banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun Autres auteurs Liens 

Titre : Tueur à gages

Disclaimer : les persos ne sont pas à moi qu’on soit clair mdr, ils sont aux auteurs de Gundam Wing

Genre : euh… hors sujet mdr. Rien à voir avec le manga


Premiers cours


Nous sommes samedi 30, il est 6h30 du matin et j’ai encore de la peine à comprendre ce qu’il se passe autour de moi. Hilde débarque en courrant dans la cuisine, suivit de Quatre. Et ben, y en a qui ont de l’énergie à revendre tôt le matin. Hilde est venu dormir hier soir, c’est surtout parce que c’est elle qui nous amène au tir.

Bah oui, elle a une voiture. On a tous le permis mais sans véhicule ça sert à rien. Enfin, c’est le dernier jour qu’elle nous emmène puisque cet après-midi je vais chercher ma moto. Pour en revenir au pourquoi de mon réveil à une heure pareille, c’est parce que Quatre et moi avons le premier cours de tir. J’ai d’ailleurs hâte qu’on y soit.

Mercredi j’ai revu Anaïs, elle est au cours avec nous et elle est super adorable comme fille. On rigole bien.

Je finis mon petit-déjeuner et vais m’habiller. J’enfile un pantalon kaki et un sweat-shirt noir. J’ouvre en grand le placard qui est dans l’entrée et part à la recherche de mes rangers. Je les attache ce qui me prend du temps vu qu’il faut encore que j’enfile les lacets puis rejoints les autres dans le vestibule.

Enfin on y va. Le trajet en voiture se fait dans le calme et Hilde nous souhaite une bonne matinée. Notre premier cours durera toute la matinée, de 7h30 à midi.

- Duo, ne tue personne.

- Promis princesse. A tout à l’heure.

Je ferme la portière et suis Quatre à l’intérieur du bâtiment. Anaïs est déjà là, elle court vers nous et nous fait la bise. Nous nous sommes revus le mercredi 27 lors de la soirée d’information et c’est comme ça que j’ai su qu’elle était dans le cours avec nous. Elle est vêtue d’un jean noir et un pull bleu marine rayé blanc. Ses longs cheveux noirs sont retenus par un élastique et ses lèvres sont peintes en rouge rubis. Elle est magnifique, il faut avouer.

A coté de moi, Quatre est en grande conversation avec un mec qui doit avoir au moins cinq ans de plus que lui. Bref ! Les moniteurs arrivent et nous demandent de nous taire. On écoute attentivement les règles de sécurité puis après une heure de blabla, ils nous distribuent nos armes. Des Fass 90, se sont des fusils de l’armée. Ils sont magnifiques. Un mètre de long pour quatre kilos trois cents quand le magasin est plein. La balle a une vitesse de neuf cent cinquante mètres seconde. Une arme de psychopathe. Un des monos qui est très grand, bruns avec une mèche qui cache un de ses yeux verts nous dit :

- On va vous faire une démo pour que vous voyiez la position que vous devez prendre. Vous tirerez ensuite les uns après les autres. On vous prévient d’avance pas que vous décidiez de porter plainte pour attouchement, on aura sûrement besoin de corriger vos positions alors si quelqu’un ne veux pas, qu’il le dise. Anna s’occupera des filles et moi, je rectifierai la position des garçons.

Il fait signe à une fille blonde de le suivre. Elle s’allonge à plat ventre sur la stalle et il explique comment mettre la crosse du fusil dans le creux de l’épaule histoire de pas se la déboîter.

Pendant qu’elle le fait, il explique qu’il faut être détendu, les jambes écartées pour plus de stabilité et qu’il faut s’assurer d’être sur la bonne cible. Elle fait un tir à blanc puis se lève. Le brun demande si quelqu’un veut essayer comme personne ne répond, il en choisit un au hasard.

Devinez sur qui ça tombe ? Oui oui, sur moi. Je me mets donc à plat ventre et regarde le moniteur.

- Ca ne vous dérange pas si c’est mademoiselle qui s’occupe de moi ?

- Désolé jeune homme mais les règles sont les règles, pas de drague ici.

Je ne peux pas m’empêcher de répondre :

- Je suis gay blaireau !

Il n’a pas l’air d’apprécier le « blaireau » mais accepte néanmoins que la blonde s’occupe de corriger ma position. Alors qu’elle me tire la jambe droite plus sur le coté, un silence se fait puis la blonde se lève pour faire un salut militaire, à coté d’elle, le mono l’imite. Je tourne la tête pour regarder ce qu’il se passe et vois arriver un mec super canon. Il est grand, baraqué, les cheveux bruns en batailles, et des yeux bleus magnifiques. Il est vêtu d’un pantalon militaire rentré dans des rangers noir et d’un t-shirt kaki assez moulant laissant voir qu’il est très musclé. Il regarde les deux moniteurs et dit d’une voix grave :

- Repos soldats.

Bah oui, je vous ai pas dit que nos moniteurs sont des militaires ? J’ai dû oublier. Bref donc oui ils sont militaires et visiblement ce mec est leur supérieur.

- Tout va bien ? Demande-il.

- Oui mon général. Répond la blonde.

- Tant mieux.

Il me regarde. Mes yeux ne peuvent pas se détacher des siens. Son regard est froid et malgré tout je perçois une certaine chaleur. Il se penche vers moi et déplace ma jambe avant de me dire :

- Ne vous crispez pas.

A nouveau il se penche, s’agenouille sur la stalle et déplace ma main pour la caler comme il faut sous la crosse du fusil. Oh mon dieu. Je vais mourir si ça continue. J’inspire doucement, retiens ma respiration six secondes et expire. Il parait que ça calme. Non mais comment vous voulez que je me détente s’il reste penché au-dessus de moi pour regarder ce que je fais et si je le fais bien.

- Excusez-moi mon général !

C’est la voix de Quatre. Le général se relève et Winner demande :

- Dites, pendant le cours, est-ce qu’on pourra toucher à d’autres armes ?

Je l’aime ce gamin. Héhé. Il n’est pas con, il sait que je suis pas trop à l’aise. Bref, la monitrice du coup reprend sa place, accroupie à coté de la stalle. Elle me demande ce que je vois.

- La cible numéro six.

Elle hoche la tête et me dit que je peux tirer quand je me sens prêt. Je respire avec lenteur. Quand mon rythme cardiaque se fait plus lent, je commence à plier le doigt, doucement, pour sentir quand la détente commence à être dur. Je sais que le coup va partir. Ça fait un petit : PAH. C’est normal je tire à blanc. Bref je me relève et sourit à Quatre.

- C’est normal. Me dit-il.

Oui c’est vrai, les amis ça sert aussi à nous sortir des situations embarrassantes.

A suivre… 

Chap 1 - Chap 3 

Si ça vous a plu, il y a l'option

Commentaires

Merci de dire pour quelle histoire vous m'écrivez ^___^