banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo, Wufei, Quatre, Trowa, Hilde.

Début d'écriture le 24/09/2018


Tu avais promis ?

Chapitre quatorze


17/03/AC 246

C'est avec de petits yeux qu'ils déjeunent après une courte nuit de sommeil.

-« Ce n'est pas de notre âge ce genre de conneries », rigole Duo.

-« On ne s'est pas si mal débrouillé », affirme Heero.

-« Oui, bon on range ici et on va faire l'ouverture, voir le travail en cours. »

-« Tu crois que je peux sonner ? »

-« On va attendre un peu, Bruce va peut-être nous prévenir ou Annie. »

-« D'accord », soupire légèrement Heero.

Assigné aux facturations, Yuy se dit qu'il a intérêt à trouver une solution quand pour la troisième fois, il ne retrouve pas sur l'ordinateur ce qu'il vient de taper après avoir regardé le bon de commande. Déjà qu'il est obligé de faire un V rouge à côté de ce qu'il fait. Il sait qu'il doit se forcer à regarder à gauche pourtant cela le fatigue, l'énerve.

Il finit par se lever et sort une feuille rouge dont il découpe une large bande qu'il place sur le bord de l'écran en s'aidant de sa main pour être certain. Tant pis pour les interrogations, il ne va pas obliger Duo à vérifier en plus toutes ses factures. Il s'en veut de se sentir aussi inutile. Et dans le vif de l'action, là il voit réellement le handicape dont il est affligé.

Andy a déjà levé un sourcil interrogateur en voyant le bon qu'il a écrit suite à un appel téléphonique, le premier qu'il a dû faire parce que Duo n'était pas au bureau pour le noter. Il avait compris la raison en faisant la facture, tout partait en biais, mais le type dictait vite et était pressé.

Quand ils rentreront à Sank, il parlera vraiment à Duo. C'est fini pour lui, il va même revendre ses licences à un bon prix, mais il ne se sent plus capable de gérer ses affaires. Son mari ne peut pas assumer les siennes en plus.

-« Ça va ? » Demande Maxwell en entrant dans le bureau.

-« Oui, mais je ne sais pas si je vais savoir faire des factures toute la journée », soupire-t-il.

-« Je ne vais pas savoir faire des commandes non plus. Je viens de prendre un coup de vieux. Tu sais que c'est Sergio qui a dû faire une de mes commandes, les pièces étaient trop lourdes. »

Yuy lui sourit.

-« Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. »

-« Au moins cette expérience nous aura appris nos faiblesses. Annie n'a pas encore sonné ? »

-« Non, je te l'aurai dit. Tu as le numéro de Bruce ? » Demande Heero.

-« Non, essaye sur celui d'Annie, mais pas l'hôpital, ça ne se fait pas ici », rappelle Duo.

Puis, il s'en va vers la pièce aux commandes, ça au moins ça n'a pas changé, comme la facturation. En revenant, il s'installe à un bureau et fait sa facture, cela ne sert à rien de surcharger son compagnon. Il prend plusieurs bons de commandes en attente et s'en occupe pendant que son homme téléphone à Annie.

Quand il raccroche, Yuy dit.

-« Elle a accouché, il y a une heure, elle rentre ce soir. Elle voulait savoir si on s'en sortait. Je n'allais pas la tracasser. »

-« Ro', on s'en sort. »

-« Oui, on arrive à faire bonne figure. »

Maxwell lui sourit et s'y remet sinon Annie aura trop de travail à son retour.

-« Tu as classé le double dans le facturier et noté dans le livre des comptes ? »

-« Classé, mais noté non, j'ai mis une marque. »

-« OK, je le fais. »

Duo se retient de soupirer, ça ne sert à rien. Il sait que son homme fait de son mieux, qu'il assume tout ce qu'il peut faire sans se tromper et qu'il ne doive pas repasser derrière lui.

Andy arrive avec une caisse.

-« Il y a d'autres commandes urgentes ? »

-« Non, tu peux démonter avec Sergio. Je vais faire un peu de bureaux », dit Duo.

Andy repart.

-« Il m'a demandé si tu ne devrais pas aller chez l'oculiste », murmure Maxwell.

-« Je m'en doute que je ne masquerai pas mon handicape longtemps ici. »

-« Tu l'as croisé sur ton chemin de retour sans lui faire un signe de tête, surtout », précise-t-il.

-« Quand Annie sera de retour, je m'occuperai plus du bébé et du ménage, si elle veut bien et quoi que tu dises, je suis devenu un boulet. »

-« Dans la vie active et trépidante de L2, mais je t'aime ne l'oublie jamais. Bon, j'y retourne, j'ai déplacé ta marque dans le facturier. Va à ton rythme. »

-« Vu que tu viens de rattraper mon retard, j'ai plus grand-chose à faire. Je vais chez Annie pour lui préparer son souper qu'ils n'aient plus qu'à le réchauffer. »

-« OK, je m'occupe du téléphone, toi de la clientèle. »

µµµ

Peu avant la fermeture, Annie revient le bébé dans les bras, Bruce portant la valise est juste derrière elle. Elle a les traits tirés, mais est souriante.

Heero est parti à leur domicile pour préparer le repas, Duo fait le reste des factures pour que la maman soit à jour.

-« Merci, tonton, je suis vannée. Tu sauras faire l'ouverture tant que vous êtes là ? »

-« Oui ma grande, tu es allée payer ton droit de passage ? »

-« Non, je ne savais pas si c'était en liquide ou en nourriture ! J'irai demain. Ça été ? » Demande-t-elle en s'installant dans le deuxième fauteuil du bureau.

Bruce part directement vers leur domicile.

-« Oui, ne te tracasse pas. »

-« Parrain n'est pas là ? »

-« Il prépare notre repas, le vôtre attend dans le frigo qu'il m'a dit. »

C'est à ce moment-là qu'Heero entre dans le bureau, son regard s'illumine. Il vient directement vers sa filleule pour regarder la petite.

-« Annie, elle est magnifique. »

-« Tonton ne lui a même pas jeté un regard », rit la jeune mère.

-« Elle est trop petite pour réellement m'intéresser, désolé, rougit Duo. Et pour répondre à ta question, Alicia m'a dit que tu pouvais faire un mixte, un peu d'argent et de la nourriture de base. »

Maxwell se lève et va fermer le commerce, il est l'heure et il a des choses privées à régler.

-« Annie, ton mari va rester ? » Demande-t-il en revenant vers eux.

-« J'ai trop de choses à prouver pour abandonner le commerce, encore plus que j'ai un bébé. Ne te tracasse pas, il s'est calmé aussi. On a beaucoup discuté quand on n'était que deux durant le temps avant l'accouchement. »

-« Merci pour le souper, dit Bruce en revenant dans le commerce. Chérie, je vais voir ma boîte mail, ne force pas. »

-« Non, je vais aller m'étendre dans le salon. À demain. »

Soulagé, tout le monde regagne ses pénates.

µµµ

18/03/AC 246

Maxwell fait l'ouverture, il en profite pour retirer la bande rouge sur l'ordinateur. Ils ont bien discuté hier soir. En conclusion, il vaut mieux qu'Heero assure la logistique, il sera moins épuisé que de devoir se concentrer. Il l'a proposé devant les difficultés qu'il a rencontrées hier, il ne reste plus qu'à le dire à Annie.

La jeune femme apparaît, habillée de son bleu de travail vers neuf heures trente, la poitrine gonflée par la montée de lait.

-« Parrain n'est pas là ? » S'étonne-t-elle.

-« Non, ça le fatigue de trop, il va s'occuper de ton ménage, nos repas et surveiller Laila si tu veux bien. »

-« J'ai un babyphone, mais si elle pleure quand on est occupé, ça va me permettre d'être plus relax. Merci de penser à tout. »

-« Annie, seulement pour quinze jours, ne l'oublie pas. Heero doit reprendre sa kiné qu'il ne perde pas ses acquis. »

-« Pourtant, je n'ai rien remarqué », dit-elle en regardant ce qui a été fait.

-« Parce qu'il met trop d'énergie à le cacher », murmure Duo.

-« Hein ! »

-« Rien, Bruce s'est remis au travail ? »

-« Oui, il va devoir imprimer tout à l'heure, il vérifie tout. Vous avez bien travaillé, je n'ai presque rien à faire à part la banque. »

-« Je l'aurais fait, mais je n'avais pas ta carte et tes codes secrets ce que je préfère », ajoute-t-il.

Il doit être dix heures quand Heero apparaît en jean et polo, il est tout sourire, avant de dire.

-« Voilà la soupe est faite, je vais aller chercher le pain. Tu as ta liste des courses ! N'oublie pas tu as ton droit de passage à payer. »

-« Oh oui ! Prends-moi deux pains, cinq kilos de pâtes, j'irai après le repas. »

-« J'irai avec toi », précise Heero.

-« Amuse-toi bien », lâche Duo en venant lui effleurer la joue.

-« Si tu savais comme je t'aime », murmure Yuy.

-« Et moi, alors soit prudent. »

Alors que son amant part avec le cabas à roulette, Maxwell a dur de le quitter du regard, une angoisse lui vrille l'estomac. Il sera heureux de rentrer à Sank pour pouvoir le suivre dans ses déplacements.

Heero marche le plus près possible des maisons, il espère juste que des gens ne vont pas sortir précipitamment. Il aimerait la présence rassurante de son compagnon.

Il fait les courses rapidement, ne voulant pas s'exposer inutilement. Il demande deux tickets de courses qu'Annie puisse le rembourser. C'est heureux qu'il pousse les portes d'Allnonsense. Il voit le soulagement aussi dans les yeux de Duo.

µµµ

Ils ont fini de manger leurs tartines par petits groupes, Duo et Heero chez eux, les ouvriers dans le hangar, Annie et Bruce dans leur maison. C'est eux qui assurent les visites d'heure de table.

Annie a allaité le bébé quand elle vient trouver son parrain qui regarde Bruce imprimer et réaliser ses livres.

-« On peut y aller ? » Demande-t-elle.

-« Oui, je t'attends. Je ne savais pas qu'un livre se faisait comme ça. Il lit tout ce qu'il produit ? »

-« Les livres qu'il édite seulement. Les publicités qu'on lui demande, mais pas toujours les fascicules. Il n'avait pas imaginé qu'amener son imprimerie ici, lui donnerait ce genre de travail, mais il est ravi. »

Heero prend les deux sacs de courses dans le commerce, Annie ayant son bébé dans les bras. Ils partent d'un même pas, casquette vissée sur la tête de la jeune maman, col relevé pour Heero. Il s'est mis à la droite de sa filleule.

Arrivé au parc, elle s'arrête, elle va se tourner vers son parrain pour savoir comment on les trouve que le chef de la bande apparaît avec deux de ses sbires.

-« Je me suis demandé si on allait devoir venir chercher son dû. »

Heero tend les sacs puis prend le bébé qu'Annie puisse accéder plus facilement à son argent. Elle sort cent crédits qu'elle tend. Heero trouve la somme énorme surtout avec la nourriture en plus, mais il ne dit rien. Lui va repartir, il ne veut pas lui créer des problèmes.

-« Je vois que cette petite chose a beaucoup de valeur pour toi. À moins que Maxwell ne t'ait pas informé de nos tarifs ? »

-« Je ne vis pas sous sa coupe. C'est mon entreprise, ma famille. Je réclame ainsi votre clémence pour les erreurs de mon mari. »

-« Tu as du cran, j'aime », dit-il en prenant un seul billet.

Annie se retourne pour prendre son bébé et s'en va. Heero la suit directement, il n'aurait pas osé dire ce que sa filleule a dit. Elle est peut-être mieux adaptée que lui à L2. Il n'avait jamais voulu se plier aux règles, obligeant Duo à rester chef de zone bien plus longtemps qu'il ne l'aurait voulu pour masquer ses bêtises. Annie avait l'étoffe d'un chef de Zone.

Quand ils rentrent, sa filleule couche de suite sa fille et se remet au travail comme si de rien n'était. Heero hésite un peu, il a encore le temps avant d'aller faire le souper chez le couple. Le leur il le fera quand Duo rentrera, ils ont le temps, ils sont pensionnés.

-« Duo, tu as le droit de travailler sans contrat ? » Lâche-t-il d'un coup.

-« Oui, c'est toujours ma société, je suis toujours indépendant », rétorque-t-il en souriant à son homme.

-« Tant mieux. »

Rassuré, il se dit qu'il va faire du ménage chez eux. Annie l'appelle de toute façon quand il doit surveiller Laila. Arrivé dans le hangar, il voit que des livres sont terminés. Alors il s'approche et en prend un en main. Le titre est accrocheur « Avoue que tu m'aimes » par Angelscythe qu'il ne connaît pas du tout. La couverture attire l'œil.

-« C'est une jeune auteure que j'ai découverte, elle voulait que je lui imprime son roman, je lui ai proposé un contrat », explique Bruce.

-« Qu'est-ce que ça raconte ? »

-« Un jeune homme dans une famille très chrétienne et homophobe découvre qu'il aime un homme, mais ça le met très mal à l'aise. C'est plus qu'un roman d'amour, il y a beaucoup de psychologie aussi. »

-« Vous lisez tout ce qu'on vous propose à l'autoédition ! » S'étonne Heero.

-« Pas toujours, mais en vérifiant la mise en page, son style m'a plu. Vous m'aidez, il faut en mettre vingt par boîte. »

-« Je peux en acheter un ? »

-« Bien sûr, elle sera ravie d'avoir déjà réalisé deux ventes, avant même les expéditions en librairie », sourit Bruce.

Durant une heure, Heero fait ça pendant que Bruce prépare d'autres impressions. Son livre sous le bras, il retourne vers la maison de sa filleule. Il sera bientôt l'heure du biberon de seize heures, après il préparera le repas du couple.

Quand Laila pleure, Heero dépose son livre, il a déjà lu une quinzaine de pages.

Tout sourire, il se dirige vers le couffin, même s'il entend le bébé pleurer, il ne la voit pas. Il a beau regarder dedans, elle y est absente. Est-ce qu'elle serait tombée dehors ? Il se penche vers le sol et ne la trouve pas. Il se redresse angoissé, les pleurs viennent bien du couffin pourtant.

Plus Laila pleure, plus la panique grandit chez Heero. Il finit par crier.

-« Duo ! »

Annie sursaute au cri de désespoir dans le babyphone. Elle entendait bien sa fille, mais elle savait son parrain là, il devait préparer le biberon avant de la sortir, de toute façon, elle s'occupait d'un client.

Maxwell qui fait une facture, se lève précipitamment et part vers l'habitation. Il trouve son homme debout devant le couffin. En plongeant son regard à l'intérieur du petit lit, il comprend le problème et se calme. Il met ses deux mains sur les épaules de son compagnon et lui dit.

-« Heero, tu l'entends, donc elle va bien. Respire, qu'a dit la kiné, aide-toi de tes mains. »

Annie entre dans la pièce à ce moment-là, elle est tentée de se précipiter vers le landau, mais le calme de son tonton lui dit de ne pas bouger.

-« Prends-la ! » implore Heero.

-« Non, elle ne risque rien, elle a juste faim. Mets tes mains sur le couffin pour en trouver la fin. »

En tremblant, il le fait, il s'oblige à les suivre des yeux et Laila apparaît sur la gauche rouge d'avoir crié. Heero la sort et la serre dans ses bras en s'excusant auprès d'elle.

-« Annie, tu la nourris ou Heero lui fait un biberon ? » Demande Duo.

La sonnette se fait entendre, elle hésite puis lâche.

-« Non, qu'il fasse un biberon, je me doute que je vais souvent devoir faire sauter la tétée de seize heures », dit-elle en partant.

Yuy s'est suffisamment calmé pour reprendre les choses en main.

-« Va, je sais que tu n'es jamais loin. »

Maxwell lui passe une main sur la joue barbue et s'en va finir sa facture.

Annie attend qu'ils soient que deux au bureau pour demander à son tonton.

-« Qu'est-ce qu'il a eu ? »

-« C'est les suites de son AVC, « héminégligence », son cerveau ne voit plus tout ce qui est à gauche, il reconstruit une vision globale avec ce qu'il voit. Pour Heero, le couffin était vide, il ne pouvait pas voir Laila couchée du côté gauche, comme il est incapable de se raser entièrement d'où sa barbe. »

-« Et le fait que tu tournes son assiette de temps en temps quand on lui parle. »

-« Oui, on va venir de moins en moins, c'est trop dangereux pour lui. Je ne peux pas lui tenir la main, le guider. »

-« Il donne bien le change. »

-« Dis-lui, il se sent tellement diminué », sourit Duo.

Puis il se lève pour reprendre une autre commande de petites pièces.

Annie vient voir son parrain qui finit de donner le biberon.

-« Tonton m'a expliqué, je ne m'étais doutée de rien. Je trouve ça énorme ce que tu fais. Je suis désolée de l'avoir posée dans le mauvais sens. »

-« C'est fatigant comme situation, surtout que j'oublie que ce que je vois n'est pas la réalité. »

-« Merci de ton aide. Tu veux que je la change ? »

-« Non, j'ai réorganisé la table à langer, je ne veux pas devenir un poids. »

-« Parrain, tu ne le seras jamais parce que tu ne veux pas l'être. »

La sonnette se fait entendre, alors elle retourne vers le commerce pour servir le client.

La réponse de sa filleule lui a mis du baume au cœur.

30/03/AC 246

Les quinze jours étaient passés rapidement.

-« Tout à l'heure on part, ça va aller ? » Demande Maxwell peu après seize heures.

-« Oui, on a trouvé nos points de repère, Bruce va me donner un coup de main », répond Annie.

-« On revient dans trois mois pour la signature des contrats, je te cède tout. Mais si tu as besoin de conseils même après, tu n'hésites pas. »

-« Je sais tonton. »

Heero revient de l'étage où il a rangé les dernières affaires qu'il a repassé.

-« Tu devrais engager une femme de ménage pour t'aider dans un premier temps. Si tu veux, je la paye en cadeau de naissance », propose Yuy.

-« Je vais le faire et je peux payer. Tiens Parrain, de la part de tous les trois. »

Maxwell s'avance pour voir ce qu'on offre à son homme. Celui-ci ouvre lentement la boîte pas plus grande qu'une d'allumette.

-« Qu'est-ce que c'est ? »

-« Des codes d'activation pour un an que tu puisses télécharger des livres audio dans la maison d'édition de Bruce. J'ai vu que ça devenait pénible de lire pour toi. Tu pourras écouter les histoires. »

-« Merci, Annie, c'est vrai que nos soirées lectures me manquent également », réalise Heero en souriant à son mari.

Maxwell se rapproche, lui passe une main sur la joue. Yuy se tourne vers sa filleule, il est vraiment ému par l'attention. Alors il lui dit.

-« Et toi, prends soin de Laila. »

-« Ro', on y va, on a encore nos bagages à faire. »

-« Je les ai faits durant la journée. »

-« Mon mari est une perle », sourit Duo.

-« Allez viens, je sais que les au revoir ce n'est pas ta tasse de thé », dit Heero en prenant la main de son compagnon.

µµµ

Maxwell est heureux d'arriver à Sank dans la soirée. De pouvoir tenir la main d'Heero en rue pour rentrer chez eux. Il ne s'était pas attendu à ce que la région lui manque autant.

Dès demain, leur petite vie sera remplie par les séances chez le kinésithérapeute et leur promenade sur la plage.

Quinze jours de travail lui ont prouvé qu'il n'en voulait plus. Il va réduire aussi ses activités auprès du transport de personnes sauf deux, trois avec qui il s'est lié d'amitié. Il veut profiter de la vie. Il veut profiter de son homme et le voir progresser parce qu'il ne peut qu'aller de l'avant.

Fin.

Fin d'écriture 31/08/2019

Chap 13 - Accueil

Si ça vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez