banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo, Wufei, Quatre, Trowa, Hilde.

Début d'écriture le 24/09/2018


Tu avais promis ?

Chapitre un


27/10/AC245

Duo, debout dans la cuisine, regarde autour de lui. Il ne reconnaît plus grand-chose. Il a le cœur qui se broie de devoir quitter tout ce qu'il a construit toute sa vie.

Il se retourne en entendant les pas d'Heero dans les escaliers. Il lui sourit, il le trouve toujours magnifique malgré ses cheveux grisonnants, ses petites rides autour des yeux.

-« Tu es prêt », dit-il en venant voler un baiser à Maxwell.

-« Oui, tu es sûr que tu ne m'en veux pas. »

-« Je dois avouer que quand tu as fait marche arrière chez le notaire, ça m'a énervé. Mais depuis, j'ai compris et puis ainsi tu vas garder des rentrées d'argent puisqu'il n'y a pas de pension pour les indépendants sur L2. »

-« Aussi, mais ce n'est pas ça qui me motive, j'ai fait une épargne, c'est surtout que je n'aurai pas su. C'est ma boîte, mes idées, même si c'est devenu notre boîte. J'aurai eu l'impression de perdre mon identité. »

Yuy sourit, vient l'embrasser une nouvelle fois.

-« Prends les sacs, il faut dégager les lieux. »

Maxwell s'abaisse, ramasse un sac qu'il passe à l'épaule, puis deux autres à la main et se dirige vers la porte du commerce. Heero prend les trois autres.

Dire que tout a commencé, il y a six mois quand Heero a pris sa pension à Média Com après quarante-cinq ans de carrière.

25/04/AC245

-« Demain, je fais ma dernière journée, tu t'arrêtes quand ? » demande Yuy en entrant tout sourire à Allnonsense à treize heures.

-« On a rendez-vous chez le notaire à dix-sept heures, samedi. »

-« Faire les contrats de vente, je sais, mais tu as déjà eu des acheteurs ? »

-« Oui, bien sûr, le dernier est passé ce matin. J'ai insisté pour que le contrat d'Andy aille jusqu'à la pension. Il lui reste deux ans à faire. Même si ça me fait mal, je n'ai pas su protéger les deux autres », soupire Maxwell.

Il met les deux mains sur le bureau pour se lever, les articulations craquent un peu. Il est temps pour lui de se rendre dans le hangar.

-« Je suis sûr qu'ils ne t'en voudront pas. On part toujours samedi prochain pour Sank ? »

-« Peut-être même avant, il veut récupérer la partie habitation pour l'adapter à ses besoins », soupire à nouveau Duo.

-« Je vais me changer, ça va me faire bizarre aussi d'être en vacances continuellement », rétorque Heero.

Il regarde son homme partir, sa tresse est devenue complètement blanche. Il a pris un peu de ventre, mais ça lui va bien. Ils vont arriver à Sank juste avant la bonne saison, ils seront encore plus libres.

Même s'il est impatient, Heero est aussi un peu tracassé. Son compagnon n'a pas l'air aussi enchanté que lui de tout quitter. D'un autre côté, il le comprend, c'est lui qui va être déraciné cette fois, et un vieil arbre s'enracine plus difficilement qu'un jeune.

Il l'aidera et loin des tracas d'Allnonsens, ça sera encore plus facile, il en est persuadé.

µµµ

27/04/AC245

Après avoir fermé le commerce à seize heures, Heero et Duo se rendent dans la partie affaires de L2. Même si les gangs officient toujours, que la misère règne en maître. Il y a de plus en plus de sociétés qui offrent du travail et L2 est déjà plus présentable qu'il y a cinquante ans.

À dix-sept heures précises, ils entrent dans le bureau du notaire, l'acheteur est déjà là.

Après avoir chaussé ses petites lunettes de lecture, Maxwell relit une dernière fois le contrat, l'acheteur a déjà parafé toutes les pages et signé le sien que Duo relit toujours. Cela fait sourire Heero, si son compagnon signe, il le fera les yeux fermés.

-« Je suis désolé, je ne peux pas signer ! » lâche d'un coup Maxwell.

Heero écarquille les yeux d'étonnement. Il comprendrait si c'était lui qui avait fait les démarches, mais là c'est Duo qui a tout organisé. Lui ne s'en est pas réellement mêlé, d'autant plus qu'il avait la passation de pouvoir pour Media Com L2 à régler de son côté.

-« C'est pourtant le prix que nous avions fixé ! » s'insurge l'acheteur.

-« Oui, je sais, ce n'est pas ça le problème », répond-il en se levant.

Heero suit le mouvement, même s'il a envie de demander où est le problème. Seulement, depuis le temps, il sait que les explications, il les aura dans les quatre murs de son domicile surtout avec l'air renfrogné de son amant. Autant, ne pas demander ici.

-« La société Cristal est à vendre, elle a la même superficie, les mêmes avantages. Monsieur le notaire, j'attends vos frais », dit Maxwell quand il est à la porte.

-« Peut-être, mais il y a plus de travail de sécurisation que dans votre entreprise », se fâche l'homme.

-« Je n'ai pas signé de promesse de vente, je peux faire machine arrière. Vous auriez dû y penser », conclut Duo en ouvrant la porte.

Il pose sa casquette sur la tête, glisse ses mains dans les poches de sa veste et s'en va. Heero doit presque courir pour le rattraper. Il fulmine. Et leur projet ? Il se faisait une joie de pouvoir circuler sur la digue avec son homme en lui tenant la main. Seulement pour des vacances, c'était trop peu à son goût.

En plus, maintenant qu'ils allaient être domiciliés sur Terre, il avait prévu de se marier là-bas, renouveler leurs vœux, mais à la mairie. Il voulait faire cette surprise à son compagnon.

C'est surtout à cause de ça qu'il explose une fois qu'ils sont dans la cuisine.

-« Pourquoi ? » gronde Yuy.

-« Ro', je ne peux pas. Il va tout transformer, ne rien garder. J'ai cru que je pourrais, mais non j'ai besoin de savoir mes racines existantes sur L2 pour la quitter. »

Heero cligne plusieurs fois des paupières et sa colère retombe.

-« Tu veux trouver un gérant ? » s'estomaque-t-il.

-« Je ne savais pas ce que je voulais, mais oui un gérant c'est ça qu'il me faut. Merci Ro' », dit-il en venant vers son amant un sourire sur les lèvres.

-« Et tu vas mettre combien de temps pour le trouver ? » s'impatiente Heero.

Il met une main sur le torse de son vis-à-vis pour l'empêcher de le prendre dans ses bras. Il n'a pas percé l'abcès, lui.

-« Ro', je n'en sais rien. Il y a trente secondes, la seule chose que je savais c'est que je ne voulais pas lui vendre à lui, mais peut-être bien à un autre. »

Yuy lâche un soupir.

-« Je t'assure qu'on ira sur Terre, qu'on voyagera comme on en a discuté, j'ai aussi envie de le faire », rassure Maxwell.

-« Bon, j'envoie un mail à l'agence qu'ils peuvent remettre l'appartement en location. »

-« Tu peux y aller », propose Duo devant la détresse de son amant.

-« Je vais où tu es », rappelle cinglant Heero en partant.

Cette fois, c'est Duo qui soupire, il se sentait mal de bouleverser leur projet. Seulement, il aurait été malheureux et il aurait fini par le reprocher à Heero. Il est trop tard pour se mettre en chasse derrière un gérant. Il sort la viande pour commencer le repas.

µµµ

Cette fois, c'est Heero qui ne dort pas. C'est vrai qu'il aurait dû s'en rendre compte bien avant que Duo ne lui dise. Ça faisait trois jours que son amant faisait à nouveau des cauchemars.

Qui pourrait-il proposer à son compagnon pour la gérance ? Il ne voit personne comme ça. Est-ce que Quatre aurait une réserve de recrutement dans le genre ? Il devra le dire à Duo qu'il commence par là. Winner a eu le même problème quand Dorothy a pris sa retraite, il a diminué également, cela fait des années qu'il ne tient plus les rênes. Quoique lui avec ses enfants et petits-enfants, ceux de ses sœurs, il ne manque pas de main d'œuvre. L'agence intérim doit connaître aussi du monde. Soulagé d'avoir deux pistes, il glisse dans le sommeil.

µµµ

29/04/AC245

Lundi matin, Duo se lève comme d'habitude. Il s'étonne que son compagnon n'en fasse pas autant.

-« Je suis pensionné », dit-il en souriant.

-« Tu viendras quand même après-midi ? » s'informe Maxwell de la porte.

-« Bien sûr et sûrement avant. Je te laisse la salle de bain. »

Heero repense à ce que Duo lui a dit hier. Comment peut-il avoir imaginé une fraction de seconde de mettre Andy à la gérance. Repousser le problème de seulement deux ans et puis c'est un bon second, un peu comme Bertrand à l'époque, rien de plus. Il sourit, dire que c'était pour que cela aille vite, qu'ils puissent partir rapidement. Lui veut une solution quasi définitive.

Il se redresse dans le lit. Où est-ce qu'ils vont loger quand ils vont revenir en fin de mois pour vérifier la comptabilité ? Est-ce que Duo a seulement pensé à ce problème ? Le gérant va vivre ici pour surveiller la décharge et le commerce. Pris d'un doute, il sort du lit passe le bas de son pyjama et descend.

Duo est en train de déjeuner, il lui sourit, s'installe et prend une tartine également. Innocemment, il demande.

-« On va aller à l'hôtel quand on revient pour la comptabilité ? »

-« Pourquoi l'hôtel ? »

-« Tu voulais qu'on aille dans le squat de la bande ? »

-« Enfin Heero, même si je le paye et que je le payerai jusqu'à ma mort, cette bande n'est plus la mienne depuis au moins quinze ans, quand j'ai été battu à l'arme blanche. »

-« Alors où va-t-on vivre ? » insiste-t-il.

-« Heero, tu vas bien ? »

-« Bien sûr, je te fais juste remarquer que le gérant va vivre ici. Tu vas pouvoir le payer moins puisqu'il aura le logement gratuit. »

-« Bon Dieu, tu as raison, il est vraiment temps que je m'arrête, je ne suis plus bon à rien ! »

Heero se lève, vient l'embrasse en lui disant.

-« Ne sois pas aussi dur avec toi. Tu t'es surpassé au lit cette nuit. »

Maxwell lui sourit et lui caresse la joue. Le réveil du salon sonne pour leur rappeler qu'il faut ouvrir la surface commerciale. Les ouvriers vont bientôt arriver. Duo s'y rend avant de finir de déjeuner.

-« Qu'est-ce que tu vas faire ? » demande Maxwell avant de mordre dans sa tartine.

-« Je vais aller faire un tour sur le marché. Depuis que je suis ici, je n'ai jamais été. Faire un peu de rangement. Trier tout ce que je voulais prendre avec moi et regarder sur Terre parce que je n'ai pas eu le temps avant. Si j'ai le temps, regarder mes licences. »

-« Tu peux en garder pour demain », sourit Duo.

-« C'est certain. Allez va travailler. Ne force pas. Je te donnerai un coup de main pour l'administratif l'après-midi. »

-« J'ai des moules à faire, ainsi que plusieurs mobiles et carillons. Je n'aurai jamais cru que ça aurait toujours autant de succès. »

-« Ils ne sont pas chers et peuvent être uniques. J'aime bien aussi les porte-clefs que tu as inventés. »

Pendant qu'il cherche des tôles pour faire ses mobiles et carillons, Duo regarde le coin de la décharge qu'ils ont dégagée n'ayant pas rentré de marchandises depuis un moment. Il allait revendre autant ne plus faire de frais. La superficie fait facilement quatre mètres carrés avec déjà deux murs, celui du hangar et celui de la maison d'à côté. Il lève la tête, le toit n'empêcherait pas de monter aussi jusqu'à quatre mètres voire six mètres. Le compteur électrique et celui d'eau se trouvent derrière, ils peuvent dériver l'eau de la citerne également.

Ils doivent pouvoir construire un logement secondaire dans la décharge, il y a mieux comme vue, mais ils n'y seront pas souvent et c'est déjà la vue qu'ils ont, mais en hauteur. Il va demander à Heero de faire les recherches après-midi pour un entrepreneur puisse réaliser les travaux.

-« Andy ? »

-« Oui patron ? »

-« Il reste combien de commandes ? »

-« Trois de vendredi. Vous n'avez pas encore amené les nouvelles. »

-« Merci. Sergio vient ici. »

Un jeune homme d'une trentaine d'années apparaît, c'est le dernier à être venu se greffer à l'équipe.

-« Tu me dégages ce coin-là sur plus ou moins six mètres carrés. Ce qui doit être démonté, tu le fais directement, le reste dans la broyeuse. Les plaques droites en pile sur mon stock. »

-« Bien patron. »

Maxwell repart avec les deux plaques qu'il était venu chercher. Il doit les peindre pour qu'elles soient de la bonne couleur. Il s'y attelle de suite dans l'atelier moule. Après avoir tracé les carrés, il les peint de huit couleurs différentes.

Seulement après, il s'installe derrière son ordinateur. Il travaille de moins en moins dans le hangar. À soixante-cinq ans, il n'a plus la vaillance d'antan quoique dise son compagnon.

Il est allé faire ses examens annuels, il y a quinze jours avec les autres pilotes et il est rassuré que sa fatigue ne soit pas la conséquence d'un nouveau cancer ou autres problèmes.

Il y a six ans, le sort avait choisi Quatre pour un lymphome. Mais le médecin qui a remplacé Sally n'est pas persuadé que c'était dû au gundanium, comme le cancer des testicules de Trowa, il y a dix ans. Le seul à ne jamais avoir rien développé reste Heero, comme si les modifications génétiques de J l'en avaient protégé. Il reste aussi le plus en forme du groupe, comme si la vieille n'avait pas d'emprise sur lui.

Maxwell est heureux de voir son compagnon profiter un peu de la vie quand il le regarde partir pour le marché avec le cabas à roulettes. Il est venu lui voler un rapide baiser. Il a bien de la chance d'avoir un homme si arrangeant.

Maintenant que l'ordinateur est allumé, il sort toutes les commandes qui sont arrivées dans sa boîte mail. Il fait aussi un papier que son amant rédige un courrier électronique à tous les clients et fournisseurs de manière à les prévenir qu'ils continuent leurs activités, qu'il n'y a plus de vente. Il en profite pour envoyer un mail à Quatre pour lui exposer son petit problème de gérant. Satisfait, il part vers la salle à moule pour faire un travail qu'il adore. Construire des carillons et des porte-clefs.

C'est vrai que le reste de l'entreprise fonctionne un peu au ralenti, mais c'est normal, ça va reprendre maintenant qu'il sait ce qu'il veut.

Étant au hangar pour donner un coup de main à Sergio, Duo n'entend pas son homme rentrer. Il est heureux de le voir peu avant midi venir le chercher pour manger avec lui dans la cuisine. En remontant, il ferme le commerce, il prend juste le téléphone avec lui.

Tout en mangeant, Maxwell lui expose son idée.

-« C'est sûr que ça ne doit pas être grand, un salon-cuisine, une chambre et une salle de bain, c'est suffisant. Tu sais plutôt que de le faire en hauteur, on peut les mettre en longueur, ça me posera moins de problèmes. »

-« Tu veux le faire toi-même ? » s'estomaque Duo.

-« Il faut que je m'occupe, je commence déjà à m'ennuyer. »

-« Tu es sûr que tu veux que je trouve un gérant ? »

-« Bien sûr, à deux, je ne m'ennuie jamais. »

-« OK, Quatre va m'envoyer des curriculum vitae, tu veux regarder avec moi ? »

-« Non pour ça je te fais confiance, mais j'assisterai aux entretiens que tu feras et on choisira à deux. »

-« OK, on s'y remet. »

Heero range tout et suit son compagnon. Il va voir comment avance Sergio et comme Duo un peu avant, il regarde les possibilités qui s'offrent à lui. Demain ou tout à l'heure, il aura des recherches à faire et il en est heureux.

Qu'est-ce qu'ils vont utiliser comme chauffage ? Deux radiateurs au gaz ce sera bien. Un pour le salon et l'autre la salle de bain. Le plan se dessine dans sa tête. De retour à son bureau, il le réalise en gros n'ayant pas tous les matériaux qu'il peut utiliser.

Ne le voyant pas s'activer sur l'ordinateur, Duo se lève en prenant appui sur son bureau et vient voir ce que fait son amant. Il réajuste ses lunettes de lecture. Il écarquille les yeux en voyant le plan. Un rectangle dans lequel il y a trois plus petits, un très fin et deux plus grands. Dans celui de gauche, il y a encore un carré plus petit.

-« Si je fais des murs de quatre mètres de haut, on peut avoir notre chambre dans la pièce ici, explique Heero. Une chambre en mezzanine qui serait au-dessus de la salle de bain. »

-« Je ne visualise pas bien », admet Maxwell.

-« Dans cette pièce-là, je mettrais la cuisine et la salle à manger, un truc de trois mètres sur deux et demi. Là, le couloir et le hall. »

-« Tu vas faire quatre mètres de haut aussi ? Ça va être dur à chauffer. »

-« Non, je me disais qu'on pourrait faire un espace de rangement, une chambre d'ami avec une trappe et un escalier escamotable. »

-« Tu vas savoir réaliser tout ça ? »

-« Je vais m'adresser à la société Blint, avec un de ses ouvriers, je dois y arriver. De toute façon, une partie du matériel va venir de chez lui comme les grandes poutrelles dans lesquelles on mettrait des plaques de béton armé. En revenant à pied, j'en ai vu construire des bâtiments. »

-« Là notre chambre en mezzanine au-dessus de la salle de bain, elle ne va pas faire trois mètres sur deux et demi ! »

-« Non, un mètre cinquante sur trois comme la chambre, je voyais plus le lit au-dessus, les armoires et coin salon en bas avec un escalier droit en bois sur le côté, une rambarde pour ne pas tomber. »

-« OK, ça me plaît beaucoup. Je te laisse faire. Tu veux que je m'occupe des factures ? »

-« Si ça ne te dérange pas comme ça je me consacre à notre logis. On tourne au ralenti de toute façon. Tu veux que je fasse le mail de relance avant, tout de même ? »

-« Non, je vais le faire aussi. Il faut qu'on ait un logement rapidement pour partir et laisser la place au gérant. »

02/06/AC245

Une fois le coin dégagé, Heero avait creusé sur au moins un mètre de profondeur afin de mettre les canalisations d'eau, d'évacuation et de gaz. Puis il avait tout remis à niveau. Monsieur Blint fils lui avait octroyé un ouvrier spécialisé pour le seconder dans l'élaboration de leur maison dès qu'ils avaient obtenu les autorisations. Elle était faite de plaque de béton armé avec une isolation qui vient se caler dessus. Heero avait décidé de mettre des lambris au-dessus du tout pour les masquer à l'intérieur de la maison.

Il avançait bien, il adorait ce qu'il faisait et se disait parfois qu'il avait raté sa vocation sans le savoir.

Par contre, Duo avait contacté tous les gens proposés par Quatre mais pas un ne voulait venir s'enterrer sur L2, pour reprendre le terme d'un.

29/07/AC245

Trois mois que Duo cherche un gérant, trois mois de refus. Ils n'avaient même pas pu se rendre sur Terre pour les vacances, c'était leur année d'y rester. Ils n'avaient pas imaginé qu'ils seraient toujours sur L2, ils étaient persuadés en avril qu'ils seraient sur Terre définitivement et ils étaient toujours sur la Colonie.

Un soir, Heero propose alors qu'ils sont à table.

-« Et si tu demandais à Annie. »

-« Annie, la fille d'An ? » demande Duo.

-« Tu connais une autre Annie que ma filleule ? » s'étonne Yuy.

Quand An lui avait demandé, il y a vingt-quatre ans d'être le parrain de sa petite fille qui venait de naître, le cœur d'Heero avait explosé de joie. C'est vrai qu'ils avaient souvent pris le gamin chez eux quand ils partaient en vacances à Sank, mais ils l'avaient fait de bon cœur.

Le couple de Wufei et Hilde n'avait pas résisté longtemps après le cancer de la prostate du Chinois. Ce dernier était devenu plus acariâtre. Comme si c'était possible, raillait Heero de temps en temps. Il rabaissait sa femme continuellement pour prouver sa supériorité qu'il n'avait plus dans le pantalon d'après lui.

An avait dix ans quand Hilde avait jeté l'éponge et était apparue un soir avec ses bagages aux portes de « Allnonsense ».

Duo revoit encore le désarroi de la femme en larmes. Heero avait failli lui refuser l'aide d'autant plus qu'elle brandissait An pour obtenir asile et travail. Maxwell l'aurait hébergée, il ne l'aurait pas mise à la porte. Seulement, son compagnon avait été plus que retissant à lui accorder un emploi.

-« Enfin Duo, elle est partie en te laissant dans la merde. »

-« Ta rancune à la dent dure. C'était il y a douze ans. Je ne voulais pas lui offrir un contrat définitif. On ne renouvelle pas l'intérimaire et on l'engage à la semaine, si tu ne veux pas, tu vas lui dire. Moi, je lui dirai juste qu'elle doit chercher ailleurs en même temps, je ne vais pas me mettre la corde au cou. Le divorce va lui apporter une rente aussi. »

Hilde était restée un mois chez eux, trois mois dans la société avant que Duo n'ait plus assez de travail pour renouveler son contrat. Elle avait fini par trouver une place dans une autre usine dans le quartier Nord.

Maxwell avait fourni, dès les quinze ans d'An, un job d'étudiant pour lui permettre de faire des études. À vingt et un ans, An se retrouvait père célibataire d'une petite Annie. La jeune femme qu'il courtisait n'ayant pas survécu à l'accouchement.

Duo secoue la tête pour chasser ses souvenirs douloureux.

-« Tu ne veux pas d'Annie ? » interprète mal Heero en coupant sa viande.

-« Elle a un emploi. »

-« Elle vient de le perdre, elle fait son préavis. Elle est enceinte et ça n'a pas plu à son patron. »

-« Bruce la suivrait ? »

-« Il travaille de chez lui, l'avantage de sa maison d'édition. »

-« Tu crois que ça lui plairait ? »

-« Duo, elle a fait son mémoire de fin d'études sur ta société. Elle est venue travailler ici comme étudiante dès qu'elle a pu, elle adore. »

-« Contacte-la, propose-lui. On pourra déménager dans combien de temps ? »

-« On finit le gros œuvre demain, reste la finition, déménager les meubles qu'on prend, deux mois pas plus. »

µµµ

27/10/AC245

Les choses avaient pris un peu plus de temps. Surtout parce qu'ils s'étaient occupés de remonter les meubles d'Annie ici. Heero, avec une navette de Quatre, avait fait plusieurs voyages entre le domicile de sa filleule et l'appartement à Sank également.

Voilà comment ils en étaient arrivés à rassembler leurs dernières affaires. Jusqu'au dernier jour, Duo avait voulu dormir dans sa maison et Heero depuis une quinzaine ne voulait plus qu'il entre dans la nouvelle.

Maintenant, il se déracinait et c'était pénible pour Maxwell. Pourtant, il n'allait pas loin juste dans la décharge. Mais il ne se sentait pas chez lui, plus chez Heero qui avait tout construit de ses mains.

D'un autre côté, il n'était plus chez lui ici, les affaires d'Annie avaient remplacé petit à petit les siennes.

Son compagnon avait déménagé le lit ce matin avec Sergio qui était revenu spécialement pour les dernières pièces pendant qu'il faisait du bureau.

À Suivre…

Résumé - Chap 2

Si ça vous a plu,

vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez