banniere

Accueil Qui suis-je ? Fanfictions Fictions originales Fictions en commun

Disclaimer : Ils sont à Tokita/Yadate/Tomino je les emprunte et j'essaye de ne pas les abîmer, en tout cas, ils ne se sont encore jamais plaints. Les autres personnages ne faisant pas partie de l'univers de GW sont ma propriété.

Genre : Hurt/confort/Amitié, tranche de vie.

Acteurs : Heero, Duo, Wufei, Quatre, Hilde, Lady Une.

Note de l'auteur : Vision de Duo de Ne fais pas la sourde oreille. L'histoire reprend au chapitre 19. Et écoute-moi continue depuis le chapitre 11 ^^

Début d'écriture 24 avril 2012


Chapitre 23


Arrivé au QG, Duo trouve Heero qui l'attend, il le voit à l'étincelle d'impatience dans son regard et sa façon de se redresser directement à son entrée.

-« On peut y aller ? » Demande Yuy.

-« Oui, t'inquiètes. Je suis dans un cul-de-sac. »

-« Alors, on y va. »

Les quatre jeunes gens se dirigent vers la salle d'interrogatoire en silence. Maxwell et Virginie se mettent derrière la vitre teintée après que le Capitaine ait glissé quelque chose dans la main de son amant.

Heero et Karsten se rendent dans l'autre pièce. Assis en tremblant, il y a un gamin d'une dizaine d'années. Pourtant il attaque dès l'entrée des Preventers.

-« Pourquoi je suis ici et pas à la police. »

-« Parce que tu as été arrêté six fois pour le même délit. C'est maintenant aux Preventers de s'occuper de ton cas. » Répond simplement Heero en s'asseyant en face du jeune.

Karsten reste debout près de la porte mais pas dans le champ de vision de la glace teintée.

-« Vous allez encore me renvoyer en Roumanie ? »

Heero marque une pause, il observe le gamin, tout comme Duo qui voit que l'enfant se tord les mains, se mord la lèvre inférieure dans l'attente de la réponse.

Yuy se retourne pour regarder Karsten et lance un regard vers le miroir. Alors le Lieutenant sort de son silence, dépose l'appareil auditif qu'il tenait près des haut-parleurs de la salle.

-« Il a peur, seulement je ne sais pas si c'est de retourner en Roumanie. » Finit-il par dire.

-« Tu veux retourner dans ton pays ? » Interroge le métis.

-« Non ! » Panique le jeune.

-« Si on te libère, qu'est-ce que tu vas faire ? » Insiste Heero.

-« Ro' il ne te répondra pas, c'est couru. » Lance Maxwell. « Menace-le de le garder en prison. »

-« Il ne peut pas vous entendre. » Clame Virginie.

Le Lieutenant lui montre l'appareil et puis lui fait signe de se taire.

-« Oh ! » Ne peut-elle laisser échapper.

-« Je crois bien qu'on va devoir te garder en prison. » Dit Yuy.

Le jeune commence à se tortiller sur sa chaise.

-« Vous n'avez pas le droit, je suis mineur. » Finit-il par dire.

Maxwell fronce des sourcils.

-« C'est pour ça que tu aurais le droit de faire n'importe quoi ? Comment reviens-tu à chaque fois ? » Interroge le Capitaine.

-« Je prends le train. »

-« On te rend dans ta famille, pourquoi n'y restes-tu pas ? » Demande Heero.

-« Je ne peux pas. »

-« Tu n'as pas de marques de coups. » Affirme Yuy.

-« Mes parents ne me battent pas ! » S'indigne le gamin.

-« Pourquoi ne restes-tu pas avec eux ? » Questionne à nouveau le métis.

Le jeune se tortille une nouvelle fois sur sa chaise, seulement cette fois, il ne répond pas.

-« Ro', je me demande s'il n'a pas été vendu à une organisation. S'il retourne, il met sa famille en danger. » Lâche Maxwell.

-« Karsten, reste avec lui, je reviens. » Dit Yuy en se levant.

Il quitte la pièce d'interrogatoire, en moins d'une minute, il entre dans l'autre pièce.

-« Dis-moi. » Dit-il en entrant.

-« Je ne sais pas. Il est mal à l'aise pour la Roumanie, pour la prison. Il vole mais tu vois qu'il est sous-alimenté. Ses vêtements sont dégueulasses, c'est même sûrement pour ça qu'il est à chaque fois repéré. Tu dois te fondre dans la masse pour passer inaperçu. »

-« Continue. » Insiste-t-il.

-« Essaye d'en savoir plus, de savoir depuis quand il est ici. »

-« Je l'ai dans le dossier. » Précise le métis.

-« Essaye de l'amadouer en assurant la protection de sa famille. » Sourit Duo.

-« Il va falloir que je le relâche pour en savoir plus. »

-« Sûrement, Ro' fais en sorte qu'on ne le chope plus. » Insiste-t-il.

-« Sa famille va payer ? » Demande Yuy.

-« Non, lui. » Soupire Duo.

Il ramasse l'appareil et le rend à son amant avant de partir, Virginie sur ses talons. De retour dans leur bureau, Maxwell s'installe à sa place.

-« Qu'est-ce qu'on fait ? » Demande la stagiaire.

-« Je vais relire tout le dossier, ce qu'on a déjà fait. »

-« Et moi ? » Insiste Virginie.

-« Relis déjà mes prises de notes pour remettre de la même façon les derniers interrogatoires. Quand ce sera fait, je te donnerai autre chose à réaliser. »

Le Lieutenant se plonge dans la relecture du dossier. Il cherche un élément qu'il pourrait avoir oublié l'autre fois. Et puis, il doit bien avouer que quelque chose le chiffonne sans savoir quoi.

Pour Duo, le temps semble s'être arrêté, il retourne les documents qu'il a. Il les relit attentivement. S'il avait le temps, il regarderait sûrement à nouveau tout ce que la maman de Sarah a donné. Ce sera pour lundi, en espérant qu'il arrive à relâcher suffisamment la pression pour passer un bon week-end avec Wufei.

Une main sur son avant-bras le fait sursauter.

-« Duo, si tu ne pars pas rapidement, tu vas rater ton avion. »

Maxwell cligne des paupières.

-« Hein ! Mais où est Virginie ? » Lâche-t-il en voyant la place vide en face de lui.

-« Je lui ai dit de rentrer il y a une heure. »

-« La pauvre. » Plaint-il en fermant les programmes de son ordinateur.

-« Je l'ai envoyée chercher un dossier réfugié politique qu'elle s'occupe. » Rétorque le Capitaine.

-« Je n'ai rien entendu. » Soupire Maxwell.

-« Comme tu ne réagissais pas à ses appels, je l'ai fait par chat pour te laisser dans ta coquille. Je suis persuadé que ma voix t'en aurait sorti. Allez, file et pense à autre chose. »

Duo n'aura pas le temps de se changer pour une fois. Il se précipite vers l'aéroport. Il gare sa voiture à la place habituelle et se dirige vers le quai d'embarquement. Encore une chance qu'il imprime toujours son billet la veille.

-« Monsieur Maxwell, vous vous rendez aussi à Pékin ? » Demande une voix qu'il connaît.

Duo se retourne pour trouver Virginie derrière lui.

-« Oui, je vais rendre visite à une connaissance. »

-« C'est bien, moi je vais voir un spectacle, c'est tellement grandiose qu'il y a des voyages organisés pour s'y rendre. Les effets de scènes ne pouvant pas être déplacés. » Précise Virginie.

-« J'espère que tu t'amuseras bien. » Répond-il en se retournant.

La jeune femme vient se mettre à côté de lui.

-« Quand vous êtes concentré, vous êtes concentré. » Sourit-elle.

-« Heero m'a expliqué. »

-« Vous avez trouvé une piste ? » Demande-t-elle.

-« Non et là je suis en week-end. Je n'ai plus du tout envie de penser au travail. » Clame plus sèchement Maxwell.

-« Ok, je vous laisse tranquille avec ça. N'empêche que voyager en tenue Preventer, ne doit pas aider. »

-« D'habitude, je me change. Là, j'étais trop concentré. » Avoue Duo.

-« Oh, vous y allez souvent ? »

Maxwell fronce des sourcils en se demandant comment elle en est arrivée à lui poser cette question.

-« Vous avez dit d'habitude. » Éclaire la jeune femme.

Il se donne une claque mentale. Il n'a pas fait attention. Il désirait seulement un peu de tranquillité mais ses réponses un peu froides n'arrêtent pas son bleu.

-« Je passe un week-end là-bas de temps en temps. »

-« Cool, vous pourrez me conseiller des endroits ? »

-« Je ne crois pas, je me laisse toujours guider par mon ami. »

Il est heureux de constater que c'est à lui de donner son billet. Il espère sincèrement qu'elle n'est pas installée près de lui.

Duo peut voir que ses prières ont été entendues. Virginie est dans le fond des classes économiques et lui devant. Pour plus de précautions, il fait semblant de dormir. De toute façon, il se repose souvent, puisqu'il arrive au milieu de la nuit.

Comme d'habitude, il est ravi de voir que Wufei est dans le hall. Il lui a manqué. Il a envie de le serrer dans ses bras, seulement il ne sait pas où se trouve Virginie. Et puis Chang n'apprécierait pas non plus cet élan de tendresse. Il tolère qu'il lui vole un rapide baiser mais guère plus tant qu'ils sont en public.

-« Salut Wufei. » Sourit-il.

-« Pourquoi es-tu en tenue ? »

-« J'ai travaillé jusqu'à la dernière minute. »

-« Dossier brûlant ? »

-« Plutôt dossier cul-de-sac. » Réplique-t-il. « On y va ? »

-« Je n'ai pas droit à mon bisou ? » S'étonne Chang.

Duo lui sourit, tout compte fait il ronchonne pour le principe.

-« Virginie, mon bleu, est dans l'avion. » Avoue Maxwell en se dirigeant vers la sortie.

-« Et alors ? » Demande le Chinois en se mettant à sa hauteur.

-« Heero lui a fait une scène parce qu'elle me tournait un peu trop autour. » Explique-t-il un rien mal à l'aise.

-« Et ça ne te gêne pas ? » S'abasourdit Wufei en prenant la direction de son appartement.

-« Pourquoi ça me gênerait ? »

-« Parce que je me rappelle d'une période où tu ne supportais pas que Hilde ou Batiste ou les deux marquent leur territoire. » Sourit Wufei en prenant sur la gauche.

-« Non, j'ai plutôt été flatté et je ne voudrais surtout pas ridiculiser Heero. Les rumeurs commencent à diminuer. Je ne voudrais pas qu'elles changent de cible. » Avoue-t-il.

-« Elles gênent Heero ? »

-« Il n'aime pas qu'on me mette la pression, surtout. » Affirme-t-il.

Les discussions changent de sujet jusqu'à l'appartement du Chinois. L'habitation de Wufei sent bon les lasagnes. Maxwell sait qu'elles sont industrielles, son amant n'ayant jamais aimé cuisiner.

Ils mangent en discutant, comme souvent, des projets du week-end. Duo ouvre des grands yeux quand il réalise que c'est le même spectacle que Virginie est venue voir et que veut voir Wufei.

-« Non, je n'irai pas ! » Affirme Maxwell.

-« Je suis sûr que tu vas aimer, c'est le genre de musique que tu aimes. Je ne vais pas jeter les places. » Insiste Chang.

-« Va avec Lee, s'il ne travaille pas. »

-« C'est avec toi que je veux y aller, sinon j'aurai pris une autre date en semaine. Pourquoi ne veux-tu pas ? »

-« Je crois bien que c'est là que va mon bleu. » Finit-il par avouer.

Le Chinois attrape un grand sourire et secoue la tête.

-« Duo, je ne vais pas te sauter dessus, t'embrasser en public. Là, c'est toi qui deviens parano. Toutes les personnes qu'on voit ensemble ne sont pas forcément en couple. »

-« C'est vrai. D'accord on ira. Si je te dois ma place… »

-« Je t'ai toujours réclamé mon dû. » Coupe Wufei.

L'ambiance est directement moins tendue, ils commencent la vaisselle. Wufei à la plonge, Duo essuie.

Alors que Chang rince l'évier, il finit par se tourner vers son amant.

-« Comment Heero fait pour obtenir tes faveurs ? »

Maxwell manque de faire tomber l'assiette qu'il essuie tellement il est surpris par la question.

-« Pourquoi demandes-tu ça ? »

-« J'essaye de te chauffer depuis le début de la vaisselle mais sans succès. » Soupire le Chinois.

-« Pour ce genre de choses, il y va franco. Il y a un moment que tu m'excites mais autant finir ce qu'on a commencé sinon il faudra s'y remettre plus tard. »

-« J'ai vraiment parfois l'impression de te perdre. Tu es plus posé. Je me rends compte que tu fais des efforts pour Heero que tu n'aurais jamais faits pour personne. Bizarrement, c'est moi qui ai déclenché tout ça en œuvrant dans l'ombre en poussant Heero à te parler. » Soupire Chang en venant se nicher dans les bras de son amant.

-« Pourquoi as-tu fait ça ? » S'étonne-t-il en le serrant dans ses bras pour le rassurer.

-« J'étais persuadé qu'Heero était celui qu'il te fallait. »

-« Tu regrettes ? »

-« Non, je vois bien que tu es bien dans ta peau. »

Wufei traîne Duo en lui tenant les deux mains vers la chambre. Après avoir fait l'amour, les deux jeunes gens dorment un peu. Le Chinois a prévu d'aller sur le marché floral samedi matin pour modifier ses jardinières pour l'été.

Ensemble, ils en choisissent également trois pour Heero qu'il puisse les mettre à l'extérieur et s'en occuper.

Ils mangent au restaurant avant de partir faire une promenade dans un des temples de la région. S'ils veulent être de retour assez tôt pour se préparer pour le spectacle du soir.

Wufei a très bien choisi les places. Ils sont pile-poil à la bonne distance. Assez près pour tout voir dans les détails, mais assez loin pour ne pas être incommodé par les énormes baffles.

Le spectacle est féerique, il retrace en musique et avec acteurs chantants la période de la colonisation.

Maxwell en garde des étoiles dans les yeux toute la journée de dimanche. Il retrace avec Wufei les passages qu'ils ont le plus appréciés également. Comme il pouvait se permettre de se rendre plus loin, Wufei propose à Duo de se rendre dans des sources d'eau chaude.

Sur le chemin du retour.

-« Qu'est-ce que je me sens bien. » Avoue Duo.

-« Je savais que ça te ferait du bien. Tu n'as jamais été aussi tendu. »

-« Dit-il alors qu'il n'y a pas deux jours, il me disait mieux dans ma peau. » Sourit-il.

-« Les deux ne sont pas impossibles. » Réplique Wufei en lui effleurant la main.

Maxwell soupire avant de dire.

-« Je préfère quand tu viens à Sank, tu es plus démonstratif. »

-« Je ne l'ai jamais été à l'extérieur. » Rectifie Chang.

-« Possible. »

-« Allez courage dans dix minutes, on sera à mon appartement et on aura encore le temps de faire un gros câlin. »

Maxwell se tourne vers son amant et lui sourit avant de forcer un rien le pas.

µµµ

Comme toujours, c'est avec un pincement au cœur qu'il s'en va. Ici, il est aussi stressé de savoir s'il va à nouveau être dans le même avion que Virginie. Ce n'est pas le cas. Il reprend sa voiture pour rentrer chez lui.

Alors qu'il n'est plus qu'à six cents mètres, son cœur s'accélère. Il vient de reconnaître la silhouette de Heero. Il donne un coup de klaxon et il ne peut s'empêcher de sourire quand il voit Yuy venir sur la route pour monter dans son break.

-« Tu allonges la promenade ? » Demande Maxwell.

Il voit bien que son compagnon est toujours en tenue de marche avec ses grosses chaussures et l'imperméable de son club de marche.

-« Elle n'était qu'à un kilomètre et demi, cela aurait été idiot de prendre la voiture. Tu t'es bien amusé ? »

-« Oui. Virginie était dans mon avion. »

-« Oh elle allait voir la reconstitution musicale de la colonisation ? » Demande-t-il.

-« Toi aussi tu étais au courant ! » S'estomaque Duo en se garant devant l'immeuble.

-« Cela m'aurait plu de la voir, mais comme ça restera à Pékin. » Lâche le métis en sortant du véhicule.

-« Je peux toujours demander à Wufei de te prêter son appart la semaine prochaine quand il vient ici. »

-« Je vais y réfléchir. »

Maxwell sort son sac du coffre et retrouve son amant qui l'attend près de la porte de l'immeuble.

-« Tu ne veux pas aller nous chercher quelque chose à l'italien du coin ? Je n'ai pas eu le temps de préparer le souper. » Explique le métis.

-« J'en ai marre de manger du tout fait. Wufei n'aime pas cuisiner. Je peux sortir un pot de sauce du congélateur et faire des spaghettis. »

Heero ouvre la porte en disant.

-« Ça me va. »

Yuy suit son homme dans les escaliers. Celui-ci ouvre la porte de leur appartement et ne bouge plus quand il arrive dans le salon.

-« J'ai eu mon filleul tout le week-end. Je voulais ranger pendant que tu aurais été chez l'Italien. »

Maxwell n'en croit pas ses yeux. Il y a un parc, des jouets un peu partout, sur la table de la cuisine une chaise amovible.

-« Gary doit venir tout rechercher ? » Finit par demander Duo.

-« C'est à moi pour quand Nathan vient. » Explique-t-il en commençant à ranger les jouets dans une caisse.

-« Où mets-tu tout ça ? »

-« Au grenier. Va prendre ta douche. » Ordonne Yuy en pliant la chaise.

Il la dépose sur le dessus de la caisse de jouets.

-« Il vient souvent ? »

-« Un week-end par mois. » Avoue-t-il en pliant le tapis de jeux.

-« Tu veux un coup de main ? »

-« Bien sûr que non. File à la douche que tu puisses préparer le repas. »

-« Bien chef ! »

Yuy lui sourit et reprend son rangement. Maxwell dépose son sac sur la table de la cuisine et s'en va vers la salle de bain.

Il est surpris qu'Heero ait pu lui avoir caché tout ça. D'un autre côté, c'est vrai qu'ils vivent ensemble, mais il doit bien réaliser qu'il communique plus avec Wufei.

Ils ont pris, Heero et lui, l'habitude de vivre simplement l'un avec l'autre sans s'intéresser vraiment à l'autre.

Tout en se lavant, Duo se dit qu'il veut que ça change. Il y a plus de complicité entre eux pour le travail que pour le privé.

Quand il sort de la salle de bain, l'appartement est impeccable, Heero range justement la brosse.

-« Pourquoi on ne discute pas plus ? » Attaque Maxwell.

-« Parce qu'en général, tu regardes ton film avec Wufei. » Répond le métis.

-« J'aimerai connaître ton filleul. »

-« Cela va être difficile. Je ne le vois que le week-end et on n'est jamais ensemble. » Répond Yuy en partant vers la salle de bain.

Maxwell lui attrape le poignet

-« Pourquoi tu ne m'as pas dit qu'il venait ici ? »

-« Je ne sais pas ta réaction vis-à-vis des enfants. Je fais attention à ce qu'il ne touche à rien de ce qui t'appartient.

-« J'aime bien les enfants. Même si j'en veux pas personnellement. » Il le lâche. « Allez, va prendre ta douche. »

Duo se rend au frigo, dans la partie congélateur, il sort une barquette de sauce qu'il passe au micro-onde pour la décongeler un peu.

Pendant ce temps, il sort une casserole et la remplit au trois-quarts d'eau. Il met un filet d'huile avant de mettre le couvercle qu'elle chauffe plus vite.

Après avoir préparé les spaghettis et le sel pour ne pas l'oublier, Maxwell sort un poêlon. Justement, le micro-onde sonne, il va pouvoir commencer à réchauffer la sauce.

Il mélange doucement pour que le morceau toujours congelé n'accroche pas.

Il ne peut s'empêcher de sourire en entendant l'eau s'arrêter, les portes s'ouvrir puis se refermer.

Heero met la table en silence, puis vient se coller dans le dos de son compagnon. Il dépose une main sur le ventre de Duo, de l'autre il tire légèrement la tresse pour lui faire tourner la tête. Il embrasse à pleine bouche. La main d'Heero qui est sur le ventre s'insinue dans le bas du jogging de son amant.

Quand il s'éloigne pour laisser Duo rependre son souffle Yuy lui dit :

-« J'ai envie de toi. »

Ce qui déclenche un sourire chez Maxwell.

-« C'est parce que je n'ai pas remis de bandana que tu souris ? »

-« Non, Wufei m'a demandé comment tu faisais pour obtenir mes faveurs. Comme ça, je trouve que ça te donne un air fripon. » Répond-il en recommençant à touiller dans sa sauce.

Yuy tape sur l'épaule de son compagnon, quand Duo se retourne, il lui montre qu'il n'a pas son appareil.

-« Oh ! Qu'est-ce que tu as manqué ? »

-« Je ne sais pas ce que Wufei veut savoir. »

-« D'abord tu es craquant avec cette coupe et Wufei essayait de m'exciter sans succès. Du coup, il a voulu savoir comment tu t'y prenais. »

-« Comme ça ! » Lâche Yuy

Il recommence à l'embrasser en glissant sa main dans le bas de jogging pour exciter son amant. Puis il coupe le gaz et tire Duo jusqu'à la chambre. Il couche son compagnon sur le lit et recommence à l'embrasser.

-« Gary et Yolande sont partis en week-end romantique pour essayer d'avoir un deuxième enfant. Je savais que ton week-end n'aurait rien de platonique. » Finit-il par expliquer.

-« Ne t'excuse pas. Ça me fait plaisir de retrouver Wufei mais tu me manques aussi. »

-« Duo, j'ai envie de toi, de te faire à nouveau mien. »

-« À tes gestes, je sais quand tu as envie de me prendre. Si un jour, je ne veux pas, je t'arrêterai. »

De toute façon, Duo sait qu'Heero fera son possible pour lui donner le maximum de plaisir. S'il n'arrive pas à l'extase, c'est plus sa faute que celle de son amant. Il est bien moins inventif que lui en matière de sexe.

Au bout d'une grosse demi-heure, le métis vient se coucher sur le torse de Duo.

-« Si tu veux on remettre ça après le souper. Je serai déjà moins excité et impatient. »

-« J'ai chaque fois meilleur, ne soit pas frustré, je ne le suis pas. » Rassure-t-il. « Et puis j'ai faim. »

-« Au moins la sauce sera décongelée. » Lâche le métis.

Il roule pour laisser Duo sortir du lit et il prend son appareil auditif. Ce dernier ne se fait pas prier pour se lever, il enfile son bas de jogging et file à la cuisine pour allumer en dessous des casseroles.

Puis, il va chercher son sac pour sortir les plantes qui sont toujours à l'intérieur. Il les dépose sur la table basse du salon et jette son sac dans la buanderie.

Quand il revient dans la cuisine, Heero touille doucement dans la sauce. Cette fois c'est lui qui vient le prendre dans ses bras.

-« Je t'ai ramené un cadeau. »

-« Je n'en ai pas besoin pour t'aimer. »

-« C'était pas prévu, seulement tu avais parlé d'avoir des jardinières. C'est juste des plantes. »

-« Il faudra que j'aille en acheter une demain. »

-« Hm, dis ça te gêne si on parle de ton petit roumain ? »

-« Non, comme ça tu me diras si j'ai fait une bêtise ! »

-« Qu'est-ce que tu as fait ? » Demande Duo.

Comme il voit que l'eau bout, il lâche son homme pour mettre le sel et les spaghettis.

-« Il est dans un centre pour le week-end. L'association « Tendons la main » l'héberge. J'ai marchandé avec lui. Je protège sa famille avec la section Preventer en Roumanie et lui me sert de taupe. »

-« Comment vas-tu le surveiller ? »

-« Avec Karsten, on va intégrer l'association et distribuer des sandwichs là où travaille Mickaël. » Expose Heero.

-« C'est très bien. »

-« Je dois avouer qu'un membre de l'association a débarqué après ton départ. Je ne sais pas comment il savait que Mickaël était là et que j'avais l'intention de le garder le week-end. »

-« Tu devrais peut-être chercher à savoir avant d'aller plus loin. Les employeurs de ton jeune ont peut-être une taupe dans l'association. » Lâche Maxwell.

-« Je n'y ai pas pensé. Et toi, ton enquête ? »

-« Elle serait partie du jour au lendemain avec un type qu'elle a rencontré. »

-« C'est possible ? » Demande Yuy en mélangeant un peu dans les pâtes.

-« Je ne sais pas. Je ne la connais pas. » Avoue-t-il en vérifiant si les pâtes sont bonnes.

-« Va rediscuter avec la maman et l'amie. Tu saurais me faire mes recherches pendant que je surveille Mickaël ? »

-« Je suis un peu bloqué. Je te les ferai. Tu vas le surveiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre ? » Demande Duo en sortant la passoire.

-« Non, on attirerait trop l'attention. Mais j'ai fait passer une note aux commissariats qu'on me prévienne s'il se fait encore prendre. »

-« Je lui donnerai des cours pour qu'il s'en sorte mieux. »

-« Duo ! » S'indigne Yuy.

Maxwell lui sourit, lui vole un baiser avant d'essorer les spaghettis. Le métis coupe sous la sauce et vient la mélanger avec les pâtes que Duo a remises dans la casserole.

Maxwell va chercher dans le frigo, le fromage râpé et la sauce piquante qu'affectionne Heero. Pendant que le métis serre de grosses assiettes.

Ils mangent en reprenant leurs discussions mais cette fois, elles sont tournées sur ce qu'ils ont fait durant le week-end, les plantes que Duo a vues sur le marché, celles qu'Heero a peut-être cueillies pendant sa promenade.

Après avoir fait la vaisselle, Heero découvre les plantes que lui a ramenées son homme. Il va chercher plusieurs soucoupes pour les arroser un peu qu'elles se remettent du voyage.

Maxwell le regarde faire de façon attendrie, il le trouve si beau quand il est perdu dans son univers.

-« J'aime bien la carte signalétique mise dans la terre. » Lâche Yuy en voyant le regard de son amant sur lui.

-« Je n'ai pris que des plantes avec une carte. » Sourit-il.

-« Ça va me mâcher le travail. » Avoue-t-il en venant s'installer dans le fauteuil près de son compagnon.

-« Qu'est-ce que tu veux faire ? » Demande Duo.

-« Je serai bien retourné au lit. »

Maxwell s'avance et l'embrasse tendrement en lui caressant la joue avant de se lever et lui prendre la main. Il doit bien avouer qu'il a envie de lui également.

À Suivre…

Chap 22 - Chap 24

Si l'histoire vous a plu, vous pouvez m'envoyer un MP

Merci de me signaler pour quelle histoire vous m'écrivez