banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo, Wufei, Quatre, Trowa, Hilde.

Début d'écriture le 24/09/2018


Tu avais promis ?

Chapitre treize


16/03/AC246

Ils sont installés dans la navette qui les conduit sur L2. Duo est heureux de retrouver ses racines, il sourit en voyant le satellite grandir dans le hublot.

-« Tu es sûr que tu ne regrettes pas d'être venu vivre avec moi à Sank ? » Demande Heero doucement.

-« Tu es sérieux ! »

-« Oui, si tu es malheureux sur Terre, on peut rester sur L2. »

-« Non, Heero, je ne regrette pas. Oui, j'aime revenir, j'aime voir les améliorations qu'il y a eu entre deux voyages. Mais la Terre a aussi beaucoup d'avantages que n'a pas L2. Je peux t'aimer au grand jour, la Terre a énormément d'endroits magnifiques à visiter. »

-« Et mon état de santé t'empêche de le faire. »

-« Arrête, tu vois bien que non. »

Pourtant, Yuy s'en rendait compte qu'ils bougeaient moins qu'avant, plus de petites excursions d'un jour. Quoique c'était surtout dû à son CRF qui lui ôtait l'envie de visiter le week-end dans la cohue.

La navette se pose. Une fois les bagages récupérés, Duo appelle un taxi, il donne l'adresse.

-« On aurait pu prendre le bus », murmure Heero quand le chauffeur s'installe au volant.

-« Avec deux sacs, on aura plus facile ainsi », répond Duo le visage fermé.

Yuy ne peut que constater que les habitudes reviennent vite pour son homme.

Maxwell sort du taxi quand celui-ci s'arrête devant la décharge. Il sort sa casquette qu'il visse sur sa tête. Il paie la course quand le chauffeur a sorti les bagages du coffre. Seulement, une fois que ce dernier est parti, Duo ramasse les sacs et ils entrent dans le commerce. Annie s'occupe d'un client et leur sourit.

-« Bonjour, tonton et parrain, vous connaissez le chemin. »

-« Merci, Annie, à tout à l'heure », répond Heero.

Duo a déjà pris la direction de leur logement, il est lourdement chargé, il a pris tous les bagages pour laisser plus de mobilité à son homme. Yuy n'a pas voulu faire de l'esclandre en rue, mais il n'a pas l'intention de se laisser traiter comme une petite chose fragile. Il n'a pas envie d'être cloîtré à la maison par peur non plus.

Au-dessus de la balustrade, Heero regarde les transformations, la rotative qui imprime les livres de Bruce dans le coin opposé à la fonderie. Une table y a été installée pour une relieuse et préparer les commandes depuis la dernière fois. Il y a aussi un ordinateur là-bas sous l'escalier qu'il constate quand il arrive dans le hangar. Il tourne sur lui-même pour voir les modifications. En réalité, tout l'espace sous l'escalier sert à l'activité de l'édition. Ils vont avoir des problèmes pour rentrer la marchandise en été.

Duo revient les bras libres, il dit bonjours à Andy et Sergio avant de chercher son mari du regard.

-« C'est vrai que ça fait du changement. Ça m'a fait tiquer aussi », dit-il en arrivant à sa hauteur.

-« Je pense pratique surtout. »

-« C'était ta marchandise qui allait là. Je suppose que le nouveau gérant de Média Com devra trouver une solution. Allez viens, on va gêner les travailleurs. Tu ne t'inquiètes jamais de ce que devient cette société ? »

-« Bien sûr que non, c'était juste mon travail. »

N'ayant plus de machine à laver sur L2 et ne voulant pas obliger Annie à faire leurs linges, le couple rapporte les draps sales d'un séjour à l'autre. La première chose qu'ils vont c'est le lit, puis ils rangent ce qu'ils ont amené.

En redescendant de la mezzanine, Heero se rend au placard, son homme vient de rebrancher l'électricité et le gaz.

-« Il faudrait mieux aller faire des courses », dit-il en voyant les armoires presque vides.

-« Tu veux que j'y aille tout seul ? » Demande Duo.

-« Tu ne vas pas m'enfermer ici, j'ai envie de voir aussi L2 évoluer ! » lâche cassant Heero.

-« OK, on demande à Annie notre ancien caddie ? »

-« Ça, c'est une bonne idée. »

En partant vers les commerces, Maxwell s'en veut, seulement il a tellement peur de perdre son mari qu'il a tendance à le surprotéger.

Ils vont pour finir jusqu'à la grande surface, Duo à gauche de son compagnon tirant la voiturette. Cela avait été vite fait, ils savent ce qu'ils veulent.

Une fois, les courses rangées dans les armoires et le frigo, ils se demandent ce qu'ils vont faire. La comptabilité, c'est pour dans trois jours. Duo ne veut pas donner un coup de main aux ouvriers, cela donnerait l'envie à Heero de se joindre à eux. S'ils doivent rester quinze jours, ça va être pénible. Dire que dans un passé pas si lointain, il avait toujours su quoi faire de ses journées sur L2.

Duo regarde pour la deuxième fois sa montre en dix minutes. À Sank quand ils ne savent pas quoi faire, ils vont se promener sur la plage ou la digue. Il s'installe sur le balcon pour regarder la vie. C'est fou comme on peut rapidement changer d'habitude. En plus, il doit admettre qu'il préfère sa vie à Sank. Sans les problèmes de santé d'Heero est-ce que ça aurait été comme ça ? Il croit bien, il a prouvé tout ce qu'il avait à prouver sur L2.

-« Tu veux qu'on prépare le repas ? » Demande Yuy voyant son compagnon tourner en rond.

-« Pas si tôt, on va finir le puzzle qu'on puisse le mettre au mur », sourit Maxwell.

Il se dirige vers la table et ôte la nappe, le paysage marin à moitié fait s'offre à lui. Heero est allé chercher la boîte avec les pièces encore à mettre.

À dix-huit heures, Annie vient frapper à leur porte.

-« Vous voulez venir souper chez nous ? Bruce fait le repas, on pourra discuter de l'organisation. »

Maxwell se tourne vers son homme, ce dernier était aussi au fourneau.

-« Ça me va, je peux stopper ma préparation, on le mangera demain. »

-« Bien à dans une demi-heure et ça te va bien la barbe parrain. »

Et elle repart en marchant comme un canard.

Le couple arrive dans leur ancienne maison, après avoir attendu une demi-heure et profité de ce temps pour ranger le repas commencé.

Maxwell aurait voulu ne pas être aussi curieux, seulement il ne peut s'empêcher de regarder comment Annie et Bruce ont aménagé leur demeure. Plus rien n'y ressemble, même pas à ce qu'ils ont laissé. Les peintures ont été refaites, le salon se trouver près de la cuisine et une cloison a été montée là où était son salon, coupant la pièce en deux.

-« C'est la nursery, j'aurai plus facile que de devoir aller la chercher au premier avec les clients », explique Annie en voyant le regard de Duo.

-« Elle ne va pas rester près de vous la nuit ? » S'informe Heero.

-« Si parrain, elle aura sa chambre en haut, mais pour la journée j'ai tout sous la main là-bas pour la changer, lui donner un bain rapide, un coin-lit. Tu veux voir ? » Dit-elle en s'y dirigeant.

Les deux invités l'accompagnent.

-« Elle, c'est une petite fille », réalise Yuy.

-« Oui, Laila. Regarde, c'est mignon. »

Tout est bien aménagé et pratique, on voit bien que ce n'est pas nécessairement neuf, mais complètement fonctionnel dans les tons pastel.

-« Et qu'est-ce que vous ferez de la pièce après ? » Demande Duo.

-« Je ne sais pas, on refera peut-être une salle à manger ou une salle de jeux. De toute façon, on mange toujours dans la cuisine. »

-« Elle n'a pas tort, je ne me rappelle pas qu'on ait utilisé la salle à manger de toute notre vie ici », lâche Heero.

-« Oui, même dans ton appartement à Sank », réplique Maxwell.

-« J'aime comme vous vous êtes approprié la maison et le commerce », sourit Heero en glissant sa main dans celle de son homme.

-« Bruce à l'air de bien s'adapter aussi », ajoute Duo en suivant Annie vers la cuisine.

-« On attend la venue de Laila, ça sera le dernier test, mais si tu veux toujours vendre, on est partant », dit-elle en s'installant à la table, une main sur son ventre.

-« J'ai envie de n'en vendre que neuf dixièmes », avoue Maxwell.

Il est un peu honteux de ne pas en avoir encore parlé avec son mari, c'est sa société aussi même si Heero n'a jamais pris une décision seul, lui.

-« Je crois que ça me va, même si j'ai le temps pour réfléchir, il reste six gros mois. »

Bruce dépose le repas sur la table et les discussions reprennent. La table est ronde, le mari d'Annie se trouve à la gauche d'Heero, cela l'angoisse un rien.

-« Je provoque l'accouchement après-demain, et je suis rentrée samedi matin. J'aurai besoin que vous fassiez tourner la boîte, vous ne serez pas seuls, Andy et Sergio viennent, mais samedi j'aurai besoin d'un sérieux coup de main. Après c'est surtout trouver mon organisation », dit-elle nerveusement.

-« Et ton mari ? » S'informe Duo.

-« Lui va courir entre moi et sa société. Nous gérons chacune la nôtre même si elles sont dans les mêmes locaux », explique-t-elle.

-« Je veux bien faire du bureau, mais après mon AVC, je ne me sens pas capable d'aller dans l'atelier », précise Heero.

Duo se sent directement soulagé, mais son compagnon a toujours été plus raisonnable que lui, il doit arrêter de s'inquiéter pour lui, de l'étouffer.

-« Pourtant tu n'as pas l'air d'avoir des séquelles », dit-elle puis elle grimace.

Elle met sa main sur son ventre. Heero sursaute en entendant à côté de lui.

-« Elle te donne encore des coups de pied ? » Demande Bruce.

Yuy avait oublié sa présence, il a horreur de ça.

-« Oui, oui, ce n'est pas une contraction, quoique maintenant, ça me tracasserait moins, si elle arrivait naturellement. »

-« J'ai une légère perte de mobilité, je fais de la kiné depuis trois mois », répond Heero avant d'oublier la question.

-« C'est pour ça que vous n'êtes pas parti à Hawaï ? » Demande Annie.

-« Oui, nous irons plus tard », répond Duo.

-« Vous devez faire de la kiné ici ? » Questionne Bruce.

-« Non, même si je ferai des exercices le soir avec Duo. »

Annie éclate de rire, Duo pique un fard, Heero soupire avant de dire.

-« Je pensais à de vrais exercices, bande de pervers. »

-« J'espère m'adapter à tes méthodes de travail », lâche Maxwell.

-« Je te rassure vu que j'ai appris surtout avec toi et Andy, tu devrais t'en sortir », sourit Annie.

Voyant le silence s'installer, Heero prend la parole pour complimenter le cuistot.

Ils discutent jusqu'à l'heure du coucher, heureux de pouvoir partager du temps ensemble.

17/03/AC246

Il est deux heures du matin qu'on tambourine à la porte de la maison de Duo et Heero.

Maxwell passe rapidement son pantalon et va ouvrir, il y a Bruce paniqué derrière.

-« Annie vient de perdre les eaux. »

-« Tu as appelé une ambulance ? » S'informe-t-il.

-« Ils ont dit qu'ils ne venaient pas dans ce quartier la nuit. C'est quoi ce satellite de merde ? »

-« Calme-toi, sonne à Andy, on va la conduire, il va rameuter les bonnes personnes. Elle sait encore marcher ? » Interroge calmement Duo.

-« Oui, bien sûr entre les contractions. »

-« OK, je m'habille. Ro' tu restes là », dit-il en voyant son homme derrière lui.

-« Oui, je m'en doute, je serai plus un obstacle qu'une aide. »

-« Pas que ça, il y aura quelqu'un pour l'ouverture. »

-« Tu vas la conduire à pied ? Il y a cinq kilomètres. »

-« Jusqu'au parc. Une femme enceinte n'est pas une menace, là l'ambulance viendra. »

-« Je ne suis pas sûr que Bruce va encore rester. »

-« On verra, ça n'est pas ma priorité pour l'instant », dit-il en passant par la salle de bain pour s'habiller.

Dans les dix minutes, Duo arrive dans la partie habitation.

-« Laila a l'air pressée de nous connaître », sourit-il pour calmer tout le monde.

-« C'est déjà une emmerdeuse surtout, comme sa mère », lâche Annie.

Elle se crispe sous une contraction.

-« On va se rendre à la sortie du parc de la Liberté, là l'ambulance viendra nous chercher », expose Maxwell.

-« Parrain ne vient pas ? »

-« Non, il est plus utile ici », rétorque Duo.

Comme on sonne à la porte, Maxwell s'y rend ne voyant pas Bruce bouger, c'est Andy et Alicia.

-« Tu as demandé le droit de passage ? » S'informe Duo en murmurant.

-« Non, il m'a dit qu'Annie accouchait et de venir de suite. Alicia étant plus apte, je l'ai conduite », réplique Andy en fronçant les sourcils.

-« Je m'en occupe », dit-elle en prenant son téléphone.

-« On va aller avec Bruce jusqu'au parc et on appellera l'ambulance », annonce Maxwell.

-« Alicia, tu m'attends ici », ordonne son mari.

-« Heero peut la reconduire », propose Duo.

Il sait que cela fera faire un long chemin à l'employé sinon. Et puis la réputation de son compagnon doit encore jouer en sa faveur. Il l'espère.

-« Voilà, c'est fait et ne vous tracassez pas pour moi. Je peux rester ici jusqu'à une heure raisonnable. Allez-y, c'est plus urgent. Le droit est payable demain si tu n'as pas sur toi. »

-« Merci, donne les tarifs à Heero, ça a peut-être changé », sourit Duo.

Il est heureux que tout ça se soit passé en dehors de la présence de Bruce. Il va pouvoir entrer dans la partie habitation avec les deux autres. Annie fait justement des respirations rapides pour calmer une contraction. Elle a passé une robe sur sa chemise de nuit.

-« Dès qu'elle est finie, on y va vers le parc. Bruce vous portez la valise. Andy et moi de chaque côté d'Annie. Nous faisons la même taille, nous ferons la chaise humaine durant les contractions pour ne pas nous arrêter, compris. »

Annie hoche la tête, Bruce écarquille des yeux, mais ne rouspète pas.

Dès la fin de la contraction, Annie se lève et se dirige vers la porte. Elle passe sa veste et sort sa casquette. Une fois qu'elle a passé la porte, elle marche d'un bon pas, elle arrive au coin de la rue qu'elle met sa main sur l'épaule de Duo. Il n'en faut pas plus pour qu'il se tourne vers Andy, lui attrape les deux mains. Annie s'assied sur cette chaise improvisée. Et ils sont repartis. La future maman se concentre sur ses douleurs alors que les hommes marchent rapidement. Bruce derrière eux n'ose pas les lâcher d'un pas, il voit des ombres partout.

Alors qu'ils rentrent dans le parc, un jeune homme avec un couteau se met devant eux.

-« Annie Chang ? »

-« Oui », dit-elle en se mettant debout une main sur son ventre.

-« Pourquoi trois ? » Demande-t-il.

-« Mon mari et mes employés, c'est plus pratique, ils ont la même taille », dit-elle en prenant l'excuse de son tonton.

-« Vous pouvez passer, n'oubliez pas le petit cadeau de naissance. »

-« Je viendrai en personne pour vous remercier. »

Elle tape sur l'épaule de Duo, de suite il prend les mains d'Andy. Annie s'assied alors qu'ils repartent le jeune ricane.

-« Duo Maxwell, chaise humaine, tu es descendu bien bas en revenant sur L2. »

-« Méfie-toi, c'est pour la filleule de mon compagnon, je ne fais pas ça pour n'importe qui ! » Clame-t-il sèchement sans s'arrêter.

-« La contraction est passée, je peux marcher tonton », murmure-t-elle.

-« On est observé », répond-il sur le même ton.

Le parc fait un kilomètre, ils sont heureux d'en sortir. Duo prend son téléphone et sonne à l'ambulance quand Annie grimace et met sa main sur son ventre. Discrètement, il regarde l'heure, c'est toutes les cinq minutes.

-« Bonjour, pour une urgence, une femme enceinte à charger à la sortie Sud du parc de la Liberté. »

-« La femme de la société de recyclage ? » Demande la voix dans le combiné.

-« Oui ! »S'étonne Maxwell.

-« Débrouillez-vous. »

-« Attendez, l'homme qui vous a sonné était un mari paniqué ne provenant pas de L2. Il faut lui pardonner ses maladresses. Vous n'allez pas laisser une femme accoucher dans la rue, il fera des excuses », insiste Duo.

-« Nous venons, mais apprenez-lui les bonnes manières. »

-« Merci. »

-« Je ne ferai pas d'excuses, c'est inadmissible », lâche Bruce.

-« Tu feras des excuses, c'est ainsi ici, gronde Annie. Je veux monter dans cette ambulance et pas accoucher ici. »

-« Tu y monteras, ton homme sera abandonné sans excuse, c'est tout », rassure Andy.

Bruce écarquille des yeux, il va répondre quand Duo lui dit sèchement.

-« Jamais en rue. »

-« Vous avez encore besoin de moi ? » Demande Andy.

-« Non, je ne crois pas », rétorque Maxwell.

-« Je vais chercher Alicia. »

-« Préviens Heero, il fermera derrière vous. »

Annie commence à haleter pour contre carrer une contraction qui n'en finit pas à ses yeux. Elle se sent soulagée quand elle voit les lumières bleues clignoter dans le lointain. L'ambulance s'arrête près d'elle, de suite la porte arrière s'ouvre.

-« Merci », dit Annie.

-« Qui est-ce que j'ai eu au téléphone ? » Demande l'homme.

Alors que son collègue aide Annie à s'installer sur le brancard.

-« La première ou la deuxième fois », ne peut s'empêcher de demander Duo.

-« La première. »

-« Moi et je suis désolé, j'ai paniqué quand ma femme a perdu les eaux, c'est notre premier. »

Maxwell met une main sur l'épaule de Bruce pour le faire taire. Il étale sa vie.

-« C'est bon pour une fois, montez », accepte l'ambulancier.

Duo regarde le véhicule partir sirène hurlante, il est soulagé, mais oui maintenant est-ce que Bruce va vouloir rester ? Lui n'a plus envie de devoir reprendre « Allnonsense ». Sa vie à Sank lui plaît, il n'a plus rien à prouver et puis c'est dangereux pour Heero. Si Annie ne veut plus rester, il vendra. C'est fou comme cette décision a été facile à prendre quand la santé de son amant est en jeu. Il comprend mieux comment Heero a pu tout quitter du jour au lendemain pour lui.

Plus serein, il reprend la direction du commerce, il va pouvoir rassurer son homme même si Andy l'a déjà fait sûrement. Cette fois, il passe par la galerie comme l'a certainement empruntée Andy, c'est plus long, mais plus sûr pour les habitants du quartier Est comme lui.

Arrivé, il voit que tout est dans le noir, même leur maison. Il coupe les alarmes, les remet et se dirige vers chez lui. Il monte dans la chambre, il n'y a même pas une veilleuse, il n'entend pas la respiration de son compagnon, mais où est-il passé ?

Il allume, la chambre est bien vide.

Qu'est-ce qu'il fait ? Il lui sonne ? Il le cherche ? Encore indécis, il entend la porte s'ouvrir. Il sourit en voyant Heero entrer lentement dos au mur une tige de fer en main. Au moins, il garde de bons réflexes.

-« Heero, c'est moi ! »

Un soupir de soulagement lui arrive.

-« Annie va bien ? » Demande Yuy en déposant la tige près de la porte.

-« En tout cas, elle est dans l'ambulance », répond Maxwell en descendant de la mezzanine.

-« J'ai été reconduire Alicia. J'étais étonné de voir de la lumière dans la maison. Bruce n'avait même pas refermé la porte à clef. »

-« Il va encore devoir faire des progrès s'il veut rester », sourit Duo en prenant son homme dans ses bras.

-« J'ai tout fermé, mais tu peux vérifier. »

-« Je te fais confiance, fermons ici et allons au lit, dans trois heures il faudra se lever pour l'ouverture du commerce. »

À Suivre…

Chap 12 - Chap 14

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez