banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo, Wufei, Quatre, Trowa, Hilde.

Début d'écriture le 24/09/2018


Tu avais promis ?

Chapitre douze


02/03/AC 246

Rapidement, le CRF fait partie du quotidien du couple. Parfois, Duo emmène quelqu'un d'autre, parfois il en ramène. Il a précisé à l'ASBL qu'il devait si rendre cinq fois semaine pour raison familiale avec l'horaire d'Heero. Au moins, certains trajets sont rentabilisés par l'association.

Heero découvre des astuces pour s'obliger à regarder sur la gauche. Maintenant quand il lit un livre, il met une ficelle épaisse rouge dans la marge. Sa kinésithérapeute voulait qu'il mette un trait au feutre, seulement il ne voulait pas dénaturer les livres. Il n'aurait plus pu en louer à la bibliothèque et même les siens, il ne veut pas les abîmer. Il a perdu en rapidité avec toutes les manipulations que cela engendre ce qui l'énerve.

Duo s'est fait à la barbe poivre et sel de son mari même s'il le préfère le visage dégagé, il ne lui dira pas puisque son homme a bien plus facile de ne pas se raser. Une fois par mois, il va chez un barbier pour la faire entretenir.

Il est presque onze heures, une fois de plus Duo arrive au CRF pour reprendre son compagnon.

-« On a reçu une invitation de Relena pour un repas avec Quatre et Dorothy ce soir, tu veux y aller ? » Demande Maxwell en le guidant vers la voiture.

-« Et toi ? »

-« J'aimerais bien revoir les autres oui, ça sera un bon test non ? »

-« Dans quinze jours, on va sur L2. »

-« Oui, si Annie a accouché. »

-« Non, elle m'a demandé qu'on vienne, elle veut pouvoir le faire provoquer quand nous serons là pour lui donner un coup de main au début. Elle m'a aussi demandé si ça ne nous gênerait pas de rester quinze jours. »

-« Et ton traitement ? »

-« Ma kiné a dit oui, je lui en ai parlé tout à l'heure. »

-« Je ne veux pas que tu t'approches des machines ! »

-« Duo ! »

-« Je ne plaisante pas, surtout avec la rotative qu'ils ont installée. »

-« Si je ne veux pas que les autres le sachent, ce n'est pas pour faire des bêtises », rappelle sèchement Heero.

-« Tant mieux », répond-il en ouvrant la voiture.

-« Tu veux bien me conduire chez le barbier ? »

-« Maintenant ! » S'étonne Duo.

-« Si on sort ce soir, il faut mieux la tailler convenablement, il y a trois semaines que je n'ai pas été. »

-« J'ai cru que tu voulais la raser », lâche assez déçu Duo en mettant le contact.

-« Tu voudrais ? »

-« Non, toi ça te facilite la vie. »

-« Mais tu n'aimes pas. »

-« Je commence à m'habituer. Te voir rasé me surprendrait certainement, je crois. »

-« Merci, parce que franchement, oui ça me plaît de ne pas avoir à me tracasser de ça. »

Maxwell quitte sa place de parking et se rend au centre-ville.

µµµ

Heero est fort nerveux en arrivant chez Relena.

-« Tu veux qu'on annule ? » Demande Maxwell.

Il vient de se garer à cent mètres de la grille.

-« Non. »

-« On ne reste pas longtemps quand tu fatigues, tu le dis. »

Main dans la main, ils remontent l'allée, Relena apparaît sur le perron. Le regard de la princesse passe de l'un à l'autre, puis s'accroche à Maxwell avec une réelle accusation elle dit.

-« Pourquoi veux-tu qu'il porte la barbe ? Il cache son beau visage. »

-« Bonjour Relena, c'est fou ce que ça fait plaisir de te voir », lâche cinglant Duo.

Heero retient un sourire.

-« Ce n'est pas lui, mais moi, il préférait aussi, mais il est tolérant. »

Un éclat de rire se fait derrière la princesse. Et Trowa apparaît plus grisonnant que la dernière fois, une légère calvitie au sommet du crâne.

-« Ça fait plaisir de vous voir, venez », dit-il

-« Pourquoi veux-tu porter la barbe ? » Demande Relena en se mettant à gauche d'Heero.

Duo ne lui ayant pas lâché la main droite.

-« Par paresse et envie de changer de style », explique Yuy.

-« Ça ne te va pas ! » Lâche-t-elle.

-« Bien taillée, ça lui fait un certain charme », réplique Duo.

-« Je n'aime pas », insiste Relena.

-« Ce n'est pas grave, ce n'est pas à toi que je dois plaire », répond Heero.

Le rire de Trowa s'élève à nouveau. Arrivé dans la salle, Dorothy et Quatre se lèvent pour venir vers eux. C'est les embrassades, puis les discussions reprennent.

-« Ça te change, tu as perdu en mobilité après ton AVC ? » Questionne Winner.

-« Un peu le côté gauche », réplique Heero.

-« Ça me fait plaisir de te voir en si grande forme », dit Quatre en le serrant encore dans ses bras.

Ils prennent l'apéritif autour d'une table basse en discutant. Duo a installé son homme le plus à gauche qu'il ne doive pas penser à regarder dans cette direction. Il espère pouvoir le faire autour de la table.

-« Et vous retournez à quel moment sur L2 ? » s'informe Dorothy.

-« Dans quinze jours, on n'y va plus qu'une fois par trimestre. Je vois qu'Annie a bien la société en main », répond Duo.

-« Tu surveilles par le net ? » Demande Winner.

C'est ce qu'il fait, il a très dur de lâcher prise avec le train d'enfer qu'il a vécu pendant des années. Si au début ça lui a fait du bien, maintenant, il met plus souvent son nez dans ses affaires.

-« Si, mais bon, normalement, je lui revends tout dans sept mois, il faut que je m'habitue. »

-« Sinon, garde des parts, ça te laisse le droit de regard », propose Winner.

-« On n'est pas là pour parler affaires ! » S'indigne Relena.

-« Oui, pourquoi ce rassemblement ? » Questionne Maxwell.

-« Je crois que ma femme voulait réellement voir de ses yeux comment allait Heero », rit Trowa.

-« Et ça te fait rire ! » S'estomaque Duo.

-« Je sais qu'elle m'aime, mais Heero reste spécial pour elle », dit-il en haussant les épaules.

-« Quand est-ce qu'Annie accouche ? » Demande Dorothy.

Maxwell lui sourit pour ce changement de sujet, la discussion peut glisser sur les petits enfants.

Au moment de passer à table, Duo voit que Relena s'est mise à la gauche d'Heero et que lui est en bout de table. Tous les couples sont séparés, ce qui n'a pas l'air de gêner grand monde, sauf son homme, celui-ci a fini par prendre la parole.

-« Ça te dérange, si on modifie ton plan de table ? On est encore un jeune couple et puis j'aime avoir Duo près de moi. »

-« Mais tu le vois tous les jours. Discute avec d'autres », rouspète Relena.

-« Je préfère me mettre là en bout de table, Duo à côté de moi, tu peux venir en face ! » Propose-t-il pour la calmer.

Winner fronce des sourcils, il y a une réelle angoisse qui émane d'Heero, il insiste du regard sur Trowa pour qu'il vienne en aide à leur ami.

-« Allez, installez-vous comme vous voulez, tranche Barton. Heero va à ton bout de table, Duo à ta droite puisque tu ne sais pas te passer de lui. »

-« Merci », dit-il en s'installant.

Une fois tout le monde placé, une bonne arrive pour déposer une assiette de fruits de mer devant chaque invité, des scampis, des crevettes dans des tomates grenailles, un peu de crabes sur des toasts.

En attendant que tout le monde soit servi, Heero fait l'effort de discuter avec Relena en face de lui, Duo parle avec Quatre qui est à côté de lui. Il jette des regards discrets sur l'assiette de son homme. Son époux n'a pas l'air intéressé par ce qu'il va manger.

En reportant son attention sur son repas, il soupire légèrement.

Il dépose sa main sur la cuisse de Duo. Ce dernier se tourne directement vers lui en souriant.

-« Tu crois que je peux faire remarquer que je n'ai pas eu de tomates-crevette, je les adore », murmure-t-il à l'oreille de Maxwell.

Celui-ci l'embrasse doucement et discrètement, il tourne l'assiette de son homme.

-« Tu en as, elles étaient à gauche », chuchote-t-il en le regardant dans les yeux.

-« Oh ! » Ne peut-il s'empêcher de dire en les découvrant.

Il en coupe une et met le morceau en bouche avec un réel plaisir qui fait sourire Duo.

En même temps, il se demande pourquoi son compagnon ne pense pas lui-même à tourner son assiette pour voir tout ce qu'il y a dedans. Il n'arrive pas à comprendre comment la moitié d'un objet peut disparaître pour Heero, mais c'est un fait. Il le constate de plus en plus, même en regardant certains films à la télévision, son homme est perdu par l'action, il s'étonne de trouver des personnages lors de changement de cadrage.

Même la lecture ne lui procure plus autant de plaisir, car ça lui demande de la concentration à revenir à la marque rouge qu'il met. Au moins, manger lui apporte toujours autant de bonheur.

Au deuxième plat, Duo est heureux de constater qu'Heero pense à tourner légèrement son assiette pour voir s'il a tout mangé. Ils s'en sortiront, c'est une question d'habitude aussi et puis son cerveau va certainement pallier, il faut juste laisser le temps au temps.

Le repas se passe dans la bonne humeur. Au moment du dessert, Duo le refuse, il a assez mangé pour lui. Il ne perdra jamais du poids en s'empiffrant. Il se demande souvent comment Heero reste aussi svelte en mangeant autant alors il essaye déjà de bannir tout le sucre.

Yuy est satisfait, il a l'air d'avoir réussi à masquer son état. Il n'aurait pas aimé que ses anciens coéquipiers le voient si faible. Est-ce que tout compte fait il est aussi fier que Wufei ?

Alors que la voiture démarre, Heero ose lâcher le fond de sa pensée.

-« J'aurais peut-être dû leur dire. »

-« Ça ne me pose pas de problème Ro' si tu préfères qu'on te voie comme un roc, ça me va très bien. »

-« Ma fierté n'est pas mal placée ? »

-« Bien sûr que non. »

-« Et s'ils le découvrent, j'ai senti que Quatre avait des doutes. »

-« Et alors ? Ils ne vont pas te considérer autrement. Ils ne l'ont pas fait durant ma maladie », rappelle Duo.

-« Tu as raison. J'espère que ça ira aussi bien sur L2. »

-« Mais bien sûr, aie confiance en tes capacités », sourit Duo.

12/03/AC246

La routine avait repris dès le lendemain de leur visite chez Relena et Trowa. Pour Duo, il y avait son travail de bénévole et conduire son compagnon à ses séances de kinésithérapie.

Heero les apprécie, car elles sont fonctionnelles, on lui apprend de nouveaux réflexes même s'il doit se forcer à regarder sur la gauche quand sa soignante disparaît, il la retrouve plus rapidement.

Par contre, elle lui a fait remarquer que sa mémoire reste fortement diminuée quand elle lui donne une longue liste de choses à réaliser durant une certaine période, il y a souvent deux oublis.

Demain, il doit prévoir une heure trente, ils vont descendre en ville pour un test grandeur nature. Elle veut voir comment il réagit avant son départ pour L2 dans trois jours. Il appréhende, surtout il a peur qu'elle ne le laisse pas partir. Annie a besoin d'eux, il ne veut pas la décevoir, il sait que Duo ne le laissera jamais ici deux semaines tout seul.

Il n'a pas envie de se faire hospitaliser non plus pour permettre à Duo de partir.

13/03/AC246

C'est fort stressé qu'il part à pied avec sa kinésithérapeute. Il essaye de mettre en pratique tout ce qu'elle lui a dit avant de sortir. Elle discute avec lui quand ils arrivent à un carrefour. Il regarde à droite puis il avance un pied pour traverser.

Elle le retient par le bras.

-« Faites attention, déjà il y a un feu pour piétons qui était rouge et vous n'avez pas regardé à gauche. Je sais que je vous parle pour vous distraire. »

-« En rue, mon mari me tient la main. »

-« Mais sur L2 est-ce qu'il pourra ? On peut y aller, c'est vert. Vous vous laissez facilement distraire. »

-« Ce n'était pas comme ça dans le temps, soupire Heero. Et pour répondre à votre question, non il ne pourra pas me tenir la main. Mais, il est décidé qu'il se mettra sur ma gauche pour pallier à mon handicap. »

-« Vous avez un mari prévenant. Il vous tient la main depuis votre AVC ? »

-« Non, depuis toujours quand on est à Sank. Voilà, on est arrivé au magasin », dit-il en lui ouvrant la porte.

Circuler dans un commerce qu'il ne connaît pas lui demande beaucoup d'énergie. Ils doivent acheter de la farine et de la confiture d'abricot ainsi que des aubergines. Heero décide de faire les rangées une à une, en regardant d'un côté à l'allée, de l'autre au retour. Cela prend du temps, mais il est certain de tout voir.

Arrivé à la caisse avec ses courses, il choisit aussi une caisse sur la droite sans voir que la dernière caissière n'a personne. Une fois dehors, ses achats à la main, Heero lui dit.

-« On doit encore acheter des saucisses, mais je ne connais pas de boucherie dans les environs. »

-« C'est bien vous n'avez pas oublié. Ce n'est pas nécessaire. On va rentrer. »

Ils repartent vers le CRF, Heero essaye de rester concentré pour ne pas faire les mêmes erreurs qu'à l'allée. Sa thérapeute constate qu'on l'évite plus qu'il n'évite les gens. Le laisser circuler seul pourrait poser problème, mais elle est persuadée qu'il y arrivera un jour avec de la pratique.

-« Ce n'est pas mal. J'aimerais que votre mari vous laisse marcher sans vous tenir la main que vous attrapiez des réflexes pour votre sécurité. »

-« Je peux lui demander qu'il arrête de me guider. On aime marcher ainsi. Pendant quarante ans, ce plaisir nous a été refusé. »

-« Votre mari fait plus ou moins votre taille, une longue tresse blanche, des petites lunettes rondes, légèrement bedonnant ? »

-« Oui ! » S'étonne-t-il.

-« Il était dans le couloir quand on est rentré. Il vous a dévoré du regard en souriant avant de se replonger dans son livre. »

-« Je sais pourtant qu'il m'attend toujours contre ce mur », soupire-t-il.

-« Pourquoi le fait-il ? »

-« Que je ne le rate pas. »

-« Je crois qu'il vous facilite trop la vie. C'est mignon, mais ça vous empêche de progresser plus vite. »

-« Je lui dirais », soupire-t-il à nouveau.

-« À dans quinze jours, passez un bon moment chez votre filleule, profitez du bébé. »

-« Merci. »

Arrivé dans le hall d'accueil, il repère directement Duo. Il se dirige vers lui. En le voyant grimacer, il s'arrête, surpris qu'il ne soit pas plus heureux de le voir.

-« Vous ne pouvez pas faire attention ! » Lâche un homme en fauteuil roulant qui circulait à sa gauche.

-« Désolé. Si je devrais faire plus attention. »

-« Ça va Ro' ? » Demande Duo en arrivant à lui.

-« Je me rends compte que ma kiné a raison, je me fie trop à toi, je ne progresse pas. »

-« Tu ne peux pas partir ? » S'inquiète Maxwell.

-« Si on va en discuter à la maison, s'il te plaît. »

-« Bien sûr. Excuse-moi, je ne voulais pas te mettre mal à l'aise. En tout cas, je comprends mieux le coup de téléphone de Trowa. Tu serais passé à côté de lui comme un malpropre et avec une jeune femme très mignonne, je devrais me méfier qu'il disait. »

-« C'est encore pire que ce que je ne croyais », soupire-t-il.

-« Ça va aller, tu es un battant, tu vas y arriver », dit-il en lui prenant la main pour le conduire à la voiture.

-« Pourquoi a-t-il sonné pour te dire ce genre de choses, il n'est pas pour la paix dans les ménages lui, il doit vraiment être malheureux. »

-« Je crois qu'il espère juste que je le prévienne si Relena te tourne trop autour, oui il a peur que tu sois bi. »

-« Duo, je n'aime que toi. »

-« Je le sais », sourit-il avant de l'embrasser.

Il ouvre la portière de son homme. Une fois installé tous les deux, Heero préfère mettre directement les mauvaises nouvelles de côté. Il lui explique les aspirations de sa kinésithérapeute pendant que Duo conduit.

-« D'un autre côté pendant quinze jours, je ne vais déjà plus te tenir la main, tu lui as dit que tu circulais librement dans la maison. »

-« Oui et qu'on aimait marcher ainsi. »

-« S'il faut, je m'y plierai », soupire Duo.

Cela le fait sourire, au moins ce n'est pas lui qui impose cette façon de marcher à son homme.

-« Tu te crois capable de ne pas m'empêcher de buter sur quelque chose ? »

Maxwell fronce des sourcils en coupant le moteur à sa place de parking.

-« On se tient la main, mais c'est moi qui guide. »

-« Je devrais te laisser tomber dans un trou, passer sous une voiture, elle est folle, on va trouver quelqu'un d'autre ! » S'exclame-t-il.

-« Elle m'a empêché de traverser au rouge. Mais m'a laissé percuter sur une poubelle. Tu crois que tu peux me laisser me prendre les pieds dans un trou minuscule en m'empêchant de tomber ? » Expose-t-il en sortant de la voiture.

-« Je peux essayer, je ne garantis rien. »

-« On essayera et si ça ne marche pas, tant pis, je progresserai moins vite. »

Maxwell lui tend la main après avoir fermé l'automobile.

-« Testons. »

-« Si tu savais comme je t'aime. »

-« Et moi donc. »

Il s'approche de l'oreille d'Heero et lui dit doucement.

-« Je ne saurais pas vivre sans toi. »

Heero a une envie folle de le pousser contre un mur et de l'embrasser à le faire gémir. Alors, il le tire jusqu'à leur appartement avant de le faire basculer sur le lit.

Les vêtements volent à travers la pièce. Duo sourit comme un damné de voir que son homme sort de ses pensées négatives et qu'il est encore capable de prendre des initiatives.

À Suivre… 

Chap 11 - Chap 13

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez