banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints.

Genre : Tranche de vie

Rating : K +

Acteurs: Heero, Duo, Wufei, Quatre, Trowa, Hilde.

Début d'écriture le 24/09/2018


Tu avais promis ?

Chapitre six


29/11/AC 245

À dix heures trente, Heero attend Duo debout sous une arche de fleurs blanches dans une salle de réunion de l'ambassade de Sank.

La pièce a été transformée pour l'occasion avec deux rangées de quatre chaises de chaque côté reproduites une dizaine de fois.

Son costume brun foncé relève ses yeux bleus qui ressortent encore plus dans son visage depuis qu'il a les cheveux gris-blanc.

La porte s'ouvre, un sourire radieux apparaît sur ses lèvres. Maxwell vient d'arriver dans son costume noir.

Duo écarquille les yeux comme lui l'a fait quand il est entré. Du plafond, une série de colombes en tissus sont déposées un peu partout. Des dessins immenses représentent le Wing et le Deathscythe derrière l'autel improvisé. Ça Duo aime moins.

Intimidé, Duo remonte l'allée entre les séries de chaises. Voyant Hilde, il s'arrête et la serre dans ses bras avant de donner la main à Patrick. Un peu plus loin dans l'autre rangée, il voit Bertrand et sa femme, ses yeux se brouillent. Il n'avait plus vu l'homme depuis sa pension. Il s'arrête à nouveau pour l'enlacer.

Heero regarde la scène attendri. Il savait que ces gens feraient plaisir à son homme. Un soupir arrive à ses oreilles quand Duo s'arrête une troisième fois pour embrasser Alicia et donner la main à Andy.

Yuy se retourne vers l'homme de loi et lui demande tout bas.

-« Vous avez un autre mariage à célébrer ? »

-« Non ! »

-« Alors, je ne vois pas où est le problème », tranche sèchement Heero.

Maxwell donne une tape amicale à son filleul et lui sourit avant de venir se planter devant son amant.

-« Merci ! Tu as mieux fait les choses que je ne voulais les faire. »

-« Il n'y a pas de quoi, mon bonheur, c'est de te voir heureux. »

L'homme de loi se racle la gorge pour attirer l'attention sur lui.

-« Nous sommes ici pour célébrer le mariage de Monsieur Yuy », dit-il en montrant Duo.

-« Désolé, c'est l'inverse. Je concède qu'un mariage hétéro, c'est plus facile à déterminer qui est qui », lâche Maxwell.

Le sourire sur les lèvres de l'assemblée se change en petits rires. Plus bas Duo ajoute.

-« Petit mémo technique. Je suis arrivé le deuxième, donc Duo Maxwell. »

Heero sourit à son compagnon. Il l'embrasserait bien tellement il est heureux de le voir si bien dans sa peau. Mais ce n'est pas encore le moment. À son avis, l'homme de loi va finir par les détester.

-« Nous sommes ici pour célébrer le mariage de Monsieur Yuy et Monsieur Maxwell, reprend l'homme de loi. Pour confirmer devant les hommes ce qui a été uni par un prêtre dans une Église de L2, il y a plus de quarante ans. »

Heero et Duo écarquillent des yeux devant le discours de l'homme, avant de se retourner vers An qui sourit et montre son pouce.

-« Si vous avez fait ce pas après tant d'années. J'ai presque honte de vous demander Monsieur Yuy si vous voulez prendre pour époux légitime Monsieur Maxwell, le chérir, le protéger et lui être fidèle jusqu'à ce que la mort vous sépare. »

-« Je ne désire que ça », répond Heero.

-« Monsieur Maxwell, voulez-vous confirmer l'engagement que vous avez pris dans cette Église devant ceux qui vous ont façonné et chérir, protéger, être fidèle à votre compagnon Monsieur Yuy ici présent ? »

-« Je le veux. Merci de me supporter depuis autant d'années, d'accepter mes doutes, mes revirements, mes terreurs et de vouloir encore le faire jusqu'à ce que la mort nous sépare », réplique Duo.

-« J'espère pouvoir le faire dans l'au-delà aussi », répond Heero les yeux remplis de larmes.

Il est ému que son homme s'ouvre de cette façon devant autant de monde.

Alors que Duo allait embrasser Heero, il se tourne vers l'homme de loi.

-« Je peux ? »

-« Oui, vous pouvez embrasser le marié. »

Duo ne s'en prive pas.

-« Si vous voulez bien venir, ainsi que les témoins, signer l'acte de mariage », insiste le représentant.

Duo et Heero s'avancent main dans la main. Cela fait sourire tout le monde. Hilde sourit à son mari et vient déposer sa tête sur son épaule.

-« J'ai parfois peur pour l'un ou pour l'autre », murmure-t-elle.

-« Pourquoi ? »

-« Quand la mort va venir pour un comment va réagir l'autre ? » dit-elle en frissonnant.

-« Je crois que l'autre ne survivra pas longtemps, c'est tout. Mais ce n'est certainement pas pour tout de suite. Ils sont encore en pleine forme. »

Après avoir signé le registre, l'homme de loi donne le carnet de mariage qu'Heero prend et glisse dans une poche de son veston. Il reprend la main de son mari qu'il a bien dû lâcher pour signer et se tourne vers Trowa.

-« Quelle est la suite ? »

-« On se dirige vers la salle de bal bleue pour l'apéritif », répond-il.

-« Vous venez avec nous ? » demande Duo à l'homme de loi.

-« Non, c'est gentil, je suis attendu ailleurs », dit-il avant de s'éclipser.

Heero dirige son homme dans les dédales des couloirs. Mais ils n'auraient pas su se tromper, le chemin est fléché.

Maxwell est en grande discussion avec An, le remerciant pour tout. La décoration, les invités, le choix des textes lu pour les mariés, il irradie de bonheur.

-« Parrain et tonton, vous fermez les yeux », dit An quand ils arrivent près de la salle.

-« Quoi ce n'est pas tout ! » s'exclame Duo.

-« La journée n'est pas finie, parrain. »

An prend la main de Duo, ce dernier étant toujours accroché à son nouveau mari. Il leur fait faire trois pas avant de dire.

-« Vous pouvez ouvrir les yeux. »

C'est ce qu'ils font.

Une table couvre le côté gauche de la salle où le buffet sera installé tout à l'heure. De petites tables sont dispersées un peu partout. Un parachute arc-en-ciel recouvre le plafond, un ensemble de colombes, de flocons de neige y sont pendus.

-« C'est magnifique », dirent-ils ensemble.

Une jeune femme apparaît avec des flûtes, alors qu'An se faufile dans la foule qui attend la coupe déjà en main.

-« Champagne, » dit-elle.

Maxwell hésite, c'est un grand jour. Heero tend déjà la main pour prendre une boisson.

-« Tiens Parrain, jus de pomme pétillant. »

-« Merci An. »

Ce dernier lui sourit avant d'attraper la deuxième flûte restante sur le plateau. Il se tourne vers les mariés.

-« Levons nos verres. Puisse votre amour durer encore autant d'années. Que votre bonheur irradie autour de vous pour nous contaminer. »

Heero et Duo cognent légèrement leur verre, Maxwell boit une gorgée au verre de son homme en le regardant dans les blancs des yeux avant de boire au sien. Il finit par dire.

-« Je suis au paradis. Ça, c'est du mariage, ce n'est pas comme ce que je t'ai fait il y a quarante ans. »

-« Il a pourtant tant de valeur à mes yeux. »

An s'en va pour leur laisser un peu d'intimité, pourtant il aurait tellement aimé avoir des nouvelles de sa fille.

Relena n'a pas ce scrupule, elle vient vers le couple.

-« Je suis heureuse de vous revoir, depuis tout ce temps », dit-elle.

-« Moi aussi Relena, c'est très joli comme décoration », dit Heero.

-« Je ne m'attendais pas à voir nos gundams dans la salle d'échange des vœux », ajoute Duo.

-« An n'avait mis que ça. Je ne trouvais pas ça assez festif », rétorque-t-elle.

-« Tu as eu raison d'y mettre une touche féminine », réplique Maxwell.

-« Vous n'allez pas rester là, il faut vous mêler à la foule maintenant », insiste-t-elle.

-« C'est vrai regarde Heero, on dirait qu'ils n'osent pas bouger. »

-« Faisons notre petit tour. »

Toujours main dans la main, le nouveau couple passe d'un à l'autre. Ils discutent cinq à dix minutes avant de changer de groupe. Dorothy et Relena avec leurs époux ont l'air de se tenir à l'écart. Bertrand, Hilde et Andy d'un autre. Sally passe d'un à l'autre, malgré qu'elle approche des quatre-vingts ans, elle a toujours bon pied, bon œil.

La jeune femme qui est venue avec les coupes passe maintenant avec la bouteille de champagne et un plateau de petits fours. Le constatant, Duo soupire.

-« J'ennuie toujours tout le monde de ne pas boire d'alcool. »

-« Je ne suis pas certain que les petits-enfants de Quatre et Trowa boivent de l'alcool », sourit Heero.

Tout d'un coup, Yuy se fige, lâche la main de son homme et se précipite vers une nouvelle arrivante. La quarantaine passée, un adolescent tout timide à la main.

-« Amélia ! »

-« Je suis désolée d'arriver si tard, mais je travaillais de nuit », dit-elle timidement.

Duo sourit, chaque année pour Noël, elle envoie une carte de vœux photo où elle raconte ce qu'elle devient. Elle a bien changé la gamine d'Heero à qui il donnait un bout de son sandwich. Plus de quarante ans qu'il ne l'avait pas vue en chair et en os. Duo ne l'avait jamais rencontrée.

-« Tu es là, c'est le principal. »

-« Merci pour les tickets de navette et l'hôtel. »

-« Ce n'est pas moi ? » s'étonne Heero.

-« Non, ça, c'est moi en lui signalant notre nouvelle adresse. Bonjour, Amélia, heureuse de faire enfin ta connaissance », dit Duo en arrivant près d'eux.

-« Bonjour », dit-elle intimidée par l'ancien chef de zone.

-« Viens, je vais te présenter. Il y a d'autres personnes de L2, même s'il y a longtemps que tu l'as quitté », dit Heero en l'entraînant.

Il a repris la main de son homme.

-« Tu as bien grandi Batiste depuis la dernière photo », enchaîne Yuy.

De suite, la serveuse vient avec une coupe de champagne et un jus de pomme sur un plateau et un autre de petits fours.

-« Je ne bois pas d'alcool », dit Amélia.

-« C'est bien, je vais me sentir moins seul », sourit Duo en tendant la main vers un petit four.

-« Je croyais que tu voulais faire attention à ta ligne. C'est déjà le dixième », lâche Heero.

-« C'est le dernier, c'est promis, ils sont si bons », réplique Maxwell.

Amélia a les yeux qui pétillent de les voir interagir et tend la main pour prendre aussi un four, elle incite son fils à faire de même. La serveuse revient peu après avec trois jus de pomme.

Vers une heure, le buffet est dressé. Il y a des salades de légumes, des tomates aux crevettes, du rosbif, des pommes de terre froides avec des œufs durs, et bien plus encore. Il y en a pour tous les goûts et de petits pains pour accompagner.

Les invités installent une table au centre de la pièce afin de pouvoir manger. Tout se fait à la bonne franquette. Il n'y a pas de plan de table, chacun se met où il a envie. On se lève pour aller se resservir et chercher à boire au buffet. Vin blanc, vin rouge, eau plate ou pétillante, jus de pommes.

Un léger brouhaha règne, fait de discussions. Duo et Heero sont heureux, tous les êtres chers à leur cœur sont là.

Après une bonne heure, sur une table roulante apparaît la pièce montée. Les restes du buffet ont été emportés et répartis dans des boîtes, une partie sera distribuée aux sans-abri.

An se lève et tend le couteau aux mariés, il y a trois ronds de Génoises qui sont superposés, un de café, un de chocolat et le dernier de vanille.

Heero et Duo se regardent en enfonçant le couteau dans le premier rond pour faire la première part. La serveuse fera le reste, elle vient déjà pour continuer.

-« Vous voulez une tranche de quel goût ? » demande-t-elle.

-« Café », répond Duo.

-« J'aurai bien pris au chocolat », ajoute Heero.

Pendant qu'ils attendent An leur transmet une enveloppe surtout à Duo. Ce dernier fronce des sourcils constatant que son homme, non mari à l'air de savoir ce que c'est. Lentement, il ouvre et extirpe deux billets d'avion pour la semaine prochaine et les places dans un hôtel en Afrique en plein milieu d'une réserve naturelle.

Heero s'avance et lui dit.

-« Voyage de noces et un voyage à barrer de notre longue liste. »

-« La semaine prochaine, c'est magnifique. Je suis trop impatient. Merci Ro' », dit-il en l'embrassant.

-« Tu peux bien embrasser tout le monde, c'est mon idée, mais offert par nos amis comme ce mariage. »

Maxwell se tourne vers l'assemblée qui attend sa part de gâteau.

-« Merci, c'est vraiment le plus beau jour de ma vie avec celui où on m'a dit que j'étais en rémission et que j'ai pu arrêter tout traitement. »

Hilde traverse les invités et vient l'embrasser, trop émue par toute cette joie.

Chacun repart avec son morceau de la pièce montée, les discussions reprennent.

-« Ainsi tu as commencé la liste de nos voyages ! », dit tendrement Maxwell.

-« Oui, sinon tu vas t'ennuyer. Faire des , des bas ne t'occupe pas assez, je le vois bien. »

-« Pas un voyage par mois ! », s'inquiète Duo.

-« Non, on décidera ensemble pour les suivants », sourit Heero.

-« J'aurai bien repris un morceau de gâteau, mais tu vas encore dire que je vais grossir. »

-« Je vais chercher un morceau de vanille comme ça on aura tout goûté », dit-il en se levant.

Maxwell sourit, son homme avait pris réellement un peu de tout sur le buffet. Pas en grosse quantité, mais il avait goûté à tout et toutes les boissons, pour ça, il n'avait pas changé.

Hilde vient embrasser Duo et s'installe à la place d'Heero avant qu'il ne revienne.

-« Ça te va bien ces petites lunettes. »

-« Je ne vois rien sans », soupire Maxwell.

-« Annie va bien ? »

-« La dernière fois que je l'ai vue, oui. Tu n'as pas de contact ? » s'étonne-t-il.

Ça ne ressemblait pas à la jeune femme.

-« Non quand je lui téléphone, elle est toujours pressée. »

-« Envoie-lui des mails. Tu sais bien que je n'avais pas beaucoup de temps quand je travaillais. »

-« Je te laisse ton homme revient. »

-« Je t'accorde une danse pour discuter. »

-« Trop aimable, Monsieur », ricane Hilde.

-« Elle s'est plainte de ne pas pouvoir te parler ? » demande Heero en se remettant à sa place.

-« Non, Relena bien ? » demande-t-il.

Il avait bien vu qu'il s'était fait aborder par l'ancienne ambassadrice.

-« Oui, il paraît qu'on est un peu trop fusionnel. Elle m'a demandé comment on faisait pour s'aimer toujours après autant d'années. »

-« Pauvre Trowa »

-« Il n'avait pas l'air malheureux hier », sourit Heero avant de lui voler un baiser.

-« Et tu as une réponse à cette question ? » insiste Duo.

-« Non, je t'aime, tu es mon moteur, ma force. Le reste n'a pas d'importance à mes yeux. »

-« Si tu savais comme tu as de l'importance pour moi aussi », murmure-t-il en lui caressant la joue.

-« On devrait rentrer. Tu me manques. »

Les yeux de Maxwell pétillent.

-« Je te manque alors que je suis juste devant toi ? »

-« Tu m'as très bien compris. »

Autour de la table, les invités sourient de voir leur complicité. An se lève d'un coup, un grand sourire aux lèvres. Hilde met sa main sur sa bouche. Duo, intrigué par les mouvements autour de lui, quitte l'océan bleu qu'il contemplait. Il ne sait pas s'il est heureux ou énervé de voir qui vient d'arriver.

Heureux parce que ça va faire plaisir à beaucoup de monde, mais énervé aussi. Qui va surveiller l'entreprise, Andy est ici aussi ?

Une main lui caresse la joue, reportant son attention sur son compagnon.

-« Elle connaît L2. Elle n'a pas pris de risques », dit-il en se levant pour accueillir sa filleule.

Comme souvent son homme est la sagesse même. Alors, il se lève également pour embrasser Annie.

-« Ne te tracasse pas tonton, Sergio est dans la place, heureux de la confiance que je lui porte », dit-elle en guise de bonjour.

-« Je suis désolé d'être aussi tatillon », soupire Duo.

-« C'est normal, c'est ton avoir, je n'en suis que la gérante. J'espère pouvoir l'acheter un jour », répond-elle.

-« Bonjour, Bruce, ça va la vie sur L2 ? » demande Heero.

-« Franchement, je crois qu'Annie a eu raison. Si elle avait agi suivant vos envies, j'aurai eu trop peur de venir », répond-il.

-« Alors je suis réellement rassuré », sourit Duo.

-« Il reste du gâteau et un peu du buffet si vous voulez », précise Heero.

-« On a mangé dans la navette, mais le gâteau, je ne dirais jamais non, bébé a faim », réplique Annie.

-« Je vais te chercher ça. Bruce, vous voulez quelque chose ? » s'informe Yuy.

-« Non, moi je n'ai pas d'excuse », sourit-il.

Duo se retourne pour lui montrer la table, il constate qu'elle a été repoussée dans un coin. C'est là qu'ils vont pour discuter avec Hilde et An. Le bal va bientôt commencer on dirait. Il regarde sa montre, il est déjà vingt heures. Est-ce qu'il va y avoir d'autres invités pour cette partie ? Il y a déjà tous les gens importants pour sa vie. Mais pas beaucoup pour celle d'Heero. Est-ce qu'il n'avait aucun ami sur L2 et à Sank ? Aucun collègue de travail qu'il voulait revoir ? À part Amélia, il n'a pensé à prévenir personne, il est un piètre ami et mari.

Quand Heero revient avec un morceau au chocolat et un au café qu'il tend à Duo en souriant. Maxwell s'en veut encore plus, il le connaît tellement bien, lui ne saurait pas dire celui qu'il a le plus apprécié.

-« Mange vite, je crois qu'on va devoir ouvrir le bal », dit-il.

-« Mange vite puis il me reproche de grossir », soupire Duo.

-« Je ne t'ai fait aucun reproche, c'est toi qui as dit que tu devenais trop gros », rappelle Heero.

-« C'est vrai, j'ai dû acheter un nouveau costume. »

-« Tu es très bien tonton, comparez à certains clients qui viennent, tu es svelte », tente Annie.

Maxwell regarde son gâteau, son ventre, son envie est passée pourtant il fond sous la langue, il est délicieux.

-« Mange, on éliminera les calories et on fera régime à partir de demain », dit tendrement Heero.

-« On, tu n'as pas besoin, toi », soupire-t-il en coupant un morceau.

-« Je vais où tu vas », rappelle amoureusement Yuy.

-« C'est pour ça que tu fais du bénévolat seul ! », lâche Duo en prenant un deuxième morceau.

-« Tu veux que j'arrête ? » s'inquiète Heero.

-« Bien sûr que non, je te taquine Ro'. Garde ton jardin secret », sourit-il en tendant le dernier morceau à son homme.

La lumière diminue un rien, Maxwell dépose la fourchette et l'assiette sur la table. Il tend la main à son mari. Ils se lèvent ensemble pour se rendre au centre de la piste. La musique de « Power of love » de Frankie goes to Hollywood s'élève, ils commencent un slow langoureux en se regardant dans le blanc des yeux et en se souriant.

Le morceau finit, ils vont chacun chercher quelqu'un pour permettre aux autres de danser.

Heero se rend près d'Amélia avec qui il n'a pas eu beaucoup le temps de discuter. Duo, Hilde puisqu'il lui avait promis une danse.

Les musiques s'enchaînent lentes, rythmées, de salon, de manière à permettre à tout le monde de bouger, des farandoles ont aussi lieu.

Le nouveau couple n'arrive pas à se retrouver pris entre les amis et les connaissances. Quand ils ne dansent pas, ils discutent sur le bord de la piste. Certains collègues d'Heero de Média Com ont fait le déplacement, mais c'est certain, trois heures de voyage c'est long pour juste la soirée alors il leur consacre un moment.

Annie malgré sa grossesse danse tous les slows avec son mari, les couples se reforment souvent à ce moment-là. Relena et Trowa, Dorothy et Quatre, Hilde et Patrick, An va chercher Amélia plus d'une fois. Duo et Heero s'occupe de faire danser Sally à tour de rôle.

Les premiers invités partent vers vingt-trois heures. Maxwell vient de raccompagner Hilde, Patrick et Sally à l'entrée de la salle. Il partirait bien avec eux, mais il ne sait pas si cela se fait. Il doit avouer qu'il fatigue, qu'il y a longtemps qu'il n'a pas bougé autant, mais en voyant son homme en grande discussion avec Régis, il n'ose pas l'aborder pour lui demander. Comme s'il avait senti son regard sur lui, Heero tourne légèrement son visage, lui sourit et reprend sa discussion.

Duo soupire, il se dirige d'un pas lourd vers les chaises autour de la piste de dance. Il n'y a que la jeune génération dessus, les enfants et petits-enfants de ses amis et connaissances, au moins ça met de l'ambiance. Quatre tapote la chaise à côté de lui. Duo s'y installe.

-« Tu m'as l'air fatigué », commence Winner.

-« Longue journée et je dors mal sans Heero. Je fais des cauchemars. »

-« Tu en fais toujours ? » s'étonne Quatre.

-« Oui, dès qu'il n'est pas là. Ma vie serait un enfer sans lui. »

-« Tu lui as déjà dit ? » demande tendrement Winner en prenant la main de sa femme.

-« Avec ces mots-là non, je ne crois pas. Il ne sait même pas que je ne sais pas dormir sans lui, sinon, il n'oserait plus découcher. Je ne peux pas l'empêcher de vivre », réplique Maxwell.

-« Ça lui arrive de découcher ? » s'étonne Dorothy.

-« Le temps qu'il installe nos vies à Sank, ç'a été fréquent. C'est là que je m'en suis rendu compte. »

-« À Minuit, vous pourrez jouer les cendrillons », taquine Dorothy.

-« Tu remercieras Relena pour nous, la salle est magnifique. Vous avez fait du merveilleux travail », félicite Maxwell.

-« On vous amènera le Wing et le Deathscythe ainsi que quelques colombes quand on démontera pour que vous ayez des souvenirs », dit-elle.

Bertrand vient vers Duo.

-« On va y aller, notre navette pour rentrer est bientôt là, merci pour tout, c'était une très belle fête. »

-« Merci d'avoir fait le déplacement et pour le voyage de noces », répond Maxwell en lui serrant la main.

-« On garde le contact », dit-il avant de retrouver sa femme près de la porte.

-« Je trouve ça fantastique ! » lâche Quatre.

-« Quoi ! » s'étonne Duo.

-« La relation que vous avez réussi à mettre avec vos subalternes. Je n'y suis jamais arrivé », soupire Winner.

-« Peut-être parce que tu as toujours travaillé au-dessus d'eux et non avec eux », rétorque Maxwell.

-« À y réfléchir, tu as sûrement raison » éclate de rire Quatre.

Un slow s'élève, Heero apparaît et tend la main à son mari.

-« Viens, après on rentrera chez nous, tu as l'air claqué. »

-« Comme d'habitude, toi non », soupire Duo en se cramponnant à son époux pour se lever.

-« Je vieillis mon amour, je vieillis. Je sens que je vais bien dormir, on fêtera notre nuit de noces un autre soir », lui dit-il à l'oreille.

Maxwell l'embrasse tendrement

-« Tant mieux, je ne sais pas si j'en aurais été capable. »

-« Il paraît qu'ils sont peu à fêter leur nuit de noces justement à cause de la fatigue, de la boisson et les autres aléas de la vie. »

-« On doit dire au revoir à tout le monde où on s'éclipse ? » murmure Duo en mettant sa tête sur l'épaule de son homme.

-« On dira au revoir de la porte. Tu m'as manqué cette nuit. »

-« Toi aussi, sourit Duo. Viens, on y va tant pis pour la fin du morceau. »

Heero l'embrasse dans le cou avant de lui prendre la main et le tirer vers la sortie.

-« Hé ! On a dit minuit ! » Crie Dorothy.

Maxwell veut ralentir, mais Heero ne le laisse pas faire. À la porte, il se tourne vers la salle.

-« Merci pour tout, c'était une belle journée. Là, les petits vieux vont se mettre au lit. »

Les rires éclatent dans la salle alors que Yuy repart.

-« Tu as les clefs de la voiture au moins ? » demande-t-il.

-« Bien sûr, un chauffeur de Quatre l'a mise sur le parking. Il m'a donné les clefs tout à l'heure. Tu es en état de conduire ? »

-« Conduit, je ne sais plus ce que j'ai bu et quand. »

-« Il me semblait bien que tu étais légèrement extraverti », sourit Duo.

-« Il faudra qu'on renouvelle nos vœux dans quarante ans », rétorque Heero.

Maxwell se met au volant, rentre vers chez eux et se parque au sous-sol. Ensemble main dans la main, ils remontent jusqu'à leur étage. Une petite liseuse brille dans le salon, branchée sur un programmateur.

Cela fait sourire Heero, cette habitude de son homme de faire croire qu'il y a toujours quelqu'un. Plus le trajet avançait, plus Heero se sentait vaseux. Il croit bien qu'il a bu plus qu'il ne croit. Il a accepté tous les verres qu'on lui a mis en main, il a trinqué avec tout le monde. Lui qui ne boit jamais, il a l'impression de planer, et il a horreur de cette sensation. Il ferait bien d'aller vomir pour éliminer ce qu'il n'a pas encore digéré.

-« Je passe par la salle de bain », dit-il pour mettre son plan à exécution.

Maxwell est dans la chambre afin de ranger son costume sur un cintre quand il entend son mari remettre. Sa première réaction c'est de vouloir se précipiter puis il se dit qu'Heero serait encore plus mal à l'aise d'être vu si faible. À son avis, il aura la gueule de bois demain. Il se rend à l'ordinateur pour regarder s'il n'y a pas des astuces pour l'aider demain matin. Il prépare un grand verre d'eau sur la table de nuit de son chéri et retourner finir de se déshabiller.

Il doit attendre de toute façon, son pyjama est dans la salle de bain. Au moins, ça sera plus discret pour ranger derrière son homme s'il n'est pas en état de le faire.

Heero ressort dix minutes plus tard, en boxer, l'œil légèrement vitreux. Duo lui caresse la joue.

-« Tu ferais bien de boire un verre d'eau dans la cuisine. Sur le net, ils disent que le foie prend l'eau partout dans le corps pour éliminer l'alcool. Tu veux que je te mette un seau près de ton côté ? »

-« Tu es un amour, mais ça va aller. Je vais aller boire et me mettre au lit. Encore une nuit de noces gâchée par l'alcool », sourit-il.

Maxwell part vers la salle de bain pour ôter sa chemise et passer son pyjama. Il constate que Heero a déposé son costume sur le bord de la baignoire. Il le met sur un cintre, il ira les porter au nettoyage à sec demain.

Tout est rangé, son homme ne doit pas être si saoul que ça. Il est rassuré.

À Suivre…

Chap 5 - Chap 7

Si ça vous a plu,

vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez