus jeune, voilà qu'il était devenu muet.

Ce fut un petit rire qui le ramena à la réalité et qui lui fit fermer la bouche. Il fronça les sourcils. Se moquerait-il de lui ? Cette simple hypothèse le mettait en rogne. Il regarda le combiné et le reporta à son oreille.

- Alors, que me vouliez vous ? Demanda son interlocuteur.

Duo ne répondit pas tout de suite. Il ne pouvait définitivement pas lui dire tout de but en blanc ? ! D’abord c'était malpoli, et de deux, c'était trop direct. Il prit une grande inspiration et dit, avec difficulté :

-Je ... Je .... J’aimerais vous rencontrer .... Si vous le voulez bien ?

-Pourquoi pas ? Mais j'aimerais savoir pourquoi ?

-Je ne peux pas vous expliquer. Je vous demande simplement d'accepter de me rencontrer quand vous en aurez le temps. Si vous le souhaitez.

-Bien sûr !

-Merci. Cela vous dirait, demain, 16 heures, au bar " Au Coude à Coude" ? Demande Duo.

-Ok, à demain, alors !

Duo s'apprêtait à rajouter quelque chose, mais la tonalité de fin d'appel se fit entendre. Choqué, il regarda le combiné une nouvelle fois.

-Il m'a raccroché au nez ! ! S'exclama-t-il, les sourcils froncés au maximum.

Se moquer de lui ne lui avait pas suffit, il avait fallu qu'il lui raccroche au nez en plus ! Lui qui avait eu peur de se trouver malpoli en lui disant tout directement, il aurait mieux fait ! Au moins il aurait été fixé et n’aurait plus à se poser de questions !

Toujours sous le choc, il entra dans la cuisine et ouvrit le frigo. Le petit truc qu'il avait mangé n'avait pas calé son estomac. Il prit la première chose qui lui tomba sous la main et la mangea.

Duo se demanda une nouvelle fois pourquoi il avait donné son numéro de portable à cet homme. Il savait qu'au moment où il l'avait fait, il avait eu l'impression de se retrouver en face du petit Heero de 11 ans. Il voulait savoir si cet inconnu était Heero Yuy ou pas. Il savait que le nom ne voulait rien dire, il fallait au moins connaître le passé de l'homme pour être sur, être sur que c’était bien l’homme qui hantait ses pensées depuis si longtemps.

Il n'avait pas spécialement un appétit d'ogre, mais si son estomac n'avait pas de repas correct, il se manifestait toujours dans les moments les moins appropriés. Comme par exemple quand il était avec un client !

Toujours en colère, il passa ses nerfs sur un morceau de jambon.

&&&&&&

Heero raccrocha. Il se demanda encore une fois comment il avait pu appeler cet homme alors qu'il ne le connaissait pas.

Il est vrai que c’est lui qui avait laissé son numéro sur la dédicace et qui lui avait demandé de l'appeler.

Il ne comprenait pas pourquoi cet auteur qu’il voyait pour la première fois lui semblait familier, un peu comme s’il l’avait rencontré dans une autre vie. Il n’arrivait pas encore à mettre un nom sur ce qu’il ressentait en sa présence. En tout cas, il ne pouvait le nier, il avait terriblement envie de le revoir et c’est pourquoi il l’avait appelé.

Il était même impatient de savoir ce que lui voulait l'écrivain. Il n'était pas curieux de nature mais qu'un parfait étranger veuille le rencontrer l'intriguait.

Il se leva du fauteuil où il était assis et monta à l'étage. Il entra dans sa chambre et se changea. Il n'avait pas spécialement sommeil, donc, il se mit devant son ordinateur et fit quelques trucs : nettoyer son disque dur, supprimer certains fichier inutiles ....

Puis, commençant à s'ennuyer, il l'éteignit et se glissa sous sa couette.

Toujours pas fatigué, il se tourna et se retourna dans son lit; ne cessant de pester contre le sommeil qui ne venait pas.

Finalement, il passa une nuit blanche.

Légèrement sur les nerfs, il se leva avec un grognement. Lui qui avait pensé pouvoir faire la grasse matinée, c'était loupé. Au lieu de se réveiller en pleine forme, il s'était levé grognon.

Il regarda l'heure: 8h57.

Il enfila un jean et descendit dans la cuisine. Il fouilla dans les placards, mais rien ! Bien évidement, cela faisait cinq ans qu'il n'avait plus habité ici, donc, aucune nourriture, quelle qu'elle soit, ne pouvait traîner dans les placards.

Il referma la porte du meuble de la cuisine et s'assit sur une des chaises. Il poussa un soupir. Il avait faim, donc, il était obligé d'aller faire les courses.

Les magasins ouvraient tous à 9 heures. Il monta dans sa chambre et s'habilla plus chaudement. Pas qu'il faisait froid, mais il ne pouvait définitivement pas faire ses courses torse nu.

De retour au rez-de-chaussée, il enfila ses chaussures et sortit. Il n’avait pas l'habitude de faire les courses le dimanche, c'était lui qui s'occupait de la maison, et non Zeck. Mais il faisait toujours les courses le samedi justement pour être tranquille le dimanche.

Il ne prit que quelques trucs pour son déjeuner et son dîner. Il y retournerait le lendemain.

De retour chez lui, il rangea ses maigres courses et mangea les quelques croissants qu'il avait achetés en guise de petit déjeuner.

En pleine dégustation il écouta le silence de la maison. Il poussa un soupir peiné quand il constata la dure réalité: il était de nouveau seul.

Son petit déjeuner fini, il décida de faire un peu de ménage. Les meubles étaient couverts de poussière et les draps sentaient le renfermé. Il n'était pas une petite femme d'intérieur, mais il savait se débrouiller.

Toute la matinée, il la passa à rendre la maison de nouveau habitable sans risque d'intoxication.

Au début de l'après midi, il monta se préparer pour sa rencontre avec l'écrivain.

&&&&&&

Quand Duo se leva, ce fut au son du radio réveil qu'il avait oublié de déprogrammer la veille. Sortant une tête complètement ébouriffée de sous la couette, il lança son point sur la pauvre machine.

Il grogna de mécontentement avant de sortir avec paresse de son lit. Maintenant qu'il était réveillé, il lui serait impossible de se rendormir, donc autant faire le ménage qu'il avait eu la flemme de faire pendant la semaine. Il descendit au rez-de-chaussée. Il habitait seul dans cette petite maison. Il avait voulu prendre une colocation, mais quand un de ses amis lui avait dit que son colocataire était insupportable, il avait préféré habiter une petite maison seul, aux abords de la ville, pas loin de chez ses parents.

Il grimaça quand il vit le tas de vaisselle dans l'évier. Il avait souvent pensé à se payer une femme de ménage, mais il ne voulait pas de femme chez lui. Il aurait préféré avoir un homme, mais les hommes dans cette profession étaient rares ou alors déjà occupés !

Pour se donner du courage, il ingurgita un bon petit-déjeuner.

Et soudain, comme si la foudre lui était tombée dessus, il se souvint du rendez-vous qu'il avait donné à « Heero Yuy ». Il fut tellement surpris qu'il en avala sa bouchée de travers. Dans une quinte de toux, il tenta de se servir un verre de jus d'orange pour faire passer le morceau de pain grillé.

A une vitesse fulgurante, il vida son verre pour soulager sa gorge enflammée.

La respiration un peu courte, il repensa à sa rencontre avec cet homme à la librairie.

Puis, une question lui traversa l'esprit:

« Mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui dire pour me justifier ? »

Pour se changer les idées, il débarrassa son petit déjeuner et commença à faire le ménage.

Il était maintenant 11h57 et il venait juste de terminer. Il poussa un soupir de satisfaction en regardant son travail.

Il ferait une vraie petite fée du logis. Un sourire accompagna cette pensée.

Il se rendit dans la cuisine et se prépara un petit quelque chose à manger. Tous ces exercices lui avaient donné très faim.

Même si il savait qu'il lui restait 4h avant de rencontrer le jeune homme, il monta se préparer.

Il s'assit devant la télé et zappa quelques minutes avant de se lasser. Il l'éteignit. Le dimanche, il n'y avait pas grand chose d'ouvert, sauf le bar ou il avait donné rendez-vous à Heero et un cybercafé.

En entendant le silence de la maison, il sortit de chez lui. Il savait que son entrevue n'était que dans plus de 3h, mais juste en face du bar, se trouvait un petit parc et souvent, le Dimanche, les parents emmenaient les enfants jouer là-bas.

Il aimait bien voir les enfants construire des châteaux de sable, jouer au ballon, glisser sur le toboggan ou encore se balancer sur la balançoire. Cela lui rappelait quand il était à leur place.

Il se revoyait, gamin, en train de faire des farces à ses amis.

Lui revint en mémoire, le jour où Trowa était tombé du toboggan à cause d'un autre petit garçon.

Duo avait mit du temps à convaincre son cousin de faire du toboggan avec lui et au moment ou il avait cédé et ou il était monté, un petit garçon l'avait poussé parce qu'il voulait passer avant lui. Trowa était alors tombé de plus d'un mètre de haut.

Quelques jours après, Duo avait revu son cousin avec une bande autour de la tête. Il s'était jeté dans les bras du brun. Il avait eu très peur.

Cela faisait une heure qu'il était en train d'observer les bambins. Quand une main se posa sur son épaule.

&&&&&&

Heero s'ennuyait chez lui. Il ne savait pas quoi faire. Il alluma son ordinateur dans l'espoir d'y trouver une distraction. Mais il poussa finalement un soupir de déception et éteignit son ordinateur.

Il descendit dans l'entrée et pris son manteau. Il sortit en l'enfilant. Fermant bien la porte à clef. Il regarda sa montre, il lui restait deux bonnes heures avant qu'il ne rencontre l'écrivain.

Il sortit du petit jardin et longea la rue. En arrivant au premier croisement, il prit à gauche et continua son chemin.

En tournant une nouvelle fois à l'angle d'une rue, un grand portail entra dans son champ de vision. Lentement, il s'en approcha et le dépassa. Il se promena dans les allées.

Il balaya de son regard les enfants dans le bac à sable ou sur l'herbe. Puis, son regard se posa sur une personne assise dos à lui, sur un banc.

Derrière le dossier du banc, une longue natte se soulevait au rythme du vent. Mais malgré les cheveux longs, même de dos, il était facile de reconnaître la carrure d'un homme.

Il sourit quand il reconnut l'écrivain. Ou, tout du moins, il pensait que c'était l'écrivain, mais, il était persuadé que de si beaux cheveux ne pouvait appartenir à quelqu'un d'autre.

Sans faire de bruit, il s'approcha à pas de loup de l'homme.

Il constata que ce dernier était plongé dans ses pensées.

Il posa donc doucement sa main sur son épaule. La réaction ne se fit pas attendre.

L'épaule sous sa main se tendit et l'homme se retourna en sursautant.

Bingo ! Heero avait vu juste: c'était son bel écrivain !

A suivre 

Chap 3 - Chap 5 

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires

Merci d'inscrire pour quelle histoire vous m'écrivez ^___^